Guide
de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir'

Guide de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir' S >
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 19/06/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 10/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 04/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 05/07/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 05/06/2019
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 19/06/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 10/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 04/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 05/07/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 05/06/2019
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer

Glossaire

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z
  • Les noms suivis d’un (*) sont répertoriés dans les mots clés du guide

  • Abondement

    Dans le cadre d'un plan d'épargne salariale, il s'agit de la part versée par l'employeur en complément des apports des salariés.

  • Absorption

    Modalité d'une fusion entre deux sociétés dans laquelle la société absorbante subsiste, la société absorbée étant dissoute.

  • Acompte sur dividendes

    Versement, avant ou après la clôture de l'exercice, d'un avoir sur le dividende des actions d'une société cotée.

  • Actif net

    Valeur comptable de l'ensemble des biens que possède une société, diminuée de ses dettes. Voir « fonds propres ».

  • Action

    Titre de propriété d'une fraction du capital d'une société. Il donne à son détenteur le droit de participer au destin de l'entreprise par le vote en assemblée générale et de percevoir un revenu (le dividende).

  • Action à dividende prioritaire (ADP)

    Action ne donnant pas le droit de vote aux assemblées générales des actionnaires. En contrepartie, elle bénéficie d'un droit prioritaire au dividende qui peut être supérieur à celui versé pour une action.

  • Action à droit de vote double

    Toute action détenue au nominatif depuis au moins deux ans dispose d’un droit de vote double, sauf vote contraire de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires (Disposition nouvelle instaurée par la loi dite Florange du 29 mars 2014, s’appliquant au plus tard le 1er avril 2016).

  • Action de concert

    Situation juridique de personnes ayant conclu un accord, public ou non, en vue soit d’acquérir ou de céder des titres conférant des droits de vote dans une société, soit de mettre en œuvre une politique commune dans une société.

  • Action de préférence*

    Action disposant d’avantages spécifiques par rapport à toutes les autres actions, droit de contrôle ou avantage pécuniaire, avec éventuellement des restrictions par rapport aux droits ordinaires d’un actionnaire. Par exemple les actions à dividende prioritaire ont comme contrepartie l’absence de droit de vote aux assemblées générales.

  • Action gratuite*

    Une société peut distribuer des actions gratuites en représentation d'une augmentation de capital par incorporation de réserves.
    Il est également possible pour les sociétés françaises d’attribuer gratuitement des actions, créées ou rachetées préalablement par elles, à leurs salariés et mandataires sociaux sous certaines conditions.

  • Action nominative

    Au contraire d’un titre au porteur, le nom du détenteur de l’action est enregistré par la société émettrice.

  • Actualisation

    Procédé de calcul inverse de celui de la capitalisation. Elle permet de calculer la valeur actuelle d'une somme à percevoir dans quelques années. Ainsi, 10 000 euros reçus dans 10 ans valent aujourd'hui 16 289 euros si, par hypothèse, on estime que l'inflation annuelle au cours de la période sera de 5% par an.

  • Agences de notation

    Sociétés commerciales spécialisées dans l’évaluation des risques d’insolvabilité des emprunteurs (Etats, collectivités locales, sociétés privées, établissement publics). Après analyse de la situation économique et financière de l’émetteur, elles lui attribuent une note, sur une échelle propre à chaque agence, qui sert de référence pour les prêteurs. La situation est réexaminée périodiquement, suite à quoi la note peut être dégradée, maintenue ou améliorée.

  • Alterne

    Marché non réglementé, créé par Euronext, mais encadré au sens de la Directive européenne sur les Services en investissement; il accueille des entreprises européennes avec des conditions simplifiées et un minimum d'engagements.

  • AMF* (Autorité des marchés financiers)

    Autorité publique indépendante ayant pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. L’AMF dispose de pouvoirs étendus ; elle édicte des règles (Règlement général), délivre des autorisations, contrôle et surveille les marchés, prononce des sanctions pécuniaires ou disciplinaires.

  • Amortissement

    Méthode comptable permettant d'inscrire, au bilan, les sommes nécessaires au renouvellement des actifs immobilisés.

  • Assemblée Générale* Extraordinaire (AGE)

    Réunion exceptionnelle pendant laquelle les actionnaires d'une société discutent et votent la modification des statuts, les modalités d’opérations pouvant impacter le capital.

  • Assemblée Générale* Ordinaire (AGO

    Réunion annuelle au cours de laquelle les actionnaires approuvent le rapport et les comptes annuels de la société, discutent de sa stratégie et votent pour l’éventuelle distribution d’une quote-part du résultat (dividende) et pour la reconduite ou la modification de l'équipe dirigeante.

  • Augmentation de capital

    Création d'actions nouvelles ou augmentation de la valeur nominale des actions existantes. Son objectif est d’accroître le capital social de l'entreprise.

  • Autocontrôle

    Quotepart des actions composant le capital d'une société, détenues de manière directe ou indirecte par la société émettrice. Les actions auto-détenues n’ont pas le droit de vote aux assemblées.

  • Autorité des normes comptables (ANC)

    Autorité créée en 2009 pour fixer les règles comptables que doivent respecter les personnes physiques ou morales tenues légalement d’établir des documents comptables.

  • Autorité Européenne des Marchés Financiers

    Voir « ESMA »

  • Avis d’opéré

    Bordereau, délivré par tout intermédiaire financier, qui avise le client que son ordre d'achat ou de vente a été exécuté. Les avis servent de preuve vis-à-vis de l’intermédiaire et de justificatif à l’égard de l’administration fiscale. Ils doivent être conservés en conséquence.

  • Bâle III (Accords de)

    Accords intergouvernementaux de réglementation bancaire, portant notamment sur les fonds propres des banques, dont le niveau d’exigence sera relevé au cours des prochaines années pour diminuer les risques de défaillance (« Bâle III).
    Ces accords font suite à ceux de « Bâle I » et de « Bâle II », qui ont introduit des ratios de solvabilité (Tier1).

  • BALO - Bulletin des Annonces Légales Obligatoires.

    Les sociétés cotées doivent inscrire au BALO les informations financières légalement exigibles (chiffre d'affaires, résultats, date de l'Assemblée Générale, ...). Le Balo est annexé au Journal Officiel.

  • Banque centrale européenne (BCE)

    Avec les banques centrales nationales des pays de l’UE ayant adopté l’euro comme monnaie (dont la Banque de France), elle constitue l’Eurosystème, dont elle est le centre de décision. Son objectif prioritaire, à travers la politique monétaire, est la stabilité des prix. Elle anime le marché monétaire des banques de la zone euro et agit en liaison avec ses homologues (Federal Reserve Bank des Etats-Unis, Banque d’Angleterre, Banque du Japon, etc.). Elle est une institution indépendante prévue par le traité de Lisbonne, qui lui interdit de consentir des avances ou de prêter aux états. Son siège est à Francfort sur le Main (Allemagne).

  • Bénéfice distribuable

    Il s'agit du bénéfice après impôt sur les sociétés duquel on retranche les pertes antérieures et les dotations en réserves (obligatoires, statutaires ou facultatives) et auquel on ajoute le report de bénéfice antérieur non distribué.

  • Bilan*

    Inventaire de ce que possède une société (actif) et de ce qu'elle doit (passif).
    Le bilan est généralement établi en fin d'exercice.

  • Blockchain

    Technologie employée permettant de garder la trace d'un ensemble de transactions, de manière décentralisée, sécurisée et transparente, sous forme d'une chaîne de blocs (ou registre de transactions, en français).

  • Blue Chips

    Expression d'origine américaine pour désigner les plus belles valeurs de l'ensemble des places boursières, les « small and mid caps » représentant les petites capitalisations boursières.

  • Bon de souscription (ou WARRANT)

    Bon qui donne le droit à son titulaire d'acheter une action à un prix fixé à l'avance, jusqu’à une date déterminée.

  • BRICS

    Acronyme évoquant cinq nouvelles puissances économiques : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

  • Broker (Courtier)

    Intermédiaire sur les marchés boursiers qui achète et/ou vend des titres pour le compte de clients.

  • CAC 40 (Cotation Assistée en Continu)

    Indice phare de la Bourse de Paris ; il donne l'évolution moyenne du cours des actions de 40 sociétés françaises parmi les plus importantes et les plus actives de tous les secteurs économiques.

  • Call

    Option d'achat (terme anglais).

  • Capitalisation

    Evaluation du montant futur d'un capital initial placé à un taux d'intérêt déterminé, pour un nombre d'années déterminé. Désigne également le fait que les intérêts versés en rémunération d'un placement y soient réinvestis.

  • Capitalisation boursière

    Evaluation de la valeur boursière d'une société à un instant « t ». Cette valeur représente le produit du cours de l'action par le nombre d'actions composant le capital de la société.

  • Capitaux permanents

    Ensemble des fonds propres et des dettes à long terme.

  • Carnet d'ordres

    Présente les 5 meilleures offres d'achat et de vente à un instant « t » et permet de positionner son ordre au plus juste.

  • Cash flow*

    Egalement appelé capacité (ou marge brute) d'autofinancement, le cash flow traduit l’aptitude d'une entreprise à se financer par ses propres ressources. Il correspond au bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements et de certaines provisions.

  • CFD (de l’anglais « Contracts for difference »)

    Instruments financiers à terme, permettant d’investir sur un grand nombre de supports avec un effet de levier très important. Ils fonctionnent dans les deux sens. On notera qu’en cas d’évolution contraire à celle prévue par l’investisseur, la perte peut être plus importante que les sommes investies.

  • Chevalier blanc

    Lors d'une OPA, investisseur, banquier, ou entreprise, se portant au secours d'une société convoitée, avec l'accord de celle ci.

  • Clause d’agrément

    Permet au conseil d'administration d'une société de refuser certains actionnaires.

  • Club d'investissement*

    Groupe de personnes pratiquant la gestion collective d'un portefeuille boursier issu de leur épargne commune.

  • Coefficient de capitalisation des résultats (CCR)

    Voir « Price Earning Ratio ; PER »

  • Comptant

    Marché où les opérations d'achat (paiement) et de vente (livraison) sont simultanées. A Paris, le comptant est la règle, les transactions à terme sont cependant réalisables en recourant au Service de règlement différé (SRD).

  • Compte de liquidation

    Totalise les opérations réalisées sur le mois boursier et établit le solde du compte titres.

  • Compte titres

    Compte sur lequel sont déposées et conservées des valeurs mobilières.

  • Comptes consolidés

    Lorsqu'une société possède des filiales, elle doit publier des comptes qui font apparaître la physionomie financière du groupe.

  • Conseil automatisé (Robo-advising)

    Système reposant sur des algorithmes, permettant à partir d’une série de questions réponses en ligne de proposer à un investisseur des conseils de gestion de son patrimoine et/ou des produits financiers. Les avantages principaux résident dans la baisse du coût du conseil ainsi que dans son accessibilité permanente. Les risques pour l’investisseur qui n’aurait pas de recours humain, sont d’une part l’incompréhension des raisons de la proposition qui lui est faite, d’autre part une mauvaise prise en compte de ses besoins réels et de ses objectifs.

  • Conseil d’administration*

    Dans les sociétés anonymes, il est l’organe statutaire en charge de l’administration de la société. Sa composition est fixée par les statuts dans le respect des dispositions du code de commerce.

  • Conseil de surveillance*

    Dans les sociétés anonymes dirigées par un directoire, le conseil de surveillance est l’organe qui nomme les membres du directoire et contrôle leur gestion. Il comprend de 3 à 18 membres selon les statuts.
    Permet de déterminer quotidiennement le cours d'un titre par confrontation des offres et des demandes exprimées pendant les séances, c'est à dire son prix sur le marché. Elle peut être effectuée soit en continu, soit au fixing (valeurs à moindre liquidité).

  • Cotation directe

    Mode d'introduction de nouveaux titres sur la place boursière, à un prix d'offre minimum, permettant une hausse des cours le jour même. Le prix définitif s'établit en fonction de la demande de titres.

  • Coupon

    Versement, en principe annuel, lié à la possession d'un titre. Dans le cas d'une obligation, il s'agit d'un intérêt calculé. Dans le cas d'une action, il s'agit d'un dividende.

  • Cours

    Prix résultant de l'offre et de la demande auquel s'échange l'action.

  • Cours ajusté

    Cours d'une action tenant compte des opérations ayant modifié le montant du capital (création d'actions nouvelles, division du titre).

  • Cours de compensation

    Cours conventionnel auquel les opérations à terme sont dénouées lors de la liquidation mensuelle.

  • Courtage

    Rémunération des intermédiaires financiers pour l'exécution des opérations boursières

  • Couverture

    Dépôt de garantie d'une opération à terme. On parle aussi de « déposit ».

  • Covenant

    Terme anglais désignant une clause d’un contrat de prêt qui, en cas de non respect des objectifs (en général un ou plusieurs ratios financiers), peut entraîner le remboursement anticipé du prêt.

  • Création de valeur

    Capacité d’une entreprise à obtenir un taux de rentabilité supérieur au taux de rémunération des capitaux (coût moyen pondéré des capitaux employés).

  • Crédit d’impôt

    Certaines dépenses ou charges supportés par des particuliers ou des entreprises donnent droit à un crédit fiscal, dont le montant s’impute sur le montant de l’impôt correspondant (impôt sur le revenu ou impôt sur les bénéfices). Certains crédits d’impôt ne peuvent être déduits qu’à
    concurrence du montant de l’impôt dû ; dans certains cas au contraire, l’excédent éventuel de crédit par rapport à l’impôt dû est remboursé au contribuable par le Trésor Public.

  • Crossing networks

    Système de négociation de gré à gré développé par les intermédiaires financiers les plus importants (en général les banques). Il n’y a pas de négociation de prix : celui-ci est importé automatiquement d’un autre système.

  • Crowdfunding

    Voir « financement participatif »

  • Crypto-actifs

    Actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale.

  • Cryptomonnaie

    Monnaie virtuelle qui repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé blockchain ou chaîne de blocs. Les principales sont le Bitcoin, l’Ether ou le Ripple ... Il en existe aujourd'hui près de 1 600 de ce type dans le monde. Elles sont créées au sein d’une communauté d’internautes, également appelés « miners » (mineurs en français), qui ont installé sur leurs unités informatiques connectées à internet un logiciel libre qui va créer, selon un algorithme, les « jetons » (ou tokens, en anglais) qui sont ensuite alloués à chaque « miner » en récompense de sa participation au fonctionnement du système.

  • Dark pools (en français « plates-formes électroniques de l’ombre »)

    Plateformes d’échange de blocs de titres qui s’effectuent dans la plus grande confidentialité et qui ne perturbent donc pas le marché.

  • Date de jouissance

    Date à partir de laquelle les intérêts d'un emprunt commencent à courir ou à partir de laquelle une action donne droit au versement d'un dividende.

  • Décote

    Ecart lorsque la valeur réelle ou théorique d'un titre est supérieure à son cours de bourse. Dans les opérations d'actionnariat salarié c'est le rabais sur le cours de référence de l'action, qui permet d'offrir un prix préférentiel pour les salariés.

  • Délai de recouvrement

    Nombre d'années nécessaire à un actionnaire pour obtenir une somme actualisée de bénéfices par action égale au cours de l'action. Voir « Actualisation »

  • Délit d'initié

    Comportement coupable d'un investisseur, qui exploite une information privilégiée généralement obtenue dans le cadre de ses fonctions ou de sa profession, susceptible de modifier le cours d'une action.

  • Dette souveraine

    Dette d’un pays indépendant. La souveraineté entraîne normalement pour l’Etat la possibilité de lever des impôts, qui contribueront au service de sa dette (paiement des intérêts, remboursements à l’échéance) et à la sécurisation des créances de ceux qui lui ont prêté de l’argent.

  • DICI* (« Document d’Information Clé pour l’Investisseur »)

    Document de deux pages pour tous les fonds accessibles au grand public. Il doit comporter de façon claire et synthétique, les informations essentielles sur l’OPC. Il s’applique aux FCPE et SICAV d’actionnariat salarié.

  • Dilution

    Diminution arithmétique du bénéfice ou du dividende par action à la suite de l'augmentation du nombre d'actions ou de la création d'obligations convertibles.

  • Directoire*

    Dans les sociétés anonymes ayant choisi la formule d’un directoire et d’un conseil de surveillance, le directoire dirige la société et agit au nom de celle-ci. Les statuts fixent sa composition ; le nombre de ses membres, personnes physiques, est de un au moins et de cinq au plus, ou sept dans les sociétés dont les actions sont admises aux négociations sur un marché réglementé.

  • Dividende

    Partie du bénéfice de la société versée à l'actionnaire.

  • Division du nominal

    Cette opération permet aux actionnaires individuels d'accéder plus facilement aux titres d'une société. Elle consiste à diviser la valeur nominale de l'action et à multiplier d'autant le nombre de titres.

  • Document de base

    Document descriptif complet publié dans le cadre de l'introduction en bourse d'une société.

  • Document de référence

    Document publié par une société cotée, pour un exercice donné, contenant une information détaillée sur l'activité, la situation financière et les perspectives de l’entreprise. Il est essentiellement destiné aux investisseurs et aux analystes financiers. Il est soumis au contrôle de l'AMF et peut prendre la forme du rapport annuel de la société ou d'un document spécifique établi pour les besoins d'une opération de marché.

  • Dow Jones

    Indice boursier le plus connu de la Bourse de New York. Il repose sur 30 grandes valeurs.

  • Droit d'attribution

    Droit négociable attaché à chaque action ancienne lors de l'attribution gratuite d'actions, provenant de l'incorporation d'une partie des revenus dans le capital social.

  • Droit de souscription (DPS)

    Droit négociable attaché aux actions existantes et permettant de souscrire à des actions nouvelles lors d'une augmentation du capital en numéraire.

  • Droits de garde

    Montants perçus par les établissements habilités à conserver des titres.

  • Effet de Levier*

    Technique consistant, avec peu de dépôt, à engager plusieurs fois la mise et donc à accroître de manière plus que proportionnelle le rapport entre le capital engagé et les gains obtenus.

  • EMEA

    Acronyme signifiant Europe/Moyen Orient/Afrique (à partir des termes anglais)

  • EnterNext

    Bourse des PME/ETI françaises. Créée en 2013 et filiale d’Euronext.

  • ESMA* (European Securities and Markets Authority)

    Autorité Européenne des Marchés Financiers. C’est une autorité indépendante chargée d’élaborer des normes techniques, de garantir l’application cohérente du droit de l’Union, et de régler des différends entre superviseurs nationaux. L’ESMA a la possibilité de décisions contraignantes en cas d’urgence.

  • ETF (de l’anglais « Exchange Traded Funds »)

    OPC indiciels cotés sur les marchés réglementés d'Euronext ayant pour objectif de répliquer les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Il s’agit d’une gestion passive permettant au produit d’avoir une variation similaire à celle de son sous jacent, sans aucune intervention stratégique pour tenter de surperformer l’indice. Le gestionnaire du fonds se limite ainsi aux activités administratives comme l’encaissement de dividendes ou la transposition de divisions de titres. Il intervient de façon très limitée sur l’ETF et par conséquent les frais de gestion sont moins élevés que les fonds gérés de manière active.

  • ETNC (Etats et Territoires Non Coopératifs)

    Voir « Paradis fiscaux »

  • Euroclear France

    Dépositaire central des valeurs mobilières.

  • Euronext

    Entreprise de services qui gère les marchés réglementés de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

  • Exercice social

    Période pour laquelle sont établis les comptes d'une société. Coïncide souvent avec l'année civile (ou « année calendaire ») ; lorsque ce n’est pas le cas, on parle d’un « exercice à cheval ».

  • Family office

    Francisé en "bureau de gestion de patrimoine" ou "gestionnaire de grande fortune", organisation privée destinée à détenir et contrôler le patrimoine d'une ou de quelques familles. Ce terme est appliqué à une organisation suivant les intérêts d'une famille ; le multi family office suit les intérêts de plusieurs clients. Certaines organisations s’ouvrent ainsi également à des particuliers via la Bourse comme Wendel ou Eurazeo en France.

  • FIA (Fonds d’Investissement Alternatif)

    Tout fonds d’investissement qui n’est pas un OPCVM. Il s’agit de SICAV et de FCP offrant plus de souplesse ou de spécificités que les OPCVM. Les FCPE relèvent de cette catégorie.

  • Financement participatif (en anglais « Crowdfunding »)

    Financement de projets par appel à un grand nombre de personnes, en utilisant des plateformes accessibles par internet et les réseaux sociaux et sans avoir recours aux intermédiaires financiers habituels. Mondialisé et peu régulé, il peut être un moyen d’entraide ou de lancement de projets innovants, mais il peut s’avérer très risqué pour les investisseurs individuels.

  • Fintech

    Entreprise qui utilise l’informatique et les communications à très hauts débits pour concevoir, développer et/ou commercialiser de nouveaux services financiers, ou de nouvelles méthodes de distribution de produits et services financiers. Il s’agit en général de start-up faisant appel à des financements externes (cf. fiches n°77 « Les investissements dans les PME innovantes non cotées » et fiche n°87 « Le financement participatif »).

  • Fixage (ou fixing)

    Négociation et cotation d'un cours une ou deux fois par jour, par opposition au marché continu.

  • Flash orders

    Ils consistent à placer en moins d’une seconde des ordres sur un marché puis les retirer après en avoir évalué les conséquences.

  • Flottant

    Fraction du capital d'une société cotée qui est effectivement négociable en bourse.

  • FMI (Fonds Monétaire International)

    Institution spécialisée des Nations Unis, créée en 1944, à laquelle 188 pays adhéraient début 2015. Le rôle du FMI est de venir en aide à des pays en difficulté financière par des prêts en en contrepartie d’engagements précis de réformes économiques visant à assainir la gestion de leurs finances publiques et à rétablir une croissance équilibrée à long terme. Ses ressources reposent sur des engagements des états membres proportionnellement à leur quote-part dans le fonds. Son siège est à Washington.

  • Fonds commun de placement (FCP)

    Copropriété de valeurs mobilières, gérée par un professionnel pour le compte des porteurs de parts. Les Sicav et Fonds communs de placement sont deux catégories d'OPC.

  • Fonds communs de placement d'entreprise (FCPE*)

    Fonds commun de placement spécialisé dans la gestion des fonds constitués dans le cadre de l'intéressement, de la participation ou de versements volontaires des salariés d'une entreprise.

  • Fonds de roulement net

    Actif circulant moins dettes à court terme.

  • Fonds propres

    Ils sont égaux au total des actifs possédés par la société, diminué de l'ensemble de ses dettes.

  • FOREX

    De l’anglais « FOReign EXchange », qui signifie marché des changes ou encore marché des devises.

  • Frais de courtage ou Frais de transaction

    Calculés en pourcentage du montant de l'ordre passé ou bien en montant forfaitaire, ils incluent la commission du broker et, éventuellement, une commission versée à la société de gestion ou à l'établissement financier intermédiaire (qualifiée de « rétrocession »).

  • Front running

    Pratique interdite qui consiste pour un courtier à passer des ordres pour compte propre avant de passer les ordres de ses clients, en prenant avantage des effets de ces derniers sur le marché.

  • Gestion alternative

    Mode de gestion de fonds d’investissement visant à lisser les performances dans le temps et/ou à « sur performer » par rapport aux marchés financiers par des choix de placements très flexibles avec une prise de risque de perte très élevée. Les fonds de la gestion alternative sont communément appelés « hedge funds ».
    Ces fonds utilisent la vente à découvert (voir ce vocable), l’arbitrage en tirant profit de différences a priori anormales de valeur entre des actifs liés, l’effet de levier (voir ce vocable) ainsi que des produits dérivés en couverture du portefeuille ou pour spéculer.

  • Gestion directe

    Méthode de gestion dans laquelle l'investisseur possède son propre portefeuille de titres et donne les ordres d'achat ou de vente d'actions. S'oppose à la gestion indirecte par le biais d'OPC.

  • Gestion indicielle

    Gestion pratiquée par les fonds de placement dont la valeur est maintenue conformément à un indice boursier (par exemple le CAC 40). La gestion « passive » de ces fonds entraîne des frais de gestion moins élevés que la gestion « active » traditionnelle. Les fonds dans lesquels s’opère ce type de gestion sont appelés des « fonds indiciels » (« trackers » en anglais).

  • Goodwill (en français « survaleur » ou « écart d’acquisition »)

    Voir « survaleur ».

  • Gouvernement d'entreprise (en anglais « Corporate Governance »)

    Le Gouvernement d'Entreprise regroupe l'ensemble des différents dispositifs mis en place pour contrôler la gestion d'une société cotée. La notion de Gouvernement d'entreprise est apparue en France en 1995, lors de la publication du Rapport Viénot, qui préconise notamment la création de comités de contrôle spécialisés.

  • Hedge funds

    Voir « fonds de gestion alternative ».

  • HFT (de l’anglais “High Frequency Trading”)

    Voir « Trading haute fréquence ».

  • IFRS (International Financial Reporting Standards)

    Normes comptables dont l’application a été imposée par le règlement européen 1602/2002 du 19 juillet 2002 aux entreprises cotées ou faisant appel public à l’épargne publiant des comptes
    consolidés. Elles ont pour objectif principal d’harmoniser la présentation des états financiers afin d’en faciliter la compréhension et surtout la comparaison à l’échelon européen. La logique de ces normes repose sur des principes comptables nouveaux, dont certains font l’objet de réserve de l’Union européenne, notamment l’option de valorisation à la juste valeur (« fair value ») des actifs et passifs.

  • Illiquidité

    Caractéristique d'un actif qui ne peut être acheté ou vendu quand on le souhaite.

  • Insolvabilité

    Inaptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation et de mise en vente des actifs.

  • Investisseurs institutionnels ou « zinzins »

    Organismes financiers (caisses de retraite, compagnies d'assurances, Caisse des Dépôts et Consignations), tenus par leurs statuts de placer leurs fonds dans des valeurs mobilières.

  • IPO (de l’anglais « Initial Public Offering »)

    Voir « Introduction en bourse ».

  • ISIN

    Les valeurs cotées à la fois sur Amsterdam, Bruxelles et Paris utilisent le code ISIN.
    Pour chaque valeur, ce code se compose de 12 caractères, dont deux lettres pour la place de négociation (NL : Amsterdam, BE : Bruxelles, FR : Paris).

  • Jetons de présence*

    Rémunération des membres des conseils d'administration et des conseils de surveillance.

  • Lever

    Prendre possession d'un titre acheté après l'avoir payé sur un marché à terme, exercer une option, dénouer un contrat d'option ou se procurer des fonds sur un marché.

  • Leverage buy out (LBO)

    Mécanisme de rachat d'une entreprise avec un apport minime de fonds propres et un recours important à l'emprunt garanti sur les actifs de l'entreprise. Souvent pratiqué pour le rachat d'une entreprise par ses salariés (RES).

  • Limite

    Cours maximum ou minimum, fixé lorsque l’on passe un ordre en bourse.

  • Liquidation

    Jour du règlement des opérations avec SRD (Service de Règlement Différé). Sauf exception, la liquidation a lieu le 5° jour de Bourse avant la dernière séance du mois.

  • Liquidité

    (I) Capacité pour un débiteur de dégager ou de se procurer la trésorerie nécessaire au paiement de ses dettes à l’échéance.
    (II) Caractérise un titre qui fait l’objet d’échanges quotidiens importants.

  • Livraison

    Se dit lorsque le vendeur transmet après paiement ses titres à l'acheteur.

  • Marché continu

    Caractéristique d’un marché où les opérateurs peuvent intervenir toute la journée (à Paris de 9 h 00 à 17 h 30) et de n'importe où, grâce à l'organisation informatisée des échanges.

  • Marché libre

    Marché non officiel créé par Euronext pour accueillir de petites sociétés qui veulent commencer une carrière boursière, sans pouvoir d'emblée accéder à un marché réglementé faute de remplir les conditions requises.

  • Marché primaire

    Marché des émissions de titres (marché du neuf).

  • Marché secondaire

    Marché où se négocient et s'échangent les titres en bourse (marché de l'occasion).

  • MiddleNext

    Association professionnelle française indépendante exclusivement représentative des valeurs moyennes cotées. Créée en 1987, MiddleNext fédère et représente exclusivement des sociétés cotées sur Euronext et Alternext, tous secteurs d’activités confondus. L’organisation est financée et gérée par des dirigeants de Valeurs Moyennes.

  • Mifid 2 (Mif2)

    Directive européenne entrant en application le 3 janvier 2018. Elle vise à mieux protéger les particuliers lors des placements en produits financiers et à prévenir les conflits d'intérêts avec leurs prestataires.

  • Moins-value

    Perte sur la vente d'un titre, égale à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • MTF (« Multi Trading Facilities ») ou SMN (Systèmes Multilatéraux de Négociation).

    Une des nouveautés les plus importantes de la MIF a été d’arrêter le monopole des plateformes traditionnelles et de permettre le développement des plateformes alternatives de négociation.
    Voir « plateforme de négociation ».

  • Nasdaq

    Marché des valeurs de croissance aux Etats-Unis.

  • Nominal

    Fraction du capital représentée par une action. Toutes les actions d'une société ont le même nominal.

  • Nominatif*

    Type de détention d'une valeur mobilière inscrite, au nom de son propriétaire, sur les registres de la société (par opposition aux titres au porteur). On distingue le nominatif administré et le nominatif pur. Voir fiche 41 « L’action ».

  • Note d’opération

    Document publié dans le cadre d'une émission de titres décrivant l'émetteur et les conditions de l'émission. On parle également de prospectus.

  • Nyse (New York Stock Exchange)

    Principal marché boursier des Etats-Unis.

  • Obligation convertible

    Obligations que le porteur pourra transformer en action dans une période donnée.

  • Obligation*

    Titre représentatif d'une créance, à revenu en principe fixe, créé lors de l'émission d'emprunts.

  • OPA*/OPE* (Offre Publique d'Achat/d'Echange)

    Quand une société veut racheter une entreprise cotée en bourse, elle peut proposer un prix d'achat unique pour tous les titres qui se présentent (OPA). Si la société qui se porte acquéreur est elle-même cotée, elle peut également proposer ses propres actions en rémunération des titres présentés (OPE).

  • OPC*

    Organismes de Placement Collectif qui collectent et placent les capitaux en valeurs mobilières. Il existe deux formes d’OPC en France : les FCP et les SICAV. Juridiquement, on distingue les OPVVM* et les FIA*.

  • OPF (Offre à Prix Ferme ou Offre à Prix Fixe)

    Procédure d'introduction en Bourse fixant la quantité et le prix unique des titres à vendre.

  • OPR (Offre Publique de Retrait) et OPRO (Offre Publique de Retrait Obligatoire)

    Lorsqu'une société possède au moins 95% du capital d'une autre société, elle peut lancer une OPA ou une OPE sur les 5% restants. La société en question sera alors radiée de la cote si l'OPR est suivie d'un retrait obligatoire (OPRO).

  • Options

    Produits dérivés qui donnent à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, d’acheter (option d’achat ou « call ») ou de vendre (option de vente ou « put ») un actif financier (le sous-jacent) à des conditions déterminées à l’avance (prix, échéance…). Le vendeur est tenu de livrer le sous-jacent si l’acheteur exerce l’option. Les options sont négociables tant qu’elles n’ont pas expiré.

  • Ordre de Bourse*

    Demande faite à l'intermédiaire financier pour acheter ou vendre une action en bourse.

  • OTC (Over the counter)

    Transaction de gré à gré entre opérateurs financiers.

  • Pair

    C'est la valeur faciale ou nominale d'un titre.

  • Paradis fiscaux ou ETNC

    Etats et Territoires Non Coopératifs au plan de la transparence des mouvements financiers.

  • Payout ratio

    Voir « taux de distribution ».

  • PEA (Plan d'Épargne en Actions)

    Cadre de gestion dans lequel il est possible de constituer, sous certaines conditions de conservation, un portefeuille d’actions françaises et des autres pays de l’Union européenne, d’Islande et de Norvège, en franchise d’impôt sur les dividendes et les plus values de cession, ces dernières étant soumises aux contributions et aux prélèvements sociaux à la sortie du plan.

  • PEE* (Plan d'Épargne d'Entreprise) et PEG* (Plan d'Épargne Groupe)

    Système d'épargne collectif destiné à encourager l'épargne des salariés avec l'aide de l'entreprise.

  • PER* (de l’anglais « Price Earning Ratio »)

    Rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice par action, également appelé « Multiple de capitalisation » ou « Coefficient de capitalisation des résultats » ou « CCR ».
    Le PER permet de comparer la rentabilité des actions. C'est le critère d'appréciation boursière le plus utilisé. Le PER d'une valeur sera d'autant plus élevé que l'on anticipe une croissance forte de ses bénéfices.

  • Plafond annuel de la sécurité sociale (PASS)

    Montant de référence révisé annuellement pour l’application des cotisations de sécurité sociale et pour le calcul de nombreux plafonds de versement (voir page « données essentielles » du guide).

  • Plateforme de négociation

    Terme caractérisant un système de transactions électroniques servant à échanger des titres, des biens...

  • Plus-value*

    Gain obtenu sur la vente d'un titre, égal à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • Point mort

    Niveau de vente minimum à partir duquel une entreprise commence à gagner de l'argent ou cesse d'en perdre.

  • Prestataires de services en investissement

    Entreprises d’investissement habilitées à négocier les valeurs. Les sociétés de gestion en sont les principales représentantes.

  • Prime d’émission

    Les actions nouvelles sont le plus souvent émises à un prix supérieur à la valeur nominale. L’écart constitue la prime d’émission qui vient augmenter les réserves.

  • Prime de risque

    Différence entre le taux de rendement attendu du marché des actions et le taux de rémunération offert par les obligations d'Etat à long terme.

  • Produit dérivé*

    Instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du taux ou du prix d'un autre produit appelé « sous-jacent », qui ne requiert aucun placement net initial ou un apport peu significatif et dont le règlement s'effectue à une date future.

  • Prorogation

    Synonyme de report, le terme est devenu officiel sur le Service de règlement différé (SRD).

  • Prospectus

    Documentation écrite officielle diffusée largement lors d’un placement de titres par l’entreprise émettrice et la, ou les, banques en charge du placement. Il vise à informer les investisseurs sur le patrimoine, la situation financière, les résultats et les perspectives de la société.

  • Put

    Option de vente en Anglais.

  • Quorum

    Part minimum du capital qui doit être présente ou représentée à une assemblée d'actionnaires pour que celle-ci délibère valablement.

  • Quotité

    Multiple de titres minimum pour une négociation. Elle s'applique encore aux options et warrants.

     

  • Rapport annuel

    Document de communication qu’une société publie après la clôture de l’exercice pour présenter ses activités, ses perspectives, ses principaux résultats financiers et souvent ceux qui la dirigent.

  • Rapport cours-bénéfice

    Rapport entre le cours des actions d'une société et son bénéfice net par action.
    Voir « PER »

  • Relit

    Système informatique français de règlement livraison des titres

  • Relution

    Inverse de dilution (voir ce mot).

  • Rendement d'une action

    Dividende rapporté au cours de l'action.

  • Report

    Possibilité offerte à un investisseur de reporter (on dit aussi proroger) d'un mois son engagement à terme moyennant le paiement d'un intérêt appelé report.

  • Report à nouveau

    Solde restant après distribution des bénéfices. Les soldes reportés sur plusieurs exercices peuvent servir à distribuer ou à compléter un dividende dans une période difficile.

  • RES (Rachat d'une Entreprise par ses Salariés)

    Opération permettant aux salariés d'une entreprise d'en acquérir le capital en grande partie grâce à un prêt.

  • Réserves légales

    La loi impose aux sociétés anonymes la constitution de réserves légales correspondant à 5% du bénéfice de l'exercice jusqu'à la limite de 10% du capital social.

  • Retrait obligatoire

    Voir « OPR-OPRO »

  • Road-show

    Série de rendez-vous organisés dans plusieurs villes pour le management d’une société afin qu’il puisse rencontrer ses investisseurs/actionnaires actuels ou futurs. Ce type d’évènement s’organise dans le cadre des introductions en bourse, d’opérations financières, ainsi que dans le cadre de la communication habituelle des sociétés cotées après leurs publications financières trimestrielles, semestrielles ou annuelles.

  • Rompu

    Si l'on n'a pas le multiple exact de droits de souscription ou d'attribution pour obtenir une action (dix pour une par exemple), il reste des rompus, ces droits doivent être vendus ou complétés pour avoir le nombre d'actions correspondant à une souscription ou à une distribution de titre gratuit. En cas de fusion ou d'échange d'actions, se dit des titres en surplus par rapport à la parité d'échange.

  • Say on pay

    Consultation des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux d'une société. Les votes peuvent avoir suivant la loi et les statuts une portée contraignante ou celle d'avis simplement consultatif.

  • Support

    Utilisé comme synonyme d'actif sous-jacent.

  • Surcote

    Ecart entre la valeur réelle ou théorique d'un titre et son cours de bourse quand ce dernier est supérieur à la première.

  • Survaleur ou Ecart d’acquisition ou Goodwill (en anglais « goodwill »)

    Ecart d'acquisition, figurant au bilan d’une société, correspondant à l'excédent du coût d'acquisition, lors d'une prise de participation ou d'une fusion, sur la quote-part de l'acquéreur dans la juste
    valeur des actifs et passifs identifiables (selon la norme internationale IFRS 3).
    L'écart entre le prix d'acquisition d'une société et sa valeur économique peut-être positif (goodwill) ou négatif (badwill).

  • Swap

    Contrats d’échange (en anglais, to swap = échanger) qui permettent à deux parties d’échanger des flux financiers. Ces parties sont en général des banques ou des institutions financières. L’avantage pour elles réside dans l’absence de capitaux à échanger.
    Pour une entreprise, l’avantage sera la modification des caractéristiques de ses actifs financiers figurant au bilan, en y superposant un produit « hors bilan », sans encourir les conséquences comptables et fiscales d’une sortie de bilan.
    A titre d’exemples, il peut s’agir de l’échange des intérêts d’un prêt à taux variable contre des intérêts fixes, de taux d’intérêts afférents à des prêts en devises différentes, d’une protection contre un risque crédit en contrepartie de versements réguliers (en anglais « credit default swaps » ou « CDS »), ou encore d’un prix fixe contre un prix variable pour des matières premières.
    Les swaps sont au cœur de l’ingénierie financière. On les trouve par exemple dans les opérations d’actionnariat salarié à effet de levier.

  • Taux de distribution (en anglais « payout ratio)

    Rapport entre le dividende net par action et le bénéfice net par action.

  • Titre au nominatif

    Voir « Nominatif »

  • Titre au porteur

    Le possesseur de l'action est inconnu de la société émettrice.

  • Titres subordonnés

    Titres de plusieurs types, qui ne peuvent être remboursés qu’à l’initiative de l’émetteur, soit en espèces soit en actions. Sans faire partie du capital, ils constituent des quasi fonds propres. Une variété de ces titres, dits « super subordonnés » ne sont remboursables aux porteurs en cas de liquidation de la société qu’après les autres créanciers non actionnaires.

  • Titrisation

    Technique financière consistant à transférer à des investisseurs des créances en les transformant en titres financiers émis sur les marchés de capitaux.
    Trading à Haute Fréquence ou HFT (de l’anglais « High Frequency Trading »)
    Exécution à grande vitesse (quelques microsecondes) de transactions financières faites par des algorithmes informatiques complexes. Ces transactions permettent de jouer sur des grandes
    quantités avec des petits écarts de prix et de faibles coûts de traitement.

  • Valeur de croissance

    Action d'une société qui exerce son activité dans un secteur en forte croissance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur mobilière

    Titre négociable émis par une société ou une collectivité publique qui peut être coté en bourse. Les deux grandes catégories sont les actions et les obligations.

  • Valeur nominale

    Il s'agit de la valeur à laquelle un titre a été émis. Le capital social correspond au produit de la valeur nominale par le nombre d'actions. Voir «Nominal»

  • Validité de l'ordre

    Un ordre jour ne peut donner lieu à une transaction que dans la journée où il a été émis. Il restera sur le marché jusqu'au jour indiqué s'il est à date déterminée, alors qu'un ordre à révocation est valable jusqu'à la fin du mois civil.

  • Vente à découvert

    Vente au comptant d’actifs (notamment des titres) que l’on ne possède pas, mais que l’on prévoit de racheter ultérieurement moins cher, la différence constituant le gain de l’opérateur. Si le prix monte, l’opération est au contraire perdante pour lui et son risque de perte est en théorie illimité.

  • Volatilité

    Indicateur de risque qui permet de mesurer l'amplitude de variation des cours d'un titre par rapport à la tendance générale du marché.

  • Warrant

    Voir « Bon de souscription ».

Fermer

Mots-clés

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z

    * Termes figurant dans le glossaire

      Jetons de présence*

      V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES

      V. 19. Les principes des normes comptables IFRS

      Patrick de CAMBOURG et Stéphanie TALBOT, Président et Directrice générale de l’Autorité des normes comptables Date de création : 03/11/2017Date de révision : 15/03/2018

      Septembre 2015

      Après une transition sans heurts grâce à la formidable mobilisation de l’ensemble des parties prenantes, l’Europe est sans conteste, depuis 2005 et pour encore longtemps, le principal utilisateur des normes comptables internationales, dites « IFRS ». Au-delà des problématiques de mise en œuvre que suscite un tel référentiel basé sur des principes, il convient de garder à l’esprit que ce référentiel est en constante évolution.

      En France, les IFRS sont obligatoires pour les comptes consolidés des sociétés cotées et optionnels pour ceux des sociétés non cotées.

      Les sociétés françaises dont les titres sont admis à la négociation sur un marché réglementé, ainsi que celles dont seuls les titres de créances sont admis aux négociations sur un marché réglementé sont tenues d’établir et publier leurs comptes consolidés selon les normes IFRS (règlement CE 1606/2002 du 19 juillet 2002).

      Cette obligation ne concerne pas les comptes sociaux ou individuels des sociétés françaises qui restent placés sous le régime des normes comptables françaises (Plan comptable général – PCG), lequel s’inscrit dans le cadre comptable européen. Il peut être noté que le PCG a évolué, en adoptant certaines orientations des normes IFRS, sans toutefois altérer les différences fondamentales entre les approches propres à ces deux référentiels.

      Donc les normes internationales sont utilisées par les sociétés cotées, qui ont choisi de se financer sur les marchés financiers et adoptent le langage comptable conçu dans cette perspective. De ce point de vue, le référentiel a marqué des évolutions notables. Il soulève cependant un certain nombre de questions dans la mesure où il est essentiellement axé sur une vision financière des entreprises qui peut, parfois, conduire à des représentations qui s’écartent de la réalité des activités des entreprises qu’il s’agit pourtant de décrire. Ce risque se pose notamment en matière de comptabilité des instruments financiers (la norme actuellement en vigueur a fait l’objet de réserves de l’Union européenne ou d’autres pays qui utilisent les IFRS), mais également dans un certain nombre d’autres projets de norme : en effet, les IFRS ne sont pas encore achevées (cf. ci-après).

      Ces risques concourent à ne pas souhaiter appliquer les IFRS aux petites et moyennes entreprises, qui ne se financent pas sur les marchés financiers et s’inscrivent plutôt dans des perspectives de plus long terme. Surtout, les IFRS ne permettent pas la connexion séculaire de la comptabilité et du droit, inscrites dans les normes comptables européennes qui reposent sur des approches plus prudentes de la mesure de la performance, excluant notamment tous les éléments non réalisés. C’est pourquoi les normes IFRS sont réservées aux comptes consolidés, « économiques », des sociétés cotées.

      Les grands principes des IFRS

      Publiés dans un volume de plus de 2 500 pages, il serait bien présomptueux de résumer en quelques lignes les grands principes des normes IFRS.
      Toutefois quelques-uns méritent d’être cités :

      • L’investisseur est consacré comme principal utilisateur des comptes, et les états financiers servent principalement à donner une valeur financière de l’entreprise à un instant donné, par opposition à une approche de performance de l’entreprise dans la durée, mesurée au travers du compte de résultat

      • La primauté du bilan sur le compte de résultat, les charges et produits étant considérés comme résultant des variations des actifs et des passifs, certaines de ces variations étant cependant directement enregistrées en capitaux propres, tout en étant considérées comme faisant partie d’un résultat global (« comprehensive income »)

      • La prédominance de la substance sur la forme (« substance over form »), l’analyse de la substance économique devant surpasser la forme notamment juridique afin de prévenir les risques de « structuration » des transactions qui aurait pour objectif de maximiser le bénéfice comptable en retenant un traitement comptable plutôt qu’un autre

      • Une consolidation reposant sur la notion de contrôle effectif et les « risques et avantages » d’une implication dans une autre entité, afin d’inclure non seulement les filiales mais encore des entités ad hoc dans le périmètre de consolidation du groupe

      • L’utilisation plus étendue de la notion de juste valeur (« fair value ») consistant à évaluer des actifs à leur valeur de marché (sur une échelle allant de la référence directe au cours de Bourse « marked-to-market », jusqu’à des valeurs calculées à partir de modèles mathématiques « marked-to-model », en l’absence de marché pour les éléments devant être valorisés)

      • Le non-amortissement des écarts d’acquisition, soumis en contrepartie à un test de perte de valeur (dit « test d’impairment ») annuel.

      Un référentiel en constante évolution

      L’IASB a entrepris depuis 2005 un très vaste programme de révision de son référentiel, essentiellement guidé initialement par une volonté de convergence avec le référentiel comptable des Etats-Unis. Ainsi, les différents projets portent sur la quasi-totalité des éléments des états financiers.

      En particulier, deux normes importantes ont été publiées en 2015 ; celle sur la comptabilisation du chiffre d’affaires (IFRS 15) et celle sur les instruments financiers (IFRS 9) entrées en application au 1er janvier 2018. Les deux autres projets en cours de finalisation portent sur les contrats de location et les contrats d’assurance. Néanmoins, sans prétendre à l’exhaustivité, il convient de noter que l’IASB a publié en 2015 un projet de norme sur le thème du cadre conceptuel. Parallèlement, certains sujets sont en aussi en phase de recherche, en particulier sur les regroupements d’entreprises sous contrôle commun, les sociétés mises en équivalence ou la présentation des états financiers (Disclosure initiative).

      Dans ce contexte, il importe de préserver l’intégrité des normes IFRS, ce qui signifie essentiellement : éviter les excès d’une vision trop financière, stabiliser l’ensemble du référentiel de façon à permettre la prise en compte des modèles économiques réels des entreprises, enfin veiller à une application comparable des normes à travers le monde, au fur et à mesure qu’elles s’internationalisent. Tous ces objectifs impliquent des évolutions indispensables de la gouvernance de l’IASB, l’organisme privé qui produit les normes IFRS.

      Tel est l’axe stratégique qui guide les travaux de l’ANC

      Quels sont les impacts en matière d’actionnariat salarié ?

      Les transactions avec un actionnaire salarié sont traitées de la même manière que des transactions avec un actionnaire non-salarié, lorsque le salarié agit simplement en tant qu’actionnaire (souscription d’actions, etc.). Ces transactions sont enregistrées directement dans les capitaux propres sans impact sur le compte de résultat de l’entreprise.

      En revanche, la norme IFRS 2 précise le traitement des rémunérations sous forme d’actions ou d’instruments financiers dont la valeur est liée à des actions, notamment lorsque les salariés en sont les bénéficiaires (attribution de stock-options ou d’actions gratuites, …). L’avantage ainsi consenti aux salariés (par exemple sous forme de décote du prix de souscription d’actions) en contrepartie de leur travail (généralement sur une certaine durée) ou de leurs performances est alors inscrit en charges d’exploitation, afin de faire apparaître le coût de cette rémunération dans le compte de résultat de l’entreprise, quand bien même le paiement est fait sous forme d’actions.

      L’évaluation de ce type de rémunérations se fait selon des formules de calcul parfois complexes. Ainsi, le modèle d’évaluation de Black & Scholes, très utilisé pour évaluer les instruments financiers à caractère optionnel, et notamment les stock-options, sur la base de comportement financier rationnels, fait l’objet d’un certain nombre de critiques quant à sa pertinence pour l’évaluation des avantages consentis aux salariés, dont le comportement attendu est souvent difficile à traduire dans des formules mathématiques.

      Par ailleurs, les plans de rémunération sous forme d’actions des salariés sont souvent eux-mêmes assez complexes, avec des dispositions spécifiques en matière d’attribution et de mise à disposition effective des actions octroyées. Cela génère généralement un certain nombre de questions techniques sur la manière d’appliquer la norme IFRS 2 à ces plans de rémunérations. Ainsi, le communiqué du Conseil national de la comptabilité (prédécesseur de l’ANC) du 21/12/2004 analyse le traitement comptable à appliquer aux dispositions spécifiques de certains PEE.

      Suite à la crise financière de 2007-2008, des modifications ont été imposées aux conditions d’attribution de ce type de rémunération, notamment pour certains agents travaillant dans des établissements de crédit, afin de mieux faire correspondre ces rémunérations avec la performance effective de ces salariés sur le long terme.

      V. 20. Lire un bilan

      Philippe BERNHEIM et Bernard CASTANIER / Anciens administrateurs de l’AASGO (Association Actionnariat Salarié du Groupe Orange) Date de création : 24/10/2017Date de révision : 04/03/2018

      Décembre 2017

      Comment lire un bilan ?

      Il comporte deux parties, dont l’une est en quelque sorte la contrepartie de l’autre : l’actif et le passif.

       L’ACTIF

      Il décrit ce qui appartient à l’entreprise.

      On distingue l’actif immobilisé et l’actif circulant.

      L’actif immobilisé

      On y trouve le patrimoine de l’entreprise :

      • les « immobilisations incorporelles », avec notamment les brevets, les marques amortissables, les quotas de gaz à effet de serre
      • les immobilisations « corporelles » : équipements, terrains et immeubles
      • les immobilisations financières, typiquement les actions que possède l’entreprise dans ses filiales et ses participations (sociétés qu’elle ne contrôle pas, mais dont elle possède des actions susceptibles de lui procurer des dividendes).

      Sauf pour certaines exceptions, les immobilisations s’amortissent, c’est-à-dire que, chaque année, chacun des éléments pris en compte (équipement, bâtiment…) est susceptible de perdre une partie de sa valeur suivant un rythme forfaitaire fixé par des règles fiscales. Cela donne donc une valeur nette qui baisse chaque année (valeur initiale, dite « historique », moins somme des amortissements déjà effectués). Une alternative consiste à ajuster s’il y a lieu chaque année la valeur initiale, si celle-ci ne correspond plus à la valeur estimée en cas de cession.

      Avec les nouvelles normes comptables (IFRS), la valeur des participations donnant une influence significative dans une société et, en tout cas la valeur celles à plus de 20 %, doit être estimée chaque année et, s’il y a lieu, être réajustée.

      L’actif circulant

      Il regroupe ce qui appartient à l’entreprise dans le cadre de ses activités de production : stocks, créances (essentiellement sur ses clients), ainsi que la trésorerie.

      LE PASSIF

      Il regroupe les dettes de l’entreprise en partant de celles à la plus longue échéance.

      On distingue successivement les capitaux propres, les dettes à long terme, les dettes à court terme.

      Les capitaux propres

      Ce sont des dettes envers les actionnaires, qui ne sont exigibles qu’à l’expiration de la société.

      On y trouve :

      • le capital, à sa valeur nominale (valeur théorique de chaque action composant le capital multipliée par le nombre d’actions émises)
      • les primes d’émission (résultant de la différence entre le prix payé à la souscription des actions et la valeur théorique de ces actions prise en compte dans le capital)
      • les réserves (partie des bénéfices nets annuels après impôt qui n’a pas été distribuée aux actionnaires sous forme de dividendes).

      N.B. : Dans les bilans consolidés au niveau Groupe, on voit apparaître une ligne « intérêts minoritaires ». Cela vient du fait qu’une société consolide à 100 % les actifs des filiales qu’elle contrôle. En contrepartie, elle doit alors inscrire en dette la quote-part revenant aux actionnaires minoritaires de ces filiales.
      Dans certains bilans, on trouve en outre des « Fonds non remboursables et assimilés », qui correspondent à des titres de dette non remboursables avant l’expiration de la société ou remboursables en actions, tels que les titres « subordonnés » ou « super subordonnés ».

      Les dettes à long terme

      Il s’agit d’abord des obligations, titres en général négociables remis aux créanciers, qui portent intérêt à un taux fixe ou variable ; leur échéance est fixée dès l’émission.

      Il s’y ajoute des dettes à long ou moyen terme auprès de banques ou de créanciers divers (par exemple des certificats de valeur garantie), des provisions concernant les actifs immobilisés ou des engagements à long terme (tels que les engagements provisionnés liés à un plan social).

      Les dettes à court terme

      Elles sont liées à l’exploitation courante : dettes envers les fournisseurs, prêts bancaires à court terme et découverts bancaires, provisions autres que celles relatives aux actifs immobilisés (litiges, risques de pertes de change, provisions pour indemnités de départ du personnel…), les produits constatés d’avance du fait que l’entreprise a déjà facturé des prestations qu’elle doit, mais n’a pas encore réalisées (par exemple des abonnements payés d’avance par les clients).

      Un bilan donne la situation de l’entreprise à la clôture de l’exercice. Il permet des comparaisons d’une année sur l’autre, ainsi que le calcul de ratios caractéristiques de la situation financière de l’entreprise

      Structure d’un bilan

      ACTIF

      PASSIF

      Immobilisations

      – incorporelles
      – corporelles
      – financières

      Capitaux propres

      – capital social
      – primes d’émission
      – réserves

      Actifs circulants

      – stocks
      – créances sur les clients
      – trésorerie

      Dettes

      – dettes à long terme
      – dettes à court terme

       

      A savoir par les actionnaires des entreprises multinationales…

      Les résultats et le cours de bourse peuvent chuter :

      • si l’entreprise doit déprécier des « goodwills », c’est-à-dire les surprix payés pour l’acquisition de filiales par rapport à leur valeur comptable au bilan
      • si l’entreprise, pour respecter ses engagements, doit renflouer le fonds de pension en difficultés d’une filiale étrangère
      • si des investissements doivent être dépréciés parce qu’ils s’avèrent sous-utilisés faute de demande suffisante des biens qu’ils servent à produire ou sont rendus obsolètes par des produits concurrents ou substituables.

       

      V. 21. Lire un compte de résultat

      Philippe BERNHEIM et Bernard CASTANIER / Anciens administrateurs de l’AASGO (Association Actionnariat Salarié du Groupe Orange) Date de création : 24/10/2017Date de révision : 15/03/2018

      Décembre 2017

      Le compte de résultat retrace l’activité annuelle de l’entreprise. En comparant ses éléments sur plusieurs années, on peut analyser l’évolution des performances de l’entreprise et notamment sa croissance

      Le compte de résultat se présente sous la forme d’une chaîne de soldes comptables :

      • la marge brute opérationnelle
      • le résultat d’exploitation
      • le résultat financier
      • le résultat net.

      La marge brute opérationnelle (MBO)

      Elle mesure ce que l’entreprise a gagné (ou perdu) comme argent dans ses activités productives. Son évolution, en hausse ou en baisse, traduit l’amélioration ou la dégradation des performances opérationnelles (inflation comprise puisque la MBO est en euros courants et non constants)

      C’est le solde des recettes et des dépenses. On y trouve donc le chiffre d’affaires, dont on soustrait, d’une part, les achats externes (achats de biens ou de services auprès de fournisseurs) et, d’autre part, les charges de personnel (salaires et charges sociales).

      A noter que la MBO, premier solde intermédiaire de gestion, n’est pas définie par les normes comptables ; on peut dès lors constater des différences de contenu d’une entreprise à une autre et l’analyste doit prêter attention aux précisions données par l’entreprise sur son mode de calcul.

      Le résultat d’exploitation

      Si la MBO reflète l’activité productive, le résultat d’exploitation prend en compte l’ensemble des éléments opérationnels de l’exercice, hors opérations financières. Il reflète donc la performance globale de la gestion (hors finances) pendant l’exercice considéré.

      Pour arriver au résultat d’exploitation, on part de la marge brute opérationnelle. On y ajoute le produit des cessions d’actifs opérées. On déduit la dotation aux amortissements opérés pendant l’exercice sur les immobilisations figurant au bilan (cf. fiche n°20) les provisions nouvelles pour risques de pertes ou de charges, le coût des restructurations, la participation des salariés aux résultats, ainsi que la valeur comptable des actions qui leur sont attribuées gratuitement (ou de la décote sur le prix des actions achetées ou souscrites par eux).

      Le résultat financier

      Il mesure l’impact des opérations financières sur le résultat de l’exercice.

      Les produits financiers sont les produits des participations dans d’autres sociétés (dividendes perçus), les produits de placements financiers opérés (rémunération du placement de la trésorerie notamment), les reprises de provisions imputées lors d’exercices précédents si le risque correspondant a disparu, les gains de change sur les opérations en devises.

      Les charges financières comprennent le coût global de l’endettement financier net (solde des remboursements et des emprunts nouveaux, intérêts versés aux créanciers au titre de la dette financière), les pertes de change sur devises.

      Le résultat net

      Il est la mesure du gain (bénéfice) ou de la perte résultant des activités de l’exercice. S’il y a bénéfice, celui-ci est à disposition des actionnaires qui doivent statuer lors de l’assemblée générale sur son affectation.

      Pour le calculer, on part du résultat d’exploitation ; on y ajoute le résultat financier (positif ou négatif), le solde de produits et charges exceptionnels et on déduit l’impôt sur les sociétés, qui est la part du « bénéfice avant impôt » qui revient à l’Etat.

      Dans le cas d’un compte consolidé, qui inclut l’intégralité des résultats de sociétés dans lesquelles des tiers ont une participation, donc des droits sur les résultats, il convient de calculer ce qui leur revient au prorata de leur participation dans le capital des filiales considérées et de déduire le montant obtenu pour déterminer le résultat net revenant aux actionnaires de la société.

      Le résultat net est inscrit au passif du bilan, après décision des actionnaires en assemblée générale sur le paiement ou non d’un dividende ; le solde du résultat vient augmenter (résultat positif diminué du montant des dividendes versés) ou diminuer (cas d’une perte) le poste « réserves ». Si le résultat net positif est entièrement distribué, il n’y a donc pas de répercussion sur les réserves.

      Structure d’un compte d’exploitation

      Chiffre d’affaires

      -Frais de personnel

      -Achats externes

      = Marge brute d’exploitation (MBO)

      +Produits de cession d’actifs non financiers

      -Dotation aux amortissements

      -Dotation aux provisions pour risques et pertes

      -Frais de restructuration

      -Participation des salariés aux résultats de l’entreprise

      -Coût de la rémunération des salariés en actions

      = Résultat d’exploitation

      +Produits financiers (intérêts et dividendes reçus)

      +Reprises de provisions

      +Gains de change

      -Coût de l’endettement financier (remboursement net d’emprunts, intérêts de la dette)

      -Provisions sur titres de participation

      -Pertes de change

      (= Résultat financier)

      + Résultat exceptionnel (positif ou négatif)

      -Impôt sur les sociétés

      = Résultat net (bénéfice ou perte)

      -Intérêts minoritaires (le cas échéant)

      =Résultat net revenant aux actionnaires

       

      A savoir…
      Le résultat consolidé d’un groupe fortement internationalisé peut être lourdement influencé par les fluctuations monétaires dont l’impact immédiat porte sur le chiffre d’affaires, la valeur des actifs, etc. Ces fluctuations, même si des instruments financiers permettent de les atténuer, peuvent générer de lourdes pertes de change, notamment dans les transferts financiers et les remboursements d’emprunts.

       


       

      V. 22. La trésorerie d’une entreprise

      Philippe BERNHEIM et Bernard CASTANIER / Anciens administrateurs de l’AASGO (1) Date de création : 24/10/2017Date de révision : 15/03/2018

      Décembre 2017

      On peut définir la trésorerie d’une entreprise comme l’ensemble des disponibilités dont elle dispose en caisse ou sur des comptes bancaires à un moment donné. A ces disponibilités s’ajoutent ce que l’on nomme les « quasi-disponibilités », qui sont essentiellement des fonds déposés momentanément sur des SICAV de trésorerie, pratiquement disponibles sans délai.

      Comment l’entreprise constitue sa trésorerie ?

      On distingue deux périodes, lors de sa création et lors de son fonctionnement courant.

      1) Lors de sa création 

      L’entreprise en projet émet des parts sociales ou des actions qui sont achetées par des associés ou des actionnaires. Ces parts valorisées globalement constitueront ses fonds propres initiaux. Ces premiers fonds apportés peuvent être complétés de sommes empruntées aux banques et établissements financiers.

      Avec ces premiers apports, l’entreprise pourra commencer à fonctionner, pour produire et vendre.

      2) Lors de son fonctionnement courant 

      Les opérations qui entraînent une modification du niveau de trésorerie sont les recettes et les dépenses.

      Les recettes proviennent essentiellement de la vente de biens et services produits, mais aussi d’emprunts et crédits bancaires. D’autres recettes de trésorerie, plus exceptionnelles, peuvent provenir de la vente d’actifs détenus, telles que la vente partielle ou totale de filiales, mais aussi de la vente de licences et brevets, voire d’augmentations de capital par émission de nouvelles parts sociales ou actions.

      Les dépenses de trésorerie peuvent être classées en deux catégories :

      Les dépenses globales d’exploitation qui ont trait à la gestion courante : achat de matières premières, de services, location de locaux et matériels, mais aussi paiement des salaires et charges sociales. On classera dans ce type de dépenses le paiement des impôts et taxes, ainsi que les frais financiers induits par les emprunts bancaires.

      Les dépenses de financement liées à l’achat d’immobilisations ou biens de production et autres licences et brevets, mais aussi aux remboursements des emprunts et à la rémunération du capital sous la forme de dividendes payés aux actionnaires.

      On notera que la trésorerie générée par le fonctionnement de l’entreprise est égale à la somme du résultat net, des amortissements et des diverses provisions. Ces amortissements et provisions inscrits en charges au compte de résultat sont destinés à couvrir des dépréciations d’actifs ou à la prise en charge de risques potentiels ; ils viennent en diminution du résultat, mais ne constituent pas des dépenses réelles immédiates.

      La gestion de la trésorerie est un élément fondamental et prioritaire de la gestion d’une entreprise. Le manque de trésorerie est une des causes les plus fréquentes de la disparition des entreprises, qui peuvent être en péril si, à tout moment, elles ne sont pas en mesure d’honorer leurs dettes.

      Les analystes financiers et les agences de notation font de la trésorerie un des critères prioritaires d’appréciation de la capacité d’une entreprise à faire face à ses échéances, à s’autofinancer et à rémunérer son capital. Un des indicateurs importants est celui de l’évolution de la trésorerie disponible (free cash flow), c’est à dire de la trésorerie restant après paiement des dépenses globales d’exploitation. Cette trésorerie disponible permet en effet d’investir en achetant des biens de production (« immobilisations »), de rembourser les emprunts contractés et de rémunérer le capital. Ce free cash flow permet d’évaluer les capacités de développement propres de l’entreprise et plus globalement ses marges de manœuvre quant à sa stratégie future.

      En 2017/2018, la politique de liquidités abondantes menée par des banques centrales, dans un contexte où la croissance et l’inflation sont très faibles dans les principales économies développées, entraine les taux d’intérêt du marché monétaire jusqu’à un niveau proche de 0 – voire même négatif. La trésorerie disponible des entreprises n’est donc pratiquement plus rémunérée par les banques, ce qui peut induire ces entreprises soit à des remboursements anticipés d’emprunts (désendettement), soit à une plus grande rémunération des actionnaires (dividendes élevés, rachats d’actions), soit encore à une politique de croissance externe par le rachat de sociétés, afin d’étendre la gamme de produits, de développer des activités plus rentables, ou de s’ouvrir de nouveaux marchés dans le monde.

      Ces acquisitions sont d’autant plus aisées pour les entreprises les plus saines, qu’il est facile pour elles de se procurer des financements à bon compte auprès d’investisseurs cherchant à placer leurs liquidités à des taux un peu plus rémunérateurs que ceux du marché monétaire.

      Il n’en demeure pas moins qu’est nécessaire une gestion stricte et prudente pour générer une trésorerie qui permet une relance des investissements par autofinancement afin de profiter du redémarrage de la croissance sans fragiliser le bilan.


      (1) Association Actionnariat Salarié du Groupe Orange

      V. 23. Déterminer la valeur d’une entreprise

      Philippe BERNHEIM Date de création : 24/10/2017Date de révision : 15/03/2018

      Décembre 2017

      Ce que vaut une entreprise est une information essentielle pour celui qui envisage de l’acquérir, ou simplement de prendre une participation dans son capital(1).

      Comme pour tout bien,  cette valeur repose sur une estimation et celle-ci pourra être différente suivant les investisseurs, leurs préoccupations, l’intérêt qu’ils portent aux différentes activités. De plus, elle variera logiquement dans le temps en fonction de l’évolution des résultats, des perspectives, des actifs et des dettes contractées.

      L’investisseur fera en effet l’acquisition de tout ou partie du patrimoine de l’entreprise, mais aussi de tout ou partie de ses engagements financiers (dettes).

      En conséquence, toute évaluation de l’entreprise s’appuiera sur des éléments chiffrés, tirés de son bilan (voir fiche n°20), de son compte de résultats (voir fiche n°21), de son carnet de commandes. Mais l’avenir pour un acquéreur ayant davantage d’importance que le passé, d’autres éléments pourront être intégrés à l’évaluation, alors même qu’ils sont incertains (recettes attendues d’un produit nouveau ou en développement, ou bien inversement risque d’obsolescence des équipements ou de produits commercialisés, du fait de l’arrivée de techniques nouvelles ou de produits concurrents)

      C’est donc une synthèse d’éléments multiples que l’investisseur devra effectuer, et cela dépendra de son horizon de placement, de sa stratégie pour l’entreprise, voire simplement de ses objectifs de rentabilité.

      Les méthodes d’évaluation

      Plusieurs méthodes sont utilisées, présentant chacune des avantages, mais aussi des limites. L’investisseur sera donc souvent amené à en combiner plusieurs et à les pondérer en fonction de ses critères et objectifs personnels.

      La méthode de l’actif net

      C’est la plus simple, s’appuyant sur le bilan de l’entreprise, en déduisant les dettes de l’actif comptable. Elle est fréquemment utilisée dans les entreprises non cotées pour déterminer la valeur des actions cédées aux salariés.

      Comme toute photo prise à un instant donné, elle présente deux inconvénients :

      • Les valeurs comptables peuvent masquer des plus ou moins values latentes ou potentielles. (2)
      • Surtout elle ignore les perspectives de l’entreprise, les marchés qu’elle paraît susceptible de conquérir ou de perdre, les investissements qu’elle devra réaliser pour rester compétitive, les risques « pays » ou de change au-delà de provisions déjà constituées, les conséquences des variations des taux d’intérêt sur la charge de la dette.

      Ceci explique la fréquente utilisation de correctifs pour aboutir à un actif net corrigé ou réévalué.

      La méthode des cash flows actualisés (DCF (3))

      Elle repose sur l’idée est qu’un investisseur cherche à savoir ce que son acquisition pourra lui rapporter au fil du temps, en monnaie d’aujourd’hui.

      Cela lui permettra de mesurer le rendement attendu et, s’il le souhaite, de comparer celui-ci avec celui d’autres formes d’investissement et de placement.

      Pour cela il évaluera les flux de trésorerie (cash flows) prévisibles au fil des années. Dans un premier temps, il évaluera les cash flows opérationnels (produit des ventes diminués de tous les coûts associés à ces ventes). Dans un deuxième temps, pour arriver au flux de trésorerie net, il déduira les investissements nécessaires au maintien et au développement de l’entreprise.

      Dans un troisième temps, il actualisera chacun des cash flows nets en choisissant un taux d’actualisation, qui fera des euros gagnés de chacune des années à venir des euros d’aujourd’hui ; ce taux correspond au coût moyen anticipé du capital et prend donc en compte les taux de rémunération des actionnaires et des prêteurs ; il est donc sensible à leur niveau d’aversion au risque et aux risques auxquels l’entreprise est exposée dans ses activités (fonction du secteur, de la taille, de la présence significative dans certains pays…). La valeur déterminée à l’aide d’un tableur résultera de la somme des cash flows actualisés.

      La méthode est de ce fait complexe dans son utilisation. Elle repose sur le choix et la valorisation de multiples paramètres. Il s’agit notamment du taux de croissance, qui peut non seulement ne pas être linéaire, mais encore être différent suivant les activités. Les incertitudes sont en général si importantes que plusieurs scenarios plus ou moins optimistes sont souvent envisagés, donnant des résultats substantiellement différents.

      La méthode des multiples (ou des comparables)

      On part de l’idée que la valeur d’une entreprise n’a pas de raison d’être différente, au même moment, de celle d’une entreprise similaire. Si précisément une entreprise comparable a été vendue, le prix de cession pourra servir de référence.

      Bien entendu aucune entreprise ne ressemble complètement à une autre, par ses activités, ses performances, ses perspectives. On utilisera donc ce qui peut servir d’éléments de comparaison : chiffre d’affaires, résultat d’exploitation et marge opérationnelle, dette nette et, particulièrement, les bénéfices connus et ceux anticipés pour les prochaines années. On éliminera les éléments exceptionnels, et on retraitera les données utilisées des éléments de nature à fausser les comparaisons (goodwills, participation des salariés, intérêts minoritaires, déficits fiscaux reportables…). On regardera les multiples utilisés lors des transactions de référence : x fois le chiffre d’affaires, y fois les bénéfices, etc. Si la référence est une entreprise cotée en bourse, on regardera la valorisation par le marché du bénéfice à travers le ratio cours/bénéfice, le « PER » (4). Il faudra également estimer la valeur d’éléments très importants dans certains secteurs, mais qui sont particulièrement difficiles à valoriser : brevets, marques, logiciels, surtout s’ils sont nouveaux (5).

      Il en découlera une estimation pour l’entreprise, directement, ou après agrégation des valeurs estimées de ses différentes activités.

      La méthode est assez simple dans son principe et peut permettre d’éviter de surpayer une entreprise par rapport au marché. Par contre, ne comparant que ce qui peut l’être, elle ne permet pas sans correctifs souvent importants de prendre en compte des éléments spécifiques à l’entreprise et qui peuvent être déterminants pour son avenir, positivement ou négativement. De plus, elle ne sera fiable que si les entreprises mises en comparaison ont été judicieusement choisies et les transactions de référence réellement significatives.

      Les ratios à comparer prioritairement peuvent en outre être différents suivant la nature des activités. Par exemple, dans le secteur bancaire, on s’intéressera particulièrement à la rentabilité des fonds propres, tandis que dans le secteur de la distribution, on analysera la corrélation entre un multiple du chiffre d’affaires et le taux de croissance moyen annuel sur la période faisant l’objet de prévisions.

      De la valeur au prix

      La valeur correspond à une estimation et celle-ci résultera souvent d’une synthèse des résultats calculés suivant plusieurs approches. Et ce n’est pas forcément le prix qui sera retenu pour la cession de tout ou partie des actions de la société.

      D’une part, ce prix, même s’il prend en compte la valeur estimée (ou une des valeurs estimées), résultera souvent d’une négociation où les arguments sur les critères utilisés, ainsi que le business plan pour le développement, pourront être âprement discutés.

      D’autre part, le prix prendra souvent en compte des éléments extracomptables, notamment la prime de contrôle, lorsque l’acquéreur pourra obtenir la majorité des actions, lui permettant de mettre en œuvre sa stratégie. La difficulté à obtenir la majorité des deux tiers, du fait d’actionnaires minoritaires empêchant les opérations sur le capital, pourra par contre faire baisser le prix offert aux autres actionnaires (6).

      Valeur et bourse

      La bourse est le lieu (en général virtuel) où se forme et évolue le prix des actions de sociétés qui ont choisi de faire coter tout ou partie de leurs actions. Le prix y est le résultat de la confrontation de l’offre et de la demande.

      Il ne correspond pas à une valeur intrinsèque de l’action, part du capital de l’entreprise (7). Cependant, les sociétés cotées font l’objet de nombreuses études et analyses, notamment de la part des analystes financiers qui suivent régulièrement les entreprises cotées d’un secteur. Leurs opinions sur les possibilités de valorisation, qui ne sont pas toujours convergentes, exercent une réelle influence sur les décisions des investisseurs et par répercussion sur les cours des actions. Par effet de la méthode des comparables, on observe aussi que l’annonce des résultats d’une société d’un secteur influence les cours d’autres sociétés actives dans le même secteur, alors même que leurs résultats ne sont pas encore connus.


      (1) Cette évaluation peut aussi être un impératif pour l’entrepreneur qui veut céder sa société, ou bien pour une société confrontée à la nécessité de céder une partie de ses activités.

      (2) Par exemple, l’évaluation d’un immeuble peut ne pas correspondre au prix auquel il pourrait être effectivement vendu, ou bien certains équipements de production peuvent être menacés d’obsolescence du fait de l’arrivée de techniques plus performantes. L’utilité économique d’une filiale bien intégrée à un processus de production risque de diminuer si elle est considérée isolément (perte de synergies).

      Quant aux instruments financiers, ils sont en règle générale estimés à leur juste valeur (normes IFRS) ; or celle-ci est fluctuante voire, dans certaines situations, indéterminable faute de transactions. La valeur des options sera déterminée à l’aide des tables de Black & Scholes.

      (3) DCF : Discounted cash flows

      (4) PER : Price Earning Ratio

      (5) Plusieurs méthodes sont utilisées dans ce cas pour estimer puis actualiser les revenus futurs générés. On signalera celle des « cash flow incrémentaux » qui se rapproche sur ce type d’actifs de celle des cash flows actualisés.

      (6) Un actionnaire salarié dans le cadre du PEE ne doit pas oublier lors d’une souscription qu’il a une contrainte de conservation (en principe de 5 ans), ce qui justifie une décote.

      (7) On le perçoit bien lors d’une OPA où celui qui la lance propose en général un prix supérieur au cours du moment, parce qu’il estime la valeur de l’entreprise qu’il envisage de contrôler supérieure à la capitalisation boursière (cours multiplié par le nombre d’actions existantes).

      V. 24. Les principaux indicateurs

      Philippe BERNHEIM Date de création : 24/10/2017Date de révision : 15/03/2018

      Décembre 2017

      L’investisseur, mais aussi le gestionnaire dans l’entreprise, doivent pouvoir se faire une opinion sur les performances réalisées, ainsi que sur  leur évolution dans le temps. Le cas échéant ils feront des comparaisons avec les résultats obtenus par d’autres entreprises, afin de faire des choix d’acquisition pour le premier, ou pour le second de s’interroger sur les moyens de faire au moins aussi bien que les concurrents.

      Les comptes de l’entreprise, avec les explications détaillées sur les différents postes, constituent une mine d’information (1). Mais celle-ci est trop riche pour se faire immédiatement une idée d’ensemble sur la situation de l’entreprise. Il faut donc extraire certaines données significatives, procéder à des rapprochements, mesurer des indicateurs significatifs des performances de la gestion et de l’appréciation des marchés financiers.

      Les indicateurs, qui doivent être examinés à la lumière de facteurs explicatifs, visent à apprécier :

      • L’évolution des activités
      • La rentabilité de l’exploitation
      • La solidité financière
      • La capacité financière
      • La performance boursière (actions cotées).

      1/L’évolution des activités

      Elle est mesurée à travers le chiffre d’affaires qui mesure les ventes réalisées par l’entreprise.

      Cependant, si celui-ci permet de comparer la taille des activités avec celle d’autres entreprises, son évolution ne peut être appréciée qu’en prenant en compte :

      • d’éventuelles modifications dans le périmètre des activités de l’entreprise, laquelle a pu faire des acquisitions ou bien procéder à des cessions
      • les effets de changements des  parités monétaires, dans le cas d’entreprises réalisant une partie de leur chiffre d’affaires dans des pays utilisant une autre monnaie.

      C’est pourquoi on analysera l’évolution du volume des ventes à partir du chiffre d’affaires à périmètre constant et hors effets de change. Il est en général communiqué par les grandes sociétés cotées.

      Mais le chiffre d’affaires n’intégrant pas le coût des ventes, il ne permet pas de savoir si l’entreprise gagne plus d’argent en vendant davantage de biens et de services. Il est donc nécessaire d’examiner la rentabilité de l’exploitation.

      2/La rentabilité de l’exploitation

      Son étude part de la marge brute d’exploitation (MBO),  appelée aussi excédent brut d’exploitation (EBE), qui mesure ce que l’entreprise a gagné ou perdu dans ses activités productives. Son évolution, à périmètre constant, permet de savoir si l’entreprise a davantage gagné d’argent en vendant des biens ou des services, ou bien a vu sa marge se réduire, du fait de plusieurs facteurs possibles : hausse des coûts de production (salaires, matières premières, produits semis finis qu’elle a dû acheter), baisse de ses prix de vente, changements dans les parités monétaires. L’évolution de la MBO doit toujours être analysée pour comprendre sa signification réelle pour la situation de l’entreprise.

      Mais pour savoir si la production est rentable, il convient ensuite de prendre en compte :

      • d’une part ce que l’entreprise doit mettre en réserve pour assurer la pérennité de ses activités productives (amortissements) et intéresser son personnel aux résultats, ou risque de dépenser du fait de la concrétisation de certains risques, ou encore risque de ne pas recouvrer si certains clients font un défaut de paiement (provisions pour risques et pertes),
      • d’autre part les recettes tirées de la vente d’équipements de production qu’elle n’utilise plus, ainsi que les reprises de provisions s’avérant inutiles.

      On aboutit alors au résultat d’exploitation.

      Le ratio résultat d’exploitation/chiffre d’affaires est donc la mesure de l’efficacité des activités productives. On s’intéressera tout particulièrement à son évolution dans le temps, ainsi qu’aux prévisions pour la période à venir.

      Si le résultat d’exploitation mesure la capacité à générer de la trésorerie à travers l’activité productive, il ne suffit pas pour savoir si l’entreprise est financièrement solide.

      3/La solidité financière

      Une entreprise, même si elle gagne de l’argent en produisant, peut se trouver en situation de ne plus pouvoir payer ses créanciers, si la charge de la dette dépasse ce que sa trésorerie lui permet de payer (2)

      Une attention particulière doit donc être portée à la dette nette de l’entreprise.

      S’endetter pour produire peut être un bon choix de gestion : la rémunération de l’argent emprunté (intérêts versés) peut même s’avérer moins coûteuse que de faire appel aux actionnaires auxquels il faudra verser des dividendes ; c’est le cas, comme en 2017/2018, lorsque les taux d’intérêts sont bas.

      Mais l’entreprise ne doit pas perdre de vue :

      • sa capacité à faire face aux échéances de cette dette, en prenant en compte le cas échéant les fluctuations des monnaies dans lesquelles sa dette est libellée;
      • sa capacité à supporter la charge de l’ensemble de sa dette (intérêts à verser) (3).

      En conséquence, l’étude de la situation de l’entreprise portera aussi sur :

      • le ratio dette nette/fonds propres, qui mesure la dépendance financière, et surtout son évolution, qui peut être positive ou négative en fonction de celle du résultat d’exploitation, d’acquisitions ou de cessions (filiales, investissements)
      • le ratio dette nette/résultat d’exploitation, qui indique le nombre d’années nécessaires, en théorie, pour rembourser la dette avec ce que l’entreprise a gagné lors de l’exercice considéré
      • les « covenants » qui sont des engagements de l’entreprise à rembourser immédiatement certains de ses prêteurs si un ratio convenu lors du prêt dépasse une certaine valeur (par exemple si la dette nette vient à dépasser 4 fois le résultat d’exploitation) ; l’entreprise peut dès lors se retrouver brutalement dans une situation financière critique. Ces covenants ne sont pas rares dans le cas d’entreprises lourdement endettées, certains prêteurs souhaitant être immédiatement remboursés en cas de dégradation des résultats.

      Si la solidité financière est essentielle pour garantir la survie de l’entreprise, elle ne suffit pas pour permettre son développement. Celui-ci dépend de la capacité financière.

      4/La capacité financière

      L’entreprise doit disposer de la trésorerie nécessaire pour assurer son développement tout en rémunérant ses actionnaires. Sauf éventuellement en phase de démarrage, les ressources doivent provenir principalement du résultat des activités de production, au risque en cas d’endettement excessif de mettre en péril sa solidité financière.

      La mesure de sa capacité financière, correspondant aux ressources dégagées par l’exploitation, est le cash flow, ou marge brute d’autofinancement (MBA). Somme du résultat net (4). des dotations aux amortissements et aux provisions, il permet d’investir, de rembourser les emprunts contractés et de rémunérer le capital.

      Sa progression ou sa diminution reflète l’amélioration, ou au contraire la détérioration, de la capacité financière de l’entreprise.

      Pour savoir dans quelle mesure l’entreprise autofinance ses investissements, on retranchera le montant des dividendes de la marge brute d’autofinancement pour obtenir la marge nette d’autofinancement, que l’on comparera aux investissements.

      5/La performance boursière

      L’investisseur dans une société cotée a intérêt à en étudier les performances avant d’acheter des actions, puis à suivre les résultats tant qu’il conserve celles-ci. Cela sera de nature à faciliter le cas échéant sa décision d’en revendre tout ou partie sur la base de critères objectifs.

      Mais il a aussi besoin de se faire une idée sur le prix  que constitue le cours de bourse.

      Pour cela il utilisera un outil de comparaison des prix, le ratio cours/bénéfice net, souvent appelé « Price earning ratio (PER) ». Celui-ci permet d’utiles comparaisons entre plusieurs entreprises, sans toutefois oublier que deux entreprises ne sont jamais totalement similaires (5). Deux PER ne diffèrent jamais durablement sans raisons.

      Des études sont fréquemment publiées avec le calcul du PER des sociétés entrant dans la composition d’un indice, notamment le CAC 40, ainsi que du PER moyen pondéré de l’indice. Cette intéressante information ne signifie pas que les actions ayant un PER supérieur à la moyenne sont trop chères ou que les cours des actions ayant un PER inférieur à la moyenne sont sous-valorisées et vont remonter. Cette situation reflète l’appréciation du marché sur les perspectives de résultat. Sauf retournement des perspectives, les sociétés « chères » le resteront vraisemblablement. Les cours des sociétés à PER faible ne remonteront davantage que la moyenne que si les perspectives s’améliorent…et en cas de dégradation inattendue des résultats ils pourront même s’effondrer.

       

      La comparaison des bénéfices plutôt que des dividendes se justifie par le fait que les entreprises n’ont pas toutes la même stratégie de distribution de dividendes, soit que certaines aient besoin de reconstituer leur trésorerie et leur marge nette d’autofinancement après des exercices difficiles, soit qu’elles choisissent d’investir fortement, quitte à rémunérer faiblement leurs actionnaires.

      On complètera l’observation de l’attitude des investisseurs à l’égard d’une société en comparant sa capitalisation boursière (cours de l’action multiplié par le nombre d’actions), publiée quotidiennement, et le montant de ses fonds propres. Plus le rapport est durablement supérieur à 1, plus le marché anticipe une croissance des résultats et la création de valeur. Un rapport inférieur à 1 – surtout s’il a tendance à baisser davantage – reflète le pessimisme du marché suite à des informations inquiétantes ou à des analyses laissant présager une possible perte de valeur.

      L’actionnaire à la recherche de revenus s’intéressera également au taux de rendement de l’action, c’est-à-dire au ratio dividende/cours de l’action, exprimé en pourcentage. Cela est surtout important au moment de la décision d’investir, car ensuite le rendement réel pour l’investisseur sera à calculer par rapport au prix qu’il a payé lors de l’achat (dividende de l’année/cours + frais lors de l’achat).

      Si le PER et le taux de rendement figurent dans la presse et sur les sites des sociétés, il appartient à l’actionnaire de calculer régulièrement son taux de rendement réel à partir du montant du dividende (largement publié) et de l’avis d’opéré lors de son achat.

      Attention !
      Un rendement momentanément élevé n’est pas forcément un signe de bonne santé de l’entreprise. Il peut être le prix à payer pour conserver ou séduire des actionnaires malgré une situation ou des perspectives décevantes. Si l’entreprise doit ensuite réduire son dividende, le cours risque de s’ajuster à la baisse pour conserver un même taux de rendement !
      Inversement une entreprise aux perspectives séduisantes  présentera un taux de rendement faible parce que son cours est élevé. Mais l’investisseur peut espérer que la progression future des résultats s’accompagnera de celle du dividende.
      Inversement une entreprise aux perspectives séduisantes  présentera un taux de rendement faible parce que son cours est élevé. Mais l’investisseur peut espérer que la progression future des résultats s’accompagnera de celle du dividende.
      Un rendement momentanément élevé n’est pas forcément un signe de bonne santé de l’entreprise. Il peut être le prix à payer pour conserver ou séduire des actionnaires malgré une situation ou des perspectives décevantes. Si l’entreprise doit ensuite réduire son dividende, le cours risque de s’ajuster à la baisse pour conserver un même taux de rendement !

       


      (1) Pour la compréhension des comptes, on se reportera à la fiche n°20 « Lire un bilan » et à la fiche n°21 « Lire un compte de résultat ».

      (2) Voir fiche n°22 « La trésorerie d’une entreprise »

      (3) Cette dette a pu s’accumuler et fluctuer au fil des années en fonction d’emprunts qui ont été réalisés à des conditions différentes ainsi que de remboursements ; en période de taux bas, il est fréquent qu’une entreprise cherche à rembourser par anticipation des emprunts anciens et coûteux en intérêts, en réempruntant à des conditions nettement plus favorables. De ce fait, il est intéressant de suivre l’évolution du coût moyen de la dette ainsi que l’étalement dans le temps des échéances.

      (4) Voir son calcul fiche n°21 « Lire un compte de résultats »

      (5) Voir fiche n°23 « Déterminer la valeur d’une entreprise »

      Tous droits réservés. Ce guide ne peut en aucun cas être reproduit en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit, sans l'accord écrit de la FAS. Sous réserve des droits personnels des auteurs, les textes, schémas, graphiques, tableaux, présentations publiés ainsi que la charte graphique sont la propriété de la FAS qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.

      Conformément à une jurisprudence constante, les erreurs ou omissions involontaires qui auraient pu subsister dans ce guide, malgré les soins et contrôles de l'équipe de rédaction, ne sauraient engager la responsabilité de la FAS ni celle de l'éditeur. La reproduction des dessins et photographies est interdite.