Guide
de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir'

Guide de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir' S >
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 16/05/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 01/01/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 22/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 19/12/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 11/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 11/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 16/05/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 01/01/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 22/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 19/12/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 11/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 11/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer

Glossaire

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z
  • Les noms suivis d’un (*) sont répertoriés dans les mots clés du guide

  • Abondement

    Dans le cadre d'un plan d'épargne salariale, il s'agit de la part versée par l'employeur en complément des apports des salariés.

  • Absorption

    Modalité d'une fusion entre deux sociétés dans laquelle la société absorbante subsiste, la société absorbée étant dissoute.

  • Acompte sur dividendes

    Versement, avant ou après la clôture de l'exercice, d'un avoir sur le dividende des actions d'une société cotée.

  • Actif net

    Valeur comptable de l'ensemble des biens que possède une société, diminuée de ses dettes. Voir « fonds propres ».

  • Action

    Titre de propriété d'une fraction du capital d'une société. Il donne à son détenteur le droit de participer au destin de l'entreprise par le vote en assemblée générale et de percevoir un revenu (le dividende).

  • Action à dividende prioritaire (ADP)

    Action ne donnant pas le droit de vote aux assemblées générales des actionnaires. En contrepartie, elle bénéficie d'un droit prioritaire au dividende qui peut être supérieur à celui versé pour une action.

  • Action à droit de vote double

    Toute action détenue au nominatif depuis au moins deux ans dispose d’un droit de vote double, sauf vote contraire de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires (Disposition nouvelle instaurée par la loi dite Florange du 29 mars 2014, s’appliquant au plus tard le 1er avril 2016).

  • Action de concert

    Situation juridique de personnes ayant conclu un accord, public ou non, en vue soit d’acquérir ou de céder des titres conférant des droits de vote dans une société, soit de mettre en œuvre une politique commune dans une société.

  • Action de préférence*

    Action disposant d’avantages spécifiques par rapport à toutes les autres actions, droit de contrôle ou avantage pécuniaire, avec éventuellement des restrictions par rapport aux droits ordinaires d’un actionnaire. Par exemple les actions à dividende prioritaire ont comme contrepartie l’absence de droit de vote aux assemblées générales.

  • Action gratuite*

    Une société peut distribuer des actions gratuites en représentation d'une augmentation de capital par incorporation de réserves.
    Il est également possible pour les sociétés françaises d’attribuer gratuitement des actions, créées ou rachetées préalablement par elles, à leurs salariés et mandataires sociaux sous certaines conditions.

  • Action nominative

    Au contraire d’un titre au porteur, le nom du détenteur de l’action est enregistré par la société émettrice.

  • Actualisation

    Procédé de calcul inverse de celui de la capitalisation. Elle permet de calculer la valeur actuelle d'une somme à percevoir dans quelques années. Ainsi, 10 000 euros reçus dans 10 ans valent aujourd'hui 16 289 euros si, par hypothèse, on estime que l'inflation annuelle au cours de la période sera de 5% par an.

  • Agences de notation

    Sociétés commerciales spécialisées dans l’évaluation des risques d’insolvabilité des emprunteurs (Etats, collectivités locales, sociétés privées, établissement publics). Après analyse de la situation économique et financière de l’émetteur, elles lui attribuent une note, sur une échelle propre à chaque agence, qui sert de référence pour les prêteurs. La situation est réexaminée périodiquement, suite à quoi la note peut être dégradée, maintenue ou améliorée.

  • Alterne

    Marché non réglementé, créé par Euronext, mais encadré au sens de la Directive européenne sur les Services en investissement; il accueille des entreprises européennes avec des conditions simplifiées et un minimum d'engagements.

  • AMF* (Autorité des marchés financiers)

    Autorité publique indépendante ayant pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. L’AMF dispose de pouvoirs étendus ; elle édicte des règles (Règlement général), délivre des autorisations, contrôle et surveille les marchés, prononce des sanctions pécuniaires ou disciplinaires.

  • Amortissement

    Méthode comptable permettant d'inscrire, au bilan, les sommes nécessaires au renouvellement des actifs immobilisés.

  • Assemblée Générale* Extraordinaire (AGE)

    Réunion exceptionnelle pendant laquelle les actionnaires d'une société discutent et votent la modification des statuts, les modalités d’opérations pouvant impacter le capital.

  • Assemblée Générale* Ordinaire (AGO

    Réunion annuelle au cours de laquelle les actionnaires approuvent le rapport et les comptes annuels de la société, discutent de sa stratégie et votent pour l’éventuelle distribution d’une quote-part du résultat (dividende) et pour la reconduite ou la modification de l'équipe dirigeante.

  • Augmentation de capital

    Création d'actions nouvelles ou augmentation de la valeur nominale des actions existantes. Son objectif est d’accroître le capital social de l'entreprise.

  • Autocontrôle

    Quotepart des actions composant le capital d'une société, détenues de manière directe ou indirecte par la société émettrice. Les actions auto-détenues n’ont pas le droit de vote aux assemblées.

  • Autorité des normes comptables (ANC)

    Autorité créée en 2009 pour fixer les règles comptables que doivent respecter les personnes physiques ou morales tenues légalement d’établir des documents comptables.

  • Autorité Européenne des Marchés Financiers

    Voir « ESMA »

  • Avis d’opéré

    Bordereau, délivré par tout intermédiaire financier, qui avise le client que son ordre d'achat ou de vente a été exécuté. Les avis servent de preuve vis-à-vis de l’intermédiaire et de justificatif à l’égard de l’administration fiscale. Ils doivent être conservés en conséquence.

  • Bâle III (Accords de)

    Accords intergouvernementaux de réglementation bancaire, portant notamment sur les fonds propres des banques, dont le niveau d’exigence sera relevé au cours des prochaines années pour diminuer les risques de défaillance (« Bâle III).
    Ces accords font suite à ceux de « Bâle I » et de « Bâle II », qui ont introduit des ratios de solvabilité (Tier1).

  • BALO - Bulletin des Annonces Légales Obligatoires.

    Les sociétés cotées doivent inscrire au BALO les informations financières légalement exigibles (chiffre d'affaires, résultats, date de l'Assemblée Générale, ...). Le Balo est annexé au Journal Officiel.

  • Banque centrale européenne (BCE)

    Avec les banques centrales nationales des pays de l’UE ayant adopté l’euro comme monnaie (dont la Banque de France), elle constitue l’Eurosystème, dont elle est le centre de décision. Son objectif prioritaire, à travers la politique monétaire, est la stabilité des prix. Elle anime le marché monétaire des banques de la zone euro et agit en liaison avec ses homologues (Federal Reserve Bank des Etats-Unis, Banque d’Angleterre, Banque du Japon, etc.). Elle est une institution indépendante prévue par le traité de Lisbonne, qui lui interdit de consentir des avances ou de prêter aux états. Son siège est à Francfort sur le Main (Allemagne).

  • Bénéfice distribuable

    Il s'agit du bénéfice après impôt sur les sociétés duquel on retranche les pertes antérieures et les dotations en réserves (obligatoires, statutaires ou facultatives) et auquel on ajoute le report de bénéfice antérieur non distribué.

  • Bilan*

    Inventaire de ce que possède une société (actif) et de ce qu'elle doit (passif).
    Le bilan est généralement établi en fin d'exercice.

  • Blockchain

    Technologie employée permettant de garder la trace d'un ensemble de transactions, de manière décentralisée, sécurisée et transparente, sous forme d'une chaîne de blocs (ou registre de transactions, en français).

  • Blue Chips

    Expression d'origine américaine pour désigner les plus belles valeurs de l'ensemble des places boursières, les « small and mid caps » représentant les petites capitalisations boursières.

  • Bon de souscription (ou WARRANT)

    Bon qui donne le droit à son titulaire d'acheter une action à un prix fixé à l'avance, jusqu’à une date déterminée.

  • BRICS

    Acronyme évoquant cinq nouvelles puissances économiques : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

  • Broker (Courtier)

    Intermédiaire sur les marchés boursiers qui achète et/ou vend des titres pour le compte de clients.

  • CAC 40 (Cotation Assistée en Continu)

    Indice phare de la Bourse de Paris ; il donne l'évolution moyenne du cours des actions de 40 sociétés françaises parmi les plus importantes et les plus actives de tous les secteurs économiques.

  • Call

    Option d'achat (terme anglais).

  • Capitalisation

    Evaluation du montant futur d'un capital initial placé à un taux d'intérêt déterminé, pour un nombre d'années déterminé. Désigne également le fait que les intérêts versés en rémunération d'un placement y soient réinvestis.

  • Capitalisation boursière

    Evaluation de la valeur boursière d'une société à un instant « t ». Cette valeur représente le produit du cours de l'action par le nombre d'actions composant le capital de la société.

  • Capitaux permanents

    Ensemble des fonds propres et des dettes à long terme.

  • Carnet d'ordres

    Présente les 5 meilleures offres d'achat et de vente à un instant « t » et permet de positionner son ordre au plus juste.

  • Cash flow*

    Egalement appelé capacité (ou marge brute) d'autofinancement, le cash flow traduit l’aptitude d'une entreprise à se financer par ses propres ressources. Il correspond au bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements et de certaines provisions.

  • CFD (de l’anglais « Contracts for difference »)

    Instruments financiers à terme, permettant d’investir sur un grand nombre de supports avec un effet de levier très important. Ils fonctionnent dans les deux sens. On notera qu’en cas d’évolution contraire à celle prévue par l’investisseur, la perte peut être plus importante que les sommes investies.

  • Chevalier blanc

    Lors d'une OPA, investisseur, banquier, ou entreprise, se portant au secours d'une société convoitée, avec l'accord de celle ci.

  • Clause d’agrément

    Permet au conseil d'administration d'une société de refuser certains actionnaires.

  • Club d'investissement*

    Groupe de personnes pratiquant la gestion collective d'un portefeuille boursier issu de leur épargne commune.

  • Coefficient de capitalisation des résultats (CCR)

    Voir « Price Earning Ratio ; PER »

  • Comptant

    Marché où les opérations d'achat (paiement) et de vente (livraison) sont simultanées. A Paris, le comptant est la règle, les transactions à terme sont cependant réalisables en recourant au Service de règlement différé (SRD).

  • Compte de liquidation

    Totalise les opérations réalisées sur le mois boursier et établit le solde du compte titres.

  • Compte titres

    Compte sur lequel sont déposées et conservées des valeurs mobilières.

  • Comptes consolidés

    Lorsqu'une société possède des filiales, elle doit publier des comptes qui font apparaître la physionomie financière du groupe.

  • Conseil automatisé (Robo-advising)

    Système reposant sur des algorithmes, permettant à partir d’une série de questions réponses en ligne de proposer à un investisseur des conseils de gestion de son patrimoine et/ou des produits financiers. Les avantages principaux résident dans la baisse du coût du conseil ainsi que dans son accessibilité permanente. Les risques pour l’investisseur qui n’aurait pas de recours humain, sont d’une part l’incompréhension des raisons de la proposition qui lui est faite, d’autre part une mauvaise prise en compte de ses besoins réels et de ses objectifs.

  • Conseil d’administration*

    Dans les sociétés anonymes, il est l’organe statutaire en charge de l’administration de la société. Sa composition est fixée par les statuts dans le respect des dispositions du code de commerce.

  • Conseil de surveillance*

    Dans les sociétés anonymes dirigées par un directoire, le conseil de surveillance est l’organe qui nomme les membres du directoire et contrôle leur gestion. Il comprend de 3 à 18 membres selon les statuts.
    Permet de déterminer quotidiennement le cours d'un titre par confrontation des offres et des demandes exprimées pendant les séances, c'est à dire son prix sur le marché. Elle peut être effectuée soit en continu, soit au fixing (valeurs à moindre liquidité).

  • Cotation directe

    Mode d'introduction de nouveaux titres sur la place boursière, à un prix d'offre minimum, permettant une hausse des cours le jour même. Le prix définitif s'établit en fonction de la demande de titres.

  • Coupon

    Versement, en principe annuel, lié à la possession d'un titre. Dans le cas d'une obligation, il s'agit d'un intérêt calculé. Dans le cas d'une action, il s'agit d'un dividende.

  • Cours

    Prix résultant de l'offre et de la demande auquel s'échange l'action.

  • Cours ajusté

    Cours d'une action tenant compte des opérations ayant modifié le montant du capital (création d'actions nouvelles, division du titre).

  • Cours de compensation

    Cours conventionnel auquel les opérations à terme sont dénouées lors de la liquidation mensuelle.

  • Courtage

    Rémunération des intermédiaires financiers pour l'exécution des opérations boursières

  • Couverture

    Dépôt de garantie d'une opération à terme. On parle aussi de « déposit ».

  • Covenant

    Terme anglais désignant une clause d’un contrat de prêt qui, en cas de non respect des objectifs (en général un ou plusieurs ratios financiers), peut entraîner le remboursement anticipé du prêt.

  • Création de valeur

    Capacité d’une entreprise à obtenir un taux de rentabilité supérieur au taux de rémunération des capitaux (coût moyen pondéré des capitaux employés).

  • Crédit d’impôt

    Certaines dépenses ou charges supportés par des particuliers ou des entreprises donnent droit à un crédit fiscal, dont le montant s’impute sur le montant de l’impôt correspondant (impôt sur le revenu ou impôt sur les bénéfices). Certains crédits d’impôt ne peuvent être déduits qu’à
    concurrence du montant de l’impôt dû ; dans certains cas au contraire, l’excédent éventuel de crédit par rapport à l’impôt dû est remboursé au contribuable par le Trésor Public.

  • Crossing networks

    Système de négociation de gré à gré développé par les intermédiaires financiers les plus importants (en général les banques). Il n’y a pas de négociation de prix : celui-ci est importé automatiquement d’un autre système.

  • Crowdfunding

    Voir « financement participatif »

  • Crypto-actifs

    Actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale.

  • Cryptomonnaie

    Monnaie virtuelle qui repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé blockchain ou chaîne de blocs. Les principales sont le Bitcoin, l’Ether ou le Ripple ... Il en existe aujourd'hui près de 1 600 de ce type dans le monde. Elles sont créées au sein d’une communauté d’internautes, également appelés « miners » (mineurs en français), qui ont installé sur leurs unités informatiques connectées à internet un logiciel libre qui va créer, selon un algorithme, les « jetons » (ou tokens, en anglais) qui sont ensuite alloués à chaque « miner » en récompense de sa participation au fonctionnement du système.

  • Dark pools (en français « plates-formes électroniques de l’ombre »)

    Plateformes d’échange de blocs de titres qui s’effectuent dans la plus grande confidentialité et qui ne perturbent donc pas le marché.

  • Date de jouissance

    Date à partir de laquelle les intérêts d'un emprunt commencent à courir ou à partir de laquelle une action donne droit au versement d'un dividende.

  • Décote

    Ecart lorsque la valeur réelle ou théorique d'un titre est supérieure à son cours de bourse. Dans les opérations d'actionnariat salarié c'est le rabais sur le cours de référence de l'action, qui permet d'offrir un prix préférentiel pour les salariés.

  • Délai de recouvrement

    Nombre d'années nécessaire à un actionnaire pour obtenir une somme actualisée de bénéfices par action égale au cours de l'action. Voir « Actualisation »

  • Délit d'initié

    Comportement coupable d'un investisseur, qui exploite une information privilégiée généralement obtenue dans le cadre de ses fonctions ou de sa profession, susceptible de modifier le cours d'une action.

  • Dette souveraine

    Dette d’un pays indépendant. La souveraineté entraîne normalement pour l’Etat la possibilité de lever des impôts, qui contribueront au service de sa dette (paiement des intérêts, remboursements à l’échéance) et à la sécurisation des créances de ceux qui lui ont prêté de l’argent.

  • DICI* (« Document d’Information Clé pour l’Investisseur »)

    Document de deux pages pour tous les fonds accessibles au grand public. Il doit comporter de façon claire et synthétique, les informations essentielles sur l’OPC. Il s’applique aux FCPE et SICAV d’actionnariat salarié.

  • Dilution

    Diminution arithmétique du bénéfice ou du dividende par action à la suite de l'augmentation du nombre d'actions ou de la création d'obligations convertibles.

  • Directoire*

    Dans les sociétés anonymes ayant choisi la formule d’un directoire et d’un conseil de surveillance, le directoire dirige la société et agit au nom de celle-ci. Les statuts fixent sa composition ; le nombre de ses membres, personnes physiques, est de un au moins et de cinq au plus, ou sept dans les sociétés dont les actions sont admises aux négociations sur un marché réglementé.

  • Dividende

    Partie du bénéfice de la société versée à l'actionnaire.

  • Division du nominal

    Cette opération permet aux actionnaires individuels d'accéder plus facilement aux titres d'une société. Elle consiste à diviser la valeur nominale de l'action et à multiplier d'autant le nombre de titres.

  • Document de base

    Document descriptif complet publié dans le cadre de l'introduction en bourse d'une société.

  • Document de référence

    Document publié par une société cotée, pour un exercice donné, contenant une information détaillée sur l'activité, la situation financière et les perspectives de l’entreprise. Il est essentiellement destiné aux investisseurs et aux analystes financiers. Il est soumis au contrôle de l'AMF et peut prendre la forme du rapport annuel de la société ou d'un document spécifique établi pour les besoins d'une opération de marché.

  • Dow Jones

    Indice boursier le plus connu de la Bourse de New York. Il repose sur 30 grandes valeurs.

  • Droit d'attribution

    Droit négociable attaché à chaque action ancienne lors de l'attribution gratuite d'actions, provenant de l'incorporation d'une partie des revenus dans le capital social.

  • Droit de souscription (DPS)

    Droit négociable attaché aux actions existantes et permettant de souscrire à des actions nouvelles lors d'une augmentation du capital en numéraire.

  • Droits de garde

    Montants perçus par les établissements habilités à conserver des titres.

  • Effet de Levier*

    Technique consistant, avec peu de dépôt, à engager plusieurs fois la mise et donc à accroître de manière plus que proportionnelle le rapport entre le capital engagé et les gains obtenus.

  • EMEA

    Acronyme signifiant Europe/Moyen Orient/Afrique (à partir des termes anglais)

  • EnterNext

    Bourse des PME/ETI françaises. Créée en 2013 et filiale d’Euronext.

  • ESMA* (European Securities and Markets Authority)

    Autorité Européenne des Marchés Financiers. C’est une autorité indépendante chargée d’élaborer des normes techniques, de garantir l’application cohérente du droit de l’Union, et de régler des différends entre superviseurs nationaux. L’ESMA a la possibilité de décisions contraignantes en cas d’urgence.

  • ETF (de l’anglais « Exchange Traded Funds »)

    OPC indiciels cotés sur les marchés réglementés d'Euronext ayant pour objectif de répliquer les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Il s’agit d’une gestion passive permettant au produit d’avoir une variation similaire à celle de son sous jacent, sans aucune intervention stratégique pour tenter de surperformer l’indice. Le gestionnaire du fonds se limite ainsi aux activités administratives comme l’encaissement de dividendes ou la transposition de divisions de titres. Il intervient de façon très limitée sur l’ETF et par conséquent les frais de gestion sont moins élevés que les fonds gérés de manière active.

  • ETNC (Etats et Territoires Non Coopératifs)

    Voir « Paradis fiscaux »

  • Euroclear France

    Dépositaire central des valeurs mobilières.

  • Euronext

    Entreprise de services qui gère les marchés réglementés de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

  • Exercice social

    Période pour laquelle sont établis les comptes d'une société. Coïncide souvent avec l'année civile (ou « année calendaire ») ; lorsque ce n’est pas le cas, on parle d’un « exercice à cheval ».

  • Family office

    Francisé en "bureau de gestion de patrimoine" ou "gestionnaire de grande fortune", organisation privée destinée à détenir et contrôler le patrimoine d'une ou de quelques familles. Ce terme est appliqué à une organisation suivant les intérêts d'une famille ; le multi family office suit les intérêts de plusieurs clients. Certaines organisations s’ouvrent ainsi également à des particuliers via la Bourse comme Wendel ou Eurazeo en France.

  • FIA (Fonds d’Investissement Alternatif)

    Tout fonds d’investissement qui n’est pas un OPCVM. Il s’agit de SICAV et de FCP offrant plus de souplesse ou de spécificités que les OPCVM. Les FCPE relèvent de cette catégorie.

  • Financement participatif (en anglais « Crowdfunding »)

    Financement de projets par appel à un grand nombre de personnes, en utilisant des plateformes accessibles par internet et les réseaux sociaux et sans avoir recours aux intermédiaires financiers habituels. Mondialisé et peu régulé, il peut être un moyen d’entraide ou de lancement de projets innovants, mais il peut s’avérer très risqué pour les investisseurs individuels.

  • Fintech

    Entreprise qui utilise l’informatique et les communications à très hauts débits pour concevoir, développer et/ou commercialiser de nouveaux services financiers, ou de nouvelles méthodes de distribution de produits et services financiers. Il s’agit en général de start-up faisant appel à des financements externes (cf. fiches n°77 « Les investissements dans les PME innovantes non cotées » et fiche n°87 « Le financement participatif »).

  • Fixage (ou fixing)

    Négociation et cotation d'un cours une ou deux fois par jour, par opposition au marché continu.

  • Flash orders

    Ils consistent à placer en moins d’une seconde des ordres sur un marché puis les retirer après en avoir évalué les conséquences.

  • Flottant

    Fraction du capital d'une société cotée qui est effectivement négociable en bourse.

  • FMI (Fonds Monétaire International)

    Institution spécialisée des Nations Unis, créée en 1944, à laquelle 188 pays adhéraient début 2015. Le rôle du FMI est de venir en aide à des pays en difficulté financière par des prêts en en contrepartie d’engagements précis de réformes économiques visant à assainir la gestion de leurs finances publiques et à rétablir une croissance équilibrée à long terme. Ses ressources reposent sur des engagements des états membres proportionnellement à leur quote-part dans le fonds. Son siège est à Washington.

  • Fonds commun de placement (FCP)

    Copropriété de valeurs mobilières, gérée par un professionnel pour le compte des porteurs de parts. Les Sicav et Fonds communs de placement sont deux catégories d'OPC.

  • Fonds communs de placement d'entreprise (FCPE*)

    Fonds commun de placement spécialisé dans la gestion des fonds constitués dans le cadre de l'intéressement, de la participation ou de versements volontaires des salariés d'une entreprise.

  • Fonds de roulement net

    Actif circulant moins dettes à court terme.

  • Fonds propres

    Ils sont égaux au total des actifs possédés par la société, diminué de l'ensemble de ses dettes.

  • FOREX

    De l’anglais « FOReign EXchange », qui signifie marché des changes ou encore marché des devises.

  • Frais de courtage ou Frais de transaction

    Calculés en pourcentage du montant de l'ordre passé ou bien en montant forfaitaire, ils incluent la commission du broker et, éventuellement, une commission versée à la société de gestion ou à l'établissement financier intermédiaire (qualifiée de « rétrocession »).

  • Front running

    Pratique interdite qui consiste pour un courtier à passer des ordres pour compte propre avant de passer les ordres de ses clients, en prenant avantage des effets de ces derniers sur le marché.

  • Gestion alternative

    Mode de gestion de fonds d’investissement visant à lisser les performances dans le temps et/ou à « sur performer » par rapport aux marchés financiers par des choix de placements très flexibles avec une prise de risque de perte très élevée. Les fonds de la gestion alternative sont communément appelés « hedge funds ».
    Ces fonds utilisent la vente à découvert (voir ce vocable), l’arbitrage en tirant profit de différences a priori anormales de valeur entre des actifs liés, l’effet de levier (voir ce vocable) ainsi que des produits dérivés en couverture du portefeuille ou pour spéculer.

  • Gestion directe

    Méthode de gestion dans laquelle l'investisseur possède son propre portefeuille de titres et donne les ordres d'achat ou de vente d'actions. S'oppose à la gestion indirecte par le biais d'OPC.

  • Gestion indicielle

    Gestion pratiquée par les fonds de placement dont la valeur est maintenue conformément à un indice boursier (par exemple le CAC 40). La gestion « passive » de ces fonds entraîne des frais de gestion moins élevés que la gestion « active » traditionnelle. Les fonds dans lesquels s’opère ce type de gestion sont appelés des « fonds indiciels » (« trackers » en anglais).

  • Goodwill (en français « survaleur » ou « écart d’acquisition »)

    Voir « survaleur ».

  • Gouvernement d'entreprise (en anglais « Corporate Governance »)

    Le Gouvernement d'Entreprise regroupe l'ensemble des différents dispositifs mis en place pour contrôler la gestion d'une société cotée. La notion de Gouvernement d'entreprise est apparue en France en 1995, lors de la publication du Rapport Viénot, qui préconise notamment la création de comités de contrôle spécialisés.

  • Hedge funds

    Voir « fonds de gestion alternative ».

  • HFT (de l’anglais “High Frequency Trading”)

    Voir « Trading haute fréquence ».

  • IFRS (International Financial Reporting Standards)

    Normes comptables dont l’application a été imposée par le règlement européen 1602/2002 du 19 juillet 2002 aux entreprises cotées ou faisant appel public à l’épargne publiant des comptes
    consolidés. Elles ont pour objectif principal d’harmoniser la présentation des états financiers afin d’en faciliter la compréhension et surtout la comparaison à l’échelon européen. La logique de ces normes repose sur des principes comptables nouveaux, dont certains font l’objet de réserve de l’Union européenne, notamment l’option de valorisation à la juste valeur (« fair value ») des actifs et passifs.

  • Illiquidité

    Caractéristique d'un actif qui ne peut être acheté ou vendu quand on le souhaite.

  • Insolvabilité

    Inaptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation et de mise en vente des actifs.

  • Investisseurs institutionnels ou « zinzins »

    Organismes financiers (caisses de retraite, compagnies d'assurances, Caisse des Dépôts et Consignations), tenus par leurs statuts de placer leurs fonds dans des valeurs mobilières.

  • IPO (de l’anglais « Initial Public Offering »)

    Voir « Introduction en bourse ».

  • ISIN

    Les valeurs cotées à la fois sur Amsterdam, Bruxelles et Paris utilisent le code ISIN.
    Pour chaque valeur, ce code se compose de 12 caractères, dont deux lettres pour la place de négociation (NL : Amsterdam, BE : Bruxelles, FR : Paris).

  • Jetons de présence*

    Rémunération des membres des conseils d'administration et des conseils de surveillance.

  • Lever

    Prendre possession d'un titre acheté après l'avoir payé sur un marché à terme, exercer une option, dénouer un contrat d'option ou se procurer des fonds sur un marché.

  • Leverage buy out (LBO)

    Mécanisme de rachat d'une entreprise avec un apport minime de fonds propres et un recours important à l'emprunt garanti sur les actifs de l'entreprise. Souvent pratiqué pour le rachat d'une entreprise par ses salariés (RES).

  • Limite

    Cours maximum ou minimum, fixé lorsque l’on passe un ordre en bourse.

  • Liquidation

    Jour du règlement des opérations avec SRD (Service de Règlement Différé). Sauf exception, la liquidation a lieu le 5° jour de Bourse avant la dernière séance du mois.

  • Liquidité

    (I) Capacité pour un débiteur de dégager ou de se procurer la trésorerie nécessaire au paiement de ses dettes à l’échéance.
    (II) Caractérise un titre qui fait l’objet d’échanges quotidiens importants.

  • Livraison

    Se dit lorsque le vendeur transmet après paiement ses titres à l'acheteur.

  • Marché continu

    Caractéristique d’un marché où les opérateurs peuvent intervenir toute la journée (à Paris de 9 h 00 à 17 h 30) et de n'importe où, grâce à l'organisation informatisée des échanges.

  • Marché libre

    Marché non officiel créé par Euronext pour accueillir de petites sociétés qui veulent commencer une carrière boursière, sans pouvoir d'emblée accéder à un marché réglementé faute de remplir les conditions requises.

  • Marché primaire

    Marché des émissions de titres (marché du neuf).

  • Marché secondaire

    Marché où se négocient et s'échangent les titres en bourse (marché de l'occasion).

  • MiddleNext

    Association professionnelle française indépendante exclusivement représentative des valeurs moyennes cotées. Créée en 1987, MiddleNext fédère et représente exclusivement des sociétés cotées sur Euronext et Alternext, tous secteurs d’activités confondus. L’organisation est financée et gérée par des dirigeants de Valeurs Moyennes.

  • Mifid 2 (Mif2)

    Directive européenne entrant en application le 3 janvier 2018. Elle vise à mieux protéger les particuliers lors des placements en produits financiers et à prévenir les conflits d'intérêts avec leurs prestataires.

  • Moins-value

    Perte sur la vente d'un titre, égale à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • MTF (« Multi Trading Facilities ») ou SMN (Systèmes Multilatéraux de Négociation).

    Une des nouveautés les plus importantes de la MIF a été d’arrêter le monopole des plateformes traditionnelles et de permettre le développement des plateformes alternatives de négociation.
    Voir « plateforme de négociation ».

  • Nasdaq

    Marché des valeurs de croissance aux Etats-Unis.

  • Nominal

    Fraction du capital représentée par une action. Toutes les actions d'une société ont le même nominal.

  • Nominatif*

    Type de détention d'une valeur mobilière inscrite, au nom de son propriétaire, sur les registres de la société (par opposition aux titres au porteur). On distingue le nominatif administré et le nominatif pur. Voir fiche 41 « L’action ».

  • Note d’opération

    Document publié dans le cadre d'une émission de titres décrivant l'émetteur et les conditions de l'émission. On parle également de prospectus.

  • Nyse (New York Stock Exchange)

    Principal marché boursier des Etats-Unis.

  • Obligation convertible

    Obligations que le porteur pourra transformer en action dans une période donnée.

  • Obligation*

    Titre représentatif d'une créance, à revenu en principe fixe, créé lors de l'émission d'emprunts.

  • OPA*/OPE* (Offre Publique d'Achat/d'Echange)

    Quand une société veut racheter une entreprise cotée en bourse, elle peut proposer un prix d'achat unique pour tous les titres qui se présentent (OPA). Si la société qui se porte acquéreur est elle-même cotée, elle peut également proposer ses propres actions en rémunération des titres présentés (OPE).

  • OPC*

    Organismes de Placement Collectif qui collectent et placent les capitaux en valeurs mobilières. Il existe deux formes d’OPC en France : les FCP et les SICAV. Juridiquement, on distingue les OPVVM* et les FIA*.

  • OPF (Offre à Prix Ferme ou Offre à Prix Fixe)

    Procédure d'introduction en Bourse fixant la quantité et le prix unique des titres à vendre.

  • OPR (Offre Publique de Retrait) et OPRO (Offre Publique de Retrait Obligatoire)

    Lorsqu'une société possède au moins 95% du capital d'une autre société, elle peut lancer une OPA ou une OPE sur les 5% restants. La société en question sera alors radiée de la cote si l'OPR est suivie d'un retrait obligatoire (OPRO).

  • Options

    Produits dérivés qui donnent à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, d’acheter (option d’achat ou « call ») ou de vendre (option de vente ou « put ») un actif financier (le sous-jacent) à des conditions déterminées à l’avance (prix, échéance…). Le vendeur est tenu de livrer le sous-jacent si l’acheteur exerce l’option. Les options sont négociables tant qu’elles n’ont pas expiré.

  • Ordre de Bourse*

    Demande faite à l'intermédiaire financier pour acheter ou vendre une action en bourse.

  • OTC (Over the counter)

    Transaction de gré à gré entre opérateurs financiers.

  • Pair

    C'est la valeur faciale ou nominale d'un titre.

  • Paradis fiscaux ou ETNC

    Etats et Territoires Non Coopératifs au plan de la transparence des mouvements financiers.

  • Payout ratio

    Voir « taux de distribution ».

  • PEA (Plan d'Épargne en Actions)

    Cadre de gestion dans lequel il est possible de constituer, sous certaines conditions de conservation, un portefeuille d’actions françaises et des autres pays de l’Union européenne, d’Islande et de Norvège, en franchise d’impôt sur les dividendes et les plus values de cession, ces dernières étant soumises aux contributions et aux prélèvements sociaux à la sortie du plan.

  • PEE* (Plan d'Épargne d'Entreprise) et PEG* (Plan d'Épargne Groupe)

    Système d'épargne collectif destiné à encourager l'épargne des salariés avec l'aide de l'entreprise.

  • PER* (de l’anglais « Price Earning Ratio »)

    Rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice par action, également appelé « Multiple de capitalisation » ou « Coefficient de capitalisation des résultats » ou « CCR ».
    Le PER permet de comparer la rentabilité des actions. C'est le critère d'appréciation boursière le plus utilisé. Le PER d'une valeur sera d'autant plus élevé que l'on anticipe une croissance forte de ses bénéfices.

  • Plafond annuel de la sécurité sociale (PASS)

    Montant de référence révisé annuellement pour l’application des cotisations de sécurité sociale et pour le calcul de nombreux plafonds de versement (voir page « données essentielles » du guide).

  • Plateforme de négociation

    Terme caractérisant un système de transactions électroniques servant à échanger des titres, des biens...

  • Plus-value*

    Gain obtenu sur la vente d'un titre, égal à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • Point mort

    Niveau de vente minimum à partir duquel une entreprise commence à gagner de l'argent ou cesse d'en perdre.

  • Prestataires de services en investissement

    Entreprises d’investissement habilitées à négocier les valeurs. Les sociétés de gestion en sont les principales représentantes.

  • Prime d’émission

    Les actions nouvelles sont le plus souvent émises à un prix supérieur à la valeur nominale. L’écart constitue la prime d’émission qui vient augmenter les réserves.

  • Prime de risque

    Différence entre le taux de rendement attendu du marché des actions et le taux de rémunération offert par les obligations d'Etat à long terme.

  • Produit dérivé*

    Instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du taux ou du prix d'un autre produit appelé « sous-jacent », qui ne requiert aucun placement net initial ou un apport peu significatif et dont le règlement s'effectue à une date future.

  • Prorogation

    Synonyme de report, le terme est devenu officiel sur le Service de règlement différé (SRD).

  • Prospectus

    Documentation écrite officielle diffusée largement lors d’un placement de titres par l’entreprise émettrice et la, ou les, banques en charge du placement. Il vise à informer les investisseurs sur le patrimoine, la situation financière, les résultats et les perspectives de la société.

  • Put

    Option de vente en Anglais.

  • Quorum

    Part minimum du capital qui doit être présente ou représentée à une assemblée d'actionnaires pour que celle-ci délibère valablement.

  • Quotité

    Multiple de titres minimum pour une négociation. Elle s'applique encore aux options et warrants.

     

  • Rapport annuel

    Document de communication qu’une société publie après la clôture de l’exercice pour présenter ses activités, ses perspectives, ses principaux résultats financiers et souvent ceux qui la dirigent.

  • Rapport cours-bénéfice

    Rapport entre le cours des actions d'une société et son bénéfice net par action.
    Voir « PER »

  • Relit

    Système informatique français de règlement livraison des titres

  • Relution

    Inverse de dilution (voir ce mot).

  • Rendement d'une action

    Dividende rapporté au cours de l'action.

  • Report

    Possibilité offerte à un investisseur de reporter (on dit aussi proroger) d'un mois son engagement à terme moyennant le paiement d'un intérêt appelé report.

  • Report à nouveau

    Solde restant après distribution des bénéfices. Les soldes reportés sur plusieurs exercices peuvent servir à distribuer ou à compléter un dividende dans une période difficile.

  • RES (Rachat d'une Entreprise par ses Salariés)

    Opération permettant aux salariés d'une entreprise d'en acquérir le capital en grande partie grâce à un prêt.

  • Réserves légales

    La loi impose aux sociétés anonymes la constitution de réserves légales correspondant à 5% du bénéfice de l'exercice jusqu'à la limite de 10% du capital social.

  • Retrait obligatoire

    Voir « OPR-OPRO »

  • Road-show

    Série de rendez-vous organisés dans plusieurs villes pour le management d’une société afin qu’il puisse rencontrer ses investisseurs/actionnaires actuels ou futurs. Ce type d’évènement s’organise dans le cadre des introductions en bourse, d’opérations financières, ainsi que dans le cadre de la communication habituelle des sociétés cotées après leurs publications financières trimestrielles, semestrielles ou annuelles.

  • Rompu

    Si l'on n'a pas le multiple exact de droits de souscription ou d'attribution pour obtenir une action (dix pour une par exemple), il reste des rompus, ces droits doivent être vendus ou complétés pour avoir le nombre d'actions correspondant à une souscription ou à une distribution de titre gratuit. En cas de fusion ou d'échange d'actions, se dit des titres en surplus par rapport à la parité d'échange.

  • Say on pay

    Consultation des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux d'une société. Les votes peuvent avoir suivant la loi et les statuts une portée contraignante ou celle d'avis simplement consultatif.

  • Support

    Utilisé comme synonyme d'actif sous-jacent.

  • Surcote

    Ecart entre la valeur réelle ou théorique d'un titre et son cours de bourse quand ce dernier est supérieur à la première.

  • Survaleur ou Ecart d’acquisition ou Goodwill (en anglais « goodwill »)

    Ecart d'acquisition, figurant au bilan d’une société, correspondant à l'excédent du coût d'acquisition, lors d'une prise de participation ou d'une fusion, sur la quote-part de l'acquéreur dans la juste
    valeur des actifs et passifs identifiables (selon la norme internationale IFRS 3).
    L'écart entre le prix d'acquisition d'une société et sa valeur économique peut-être positif (goodwill) ou négatif (badwill).

  • Swap

    Contrats d’échange (en anglais, to swap = échanger) qui permettent à deux parties d’échanger des flux financiers. Ces parties sont en général des banques ou des institutions financières. L’avantage pour elles réside dans l’absence de capitaux à échanger.
    Pour une entreprise, l’avantage sera la modification des caractéristiques de ses actifs financiers figurant au bilan, en y superposant un produit « hors bilan », sans encourir les conséquences comptables et fiscales d’une sortie de bilan.
    A titre d’exemples, il peut s’agir de l’échange des intérêts d’un prêt à taux variable contre des intérêts fixes, de taux d’intérêts afférents à des prêts en devises différentes, d’une protection contre un risque crédit en contrepartie de versements réguliers (en anglais « credit default swaps » ou « CDS »), ou encore d’un prix fixe contre un prix variable pour des matières premières.
    Les swaps sont au cœur de l’ingénierie financière. On les trouve par exemple dans les opérations d’actionnariat salarié à effet de levier.

  • Taux de distribution (en anglais « payout ratio)

    Rapport entre le dividende net par action et le bénéfice net par action.

  • Titre au nominatif

    Voir « Nominatif »

  • Titre au porteur

    Le possesseur de l'action est inconnu de la société émettrice.

  • Titres subordonnés

    Titres de plusieurs types, qui ne peuvent être remboursés qu’à l’initiative de l’émetteur, soit en espèces soit en actions. Sans faire partie du capital, ils constituent des quasi fonds propres. Une variété de ces titres, dits « super subordonnés » ne sont remboursables aux porteurs en cas de liquidation de la société qu’après les autres créanciers non actionnaires.

  • Titrisation

    Technique financière consistant à transférer à des investisseurs des créances en les transformant en titres financiers émis sur les marchés de capitaux.
    Trading à Haute Fréquence ou HFT (de l’anglais « High Frequency Trading »)
    Exécution à grande vitesse (quelques microsecondes) de transactions financières faites par des algorithmes informatiques complexes. Ces transactions permettent de jouer sur des grandes
    quantités avec des petits écarts de prix et de faibles coûts de traitement.

  • Valeur de croissance

    Action d'une société qui exerce son activité dans un secteur en forte croissance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur mobilière

    Titre négociable émis par une société ou une collectivité publique qui peut être coté en bourse. Les deux grandes catégories sont les actions et les obligations.

  • Valeur nominale

    Il s'agit de la valeur à laquelle un titre a été émis. Le capital social correspond au produit de la valeur nominale par le nombre d'actions. Voir «Nominal»

  • Validité de l'ordre

    Un ordre jour ne peut donner lieu à une transaction que dans la journée où il a été émis. Il restera sur le marché jusqu'au jour indiqué s'il est à date déterminée, alors qu'un ordre à révocation est valable jusqu'à la fin du mois civil.

  • Vente à découvert

    Vente au comptant d’actifs (notamment des titres) que l’on ne possède pas, mais que l’on prévoit de racheter ultérieurement moins cher, la différence constituant le gain de l’opérateur. Si le prix monte, l’opération est au contraire perdante pour lui et son risque de perte est en théorie illimité.

  • Volatilité

    Indicateur de risque qui permet de mesurer l'amplitude de variation des cours d'un titre par rapport à la tendance générale du marché.

  • Warrant

    Voir « Bon de souscription ».

Fermer

Mots-clés

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z

    * Termes figurant dans le glossaire

      Jetons de présence*

      X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT

      X. 74. Rémunérer ses liquidités

      Nicolas SOST / Associé Gérant de PATRIMEA Date de création : 03/11/2017Date de révision : 01/04/2019

      Janvier 2019

      Maintenir une épargne disponible et sécurisée sur une période à court ou moyen terme, est un des besoins récurrents des épargnants :

      • Épargne de précaution pour le financement des dépenses courantes (trésorerie équivalente à 3 à 6 mois de revenus pour le paiement des impôts, des factures trimestrielles, …)
      • Épargne temporaire en vue du financement de projets futurs (travaux, acquisition d’une voiture, …)
      • Épargne temporaire liée à des circonstances exceptionnelles en attente de placement plus définitif (prime, successions, vente d’un bien, …)

      Rémunérer, sans risque, ses liquidités dans un contexte de baisse de taux, tient du défi.

      Le tableau ci-dessous reprend l’évolution de la rémunération de l’épargne garantie ces dix dernières années. Il ne saurait être plus explicite sur la faible rémunération de l’épargne à capital garanti en période de faible inflation.

      Seul le rendement net d’impôts et de contributions sociales permet de comparer la profitabilité d’un placement : la loi de finances pour 2018 a adopté une réforme globale de la fiscalité applicable à compter du 1er janvier 2018, conduisant à soumettre la quasi-totalité des revenus mobiliers et plus-values de cessions de valeurs mobilières à une taxation forfaitaire à taux unique.

      A compter de l’imposition des revenus de 2018, l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers et des plus-values de cession de droits sociaux sont soumis à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) (également dénommé « flat tax ») au taux de 12,8 % (auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux dont le taux a été relevé à 17,2 % par la loi de financement de la Sécurité Sociale), d’où une taxation globale de 30 %. Une présentation détaillée de ce nouveau régime est faite en fiche 7 « Fiscalité de l’épargne » et des placements à laquelle il convient de se reporter.

      Quelles solutions, à ce jour, dans le paysage de l’épargnant, pour le placement d’un capital garanti ?

      I. Le compte courant

      A fin mars 2017, les dépôts à vue s’élèvent à plus de 429 milliards d’euros. En France, traditionnellement, le compte courant, également intitulé compte à vue ou compte-chèques n’était pas rémunéré. En 2004, toutefois, un arrêt de la Cour européenne de justice avait déclaré illégale l’interdiction de rémunérer les comptes à vue. Si, depuis 2007, la possibilité de verser quelques intérêts au titulaire d’un compte à vue est légalement offerte, force est de constater que rares sont les grandes banques à réseau qui utilisent cette faculté qui n’est plus très attractive, soulignons-le, depuis la forte baisse des taux.

      II. Les livrets d’épargne défiscalisés

      Sous le terme générique de « livrets d’épargne », sont classés l’ensemble des comptes non dotés de moyens de paiement (chéquier ou carte bancaire) dont l’épargne reste totalement disponible, sans pénalité en cas de retrait. Avec une rémunération nette d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, le taux affiché est le rendement réel du placement.

      Le plus connu et le plus populaire des livrets est sans conteste le Livret A.

      Autrefois, réservé à certains réseaux, sa commercialisation est assurée depuis 2009 par tous les établissements bancaires.

      Ces livrets sont plafonnés à certains montants de versements. Attention, les pratiques bancaires peuvent ouvrir les livrets à des montants supérieurs, mais au-delà de cette limite réglementaire, les intérêts générés sont taxés et assujettis aux prélèvements sociaux. Depuis le 1er janvier 2013, les plafonds n’ont pas changé.

      Livret A : 22 950 € par titulaire

      Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) : 12 000 € par titulaire

      Livret d’Épargne Populaire : 7 700 € par titulaire sous conditions de ressources.

      Les établissements qui distribuent le LDDS doivent proposer aux épargnants (mais non leur imposer) d’affecter une partie des sommes à une entreprise solidaire ou à un organisme de financement de l’économie solidaire.[1]

      Taux de rendement brut

      Le taux plancher de rémunération des Plans d’Epargne Logement (PEL) a été ramené à 1 %.

      A noter que les taux de rémunération du Livret A et du LDDS ont été maintenus inchangés à 0,75 % au-delà du 1er février 2017, celui du LEP à 1,25 %.

      A noter : EPARGNE LOGEMENT : PEL et CEL
      – ouverts avant le 1er janvier 2018 : les intérêts des sommes inscrites sur le PEL et CEL demeurent exonérés d’IR. Pour les PEL, l’exonération est limitée aux intérêts acquis au cours des 12 premières années.
      – ouverts à compter du 1er janvier 2018 : les intérêts des sommes inscrites sur le PEL et CEL sont soumises au PFU (ou, sur option, au barème progressif de l’IR), majoré des PS. De plus, ces nouveaux PEL n’ouvrent plus droit à la prime d’Etat.

       

      Condition d’ouverture et nouveaux plafonds du LEP :

      Il faut être domicilié fiscalement en France. Pour ouvrir un LEP en 2019, il faut disposer d’un revenu fiscal n-2 (avis d’imposition 2018 sur vos revenus 2017) dont le plafond est inférieur à :

      • 19 468 € pour la première part de quotient familial + 5 198 € par demi-part supplémentaire
      • Pour la Martinique, la Guadeloupe et la Réunion, le plafond est de   23 036 € pour la première part (+ 5 198 € par demi-part supplémentaire)
      • Pour la Guyane, le plafond est de 24 084 € pour la première part (+ 5 198 € par demi-part supplémentaire)
      • Pour Mayotte, le plafond est de 36 094 € pour la première part (+ 7 787 € par demi-part supplémentaire)

      En cas de dépassement du plafond de revenu pour une année, le bénéfice du LEP est maintenu, si le revenu redescend, l’année suivante, sous la limite d’éligibilité.

      La modalité de calcul et de perception des intérêts mérite attention.

      L’épargne est valorisée tous les 15 jours. Les sommes déposées portent intérêt à compter du premier jour de la quinzaine suivant leur versement. A l’inverse, les sommes prélevées cessent de produire intérêt à compter du dernier jour de la quinzaine précédant leur retrait. Si on verse le 16 du mois, on perd une quinzaine de jours d’intérêts ; il en va de même si on effectue un retrait le 14.

      Ne pas connaître cette règle risque de conduire un épargnant actif à une déconvenue dans les premiers jours de janvier, au moment du crédit en compte des intérêts.

      III. Les Livrets Fiscalisés et autres « Super-livrets »

      Les taux de rémunérations de ces comptes sur livrets sont libres et, souvent, supérieurs à celle que servent les banques à réseau traditionnelles.

      La fiscalité impacte le rendement : le taux affiché est brut. Pour obtenir le taux réel, il convient de tenir compte de l’imposition au PFU de 12,8 % majoré des prélèvements sociaux au taux de 17,2 %.

      Ces offres sont généralement le fait de banques sans guichets, ou à réseau limité qui cherchent à capter de nouveaux clients ou de nouveaux dépôts par une offre commerciale attractive, ou même d’entreprises qui y voient une source de financement (PSA Banque, …).

      Une fois l’offre à échéance, le taux proposé revient à des niveaux classiques : l’établissement promoteur propose alors d’autres offres commerciales : Assurance-vie, PEA, ….

      Sont désormais bien connus l’Épargne Orange du hollandais ING Direct, les livrets AXA Banque ou Allianz Banque, de Fortunéo, … Les banques à réseau sont présentes sur ce marché au travers d’établissements affiliés tels BforB (Crédit Agricole), Boursorama (Société Générale) ou Cortal-Consors (BNP Paribas).

      Comment s’y retrouver dans ce maquis ? Que penser de ces offres ?

      Ces offres, limitées dans le temps et dans les volumes, peuvent présenter un intérêt, dans le cadre d’une gestion avertie et vigilante.

      La plus grande rigueur s’impose à l’épargnant qui peut trouver intérêt à ces pratiques. Après quelques avatars à leur création pour récupérer l’argent déposé, la législation les a rendues faciles d’accès et fiables pour les retraits et clôtures des comptes.

      Dédiées à une épargne de très court terme entre 3 à 6 mois, ces offres promotionnelles sont récurrentes. On peut passer de l’une à l’autre, mais une seule fois par établissement.

      Pour que l’avantage soit significatif, il est nécessaire de disposer de capitaux importants. Nécessaire aussi de gérer le timing du placement avec précision, sinon, il ne sera pas très rentable de surfer d’un livret à l’autre. Le jeu des quinzaines risque de rendre tout transfert partiellement infructueux… à moins de posséder un compte à vue rémunéré servant de pivot.

      D’autre part, ces offres sont souvent sujettes à conditions (souscrire un autre produit d’épargne, une carte bancaire, obligation de ne pas retirer de fonds pendant x jours, …) qui les rendent in fine moins attrayantes.

      En conclusion : on peut s’intéresser à ces Super livrets si l’on a déjà fait le plein avec des livrets défiscalisés, et si le rendement net dégagé est supérieur à d’autres formes de placements.

      IV. Les livrets solidaires

      NB : On se rapportera utilement à la fiche n° 86

      Un livret solidaire fonctionne exactement de la même manière qu’un livret classique ; tout au plus, le titulaire du compte choisit de reverser tout ou partie des intérêts ou une partie de son versement à une association qui œuvre pour l’insertion, le logement des plus démunis, l’environnement ou de multiples autres objectifs. Les montants en cause sont faibles, mais… les petits ruisseaux font les grandes rivières pour les organismes bénéficiaires.

      De nombreux livrets solidaires sont labellisés par Finansol : cf https://www.finansol.org/. Par ailleurs, des banques organisent des dons en faveur d’associations, notamment la Société générale, qui laisse le choix entre une quarantaine d’organismes bénéficiaires à ses clients qui optent pour la formule d’épargne solidaire.

      En réalisant un don de cette façon, l’épargnant bénéficie de tous les avantages d’un don effectué directement à l’association (réduction d’impôt de 66 ou 75 % du montant du don) mais aussi d’avantages supplémentaires permettant de donner plus à l’association (allègement de prélèvements sur les dons versés, éventuellement don supplémentaire de 10 % à l’association par la banque)

      V. Le compte à terme

      Avec les comptes à terme on reste dans le domaine de l’épargne garantie, mais on quitte celui de la liquidité totale et immédiate sans pénalité.

      Le compte à terme est un contrat au terme selon lequel la banque emprunte des liquidités pour une durée déterminée, entre un mois et deux ans en général. Bien entendu, en contrepartie de cet emprunt, elle servira un taux d’intérêt convenu à l’avance. Dans ce domaine, il est fort difficile de dresser un comparatif pérenne car l’offre de comptes à terme des banques est liée à leur politique financière. A un jour J, une banque A qui, la veille, proposait sur x mois un taux attractif, ne sera plus compétitive vis-à-vis d’une banque B qui, pourtant, n’était traditionnellement pas concurrentielle… La meilleure solution, lorsque l’on souhaite bloquer une certaine somme pour une durée déterminée, consiste à faire le tour des banques en leur demandant leurs conditions assorties d’une durée de validité.

      Important : si l’engagement de blocage n’est pas respecté, la banque applique une pénalité qui se traduit contractuellement par une minoration du taux d’intérêt et éventuellement l’application d’une retenue d’un montant forfaitaire. Dans le contexte actuel, les rendements nets présentent moins d’intérêts qu’il y a quelques années.

      VI. Les OPC monétaires

      Ce type de placement des liquidités a connu un intérêt certain il y a quelques années. Aujourd’hui les taux proches de zéro, voir négatifs, associés à une part de risques quand même, rend les OPC monétaires obsolètes comme véhicule de rémunération des liquidités.

      Gérer sa trésorerie au moyen de parts d’Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPC : Sicav ou Fonds communs de placement) avec des taux proches de zéro voire négatifs associés à une part de risques, rend, aujourd’hui, les OPC monétaires obsolètes comme véhicule de rémunération des liquidités.

      Pour mémoire, l’objectif des OPC monétaires est de restituer un taux proche de ceux pratiqués par les banques centrales. En Europe, ce sont les taux Euribor ou Eonia qui servent de références. Les sociétés de gestion d’OPC monétaires ont le droit d’investir dans trois types d’emprunts : les bons émis par l’État, les certificats de dépôt des banques et les billets de trésorerie émis par les entreprises. Depuis l’été 2008, on a appris à se méfier des OPC monétaires dits dynamiques dont certains se sont révélés investis en produits financiers toxiques. Il ne faut toutefois pas jeter le bébé avec l’eau du bain : les grands réseaux proposent des OPC monétaires stables, sans risque pour l’acheteur.

      VII. Comptes et Plans d’Épargne Logement

      Le Compte d’épargne logement : plafonné à 15 300 euros, procure des intérêts annuels de rendement faible, à 0,50 % hors prime d’Etat. Il convient de l’utiliser, si votre compte est ancien, si vous voulez bénéficier de taux d’emprunt intéressants pour des travaux.

      Le Plan d’Épargne Logement est rémunéré sur la base d’un taux de 1 % s’agissant des plans ouverts depuis le 1er janvier 2016. L’Épargne est bloquée 4 ans, un prêt doit être demandé pour bénéficier de la prime d’État.

      CEL et PEL ouverts à compter du 1er janvier 2018 sont soumis au PFU et aux prélèvements sociaux.

      Dans un contexte de baisse généralisée des taux, cette garantie du taux pourrait entraîner un regain d’intérêt pour des Plans d’Épargne proches de leur maturité de quatre ans pour leur sortie sans fiscalité !

      VIII. L’assurance vie, l’épargne salariale et… le plan d’épargne en actions.

      On a pu dire de l’assurance vie qu’elle était la… bonne à tout faire de l’épargne française.

      C’est une formule qui draine plus du tiers des capitaux épargnés, avec des encours supérieurs à 1 679 Mds d’euros à fin novembre 2017 (cf. fiche 84).

      L’assurance-vie est une enveloppe fiscale privilégiée qui favorise l’épargne à long terme, compte tenu de l’imposition applicable aux contrats détenus depuis plus de 8 ans.

      Dans ce cas, le contrat d’assurance vie devient un véhicule de placement particulièrement intéressant, car faiblement imposé…  mais toujours soumis aux  prélèvements sociaux.

      La souplesse de ce produit d’épargne permet de placer ou de retirer des sommes à tout moment tout en conservant la date d’ouverture du contrat comme prise de départ du délai fiscal.

      Toutefois, attention à la garantie sur le capital placé, selon la nature du contrat.

      Paradoxalement, il peut en aller de même avec le Plan d’Épargne en Actions : le PEA.

      Produit d’épargne à long terme, un PEA peut se transformer en support de rémunération d’épargne à court terme dans le cas d’une détention de plus de 8 ans. Si fiscalement, l’avantage est réel, n’oublions pas que les placements se font sur des produits avec des aléas sur le capital. Un bémol, toutefois : en cas de retraits de fonds du PEA, plus aucun versement ne sera possible.

      Un tel détournement de PEA ne peut donc s’envisager que dans le cadre d’une stratégie patrimoniale globale et en période de taux à court terme élevés.

      Rappelons ici la fiscalité de sortie du PEA

      Clôture du PEA avant 5 ans : En cas de clôture d’un Plan épargne en actions avant son 5e anniversaire, la plus-value réalisée est soumise à la flat tax à 30%.

      Jusqu’en 2018, la clôture anticipée du PEA entrainait l’imposition de la plus-value à un taux forfaitaire différent selon l’antériorité du PEA : 22,5% pour les PEA de moins de 2 ans, ou de 19% pour les PEA âgés de 2 à 5 ans.

      De la même façon, les possibilités d’arbitrages et de transferts au sein du Plan d’Épargne Entreprise, le PEE (cf. fiche 27) ne sont pas à négliger au regard de leur fiscalité avantageuse.

       

      Les revenus de ces placements sont imposés au taux de la dernière tranche d’imposition du titulaire. La connaissance de son taux marginal d’imposition est, ainsi, plus importante aujourd’hui qu’hier et doit faire partie des éléments pris en compte avant toute décision d’investissementLes contribuables ayant un revenu fiscal de référence de l’avant-dernière année inférieur à 25 000 € (personne seule) ou 50 000 € (couple soumis à une imposition commune) peuvent demander à être dispensés de ce prélèvement via une attestation sur l’honneur remise à l’établissement assurant le paiement des revenus, au plus tard le 30 novembre de l’année précédant celle du paiementLorsque le montant annuel de ces revenus n’excède pas 2 000€ dans l’année, le contribuable peut demander à être exonéré du barème progressif de l’impôt sur le revenu et n’être imposé qu’au prélèvement de 24 %. Cela s’opérera sur option formulée lors de la déclaration de revenu.
      Sauf pour les livrets entièrement exonérés, les contributions sociales et les prélèvements sociaux s’appliquent toujours au taux global de 15,5% et sont prélevés lors du versement des intérêts, donc en même temps que l’acompte forfaitaire de 24 % au titre de l’impôt sur le revenu (soit un total dans ce cas de 39,5% du montant brut des intérêts)…

      Taux d’intérêts des livrets réglementés

      Historique sur 10 ans des taux de rémunération des livrets de l’épargne réglementée

      Date d’application Livret A LEP LEE CEL
      1er février 2006 2,25 % 3,25 % 1,50 % 1,50 %
      1er août 2006 2,75 % 3,75 % 2,00 % 1,75 %
      1er août 2007 3,00 % 4,00 % 2,25 % 2,00 %
      1er février 2008 3,50 % 4,25 % 2,50 % 2,25 %
      1er août 2008 4,00 % 4,50 % 3,00 % 2,75 %
      1er février 2009 2,50 % 3,00% 1,75 % 1,75 %
      1er mai 2009 1,75 % 2,25 % 1,25 % 1,25 %
      1er août 2009 1,25 % 1,75 % 0,75 % 0,75 %
      1er août 2010 1,75 % 2,25 % 1,25 % 1,25 %
      1er février 2011 2,00 % 2,50 % 1,50 % 1,25 %
      1er août 2011 2,25% 2,75% 1,50% 1,50%
      1er février 2013 1,75 % 2,25 % 1,25 % 1,25 %
      1er août 2013 1,25 % 1,75 % 0,75 % 0,75 %
      1er février 2014 1,25 % 1,75 % 0,75 % 0,75 %
      1er août 2014 1,00 % 1,50 % 0,75 % 0,75 %
      1er août 2015

      0,75 %

      1,25 %

      0,50 %

      0,50 %

      Si vous avez un compte inactif depuis au moins 10 ans, alors même que des intérêts pouvaient s’ajouter régulièrement sans action de votre part, sachez que vos avoirs peuvent avoir été transférés à la Caisse des dépôts et des consignations. Consultez alors le site www.ciclade.fr.

       


      [1] Loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (dite « loi Sapin 2 »), article 80.

      X. 75. Les placements obligataires

      Philippe BERNHEIM Date de création : 03/11/2017Date de révision : 11/02/2019

      Janvier 2019

      Les placements obligataires entrent dans la catégorie des placements à moyen et long terme. Ils sont plus risqués en général que les placements de trésorerie et moins risqués que les actions, matières premières et énergie.

      Une obligation « classique » fournit un revenu fixe (un intérêt appelé coupon) à un rythme fixe annuel. Le capital est remboursé intégralement à une date convenue à l’avance appelée date d’échéance. Ainsi, les sommes et le moment où l’investisseur reçoit les paiements sont connus à l’avance ce qui confère aux obligations ce caractère moins risqué, par exemple que les actions. Ce sera un investissement idéal lorsque l’investisseur voudra s’assurer la disponibilité de son argent à des dates précises : projet d’acheter un bien immobilier d’ici 10 ou 15 ans par exemple ou placement en vue de la retraite. Mais il faudra bien sélectionner l’émetteur de l’obligation (voir infra le risque de crédit)

      Une obligation peut être souscrite au moment de son émission sur le « marché primaire ». Plus tard elle peut être achetée sur le « marché secondaire » où s’échange les obligations avant leur échéance. Elle pourra aussi y être vendue avant l’échéance pour répondre à un besoin de liquidité ou d’arbitrage vers un placement jugé plus intéressant.

      Cette possibilité d’achat et de vente entre la date d’émission et la date de remboursement constitue un réel avantage de liquidité. Néanmoins elle présente un premier risque car le prix de marché n’est pas connu à l’avance. En effet il dépend du niveau des taux au moment de la transaction. Si les taux ont monté, mon obligation à coupon (taux d’intérêt) inférieur à celle du marché ne trouvera preneur qu’à un prix décoté, « inférieur au pair ». A l’inverse des taux de marchés plus bas permettront de trouver acheteur à un prix plus élevé que le prix d’émission.

      Le marché offre des obligations dont la date d’échéance peut aller jusqu’à 10, 30, voire 50 ans. Plus la durée de l’obligation est longue plus le risque de prix sur le marché est élevé. Ce deuxième risque est mesuré par la sensibilité de l’obligation : plus la sensibilité est élevée plus le risque est élevé. Une sensibilité de 10 fera que le cours de l’obligation montera (baissera) de plus (moins) 10 % si les taux baissent (montent) de 1 %.

      Au même instant et pour les obligations d’un même émetteur (ou une famille homogène d’émetteurs) on trouvera des taux distincts pour des échéances différentes. Les points formés par le couple taux/durée forment une courbe appelée courbe des taux. Une courbe « normale » fera apparaître des taux de plus en plus élevés que la durée s’allonge, constituant une sorte de prime de risque du fait de l’engagement de plus en plus lointain. Dans le cas contraire la courbe des taux sera dite « inversée »; c’est le cas lorsqu’une politique monétaire restrictive impose des taux courts élevés et que les investisseurs pensent que ces tensions sont temporaires, c’est à dire que la politique monétaire menée sera un succès.

      Quand le taux de l’obligation est fixe, le risque pour la rentabilité réelle du placement est celui de l’érosion monétaire. Elle est pénalisante en cas de hausse de l’inflation. Dans le cas contraire c’est à dire en cas de désinflation – comme expérimenté depuis le début des années 1980, la situation est favorable. Pour couvrir le risque que fait courir aux obligations à taux fixe une éventuelle hausse de l’inflation des obligations indexées sur l’inflation ont été introduites, comme celles de l’Etat français, les OATi.

      D’autres types d’obligations présentent des caractères spécifiques. Citons les obligations convertibles en action qui permettent de participer en partie à l’évolution positive du cours de l’action mais aussi de limiter son risque d’investissement lorsque le cours prend une tendance baissière inattendue.

      Différentes sont les obligations perpétuelles, qui comme leur nom l’indique n’ont pas de date de remboursement. De telles émissions sont souvent assorties de clauses de remboursement au seul gré de l’émetteur et sont subordonnées, c’est-à-dire qu’en cas de faillite de l’émetteur le remboursement de l’obligation ne s’effectuera qu’avec ce qu’il reste après avoir payé les autres créanciers que sont par exemple le personnel, les détenteurs d’obligations classiques. Leur caractère particulièrement risqué, spéculatif et leur manque de liquidité font qu’elles ne peuvent être recommandées à des particuliers.

      Les émetteurs d’obligations sont variés : Etats, entités publiques et internationales, les émetteurs privés comme les entreprises industrielles ou financières. La qualité des émetteurs doit être particulièrement surveillée. Plus la qualité de l’émetteur est élevée, plus les chances de paiement en temps et en heure des coupons et le remboursement intégral seront certains. Les obligations dites à haut rendement (ou « obligations pourries ») sont les plus risquées, leur niveau de risque peut être rapproché de celui des actions. Les plus gros gérants de portefeuilles ont des équipes d’analyse crédit qui évaluent en continu la qualité de crédit des émetteurs et peuvent investir ainsi en connaissance de cause. Dans le public ont connaît les agences de notation et les « ratings » qu’elles délivrent (cf. fiche n°76 ). Le prix d’une obligation dépend de la qualité de son émetteur (risque de signature ou risque de crédit) et de l’anticipation de son évolution future positive ou négative. Les accidents surviennent. Dans l’histoire, même des Etats n’ont pas payé leur dette ou ne l’ont remboursée que partiellement. Des renégociations peuvent aussi intervenir qui aboutissent à la réduction du coupon et/ou du remboursement pour que l’émetteur échappe à la faillite face à une dette devenue insupportable. Des familles françaises ont encore le souvenir cuisant des emprunts russes qui ont perdu toute valeur après la révolution d’octobre. Plus récemment les crises de 1997-1998 en Asie, Russie, Amérique du Sud sont toujours dans les esprits. En 2011, l’éclatement de la crise de la dette des pays de la zone Euro montre encore la prudence qui s’impose. Il faut donc prendre plusieurs conseils et bien réfléchir avant de souscrire ou acheter des obligations publiques ou privées auprès de votre banque ou intermédiaire financier. En phase de récession économique, les risques de défaut d’entreprises privées augmentent. Il faut donc surveiller la conjoncture. Même en temps normal, des événements spécifiques peuvent affecter le prix de l’obligation et sa liquidité : positivement lors du rachat de l’entreprise émettrice par une entreprise de meilleure qualité de crédit, négativement lors d’un rachat avec levier qui entraîne un violent accroissement de l’endettement de l’émetteur.

      En général l’investisseur choisira des obligations émises dans sa propre monnaie pour éviter le risque de devise. L’avènement de la Zone Euro a permis aux investisseurs français, auparavant limités au marché des émissions en franc français, de s’ouvrir l’immense marché des obligations libellées en Euro, source d’opportunités, de diversification et de liquidité très appréciée. C’est le cas par exemple des placements en émetteurs allemands, que ce soit l’Etat (Bund) ou le marché des obligations hypothécaires (Pfandbrief), le plus grand marché d’Europe et un des plus anciens, puisque fondé par Bismarck.

      Ces dernières années le marché obligataire s’est beaucoup professionnalisé si bien que les investisseurs particuliers sont moins amenés à faire des placements directs en obligations, voire ils en sont dissuadés par leur intermédiaire financier.

      Pour des gros portefeuilles de particulier, il est toujours possible de signer un mandat en gestion privée avec des objectifs et contraintes adaptés, confié à un authentique spécialiste obligataire.

      Les placements en OPCVM obligataires offrent une alternative. Ils présentent l’avantage de la diversification, de la gestion active (ou passive pour les fonds dits indexés) et affichent un niveau de risque inférieur à celui des actions.
      Cependant sont alors perdues des caractéristiques fondamentales de l’obligation : le remboursement automatique à une date précise et le paiement fixe des coupons.
      Une autre possibilité plus récente est offerte par les ETF obligataires traités en continu.

      Dans les deux cas la qualité de la société de gestion d’OPCVM et la compétence du gérant de l’OPCVM obligataire doivent être évaluées. Certains fonds font l’objet d’une notation qualitative accessible au public, comme chez Morningstar. Il faut par contre se défier des seuls classements et notations statistiques basés sur les performances passées, qui ne préjugent évidemment pas des performances futures, et présentent par conséquent peu de valeur dans l’optique d’une décision d’investissement.

      Il faut vérifier que la marge de sensibilité et que les types d’émetteurs autorisés dans l’OPCVM obligataire vous conviennent. Une attention scrupuleuse sera attachée aussi au niveau des frais : éviter les fonds trop chargés en commissions fixes auxquels peuvent même être ajoutées des commissions de performance, donc des frais variables. A noter que l’acquisition d’OPCVM par un site de banque en ligne reconnu et de bonne réputation peut réduire les frais d’entrée.

      L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) met à disposition les informations essentielles sur chaque OPCVM, sur son site internet www.amf-france.org. C’est une source qu’il est indispensable de consulter. Il est aussi recommandé de demander le rapport annuel de l’OPCVM à la société de gestion et de l’analyser attentivement

      Ces dernières années l’offre de fonds obligataires s’est enrichie de fonds obligataires orientés vers l’Investissement Socialement Responsable (ISR). Offre initialement concentrée sur les fonds actions, les fonds ISR « taux » représentent déjà 70 % des fonds ISR ouverts distribués en France, 10 % pour l’obligataire et 60 % pour le monétaire, contre 30 % pour les actions. Certains de ces fonds font l’objet d’une labellisation par une agence de notation, comme Novethic, apportant une appréciation indépendante fort utile à l’investisseur.

      Les toutes nouvelles obligations environnementales et sociales s’inscrivent dans la même tendance. Elles doivent financer des projets qui bénéficient à l’environnement, comme ceux dans les énergies renouvelables, ou au social, comme la construction de logements pour les plus démunis.

      Début 2019, les taux obligataires demeurent à un niveau très faible, notamment en Europe et au Japon. Les banques centrales, à commencer par la BCE dans la zône euro, veillent en effet à ne pas diminuer brutalement leurs portefeuilles obligataires et rachètent des obligations bien notées (voir fiche n°76 « Les agences de notation financière ») au fur et à mesure que leurs obligations en portefeuille arrivent à échéance; ceci permet aux émetteurs -Etats et sociétés bénéficiant d’une bonne notation – de continuer à placer aisément leurs nouvelles obligations et de le faire à des taux qui demeurent stables, voire en baisse, atteignant des niveaux historiquement bas. La croissance qui semble se ralentir, ainsi que la faible inflation, sont de nature à pérenniser cette situation, Toutefois, une possible remontée des taux monétaires, consécutive à un retour plus marqué de l’inflation, pourrait tôt ou tard entraîner par répercussion une remontée des taux obligataires, dont il est difficile de prévoir l’ampleur et la rapidité. Mécaniquement la hausse des taux entraînerait une baisse de la valeur des obligations, leur cours évoluant en sens inverse des rendements.

      Les marchés obligataires pourraient de surcroît devenir rapidement très sélectifs, marqués par une hausse fortement modulée des taux d’intérêt pour les obligations moins bien notées (BBB, BB…), ce qui entraineraît une baisse de valeur de ces obligations.

      L’achat ou la souscription d’obligations en 2019 apparaît donc risqué, tout particulièrement pour les particuliers, que ce soit en direct (marché d’accès difficile voire impossible pour eux lors des émissions) ou à travers des OPCVM à dominante obligataire..

      Fiscalité

      Les revenus d’obligations et d’OPCVM obligataires sont depuis 2018 soumis au prélèvement forfaitaire global de 30 % (dont 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu, et 17,2 % au titre des contributions et prélèvements sociaux). Toutefois les contribuables qui y trouveront avantage au moment du dépôt de leur déclaration de revenu, pourront en option choisir d’être imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu pour l’ensemble de leurs revenus et gains de capitaux mobiliers (et non par exemple pour leurs seuls revenus/gains obligataires).

      Un prélèvement à la source de 12,8 % anticipe sur ce paiement (acompte). En cas de revenu fiscal de référence de moins de 25.000 euros (50.000 euros pour un couple) une dispense sur demande est possible pour cet acompte.

      Dans tous les cas, les contributions et prélèvements sociaux sont prélevés à la source, au taux de 17,2 %.

      La loi de finances pour 2018 a comporté une réforme profonde de la taxation des plus-values de cession de valeurs mobilières, qui s’applique aux obligations et aux OPCVM obligataires.

      Elle  a prévu, comme pour les intérêts, une imposition au taux forfaitaire de 12,8% à laquelle s’ajoutent les prélèvements sociaux au taux global de 17,2 %, soit au total 30 %. Il convient le cas échéant, comme précédemment, d’imputer les moins-values de l’année, ou celles reportées, sur les plus-values de son choix (si les plus-values sont supérieures aux moins-values), pour le montant de son choix le cas échéant.

      Ce régime s’applique obligatoirement aux titres acquis à partir du 1er janvier 2018.

      Pour les titres acquis antérieurement, les contribuables auront l’option, au moment de leur déclaration de revenus, si cela est plus avantageux pour eux*, de l’imposition de tous leurs revenus mobiliers suivant le barème de l’impôt sur le revenu.

      *Ceci vise à ne pas pénaliser les contribuables non imposables ou faiblement imposés (au taux marginal de 14 %).

       

      X. 76. Les agences de notation et leur rôle

      Philippe BERNHEIM Date de création : 03/11/2017Date de révision : 20/03/2019

      Mars 2019

      Répondre au besoin constant d’appréciation de la solvabilité des emprunteurs publics ou privés est le rôle des agences de notation financière.

       Historique

      C’est au 19ème siècle que sont apparues les premières agences de notation, avec le développement du marché obligataire américain, marqué notamment par les considérables besoins d’emprunt des compagnies de chemin de fer, dont certaines ont fait faillite. Il est vite apparu nécessaire de disposer d’appréciations quant à la solvabilité des sociétés qui empruntaient, mais il s’avérait difficile de formuler des appréciations fiables. A cet égard, les interrogations actuelles sur la fiabilité et la crédibilité des agences de notation n’ont rien de nouveau.

      Leur influence est aujourd’hui considérable :

      • sur la base des notes, des prêteurs majeurs (des fonds de pension notamment) excluent certains émetteurs publics ou privés, la dégradation de la note pouvant donc se traduire par des ventes massives d’obligations et une impossibilité pour les emprunteurs concernés de se financer à des conditions abordables (cas de la Grèce depuis 2010)
      • les notes sont un critère d’acceptation par les banques, y compris les banques centrales, des titres émis
      • la note, facteur de choix parmi d’autres pour les investisseurs, influe sur le niveau du taux d’intérêt que l’emprunteur devra consentir.
      En période de crise financière, une rapide dégradation de ses notes a des conséquences immédiates pour l’emprunteur concerné quant à ses possibilités de financement, et par répercussion pour de nombreux investisseurs du fait de la dépréciation induite des actifs qu’ils possèdent (chute sur les marchés de la valeur des titres émis par l’emprunteur dégradé, perte de valeur sur les titres ou d’autres produits financiers incorporant pour partie des titres de cet émetteur).

       

      Les principales agences de notation

      L’histoire explique la prédominance des agences américaines, d’autant que certaines d’entre elles ont, d’une part surfé sur le développement mondial des marchés obligataires, d’autre part étendu leurs analyses aux dettes à court terme (billets de trésorerie notamment).

      Trois agences dominent le marché mondial de la notation financière :

      • Moody’s, créée en 1909, cotée en bourse, avec comme principal actionnaire la société Berkshire Hathaway, holding du milliardaire américain Warren Buffett
      • Standard and Poor’s (S&P), issue de la fusion de deux agences créées en 1916 et 1922, appartenant au groupe américain Mc Graw Hill
      • Fitch Ratings, qui remonte à 1913, appartenant conjointement au groupe américain Hearst Corporation (80 %) et au groupe français Fimalac (20 %).

      En 2018, ces trois agences détenaient 93,4% du marché de la notation financière dans l’Union européenne (source: ESMA).

      D’autres agences existent, mais avec des parts de marché réduites et une crédibilité non moins souvent discutée. On citera l’agence chinoise Dagong créée en 1994 et l’agence française Beyond Ratings, la dernière à avoir été agréée par l’ESMA (mars 2019).

      Pour l’essentiel, les agences de notation financière tirent leurs ressources des rémunérations versées par les emprunteurs qui demandent à être notés et par certains utilisateurs des notes.

      Les méthodes des agences de notation

      Pour chaque émetteur noté, l’agence effectue une analyse initiale, puis procède à des réévaluations périodiques (souvent annuelles).

      L’analyse de la situation et des perspectives financières s’appuie sur des documents comptables, sur des renseignements fournis par l’émetteur dans le cadre d’une enquête détaillée et sur une étude de son environnement économique et financier.

      Moody’s S&P et Fitch Signification
      Aaa AAA Risque quasi nul
      Aa AA Emetteur très fiable
      A A Bonne qualité, vulnérabilité économique
      Baa BBB Solvabilité moyenne
      Ba BB Risque sur les remboursements long terme
      B B Probabilité de remboursement incertaine
      Caa CCC Risque très important sur le long terme
      Ca CC Très proche du défaut
      C D Emetteur en défaut (faillite)

      Ces grilles sont affinées par des notes intermédiaires (par exemple AA+, BBB-).

      De plus, les agences communiquent des orientations (positive, stable, négative), qui indiquent la possibilité d’une prochaine modification de la note ainsi que la tendance de cette révision si des évènements jugés possibles se produisaient.

      Les emprunteurs notés au moins BBB (ou Baa) sont dits en « catégorie investissement », ceux notés au-dessous, en « catégorie spéculative ». Les investisseurs privilégiant la sécurité plutôt que le rendement s’interdisent de prêter à ces derniers, voire revendent leurs titres en cas de dégradation sous ce seuil (cas par exemple de la Grèce toujours notée, début 2019, B+ par S&P.  S&P a dégradé à D (émetteur en défaut) la dette à long terme du Vénézuela.

      La dette à long terme de la France était notée, début 2019, AA par S&P et Fitch, Aa2 par Moody’s (avec perspective positive). La dette allemande est notée AAA par les trois agences[1]. Celle de l’Italie reste juste en catégorie « Investissement » avec BBB chez S&P (avec perspective négative) et Fitch, Baa3 chez Moody’s.

      Les problèmes posés

      Ils portent sur les méthodes des agences et sur les conséquences des modifications correspondant aux notes qu’elles ont attribuées.

      Problèmes méthodologiques

      Les agences s’appuient sur des données objectives (données comptables, statistiques) qu’elles utilisent à la lumière d’appréciations subjectives, suivant une méthodologie assez mal connue et propre à chacune.

      Leur jugement est donc en premier lieu vulnérable à la fiabilité d’informations qui leur sont fournies (cas de statistiques fournies par la Grèce, de données comptables fausses d’Enron), ou à une actualisation insuffisamment rapide de leur appréciation en cas d’éléments nouveaux.

      En second lieu, l’utilisation de critères subjectifs les met à la merci d’erreurs d’appréciation dans un sens favorable ou défavorable (capacité d’action d’un gouvernement ou de dirigeants d’une société, évolution de l’environnement économique d’un Etat ou d’une entreprise, capacité d’un Etat à obtenir les impôts qu’il attend, etc.) ; il en découle une crise de confiance, devenant plus aigüe dans les périodes où la volatilité de la situation économique et financière ne peut qu’entraîner logiquement des changements d’appréciation sur les émetteurs de dette.

      Des soupçons de conflit d’intérêts tenant à leur mode de rémunération se sont ajoutés lorsque les agences ont été prises en défaut par la faillite soudaine d’un émetteur noté au plus haut (cas d’Enron).

      Problèmes de responsabilité

      Les erreurs, négligences ou fautes intentionnelles des agences peuvent avoir des conséquences financières considérables tant pour les émetteurs que pour ceux qui achètent ou détiennent leurs instruments de dette. Cela conduit à poser la question des circonstances dans lesquelles leur responsabilité peut être mise en cause et des indemnités pourraient leur être réclamées.

      Quelles perspectives pour les agences de notation ?

      Le nombre des émetteurs dans le monde ainsi que les sommes en jeu rendent incontournable l’existence d’un système de notation jugé acceptable par les prêteurs.

      La véritable question est celle du moyen de remédier aux défauts connus du système, dans l’intérêt de l’ensemble des acteurs économiques.

      Une régulation renforcée peut imposer plus de rigueur méthodologique et de transparence aux agences ; pour autant cela ne résout pas les problèmes de fiabilité des données qu’elles utilisent, de réalisme de leur interprétation nécessairement subjective des données d’environnement économique et financier, comme cela est le cas pour toute prévision.

      Les principales règles en Europe pour la notation par les agences

      L’Union européenne a renforcé les textes existants publiés à partir de 2009, notamment par le règlement n°462/2013 du 21 mai 2013. Les nouveaux textes s’appliquent depuis le 20 juin 2013. Dorénavant :

      • les agences devront publier un calendrier pour la notation non sollicitée des Etats, qui ne pourra intervenir plus de 3 fois par an sauf circonstances exceptionnelles et avec explications appropriées
      • les investisseurs et les Etats seront informés des hypothèses sous-tendant la notation
      • les agences seront responsables pour les préjudices causés aux investisseurs et aux émetteurs en cas de manquement intentionnel aux règles ou de négligence grave
      • afin de prévenir les conflits d’intérêts, des obligations d’information existent si celui qui contrôle 5 % du capital ou des droits de vote de l’agence qui note détient également 5 % ou plus de l’émetteur noté ; s’il détient 10 % ou plus du capital de ce dernier, la notation est interdite ; de plus il est interdit de détenir 5 % ou plus du capital de plus d’une agence de notation
      • enfin, depuis juin 2015, toutes les notations disponibles doivent être publiées sur une plateforme européenne gérée par l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA).

      Trois règlements délégués ont été adoptés par l’Union européenne le 30 septembre 2014 pour l’application de ce règlement. Ils fixent des normes concernant :

      • l’obligation pour les émetteurs de communiquer des informations sur leurs produits financiers structurés
      • l’obligation pour les agences de notation de communiquer des rapports périodiques sur les commissions facturées aux clients
      • la présentation des informations que les agences de notation doivent communiquer mensuellement pour les besoins de la plateforme de notation européenne.

      A savoir: la notation porte sur le risque de crédit et non sur la liquidité des titres de l’émetteur.


      [1] Dans l’UE, le Luxembourg et les Pays-Bas bénéficient des mêmes notes.

      X. 77. Les investissements dans les PME innovantes non cotées

      Benjamin BREHIN / Délégué Général, France Angels Date de création : 03/11/2017Date de révision : 21/03/2018

      Novembre 2017

      Dans le cadre, notamment, d’une diversification patrimoniale, un particulier peut investir directement dans une petite et moyenne entreprise (PME). Un « Business Angel » est impliqué dans le développement de l’entreprise financée.

      1. L’investissement dans une PME innovante à potentiel de croissance

      Il convient de comprendre que le terme « innovant » s’entend dans le sens de « ce qui est nouveau par rapport à l’existant ». Il ne s’agit donc pas uniquement de l’innovation technologique. D’ailleurs, les créations d’entreprises dans le domaine de l’innovation technologique ne représentent que 5 % du total des créations. La majorité des Business Angels investit dans d’autres domaines que la technologie, telle que les innovations d’usage ou de process.

      Par définition, ce qui est innovant est à potentiel de croissance ; ainsi, les PME de croissance sont celles qui voient leur chiffre d’affaires, leur nombre d’employés… croître de façon importante et rapide.

      2. Le Business Angel

      Un Business Angel est une personne physique qui investit une part de son patrimoine dans une entreprise innovante à potentiel et qui, en plus de son argent, met gratuitement à disposition de l’entrepreneur, ses compétences, son expérience, ses réseaux relationnels et une partie de son temps.

      –  Le Business Angel est une personne physique : chaque Business Angel a un profil spécifique, mais un grand nombre d’investisseurs se rassemble autour de 3 profils principaux :

      • le cadre ou l’ancien chef d’entreprise qui a un certain patrimoine et qui est en mesure d’investir entre 5 000 et 200 000 euros par an
      • l’entrepreneur qui a précédemment créé son entreprise, qui l’a revendue quelques années plus tard et qui peut investir des montants entre 50 000 et 500 000 euros. Ce type de Business Angels, quoiqu’en plus petit nombre, se développe
      • le membre d’un family office (regroupement d’investisseurs membres d’une même famille).

      –   Le Business Angel n’investit qu’une part de son patrimoine, car l’investissement dans une société innovante en création comporte généralement un très fort risque : mais ce très fort risque va de pair avec un gain potentiel très important !

      –  Le Business Angel met au service de l’entrepreneur, ses compétences.

      Dans la plupart des cas, le Business Angel est plus âgé que l’entrepreneur. Il peut donc lui apporter les compétences acquises au cours de sa carrière. Si plusieurs Business Angels se réunissent pour investir dans un projet, les compétences se trouvent donc multipliées.

      –  Le Business Angel partage son expérience avec l’entrepreneur

      –  Le Business Angel est souvent un ancien cadre, il apporte donc son expertise technique à l’entrepreneur. Il lui permet de relativiser et d’appréhender le court terme. Si le Business Angel est lui-même un ancien créateur d’entreprise, l’apport de son expérience est alors double

      –  Le Business Angel met à disposition de l’entrepreneur, ses relations et contacts

      Chacun possède son faisceau de relations qui peut apporter de la notoriété et de la crédibilité au projet. Ces divers réseaux offrent la possibilité d’ouvrir des portes, qu’elles soient financières, relationnelles ou encore politiques. Avoir de bons contacts permet par la suite de négocier plus facilement, notamment, avec des capitaux-risqueurs.

      –  Le Business Angel passe du temps avec l’entrepreneur

      Si l’entrepreneur le désire, le Business Angel peut passer du temps avec lui pour divers conseils, sans toutefois participer directement à la gestion de l’entreprise.

      Ainsi, un Business Angel n’apporte pas que son potentiel financier à l’entreprise, mais sa spécificité est bien d’accompagner l’entrepreneur lors des premiers pas de son projet.

      3. Pourquoi et comment devenir Business Angel

      Les motivations varient selon le profil des investisseurs, mais généralement, on est Business Angel pour :

      –  diversifier son patrimoine financier

      – participer à une aventure en interagissant avec les entrepreneurs

      –  favoriser l’émergence des entreprises leaders de demain

      –  rechercher d’importantes plus-values en capital

      –  bénéficier de dispositifs fiscaux spécifiques sans que cet argument ne soit prioritaire, mais toutefois incitatif dans la prise de risque

      –  stimuler la création d’entreprises et de ce fait, la création d’emplois.

      Les Business Angels sont susceptibles d’intervenir à tous les stades de la vie d’une entreprise : du financement de l’idée au financement du développement ou de la reprise d’une entreprise. Cependant, la majorité des Business Angels investit au stade de la création. C’est là qu’ils sont le plus attendus par les porteurs de projet et qu’ils leur sont les plus utiles.

      Pour devenir Business Angel, on peut rejoindre un réseau de Business Angels. C’est une organisation juridiquement formalisée permettant la mise en relation d’investisseurs potentiels et d’entrepreneurs avec un objectif général de faire réaliser des investissements par des Business Angels et d’être le point d’attraction des entrepreneurs régionaux en recherche de financement. Ou bien adhérer directement à la Fédération Nationale des Business Angels, France Angels.

      Rejoindre un réseau, quand on est Business Angel novice ou chevronné, permet de :

      • avoir un accès facilité et élargi à des dossiers plus intéressants et originaux, un réseau étant un point d’attraction régional des entrepreneurs recherchant des financements
      • pouvoir partager compétences et expertises avec d’autres Business Angels
      • pouvoir analyser et étudier des dossiers à plusieurs Business Angels permettant ainsi de réduire les risques d’erreur de jugement sur les dossiers et les entrepreneurs
      • pouvoir éventuellement investir dans un même projet avec d’autres Business Angels, ce qui permet soit de considérer des projets plus importants, soit de pouvoir investir dans un plus grand nombre de projets et ainsi, de réduire les risques individuels.

      4.  Les incitations fiscales liées à l’investissement dans les PME

      Les principaux avantages fiscaux proposés aux Business Angels (non exhaustif) :

      La Loi Madelin, dite de « réduction d’impôt sur le revenu » ou Gain fiscal à l’entrée au capital.

      Lorsqu’un particulier investit directement au capital d’une PME (répondant à une définition stricte de PME communautaire), il peut déduire 18 % de son versement de son impôt sur le revenu (somme qui est reversée en crédit d’impôt). Cette réduction d’impôt est prise en compte dans le plafonnement global des avantages fiscaux pouvant être accordés au titre de l’impôt sur le revenu, soit dans la limite de 10 000 € (montant fixé à compter de l’imposition des revenus de 2013).

      Quant au plafond de l’investissement annuel, il est de 50K€ pour un célibataire et de 100K€ pour un couple marié.

      Exonération des plus-values, ou gain fiscal à la sortie du capital Investir via son PEA ou une SCR (Société de capital-risque)

      Lorsqu’un particulier investit au capital d’une PME (répondant à une définition stricte de PME communautaire), via son PEA (ou PEA-PME) ou une SCR (société de capital-risque), il choisit une option fiscale d’exonération des futures plus-values (mais pas des contributions sociales).

      Pour cela, les titres doivent être conservés au moins 5 ans. Pour en savoir plus : www.franceangels.org

      X. 78. Le capital investissement

      Guy ROULIN / Avocat associé, Directeur Capital Investissement, FIDAL Date de création : 03/11/2017Date de révision : 21/03/2018

      Mars 2018

      L’activité du Capital Investissement consiste à prendre des participations majoritaires ou minoritaires dans le capital d’entreprises non cotées pour les aider à financer leur démarrage, leur croissance, leur transmission, voire leur redressement.

      Par l’orientation judicieuse des fonds des institutions financières et des particuliers vers les entreprises, cette activité s’exerce en :

      • apportant le financement et les capitaux nécessaires au développement de l’entreprise
      • participant à la définition d’une stratégie claire et à long terme pour l’entreprise et en accompagnant son management lors de ces décisions
      • améliorant le potentiel de création de valeur de l’entreprise au profit de ses clients, de ses actionnaires et de tous ses collaborateurs, dirigeants et salariés.

      Cela suppose donc :

      • des mesures incitant ces bailleurs de fonds à orienter leur épargne vers le financement des entreprises (réductions et/ou exonérations d’impôt, fiscalité des gains et revenus non prohibitive)[1]
      • un régime fiscal des cibles pouvant faciliter les opérations d’investissement
      • un arsenal juridique et fiscal permettant la création et l’exploitation de structures d’investissement en harmonie avec les normes internationales :
      • formes juridiques et statuts fiscaux des FCP, SCR, sociétés de gestion
      • système d’incitation et de motivation des équipes de gestion (carried interest).

      Les structures d’investissement peuvent être classées en deux grandes catégories :

      1. les structures qui gèrent et investissent leurs fonds propres. Elles sont alors qualifiées de structures autogérées, telles les sociétés de capital risque (SCR) ou les holdings (type ISF PME, Sociétés d’Investissement de Business Angels par exemple)
      2. les structures qui donnent leur fonds souscrits en gestion à un tiers spécialement mandaté (une société de gestion de participation). Elles sont qualifiées de structures intermédiées (FC, FPCI, FCPR, FCPI, FIP[2]…).

      Le choix du type de structure sera guidé par :

      • les souhaits des souscripteur
      • la volonté d’implication de ces souscripteurs dans la gouvernance et le contrôle
      • le type d’investissement, leur montant et leur durée.

      1/Les structures intermédiées impliquent :

      • que le fonds ne possède pas de personnalité morale : ce sont des copropriétés
      • d’être duales : un fonds et une société de gestion
      • une autonomie et une indépendance absolue de l’équipe de gestion
      • une organisation et des relations souscripteurs /gestionnaires très réglementées
      • une quasi certitude de liquidité de la souscription à terme échu défini.

      Parmi ces structures on trouvera :

      • Des FCPR : Les FCPR sont des FCP dont l’objet principal est d’investir dans des sociétés non cotées. Certains FCPR dont la composition du portefeuille répond à des critères particuliers permettent à leurs souscripteurs de bénéficier, sous conditions, d’une exonération des produits et des plus-values réalisés dans le cadre du fonds, ainsi que des plus-values de cession ou de rachat des parts du fonds. Le portefeuille de ces FCPR « fiscaux » doit être constitué pour 50 % au moins, de titres de sociétés européennes non cotées ou, dans la limite de 20 %, de titres de sociétés dont la capitalisation boursière est inférieure à 150 millions d’euros.
      • Des FCPI : Les FCPI sont des FCPR investissant pour au moins 70 % de leur actif dans des entreprises « innovantes » L’investissement dans un FCPI peut également ouvrir droit à une réduction d’impôt sur le revenu.

      Les personnes physiques domiciliées en France qui souscrivent des parts de FCPR fiscaux, de FIP ou de FCPI peuvent prétendre à l’exonération des produits et des plus-values réalisés dans ce cadre lorsque les conditions suivantes sont remplies :

      • le souscripteur doit s’engager à conserver les parts pendant cinq ans au moins à compter de leur souscription
      • les sommes ou valeurs réparties pendant cette période de cinq ans doivent être immédiatement réinvesties dans le fonds et demeurent donc indisponibles
      • le souscripteur ne doit pas détenir directement ou indirectement (personnellement ou avec son conjoint et leurs ascendants ou descendants) plus de 25 % des droits dans les bénéfices de sociétés dont les titres figurent à l’actif du fonds, ou avoir détenu ce montant à un moment quelconque au cours des cinq années précédant la souscription des parts du fonds ou l’apport des titres.

      Les plus-values réalisées par des personnes physiques à l’occasion de la cession des parts de FCPR et FCPI sont exonérées, à condition :

      • que la cession intervienne après cinq ans
      • qu’au moment de la cession le fonds remplisse toujours les conditions lui incombant (cf. ci-dessus).

      Ces plus-values sont en revanche soumises aux contributions et prélèvements sociaux (17 % en 2018).

       

      • Des FIP : les FIP sont des FCPR dont l’actif est constitué, pour 70 % au moins, de titres de sociétés non cotées ou assimilés, dont au moins 20 % dans des PME nouvelles exerçant leur activité ou juridiquement constituées depuis moins de huit ans, et qui  exercent leurs activités principalement dans des établissements situés dans la zone géographique choisie par le fonds et limitée à au plus quatre régions limitrophes et respectent les conditions d’éligibilité des sociétés prévues au Code général des impôts.

      En outre, l’actif doit être constitué pour 40 % au moins de titres reçus en contrepartie de souscriptions au capital ou de titres reçus en contrepartie d’obligations converties de sociétés respectant les conditions visées ci-dessus et ne pas être constitué à plus de 50 % de titres de sociétés exerçant leurs activités ou ayant établi leur siège social dans une même région.

       

      • FCPI et FIP, réduction d’IR : Les versements effectués par des personnes physiques pour la souscription en numéraire de parts de FCPI ou de FIP respectant les conditions d’investissement peuvent ouvrir droit à réduction d’impôt. Pour bénéficier de l’avantage fiscal, le souscripteur doit s’engager à conserver les parts pendant au moins cinq ans. En outre, il ne doit pas détenir (personnellement ainsi qu’avec son conjoint et ses ascendants et descendants) plus de 10 % des parts du fonds ni plus de 25 % des droits dans les bénéfices des sociétés dont les titres figurent à l’actif du fonds, ou avoir détenu ce pourcentage des droits à un moment quelconque au cours des cinq années précédant la souscription des parts du FCPI.

      La réduction d’impôt est égale à 18 % du montant des versements effectués au cours de l’année d’imposition au titre de l’ensemble des souscriptions de parts de FCPI. Les versements sont retenus après imputation des droits ou frais d’entrée et dans la limite annuelle de 12 000 € (célibataires, …) ou de 24 000 € (couples, …). Cet avantage est pris en compte dans le calcul du plafonnement global des avantages fiscaux.

       

      2/Les structures autogérées impliquent, quant à elles :

      • d’avoir la personnalité morale et d’être soumises au droit des sociétés, l’équipe de gestion est donc contrôlée par les actionnaires
      • de définir et régler dans les statuts, pacte d’actionnaires, règlement intérieur :
      • les relations entre actionnaires, entre la société et les actionnaires et avec l’équipe de gestion
      • la politique et les modalités d’investissement, de distribution des produits, la durée de la société, etc.
      • le respect de ratios de solvabilité et de conditions particulières si elles veulent bénéficier et faire bénéficier à leurs actionnaires, d’avantages fiscaux (exonérations, réduction d’IR)

      Parmi ces structures on trouvera :

      • des Holdings : cela regroupera toutes les structures sous forme de société dont l’activité principale est la prise et la gestion de participations.

      Ces structures ne bénéficient d’aucun régime fiscal de faveur particulier (comme toute structure soumise à l’IS elles ont droit au régime mère-filiales et au régime des plus values à long terme).

      Si les conditions sont remplies, elles font bénéficier leurs souscripteurs des réductions d’IR au prorata de leurs propres souscriptions éligibles.

       

      • des SCR : Les sociétés par actions dites « de capital-risque » (SCR), dont l’objet exclusif est de prendre des participations dans les sociétés non cotées, bénéficient, ainsi que leurs associés, d’un régime très favorable, si leur situation nette comptable est représentée à concurrence de 50 % au moins, de titres de sociétés non cotées ou assimilés (même définition que pour les FCPR).

      Les SCR qui fonctionnent conformément à ces conditions sont, sur option, exonérées d’IS :

      • sur les produits courants et les plus-values de cession des titres compris ou non dans le portefeuille
      • sur les produits des activités accessoires (sauf plus values d’actifs autres que financiers, subventions, …).

      Les redistributions de dividendes prélevés sur des produits et des plus-values provenant des bénéfices exonérés d’IS bénéficient d’un régime de faveur qui varie selon la qualité de l’actionnaire : personne physique, entreprise ou non-résident.

       

      • actionnaires personnes physiques : Pour bénéficier du régime de faveur sur option examiné ci-après, l’actionnaire doit remplir les trois conditions suivantes :
        – il doit s’engager à conserver les actions de la SCR pendant au moins cinq ans

             – il doit réinvestir immédiatement le dividende soit sous forme d’achat ou de souscription d’actions de la société distributrice, soit sur un compte de la société bloqué pendant cinq ans

             – enfin, l’actionnaire, son conjoint et leurs ascendants et descendants ne doivent pas détenir ensemble directement ou indirectement – ou avoir détenu au cours des cinq années précédant la souscription ou l’acquisition des actions de SCR – plus de 25 % des droits dans les bénéfices d’une société dont les titres figurent à l’actif de la SCR.

      Lorsque l’actionnaire prend et respecte les engagements de conservation et de réinvestissement ci-dessus, il bénéficie d’une exonération d’IR au titre des :

      • distributions prélevées sur les bénéfices réalisés par les SCR conformément à leur objet social
      • et des plus-values de cession d’actions, si la cession intervient après l’expiration de la période de cinq ans de conservation.

      Les dividendes et plus-values exonérés restent en revanche soumis aux contributions et prélèvements sociaux (17,2 % en 2018).

      Lorsque l’actionnaire ne prend pas ces engagements (ou en cas de rupture de ceux-ci), les distributions de la SCR sont :

      • taxées selon les règles applicables aux plus-values de cession de valeurs mobilières si elles sont prélevées sur des plus-values nettes de cessions de la SCR
      • soumises, dans les autres cas à l’impôt selon les règles applicables aux dividendes et autres distributions[3].

      En tout état de cause, les souscriptions au capital de ces SCR n’ouvrent droit ni à réduction d’IR ni d’IFI.

       

      • actionnaire entreprise : le régime des plus-values à long terme est applicable à la fraction de dividende prélevée sur les plus-values nettes provenant de la cession de titres détenus par la SCR depuis au moins deux ans. La fraction du dividende prélevée sur les autres plus-values et les revenus nets du portefeuille exonéré est soumise à l’IR ou à l’IS.

      [1] NB : les règles fiscales ci-après décrites sont celles relatives à l’année 2017 avant connaissance des projets de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) et de loi de finances rectificative pour 2017 (PLFR 2017)

      [2] FCP : Fonds Commun de Placement

      FPCI : Fonds Professionnel de Capital Investissement

      FCPR : Fonds Commun de Placement à Risque

      FCPI : Fonds Commun de Placement dans l’Innovation

      FIP : Fonds d’Investissement de Proximité

      [3] Cf. fiche n°47 « La fiscalité pour un actionnaire direct »

      X. 79. Investir dans l’immobilier

      Isabelle DEPARDIEU / Diplômée CESB Gestion de Patrimoine Date de création : 03/11/2017Date de révision : 21/03/2018

      Janvier 2018

      Les réformes à la fois définitives et… récurrentes des régimes de retraite nous obligent à considérer comme inéluctable le fait que les retraites servies demain via les régimes par répartition seront, à revenu d’activité égal, inférieures à ce qu’elles sont aujourd’hui. Cette baisse du taux de remplacement est prévisible quelles que soient les politiques qui seront mises en œuvre dans les prochaines années. Dès 1991, le « rapport Rocard », alors Premier ministre, annonçait des lendemains difficiles. Sauf à jouer les autruches, il est indispensable dès le début d’une carrière professionnelle de songer à alimenter volontairement un « troisième pilier » de retraite. Et, pour un pilier, quoi de plus solide que la pierre ?

      I. Les résidences principales et secondaires

      L’immobilier est le placement préféré des Français, même si ceux qui achètent leur résidence principale ou une résidence secondaire n’ont pas toujours clairement conscience d’effectuer un investissement au sens financier du terme. En effet, dans le premier cas, il s’agit avant tout de répondre à un besoin essentiel, se loger ; dans le second, on évoquera plutôt la notion de pierre-plaisir. Dans les deux cas, l’immobilier est perçu par la grande majorité des propriétaires fonciers comme un bien d’usage, non comme une allocation d’actifs.

      Et pourtant, l’acquisition d’une résidence principale en vue de la retraite, même si elle est parfois vendue ce moment-là arrivé, est un réel placement. De plus, si l’on a recours à l’emprunt, son remboursement est considéré comme une formule d’épargne progressive à caractère obligatoire. A l’inverse, si on a la possibilité de ne pas devoir emprunter ou de n’emprunter qu’une faible part du montant de l’acquisition, ne pas payer de loyer peut, avec un minimum de volonté, permettre de dégager une épargne destinée à alimenter des produits tels qu’un plan d’épargne salariale ou, par exemple, d’acquérir des parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier).

      La résidence secondaire est un autre sujet : par définition, durant la vie active, on ne l’occupe pas à temps plein. Si chacun faisait ses comptes avant d’acheter une maison de campagne, un appartement en bord de mer ou dans une station de montagne, les transactions se feraient rares : dans la plupart des situations et, notamment, pour les actifs non enseignants, à moins de mettre épisodiquement en location son bien, les frais engagés annuellement (impôts, travaux, assurances, fluides, abonnements divers, télésurveillance, voire temps personnel consacré au bricolage,…) sont loin de se justifier économiquement. Il faut que le facteur plaisir soit singulièrement élevé pour compenser ces coûts : très souvent, la résidence secondaire se situe dans un registre plus affectif que financier.

      Fiscalité

      L’investisseur est redevable en premier lieu des impôts locaux (taxes foncières, taxe d’habitation), en fonction du lieu où se trouve le bien. Suivant les collectivités locales concernées, cette imposition peut être modérée ou bien au contraire s’avérer lourde ; elle peut évoluer fortement au fil du temps en fonction de l’état des finances locales. De plus, le législateur ouvre la possibilité à certaines communes (celles dans lesquelles est perçue la taxe sur les logements vacants) de majorer de 20 % ou plus les taxes d’habitation sur les logements meublés autres que les résidences principales, ce pour les impositions dues à compter de l’année 2015.

      Dans certaines communes en situation de tension, fixées par décret, une taxe sur les logements vacants depuis au moins un an s’ajoute aux autres contributions locales.

      En second lieu, les plus-values réalisées lors de la cession du bien sont susceptibles d’être taxées[1]. La taxation dépend essentiellement du type de résidence et de la durée pendant laquelle le bien a été détenu. La plus-value est la différence entre d’une part le prix de vente diminué des frais, d’autre part le prix d’acquisition majoré des frais supportés à cette occasion (qui peuvent être évalués forfaitairement à 7,5 % du prix d’acquisition si on y trouve avantage, sauf en cas d’acquisition par donation ou par succession).

      Dans le cas d’une résidence principale et de ses dépendances, la plus-value de cession est exonérée. Dans le cas d’une autre résidence, la plus-value est en principe taxable[2]. Toutefois, lorsque le bien immobilier cédé est détenu par le vendeur depuis plus de trente ans, sa plus-value est totalement exonérée, par application d’abattements pour durée de détention : exonération totale d’impôt sur le revenu au bout de 22 ans et de prélèvements sociaux (dont CSG et CRDS) au bout de 30 ans.

      Enfin, les biens immobiliers rentrent dans le patrimoine taxable au titre de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui a remplacé à compter du 1er janvier 2018 l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), lorsque l’actif net du contribuable dépasse 1,3 million d’euros. Les biens doivent être évalués en fonction de leur valeur de marché, selon les règles applicables aux droits de succession. Il est à noter que la résidence principale bénéficie d’un abattement de 30 % sur sa valeur.

      II. L’investissement locatif

      D’une façon générale, on constate que le vocable « marché immobilier » peut être source de confusion car il recouvre au moins deux réalités. Pour les particuliers, ce terme concerne au premier chef le logement (autrement qualifié d’immobilier résidentiel ou d’habitation) alors que, pour les professionnels de la gestion pour compte de tiers, il s’agit essentiellement d’immobilier commercial, donc non résidentiel… Hélas, la presse ne lève pas l’ambiguïté car ses titres font fréquemment référence indifféremment à l’un ou à l’autre, obligeant à lire l’article en détail pour savoir de quel type d’immobilier il traite.

      Le premier avantage d’un placement immobilier en vue de sa location est de produire des revenus réguliers peu ou prou indexés sur le coût de la vie. Par ailleurs, si le choix du bien lui-même a été effectué avec soin, la valeur de celui-ci suivra l’évolution du marché. Le bien sera potentiellement porteur de plus-values, dans l’hypothèse d’une revente ou d’une gestion immobilière active. Il est à noter à ce propos que des experts mettent régulièrement en évidence la relative complémentarité des marchés financiers (actions et obligations) ; matières premières et immobilier. Historiquement, rares ont été les périodes où la valorisation de toutes les classes d’actifs a durablement baissé. En temps normal le marché immobilier joue un rôle d’amortisseur, voire évolue de manière anticyclique.

      Le propos de cette fiche n’est pas de dresser un tableau exhaustif du paysage de l’immobilier en France et ailleurs dans le monde. Il se limite par conséquent à quelques généralités.

      Investir dans l’immobilier locatif peut consister en l’acquisition d’une chambre de service, d’un studio, d’un appartement, d’une maison,… destinés à l’habitation principale ou secondaire d’une personne physique. Le choix peut également se porter sur des biens plus atypiques : places de parking, garages, murs de boutiques, hangars, bureaux, locaux commerciaux ou artisanaux,… qui auront comme locataires des personnes physiques ou morales. L’État encourage certains secteurs, notamment au travers d’avantages fiscaux. Ceux qui portent les noms de ministres du logement successifs ou de députés en sont l’illustration : hier Méhaignerie, Périssol, Besson, Robien, Borloo, Scellier, Duflot ; Pinel aujourd’hui… Mais, avantage fiscal à la clef ou non, dans tous les cas, l’achat en direct suppose une mise de fonds de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Par ailleurs, la gestion d’un patrimoine immobilier « en dur », quelle que soit sa taille, va nécessairement entraîner des formalités, un suivi assidu, des paiements d’impôts et de taxes, des encaissements de loyers, bref des actes de gestion courante et des risques d’impayés.

      Chacun n’a pas forcément ambition, vocation, aptitude – voire simplement l’envie – à gérer de l’immobilier. Est-ce une raison suffisante pour s’en désintéresser ? Certainement pas. Il existe en effet des formules de pierre papier permettant de lier son épargne à l’évolution de divers marchés immobiliers tout en minimisant les contraintes et en mutualisant les risques :  l’achat, en direct ou au sein d’une enveloppe spécifique – PEA, PEA-PME, contrat d’assurance ou de capitalisation,… –  d’actions de sociétés foncières cotées en bourse ou non cotées, de parts d’organismes de placement collectif (OPC) ou de fonds d’investissement alternatifs (FIA) à connotation immobilière, de SCPI ou d’OPCI, voire,  marginalement, dans des sociétés foncières atypiques.

      A noter que dans le cadre de la mise en place de l’IFI, les investissements en titres de sociétés ou organismes détenant des biens ou droits immobiliers peuvent être soumis à cet impôt à hauteur de la fraction de leur valeur représentative de ces biens ou droits. Cependant, diverses mesures peuvent conduire à relativiser ce principe.

      Généralités sur la fiscalité

      Les revenus provenant de biens immobiliers sont, naturellement, imposables et taxables. Il en va de même de leur valorisation au titre de l’impôt sur la fortune. Il existe toutefois quelques cas spécifiques : par exemple, un régime particulier concerne les locations meublées dans le cadre dit LMP (loueur en meublé professionnel) ou LMNP (loueur en meublé non professionnel). De même, pour l’IFI, la détention d’immobilier sous forme de parts de société civiles immobilières peut permettre, dans certains cas, de prétendre à une décote, au titre de l’absence de liquidité des parts de SCI, notamment familiales.

      Ce tableau résume les grandes lignes de la fiscalité applicable aux personnes physiques qui ont investi dans un bien immobilier détenu en direct ou via des fonds immobiliers dits transparents (SCPI, FPI, SCI soumises à l’IR,…). Il ne traite pas des OPC immobiliers (SPPICAV, trackers immobiliers,…) qui peuvent relever de la fiscalité des valeurs mobilières ou, le cas échéant, de celle de l’assurance vie.

       

      1. Les revenus

      Pour les personnes physiques fiscalement domiciliées en France, les loyers perçus dans le cas d’une location non meublée constituent des revenus fonciers déclarables, soumis au barème progressif au titre de l’impôt sur le revenu. Ils bénéficient cependant de déductions, qui dépendent de la nature du bien ou du moment où il a été acquis. Les règles sont complexes et ne peuvent pas être décrites en détail dans cette fiche.

      Dans l’immobilier ancien, il s’agira des charges (intérêts d’emprunt, assurance, frais de gestion, travaux), avec des avantages supplémentaires lorsque la location s’effectue dans le cadre d’un régime ancien où le loyer respecte un certain plafond (régimes « Besson », « Borloo », « Cosse » mis en place par la loi de finances 2017), d’un immeuble classé monument historique ou bien encore restauré conformément à la loi Malraux – mais souvent dans ces derniers cas en contrepartie de coûts plus élevés.

      Dans le logement neuf, sous réserve du respect d’un plafond de loyer et de critères de revenu des locataires, outre la déduction des charges, le propriétaire peut éventuellement bénéficier d’une réduction d’impôt correspondant à une partie du prix d’acquisition.

      Des dispositions particulières régissent l’investissement locatif outre-mer. Les éventuels déficits fonciers sont déductibles des autres revenus, dans la limite d’un plafond fixé annuellement, et, si les autres revenus sont insuffisants pour permettre la déduction, le solde est imputable sur les revenus des 6 années suivantes. L’excédent de déficit par rapport au plafond annuel est quant à lui seulement déductible des revenus fonciers des 10 années suivantes.

      Les contributions sociales et les prélèvements sociaux s’appliquent au taux global de, à compter du 1er janvier 2018, 17,2 %.

      Pour les SCPI sur les revenus distribués correspondant à des revenus financiers, un prélèvement forfaitaire unique , au taux de 12,8  %, est directement retenu par la société de gestion avant distribution. L’imposition définitive est liquidée dans le cadre de la déclaration de revenus qui tiendra compte du prélèvement précité, selon que le contribuable ait fait le choix, sur l’ensemble de ses revenus mobiliers et plus-values de cession de valeurs mobilières, du PFU ou du barème progressif de l’IR. Pour les revenus fonciers, le montant net à déclarer, avant intérêts d’emprunt propres au souscripteur, lui est communiqué par la société de gestion. Les personnes physiques à la fois associées de SCPI et propriétaires d’immeubles nus peuvent bénéficier du régime « micro foncier » à condition que leur revenu brut foncier annuel n’excède pas 15 000 €. Dans cette hypothèse, l’abattement forfaitaire s’établit à 30 %.

      Dans le cas de parts de SCPI détenues au sein d’un contrat d’assurance vie multi supports, c’est bien entendu la fiscalité de l’assurance vie qui est applicable.

       

      1. Les plus-values immobilières

      Depuis le 1er septembre 2013, existent deux barèmes d’abattement :

      • au titre de l’impôt sur le revenu, la plus-value brute bénéficie d’un abattement progressif de 6 % par an entre la 6ème et la 21ème année de détention et de 4 % pour la 22ème année, ce qui permet une exonération totale d’impôt sur le revenu au-delà de 22 ans. Le montant restant après abattements fait l’objet d’une taxation forfaitaire au taux de 19 %
      • au titre des prélèvements sociaux, la plus-value brute est réduite d’un abattement progressif de 1,65 % par an entre la 6ème et la 21ème, de 1,60 % pour la 22ème année et de 9 % par an entre la 23ème et la 30ème année de détention, ce qui permet une exonération totale des prélèvements sociaux au-delà de 30 ans. Le montant restant après abattement donne lieu à application des contributions et des prélèvements sociaux au taux global de, à compter du 1er janvier 2018, 17,2 %.

      La loi de Finances pour 2013 a instauré par ailleurs une taxe additionnelle sur les plus-values immobilières dépassant le seuil de 50 000 €. Ce seuil s’apprécie après prise en compte de l’abattement pour durée de détention applicable pour l’imposition forfaitaire au taux actuellement en vigueur de 19 % et individuellement au regard de la quote-part de chaque concubin, partenaire de PACS, membre du couple marié. En cas de franchissement de ce seuil, cette taxe s’élève à 2 % de la plus-value nette jusqu’à 50 000 €, puis augmente de 1 % à chaque tranche de 50 000 € jusqu’à 250 000 €, avec un système de décote pour chaque entrée de seuil. A partir du seuil de 260 000 €, la taxe additionnelle est plafonnée à 6 % de la plus-value nette.


      [1] Seule est traitée ici la fiscalité pour une personne résidant en France.

      [2] Il existe cependant quelques cas d’exonération totale ou partielle. Sous réserve du respect de conditions liées à la situation personnelle ou au réemploi du produit de la vente, le plus souvent dans l’acquisition de la résidence principale, elles concernent les cessions d’une résidence secondaire par une personne qui n’était pas propriétaire de sa résidence principale au cours des 4 années précédentes sous condition de remploi dans l’acquisition de la résidence principale, les personnes âgées ou handicapées parties habiter dans un établissement spécialisé, les personnes expropriées ou les personnes cédant un bien d’une valeur au plus égale à 15 000 euros.

      X. 80. La pierre papier non cotée : SCI, SCPI, OPCI…

      Isabelle DEPARDIEU / Diplômée CESB Gestion de Patrimoine Date de création : 03/11/2017Date de révision : 21/03/2018

      Janvier 2018

      Dès lors que l’on a le désir d’épargner en se portant acquéreur d’un bien immobilier de rendement, doit-on pour cela payer le prix d’un immeuble entier ?

      Au titre de l’optimisation de la création ou de la gestion d’un patrimoine immobilier familial, la création d’une société civile immobilière (SCI) peut s’avérer judicieuse dans de nombreux cas. Nous ne les développerons pas, nous bornant à attirer l’attention sur le fait que le cadre légal de la SCI simplifie les partages en cas de donation ou de succession, les biens immobiliers appartenant à la SCI étant de fait dématérialisés.

      Notons que les SCI sont réglementées par les dispositions communes à toutes les sociétés, fixées par les articles 1832 et suivants du Code civil, ainsi que par les articles 1845 et suivants.

      Ce trait majeur des SCI qui est la gestion souple et formalisée d’une indivision immobilière a conduit à la création, dans les années 1970, de supports d’épargne en immobilier originaux, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Au fil du temps, d’autres formules, plus ou moins attractives, ont été mises à la disposition des épargnants.

      A. Les SCPI

      1. Généralités

      Les SCPI, âgées de plus de quarante ans, connaissent une nouvelle jeunesse : en juin 2011, une directive européenne, connue sous son acronyme AIFM, est venue bouleverser les règles de fonctionnement des fonds dits alternatifs. Les SCPI, en dépit du combat mené par des épargnants en vue de les exclure du nouveau cadre, sont directement concernées par la réforme qui est entrée en vigueur en juillet 2014. Force est de constater que, globalement, avec la directive AIFM, les SCPI, qui étaient jusqu’à présent des produits « 100 % immobilier » se financiarisent. Aux préconisations de cette directive sont venues s’ajouter des mesures légales et réglementaires directement inspirées par les sociétés de gestion de SCPI. La plupart des épargnants impliqués dans la vie des SCPI, notamment les plus impliqués et les plus actifs des membres de conseils de surveillance, sont très réservés sur cette réglementation qui a pour conséquence un alourdissement des frais de gestion et une dégradation de la gouvernance.

      La détention de parts de SCPI ne nécessite aucune connaissance particulière dans le domaine immobilier et permet à l’épargnant de s’exonérer de tâches fastidieuses qui incombent normalement au propriétaire d’immobilier direct : recherche du bien, sélection des locataires, gestion administrative et fiscale, administration technique (travaux d’entretien et réparations) …

      Avec la formule SCPI, cette activité non négligeable est entièrement déléguée à une société de gestion qui, moyennant rémunération, gère les biens de la SCPI pour le compte de ses associés autrement appelés « porteurs de parts ». La société de gestion est astreinte par les textes légaux et réglementaires à un certain nombre d’obligations, notamment à rendre périodiquement compte de sa gestion.

      Pour illustrer le fonctionnement des SCPI, l’association APPSCPI Supports Collectifs de Placement Immobilier, regroupant porteurs de supports et supports eux-mêmes, a coutume d’utiliser l’image de « grande copropriété ». Il est exact qu’à l’instar d’une copropriété immobilière classique comprenant conseil syndical, assemblée générale annuelle et syndic, les propriétaires de parts de SCPI sont associés à la vie de leur société. Réunis au moins une fois par an en assemblée générale, organe souverain de la SCPI, ils sont également représentés par un Conseil de surveillance dont les membres sont élus parmi les associés. Le conseil de surveillance ne s’immisce pas dans la gestion de la SCPI elle-même, mais assiste et contrôle la société de gestion : à tout moment il peut opérer les vérifications et contrôles qu’il estime utiles. En outre, un expert externe évalue chaque année les biens composant le patrimoine de la SCPI, à fin indicative. Enfin, les SCPI sont sous contrôle impératif de commissaires aux comptes, voire de co-commissaires, désignés par l’assemblée générale des associés.

       

      1. Le patrimoine d’une SCPI

      Ce qu’un simple particulier disposant de quelques centaines ou milliers d’euros ne peut effectuer, la SCPI le fait pour lui : elle investit les fonds qui lui sont confiés directement dans des immeubles entiers ou des lots de copropriétés. Il peut s’agir de logements destinés à des personnes physiques ou d’immobilier d’entreprise : bureaux, locaux commerciaux, entrepôts… En général, les SCPI se spécialisent : habitation ou immobilier d’entreprise, parfois même de façon plus spécifique : murs de boutiques, habitation neuve, habitation loi de 1948, immobilier ancien rénové dans des quartiers classés, réhabilitation…

      Ainsi, à la différence des sociétés foncières cotées dont le patrimoine est souvent « panaché » entre immobilier d’habitation et d’entreprise mais aussi titres d’autres sociétés, les SCPI sont à considérer comme des produits immobiliers purs et spécialisés. C’est à dire qu’elles investissent, à de rares exceptions près, soit dans un domaine, soit dans l’autre, laissant à l’épargnant le soin de doser la répartition qui lui convient le mieux, au travers de participations dans plusieurs SCPI.

      La distinction n’est pas neutre car le rendement est loin d’être identique. Offrant un taux entre 2,5 et 3 %, l’immobilier d’habitation est traditionnellement peu rémunérateur, alors que des rendements de l’ordre de 4,0 à 5,0% sont encore possibles dans l’immobilier commercial (entrepôts, boutiques, bureaux,…) en 2017. D’ailleurs, les SCPI d’habitation sont souvent qualifiées de SCPI « fiscales » car ce sont les avantages fiscaux consentis par le législateur à l’origine qui ont entraîné leur création. Ces avantages fiscaux étaient justement destinés à compenser la faiblesse du rendement et à participer à l’atteinte des objectifs de financement du logement – près d’un million de logements font défaut en France.

      Outre son patrimoine immobilier direct ou indirect (via, notamment des parts de SCI), la SCPI peut détenir accessoirement des liquidités en réserve en vue d’un investissement ou en attente de versement aux associés. On distinguera à ce titre deux situations :

      • La SCPI est en cours de création ; elle recueille les fonds des souscripteurs et les investit temporairement en formules de trésorerie rémunérée. Ce n’est qu’une fois un certain montant atteint qu’elle acquiert un ou plusieurs immeubles.
      • La SCPI a déjà plusieurs années d’existence. Elle est donc en phase d’exploitation régulière et perçoit de ce fait des loyers, engage des frais et place les liquidités résiduelles sous diverses formes.

      Bien entendu, les sociétés de gestion s’imposent des règles prudentielles concernant cette fraction de l’actif d’une SCPI, généralement placée en certificats de dépôts non risqués.

       

      1. Pour le souscripteur : revenus réguliers et possibilité d’achat à crédit

      Les SCPI procurent des revenus qui, selon leur statut, seront le plus souvent trimestriels, rarement semestriels, voire très exceptionnellement annuels. L’épargnant qui, l’heure de la retraite venue, souhaite percevoir régulièrement ses revenus a donc intérêt à vérifier ce point avant de se porter acquéreur de parts.

      Un revenu est donc servi à l’associé de la SCPI. Il est généralement composé de deux éléments. La fraction la plus importante correspond à des loyers encaissés, nets de charges. Cette fraction entre dans la catégorie des revenus fonciers et est imposée comme tels. L’autre fraction, moins importante dans une SCPI sortie de sa période de création, ce d’autant plus actuellement compte tenu du niveau des taux, provient du placement de la trésorerie courante émanant de comptes à terme ou de certificats de dépôt. Cette seconde fraction, soumise aux prélèvements sociaux, entre dans la catégorie des revenus mobiliers.

      L’un des avantages de la formule SCPI réside dans le fait qu’elle permet de se porter acquéreur de parts à crédit comme pour de l’immobilier en direct. Dans cette hypothèse, la banque peut prêter, selon les garanties proposées, jusqu’à 100% du montant à investir. En règle générale le prêteur sera garanti par le nantissement des parts à son profit. Toutefois, si l’emprunteur dispose d’autres biens, il peut les proposer en garantie de son emprunt. Dans les faits, le nantissement de valeurs mobilières ou la délégation de contrat d’assurance-vie sont souvent plus souples et moins onéreux qu’un nantissement de parts de SCPI. Par conséquent, l’effet de levier du crédit peut jouer à plein, les intérêts payés au titre de l’emprunt venant en déduction des revenus locatifs encaissés.

      Il est donc ainsi possible d’adoucir la fiscalité du placement, voire de l’annuler totalement. Dans cet objectif, la plupart des banques proposent des montages plus ou moins élaborés comprenant un package de parts de SCPI, de crédit et d’assurance-vie. Ces packages sont à étudier avec le maximum d’attention car grand est le risque de ne pouvoir souscrire dans ce cadre qu’à la « SCPI maison », empêchant ainsi le souscripteur de panacher son investissement en vue d’en mieux répartir les risques.

       

      1. Où et comment acheter des parts des SCPI ? Faut-il panacher ?

      A fin 2016, il existait 178 SCPI, qui gèrent un patrimoine immobilier de plus de 43 milliards d’euros ; on estime à plus de 600 000, principalement des personnes physiques, le nombre des épargnants qui manifestent leur confiance à ces supports d’épargne. On trouve des SCPI de toutes tailles et de tous profils : l’une d’entre elles n’est propriétaire que de 13 logements, une poignée de SCPI sont propriétaires de plusieurs centaines d’immeubles commerciaux représentant un patrimoine de plus d’un milliard d’euros. Certaines SCPI ont plus de trente ans d’âge et se comportent de manière satisfaisante grâce au renouvellement d’une partie de leur patrimoine, d’autres, notamment fiscales, sont en tout début de développement.

      Une vingtaine de sociétés de gestion se partagent le marché : les plus importantes appartiennent à des réseaux bancaires. Ainsi La Française (Crédit Mutuel), BNP Paribas REIM et Amundi immobilier (Société Générale, LCL et Crédit Agricole) représentent plus de 50% de la capitalisation des SCPI. A côté de ces mastodontes cohabitent des sociétés de gestion de taille souvent plus modeste qui gèrent « au plus près du terrain » et n’ont pas d’ambition dans la gestion d’autres actifs qu’immobiliers : Inter Gestion, Sofidy, Perial, Foncia Pierre Gestion, Fiducial Gérance,… c’est dire si l’offre est large.

      Or on est bien dans le domaine immobilier ! Et il ne viendrait à personne l’idée d’acheter un appartement ou un magasin en quelques minutes sur un coup de tête. En matière de parts de SCPI, l’attitude de l’acheteur potentiel doit être identique : prudence, circonspection et réflexion. Chaque SCPI a ses côtés plaisants et quelquefois des aspects moins attractifs. Et si certaines sociétés de gestion sont irréprochables, il arrive que d’autres puissent faire l’objet de procédures judiciaires de la part d’associés…

      Le souscripteur doit toujours avoir à l’esprit que les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme : si on n’achète pas un bien immobilier pour ne le détenir que quelques jours, il en va de même pour les parts de SCPI. D’ailleurs, la durée moyenne de détention constatée pour les SCPI non fiscales est de plus de trente ans. C’est ainsi que le taux de rotation – mesure de la vitesse de circulation des parts de SCPI – s’est situé entre 2000 et 2016 dans la fourchette 1.11 % / 2.45 % (total des transactions sur le marché secondaire rapporté à la capitalisation de la SCPI). Un objectif de détention sur dix ou quinze ans est donc recommandé.

      Par conséquent, comme le soutient la sagesse populaire, on ne doit pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il est donc conseillé, tout au moins lorsqu’il s’agit d’un montant significatif à investir, de le répartir entre plusieurs SCPI de différentes sociétés de gestion. Il convient toutefois d’être particulièrement précautionneux : à l’image d’un investissement en immobilier en direct et au contraire des marchés d’actions, celui des parts de SCPI n’est pas liquide. Il est à noter que les frais de transaction sont huit à dix fois plus élevés. La revente de parts peut nécessiter un certain temps, voire… un temps certain en creux de cycle. Si la société de gestion de SCPI inspire peu confiance, une décote quelquefois importante peut exister, soit par rapport à la valeur d’expertise des immeubles, soit par rapport au prix précédemment payé pour acquérir les parts.

      Pratiquement, on peut souscrire des parts au moment de la création de la société, sur augmentation de capital ou en acheter sur le marché d’échange entre associés. Dans les trois cas il convient de se rapprocher de l’établissement commercialisateur (banque, agent général d’assurances, conseiller en gestion de patrimoine, sites Internet spécialisés) ou de la société de gestion elle-même. Internet permet de se renseigner et d’obtenir les documents légaux d’information : bulletins trimestriels, rapports annuels, coordonnées des membres des conseils de surveillance. Bien entendu, il faut s’attendre à payer des frais de souscription, variables selon les SCPI mais non négligeables (de l’ordre de 4 à 10 %), ainsi – hélas ! – qu’une taxe de 5% pour les SCPI qui ne sont pas à capital variable, ces dernières en étant exonérées.

      Les mesures les plus significatives des nouveaux textes régissant les SCPI pris dans le cadre ou en marge de la directive AIFM sont l’adjonction d’un dépositaire, l’élargissement de l’objet social à l’immobilier indirect (à des parts de SCPI, notamment), une plus grande flexibilité dans la réalisation de travaux et la limitation à 3 ans de la durée de mandat des membres des conseils de surveillance,… Aujourd’hui, les assemblées générales des associés de SCPI tenues  en  2014  ont  approuvé  les  nécessaires  modifications   statutaires. Toutefois, on ne peut que conseiller aux acheteurs de parts de SCPI une très grande vigilance quant à la façon dont la société de gestion entend les mettre en œuvre : soit clairement en faveur des associés et en plein accord avec le conseil de surveillance,  soit  dans  le  sens  d’une mainmise accrue sur la gestion de l’épargne. L’avenir dira quelles SCPI seront exemplaires.

      B. FPI, SPPICAV, foncières non cotées… voire PEA-PME

      1. Les OPCI

      Au côté des SCPI (sociétés non cotées relevant de la fiscalité immobilière) et des SIIC (sociétés cotées soumises à la fiscalité des valeurs mobilières), le gouvernement a créé deux autres familles de produits d’épargne en immobilier dont la commercialisation s’est engagée en 2008. Sous l’appellation générale d’organismes de placement collectif immobilier ou OPCI, la loi a créé une forme « fonds commun », le FPI, et une forme « société », la SPPICAV.

      Alors même qu’il avait été, un temps, envisagé que les OPCI remplacent les SCPI, force est de constater qu’aucun FPI n’est susceptible d’être acquis par un non professionnel. A ce jour, par conséquent, les seuls FPI commercialisés sont des OPCI dont la commercialisation n’est pas autorisée auprès du grand public. Les SPPICAV, sociétés de placement à prépondérance immobilière à capital variable, sont donc cantonnées à 13 supports commercialisables dans le grand public. Alors qu’ils sont théoriquement commercialisables depuis 2008, l’année 2015 a été la première année significative pour les OPCI destinés aux particuliers : à fin 2016, leur valeur d’actif est de 10 milliards d’euros. Encore faut-il souligner que cette collecte provient principalement de contrats d’assurance-vie en unités de compte, autrement dit qu’elle est intermédiée et donc soumise à de multiples changements de la part des intervenants.

      L’actif d’un OPCI grand public est composé d’immeubles ou de parts de sociétés non cotées à dominante immobilière pour un minimum de 60 % pour les FPI et de 51 % pour les SPPICAV. Ces pourcentages en investissements immobiliers ne sont donc pas comparables à celui des SCPI (qui doivent être investies à hauteur de 100 % en actifs immobiliers) et permettent ainsi à l’OPCI d’être plus liquide. Le portefeuille d’un OPCI doit comporter au moins 10 % de liquidités.

      Le FPI distribue des revenus immobiliers, la SPPICAV des revenus de valeurs mobilières. Les deux sont des produits hybrides essentiellement créés à l’intention des investisseurs institutionnels, des établissements financiers. Pour un particulier, de considérables défauts de conception, exigés par leurs instigateurs du monde financier, grèvent le développement de ces produits risqués et, de surcroît, de rentabilité prévisible médiocre. Il est donc toujours prématuré de donner un avis sur ces supports… dont les premiers agréments de commercialisation remontent pourtant à octobre 2007.

       

      1. Les sociétés foncières non cotées

      Les sociétés foncières non cotées et non régulées sont ici évoquées à titre anecdotique : elles peuvent se situer aux confins des domaines de l’investissement en capital investissement et de celui de l’immobilier via la forme de la société civile immobilière (SCI). Pour ce qui est des foncières non cotées faisant une offre au public et de ce fait régulées par l’AMF, on citera pour mémoire la Foncière Habitat et Humanisme qui est une société en commandite par actions dont le patrimoine est de plus de 2 000 logements répartis sur tout le territoire. L’investissement dans la Foncière Habitat et Humanisme est un investissement dans la pierre, la localisation des logements privilégiant le centre ville, les quartiers équilibrés. Il est à noter qu’un avantage fiscal accompagne la souscription au capital et on se reportera utilement à la fiche consacrée aux investissements solidaires (fiche n° 86).

       

      1. PE et FIP : un caractère encore anecdotique

      Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA « PME-ETI » est une nouvelle enveloppe d’investissement, complémentaire au plan d’épargne en actions (PEA « classique ») et dotée des mêmes avantages. L’objectif de ce dispositif est de faciliter le financement des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI) cotées et non cotées, dans la limite de 75 000 euros de versements. Dans ce cadre fiscal une société de gestion de portefeuille, Novaxia, a créé une société qui a pour activité l’acquisition d’immeubles de bureaux en vue de leur transformation en logements ; les immeubles sont destinés à être revendus soit après la réalisation des travaux soit en plateaux bruts de logements. Ce produit considéré comme un FIA a obtenu le visa de l’AMF en 2013 et a clos sa collecte en novembre 2014. Sa trop récente commercialisation ne permet pas de porter un jugement définitif ; toutefois, l’originalité du montage qui permet au souscripteur de bénéficier de la fiscalité du PEA mérite l’attention, d’autant que l’investissement immobilier se fera sur un marché de niche encouragé par les pouvoirs publics.

      Signalons enfin, pour mémoire, l’existence d’un FIP (fonds d’investissement de proximité) dédié à la dépendance et à la santé et, depuis 2010, de quelques FIP combinant investissement en PME et en SCPI ou SCI : commerces, hôtellerie, …

       En savoir plus ?

      Divers sites permettent d’obtenir des informations sur les SCPI et OPCI, ainsi que sur leurs sociétés de gestion : nous citerons : aidescpi.fr ou celui de l’AMF amf-france.org, ainsi que l’association APPSCPI Supports Collectifs de Placement Immobilier appscpi.org, aspim.fr où l’on peut télécharger le guide pratique « Je veux comprendre la SCPI ». Le très animé forum SCPI de Boursorama.com peut constituer un autre lieu d’information et d’échanges. Enfin, pour consulter des données statistiques et historiques, le site de l’IEIF (ieif.fr) est certainement à visiter. Il est à noter que l’AMF a mis en ligne en janvier 2015 un dossier complet sur les OPCI et une brochure consacrée aux SCPI.

      Généralités sur la fiscalité de l’immobilier Cf Fiche 79 Investir dans l’immobilier

      X. 81. Le groupement forestier d’investissement

      Isabelle DEPARDIEU / Diplômée CESB Gestion de Patrimoine Date de création : 03/11/2017Date de révision : 18/03/2018

      Janvier 2018

      L’investissement forestier est par nature un placement de diversification et de long terme et se réalise sous deux formes : en direct ou en parts de groupements forestiers.

      Si l’achat de forêt en direct peut répondre à différents objectifs de l’investisseur, le montant de l’investissement peut se révéler important s’il entend gérer de façon optimale ce patrimoine et espérer une rentabilité économique satisfaisante. L’opportunité d’investir peut être rare car le marché des grandes surfaces est étroit avec peu de cessions.

      Il est admis que la surface minimale pour un investissement forestier réputé économiquement viable doit être d’au moins 20 hectares et que moins de 2 % des propriétaires peuvent se procurer un revenu régulier de leur forêt.

      A l’instar des Sociétés Civiles de Placement Immobilier, les Groupements forestiers apparaissent par conséquent comme une solution collective et de mutualisation du risque en termes d’allocation d’actifs pour un investisseur.

      I. Présentation et fonctionnement du Groupement forestier

      Définition

      Sous l’impulsion de l’Etat visant à apporter une solution au morcellement forestier (décret du 30 décembre 1954 complété par la loi du 6 août 1963), le Groupement Forestier a été créé sous le régime de la société civile, dotée de la personnalité juridique et dont les associés détiennent des parts représentatives du patrimoine en contrepartie de leurs apports généralement effectués en numéraire.

      Diversification patrimoniale

      Pour une mise de fonds moindre qu’un investissement en direct et modulable, le Groupement forestier permet à un investisseur de bénéficier d’une répartition équilibrée de ses actifs et donc des risques par essence (feuillus-résineux), par région géographique, par nature de peuplements (de la plantation aux boisements parvenus à maturité).

      Adossé à deux actifs de long terme que sont la terre et le bois, le groupement forestier représente un outil de diversification et de transmission du patrimoine, source de performances.

      Gestion déléguée

      La gestion forestière, financière et sociale du groupement est assurée par un gérant (société de gestion indépendante ou adossée à une compagnie d’assurance ou à groupe bancaire) pour le compte des associés qui s’en trouvent ainsi déchargés. Le gérant fixe les orientations de gestion (travaux d’entretien, de plantation, d’accès, coupe d’éclaircie, coupe rase) sous la forme du Plan simple de gestion (PSG) qui est la véritable feuille de route du groupement mettant en perspective les capacités de ressources et les moyens pour y parvenir, pour une durée de 15 à 30 ans.

       Achat de parts et liquidité

      A l’image des SCPI, l’épargnant peut souscrire au capital d’un groupement forestier lors de l’émission de nouvelles parts sur un marché primaire lorsque celui-ci est en cours de création ou en augmentation de capital ou acheter des parts sur un marché de gré à gré (animé par le gérant) lorsque des parts sont mises en vente. Les frais de souscription diffèrent suivant ces deux modes d’acquisition. Il est à relever que les droits d’enregistrement pour tout achat de parts en gré à gré sont plafonnés au paiement d’un droit fixe de 125 €.

      Positionnement de l’investissement en tant que placement patrimonial

      Avec son cycle biologique long, la forêt se distingue des autres placements par sa faible rentabilité. Il convient de la catégoriser comme un produit de capitalisation.

      Peu rentable, ce placement est toutefois peu volatile. Sur une période de 30 ans à 40 ans, la performance de la forêt est supérieure à celle du Livret A et sa volatilité inférieure à celle des obligations. C’est par conséquent un placement décorrélé des marchés financiers.

      La liquidité d’un groupement forestier est à l’image du marché global des forêts. C’est un marché restreint alimenté principalement par les successions. Ce qui confirme que la forêt est un placement de long terme par excellence et un merveilleux outil de transmission de patrimoine.

      II. L’intérêt des parts de groupements forestier

      a. Les perspectives économiques

      La forêt constitue, en France, une richesse économique d’importance croissante, et est détenue à 75 % par des propriétaires privés. La production du bois reste la principale utilité forestière et ressource pour l’investisseur.

      Il faut mettre en exergue que la France est le 4ème pays forestier européen avec une couverture de près de 30 % du territoire métropolitain. La superficie des forêts françaises s’est accrue fortement depuis la deuxième moitié du 19e siècle, avec une progression moyenne depuis 1980 d’environ 1 % par an. Elle est le premier producteur de grumes feuillues en Europe.

      Malgré cette position, la forêt est sous-exploitée par rapport à son rythme de croissance et la filière bois (400 000 emplois) est peu organisée (2ème poste déficitaire de la balance commerciale française).

      Face à une demande croissante en bois des pays émergents, de la consommation du bois-énergie et des efforts de la recherche sur des nouveaux emplois du bois (chimie verte), ces inconvénients deviennent des atouts pour la forêt française et provoquent un regain d’intérêt pour le bois des investisseurs. Cet intérêt se confirme depuis quelques années : en 10 ans, le prix moyen à l’hectare s’est accru de 40 % en valeur courante.

      b. La fiscalité avantageuse

      Le régime fiscal applicable, qui vise à assurer la pérennité de la forêt, en fait un excellent outil de transmission. La faible rentabilité brute a comme contrepartie une faible imposition des revenus forestiers.

      Fiscalité liée à la transmission à titre gratuit – une disposition bientôt centenaire (Loi Sérot de 1930)

      Une exonération des 3/4 des droits de succession ou de donation est appliquée sur la fraction forestière de la valeur de la part dès lors que les parts, si elles ont été acquises à titre onéreux, ont été conservées un minimum de deux années.

      Cette disposition est assortie de conditions de conservation des parts et de respect du plan simple de gestion agréé.

      Fiscalité liée aux revenus issus de l’exploitation de la forêt

      Les coupes de bois ne sont pas soumises à l’impôt, mais seulement au « forfait cadastral » annuel reportable en tant que bénéfice agricole. Son montant est basé sur les taxes foncières suivant le plan propre à chaque commune.

      Les éventuels revenus de chasse sont soumis au régime des revenus fonciers.

      Fiscalité liée à l’achat de parts de groupement forestier

      Une réduction annuelle d’impôt sur le revenu s’applique à concurrence de 18 % des sommes investies, dans la limite d’un plafond de 5 700 € pour un célibataire (soit une réduction d’impôt de 1 026 €) et de 11 400 € pour un couple (soit une réduction d’impôt de 2 052 €). Ce dispositif, appelé DEFI-Forêt, voté en 2001, a été prorogé jusqu’au 31 décembre 2018. Il entre dans le plafonnement global des niches fiscales de 10 000 €.

      Cette réduction d’impôt est assortie de l’obligation :

      • pour le groupement forestier, d’appliquer pendant un minimum de quinze années un « plan simple de gestion »
      • pour l’associé, de conserver ses parts au minimum huit années. Il est possible de transmettre les parts par donation sans remise en cause de la réduction d’impôt durant ce délai si le donataire reprend l’engagement de conservation.

      De plus, les groupements forestiers sont considérés comme des PME au sens du dispositif de la loi TEPA, aux termes de laquelle les contribuables assujettis à l’IFI (Impôts sur la fortune immobilière), qui a remplacé l’ISF à compter du 1er janvier 2018, peuvent, dans les conditions prescrites, bénéficier d’une réduction d’impôt de 50 % des sommes investies, plafonnée à 45 000 €. Cette mesure ne s’applique que pour les groupements en création ou en augmentation de capital.

      Fiscalité liée à la détention du patrimoine forestier

      L’investisseur peut bénéficier de l’exonération des 3/4 de la fraction forestière de la valeur de la part dans l’évaluation de l’assiette IFI. Cette exonération s’applique, pour les investisseurs dans un groupement forestier existant, à la condition de détenir les parts depuis deux années au moins au 1er janvier de l’année d’imposition.

      Les dépenses de travaux et les cotisations d’assurances ouvrent droit, sous les mêmes conditions de conservation que celles attachées à l’achat de parts, à une réduction annuelle d’impôt sur le revenu de 18 %, dans la limite du plafond de 6 250 € pour un célibataire et de 12 500 € pour un couple, pour la fraction du capital détenu dans le Groupement forestier.

      III. Les risques liés à la détention de parts dans les Groupements forestiers

      Le montant qu’il est raisonnable d’investir en parts de Groupements Forestiers dépend du patrimoine personnel de l’investisseur, de son horizon de placement et de son souhait de prendre les risques spécifiques à un investissement forestier.

      Ainsi l’investisseur doit-il tenir compte des éléments et risques suivants :

      • la nature de long terme, voire de très long terme du placement, inhérent à l’actif lui-même
      • la faiblesse ou l’absence de dividende, lequel ne constitue d’ailleurs pas l’objectif premier de cet investissement, qui cherche d’abord à valoriser et à transmettre un capital
      • le montant non garanti du capital perçu, soit lors de la vente de parts ou de forêts, soit encore lors de la liquidation de la société. Ce montant dépendra de l’évolution du marché pendant la durée de placement
      • les risques naturels, économiques et locatifs attachés à la forêt (risques sanitaires et/ou climatiques, risques de mévente des bois selon les essences et les époques ou encore risques locatifs liés à l’exercice de la chasse).

      En savoir plus :

      ASFFOR Investisseurs – asffor-investisseurs.fr

      IFN (Inventaire forestier) – inventaire-forestier.ign.fr

      Le marché des forêts en France (indicateur 2016) – SAFER (safer.fr)

      X. 82. L’immobilier coté

      Christophe PERONI / Fund Manager, European Equities chez HSBC Global Asset Management (France) Date de création : 03/11/2017Date de révision : 21/03/2018

      Février 2017

      1. L’immobilier coté

      L’immobilier coté peut présenter une bonne alternative à un investissement en direct car il suit les tendances de l’immobilier physique. Plutôt que d’investir dans un immeuble ou des parts de SCPI, vous pouvez choisir de vous exposer au secteur en achetant des actions de foncières cotées ou des parts d’OPCVM immobilier.

      Le premier avantage est la liquidité. Les actions et les OPCVM sont échangeables quotidiennement et l’investisseur n’encoure pas le risque de se trouver « bloqué » avec des parts de SCPI.

      Ensuite vient la diversification offerte. On peut choisir de se constituer un portefeuille européen selon ses préférences, bien diversifié géographiquement et dans les différents segments du secteur. Les investisseurs à la recherche de rendement profiteront d’une grande visibilité des comptes de résultats et de dividendes élevés, stables ou en croissance.

      Chez les épargnants, les foncières ont souvent été associées à l’immobilier résidentiel alors que le secteur est essentiellement composé d’immobilier commercial : bureaux, centres commerciaux, hôtels et loisirs, hôpitaux, …

      Les cours de bourse des foncières évoluent en fonction de leur valorisation comptable ANR (actif réévalué net des dettes, valeur de liquidation de la société), de la prime au savoir-faire des équipes dirigeantes, de leur endettement et capacités de financement, de leurs projets de développement. Les centres commerciaux ont en général un comportement plus défensif que les bureaux, plus cycliques.

      La création de valeur par les dirigeants d’une foncière dépendra de leur capacité à réaliser de bons arbitrages en cédant les actifs les moins rentables pour s’orienter vers les segments porteurs. La pression des marchés financiers est positive dans le sens où elle pousse à l’excellence.

      Les autres sources de performances sont la consolidation du secteur (opérations de LBO, rachats…), la rationalisation des coûts, les nouveaux services à valeur ajoutée (gestion d’immeuble, nettoyage…) et les changements structurels (fiscalité allégée, nouveaux actionnaires, plus de transparence dans le management…)

      En Europe, à partir de 2003, tous les pays ont mis en place des systèmes de transparence fiscale pour les foncières. On parle de REIT (Real Estate Investment Trust), traduit en France par SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotée). Elles ne sont plus soumises à l’impôt sur les bénéfices à condition de reverser aux actionnaires la plus grande partie de leurs bénéfices récurrents (85 % en France) et la moitié des plus-values de cession d’actifs. Une foncière peut choisir ou non d’adhérer à ce statut.

      Néanmoins, les foncières cotées restent des actions et peuvent être volatiles, même si, en temps normal, elles le seront moins que le reste de la cote. La dernière crise financière de 2009 a mis à mal celles qui avaient des bilans avec trop de levier. Le secteur est maintenant assaini.

      2. Le marché immobilier coté européen

      Source : EPRA European Public Real Estate Association 12/2014

      Le secteur coté européen est bien diversifié. Ainsi, l’indice EPRA European Public Real Estate Association regroupe 82 valeurs, parmi les plus importantes et liquides, réparties dans tous les pays et les sous-secteurs immobiliers. La première capitalisation est Unibail avec plus de 24 md €. C’est à l’issue de la fusion avec l’acteur néerlandais Rodamco qu’elle a trouvé sa place dans le CAC40.

      Le marché coté est profond mais ne représente que 428 md € sur les 7 266 md € d’actifs immobiliers européens (décembre 2014). Il peut encore se développer notamment depuis l’apparition des statuts REIT et la volonté des groupes financiers, industriels et commerciaux d’alléger leurs bilans financiers en sortant leurs actifs immobiliers.

      3. OPCVM Immobilier

      On compte une cinquantaine d’OPCVM immobiliers enregistrés en France, dont 12 sont cotés en Bourse, les ETF, « Exchange Traded Funds » qui ont connu un succès croissant en reproduisant des indices immobiliers comme l’EPRA.

      Les OPCVM immobiliers classiques ont l’avantage d’offrir une exposition  européenne et la valeur ajoutée de la gestion active. Le gérant choisit ses positions en croisant des critères macro et microéconomiques en fonction des cycles et segments immobiliers porteurs dans les différents pays et des caractéristiques propres aux foncières. Par exemple, les bureaux peuvent bien se porter à Londres et souffrir simultanément à Amsterdam. Certains dirigeants sont aussi plus visionnaires que d’autres sur les évolutions du marché  immobilier, les localisations dynamiques et les concepts porteurs. Leurs titres se traitent alors avec des primes sur ANR.

      La taille moyenne d’un OPCVM immobilier est d’environ 100 millions d’euros, à peu près équivalente à la taille moyenne d’une SCPI. Certains de ces fonds ne sont pas purs et investissent aussi dans des secteurs connexes comme la construction, les services immobiliers et les infrastructures.

      X. 83. Les produits dérivés et leur usage

      Jean-Michel NAULOT / Ancien membre du Collège de l'AMF (Auteur de « Éviter l’effondrement » Le Seuil, janvier 2017) Date de création : 03/11/2017Date de révision : 18/03/2018

      Novembre 2017

      Des progrès dans les réformes mais un encadrement encore insuffisant

      Un encours mondial qui semble désormais stabilisé

      Fin 2016, le marché des dérivés traités sur les marchés de gré à gré (OTC) atteignait 483 000 milliards de dollars, soit un encours inférieur d’environ 20 % à celui qui existait avant la crise de 2008. Cette diminution est cependant trompeuse car elle reflète en grande partie des éléments techniques: la hausse du dollar par rapport à l’euro et au yen (10 % en dix ans), la baisse de volatilité des marchés en raison de l’abondance des liquidités (politiques monétaires de quantitative easing) et surtout le recours au netting du fait du développement des chambres de compensation. Il n’en demeure pas moins que la tendance à la stabilisation du marché est un élément positif.

      A ce montant des dérivés de gré à gré, il faut ajouter le montant des dérivés traités sur des marchés organisés comme Euronext, soit 26 000 milliards de dollars. Sur ces marchés organisés, les volumes d’affaires annuels sont absolument considérables. Au total, lorsque l’on prend en compte les marchés de gré à gré et les marchés organisés, il s’échange toutes les semaines l’équivalent du PIB annuel mondial !

      Au total, avec un encours qui a varié entre 500 000 et 630 000 milliards de dollars depuis trois ans, les produits dérivés ont représenté sept à dix fois le PIB mondial. Ils sont traités à plus de 90 % entre acteurs financiers (banques d’investissement, gestionnaires d’actifs, chambres de compensation, etc.), le solde concernant les opérations de couverture des entreprises.

      L’industrie des produits dérivés a pris son envol au début des années quatre-vingt sur les marchés de Chicago. Conçus à l’origine comme des produits de couverture – payer une prime pour se couvrir contre un risque que l’on appréhende – les dérivés sont vite devenus un instrument de spéculation. Ils sont un des trois facteurs de l’effet de levier aux côtés de la dette et des ventes à découvert. Le krach d’octobre 1987 avait illustré pour la première fois la contribution des dérivés à la volatilité des marchés. La crise de 2008 a été une illustration spectaculaire de cette volatilité engendrée par les produits dérivés. Quelques semaines avant le déclenchement de la crise, au printemps 2007, l’indice de volatilité des marchés était à son plus bas historique, autour de 10. Un an plus tard, au lendemain de la faillite de Lehman Brothers, il sera à son plus haut niveau historique, entre 60 et  80 ! Les investisseurs n’avaient anticipé aucun facteur de risque. En quelques mois, tous les modèles qui étaient censés mesurer l’exposition des dérivés ont implosé et les mauvaises surprises ont été nombreuses dans les grandes banques…

      Comme souvent dans la finance, un produit utile lors de sa conception donne lieu à des dérives, sans jeu de mot, surtout si le régulateur des marchés financiers ou le régulateur prudentiel (supervision des banques) baisse la garde ou bien ne mesure pas les conséquences multiples de l’innovation financière. Ainsi en a-t-il été pour d’autres innovations. Les hedge funds, apparus dans les années quatre-vingt-dix, conçus initialement pour protéger l’investisseur de l’évolution erratique des marchés, sont devenus des accélérateurs de tendance dans les périodes de crise financière. Les banques, autorisées à intervenir sur les marchés de matières premières à partir de 1992 pour apporter de la liquidité, sont devenues en quelques années les principaux intervenants sur ces marchés (85 % des transactions). La titrisation, technique idéale pour financer les entreprises qui disposent d’actifs de qualité et qui souhaitent alléger leur bilan, est devenue un produit toxique avec la diffusion d’actifs risqués, les subprimes, dans le système financier.

      Un risque systémique évident

      Dès 2003, Warren Buffett, aujourd’hui seconde fortune mondiale, avait déclaré dans sa Lettre aux actionnaires : « Les dérivés sont des armes financières de destruction massive, porteuses de dangers qui, bien que latents, sont potentiellement mortels… ». La crise de 2007-2009 est venue le démontrer. Les marchés de dérivés de gré à gré qui représentaient déjà 90 % des encours de dérivés ne donnaient lieu à aucun relevé pour les régulateurs, ne comportaient aucune exigence réglementaire d’appels de marge pour sécuriser la transaction en cas de variation importante du marché. Les fameux CDS (Credit Default Swaps) venant en garantie des subprimes, qui inondaient certaines salles de marché des banques américaines et européennes, pouvaient être délivrés par des institutions disposant de fonds propres parfois très faibles, sans rapport avec les risques encourus. Lorsque le marché immobilier américain s’est retourné, les couvertures se sont révélées inexistantes. L’opacité des transactions, leur absence de liquidité, l’interconnexion des acteurs, notamment des banques, la fiabilité douteuse des modèles mesurant le risque ont provoqué des faillites en chaîne dans le système financier mondial.

      Fort heureusement, toutes les catégories de dérivés ne représentent pas le même degré de risque, qu’il s’agisse des dérivés de taux (76 % des encours), de change (14 %), d’actions, de matière premières ou de crédits. Et les marchés les plus dangereux ne sont pas forcément les plus importants par la taille. Ainsi en est-il du marché des CDS (Credit Default Swaps) qui a provoqué l’éclatement de la bulle financière en 2007. Il représente désormais 2 % du marché global (10 % avant la crise).

      Produits de couverture des risques utiles, notamment pour les entreprises, les dérivés servent parfois à fabriquer des produits extrêmement risqués pour les investisseurs, voire pour le grand public. Les risques sont alors dissimulés derrière des perspectives de performances attractives. Ainsi en est-il des CFD (Contracts For Difference) qui sont vendus de manière transfrontalière via internet, à grand renfort de publicité, et qui peuvent dans certains cas conduire à une perte supérieure à la mise de départ (l’acheteur du produit doit payer la différence au vendeur si le pari sur l’évolution future d’une action, d’une matière première ou du bitcoin est perdu…). Les encours des CFD ont progressé de manière exponentielle depuis 2007, illustrant le grand casino mondial de la finance.

      En dépit des efforts des régulateurs nationaux pour assurer une bonne lisibilité des produits financiers pour les épargnants, certains fonds à formule restent parfois totalement incompréhensibles. Certains fonds indiciels, indexés sur les sous-jacents les plus divers, ont même parfois un caractère extravagant. En France, certains maires n’ont pas oublié l’expérience malheureuse des produits de dettes vendus aux collectivités locales, avec des taux très réduits… les premières années ! Et ce n’est pas un hasard si les grandes pertes de trading  ont le plus souvent pour origine des portefeuilles de produits dérivés, depuis la faillite de la banque Barings due aux transactions d’un « trader fou » à Singapour aux opérations de « couverture » à Londres de J.P.Morgan.

      Des réformes très lourdes mais néanmoins insuffisantes

      Les G20 de Londres et de Pittsburgh avaient prévu en 2009 que tous les contrats de produits dérivés de gré à gré « normalisés », c’est-à-dire liquides (échangeables sur un marché), soient obligatoirement compensés par des contreparties centrales réglementées, des « chambres de compensation » (CCP). Ces institutions financières assurent ainsi la bonne fin des opérations en s’interposant entre deux contreparties. Un intervenant financier n’est plus en risque sur une contrepartie mais sur une chambre de compensation ce qui limite les effets de contagion en cas de défaillance d’un des intervenants. Le risque systémique est de ce fait concentré autour des CCPs. Par ailleurs, pour les produits non compensés, des appels de marge ont été rendus obligatoires. Les exigences de fonds propres réglementaires (Comité de Bâle) ont également été renforcées. Enfin, pour mettre de la transparence là où il n’y en avait pas, toutes les transactions des dérivés, compensées ou non, sont désormais être  inscrites sur un référentiel central (trade repository).

      Initialement, le chantier devait être terminé pour la fin 2012. Il s’est en fait révélé beaucoup plus complexe qu’anticipé. La transparence des opérations sur les marchés de gré à gré a été réalisée et une plus grande sécurité des transactions a été obtenue grâce aux appels de marge réglementés et au passage par les chambres de compensation. Ces acquis sont très importants. Néanmoins, ces marchés de produits dérivés, qui sont à l’image de la financiarisation excessive de l’économie, peuvent encore faire l’objet de plusieurs critiques :

      • Des encours trop importants. Si l’objectif des G20 était bien de corriger l’hypertrophie de la finance par rapport à l’économie réelle, il aurait fallu rendre les produits dérivés plus coûteux. Plus de 90 % des produits dérivés sont utilisés non pas pour couvrir le risque des entreprises mais par les banques. Certains grands établissements détiennent des montants de dérivés représentant plusieurs fois le PIB de l’Etat auquel ils appartiennent ! La réforme proposée par Michel Barnier, lorsqu’il était commissaire européen, visant à filialiser les activités de marché les plus risquées afin de priver certaines transactions d’une garantie publique implicite et donc à les rendre plus coûteuses, aurait été un moyen très efficace pour commencer à réduire les encours considérables de produits dérivés portés par une dizaine de grandes banques dans le monde.
      • Une part compensée insuffisante. On estime qu’un peu plus de la moitié des produits seront compensés lorsque le chantier de la réforme des produits dérivés sera achevé. Pendant la crise, les responsables politiques et les régulateurs avaient pourtant évoqué un objectif de 90 %… La dérogation de compensation accordée aux entreprises peut se comprendre mais celle qui s’applique aux dérivés de change et à une grande partie des dérivés de matières premières est par exemple peu justifiée. Si l’on avait rendu obligatoire le passage par les chambres de compensation, les dérivés peu ou pas  liquides, réputés les plus dangereux, auraient disparu. L’hypertrophie de la finance aurait enfin été réduite, sans pour autant provoquer de crise des marchés.
      • Des appels de marge qui peuvent avoir des effets pro-cycliques. La généralisation d’appels de marge réglementés  pour les opérations de gré à gré est une très bonne chose pour la sécurité des transactions mais il faut être conscient du fait qu’elle peut avoir des effets pro-cycliques, systémiques, en cas de crise de liquidité. Ce danger est d’autant plus difficile à apprécier que les marchés de prêts-emprunts de titres et de repo sont très mal connus des régulateurs du fait de l’absence de registre et de l’absence de réglementation[1].
      • La difficulté d’interpréter les registres. Il semble que, bien que les opérations de produits dérivés soient toutes déclarées sur des registres, les régulateurs rencontrent des difficultés pour interpréter les registres. La Commission avait beaucoup insisté sur la nécessité d’avoir un registre unique pour le relevé des opérations de dérivés afin d’avoir une vue globale du risque systémique. Mais les divisions européennes l’ont emporté. Dans un monde idéal, il faudrait un registre mondial qui serait tenu par la BRI (Banque des Règlements Internationaux). On en est naturellement très loin.
      • Une incertitude demeure sur ce qui se passerait en cas de difficulté d’une CCP. Les chambres de compensation concentrant le risque systémique, il est important de savoir, comme pour les grandes banques, qui serait mis à contribution en cas de difficultés liées à la défaillance d’un intervenant majeur, en cas de crise de liquidité ou en cas de problème technique : les actionnaires, les clients de la CCP comme le propose la Commission, les contribuables, la BCE ? Le plus probable est que l’on retienne une solution souple. Dans le cas des banques européennes, on a pu mesurer récemment que des textes trop rigides accentuaient les difficultés au lieu de les atténuer (sauvetage des banques italiennes). Alors que le débat autour de la localisation des chambres de compensation a pris de l’ampleur avec le Brexit[2], la BCE revendique désormais un rôle accru dans la supervision des CCPs. Ceci aurait pour effet de permettre un accès plus direct des CCPs à la liquidité de la BCE et de rassurer les investisseurs sur la gestion du risque systémique.  

      Préserver des produits qui peuvent être très utiles

      Les risques que présentent les marchés de dérivés sont multiples mais ils ne doivent pas faire oublier que ces produits sont des instruments utiles pour les investisseurs et pour les entreprises qui affrontent des marchés parfois très volatils. La gestion collective recoure par exemple aux dérivés pour permettre aux épargnants d’aborder avec plus de sérénité les périodes de turbulences. Les salariés peuvent  souscrire à des opérations d’épargne salariale à effet de levier comportant une garantie du capital investi. Les entreprises peuvent se protéger contre les hausses de taux, les fluctuations des devises ou des matières premières alors que la volatilité de tous ces marchés est un souci permanent pour mener à bien une stratégie industrielle. Ces entreprises peuvent aussi gérer leur dette de manière plus efficace et avec des coûts limités.

      Huit ans après le G20 de Londres, il est urgent de poursuivre les réformes, de les rendre plus exigeantes, afin d’assurer une transparence complète pour les régulateurs et une  sécurité encore plus forte pour les investisseurs et les entreprises. Corriger progressivement une financiarisation excessive qu’illustre très bien le marché des dérivés est de l’intérêt de tous.


      [1] Le FMI affirme qu’à un instant donné un même titre peut être revendiqué par deux acteurs et demi … ! La Commission européenne a proposé en février 2014 de créer des registres.

      [2] Les trois quarts des transactions en euros sont traités à Londres.

      X. 84. L’assurance vie

      Nicolas SOST / Associé Gérant de PATRIMEA Date de création : 03/11/2017Date de révision : 01/04/2019

      Avril 2019

      L’assurance vie, contrairement à son nom, n’est pas l’assurance d’un risque, comme l’est notamment l’assurance décès. Son point commun avec les autres assurances réside dans l’existence d’un contrat entre le souscripteur et l’organisme gestionnaire.

      Elle est :

      • un placement financier
      • un outil de transmission de patrimoine.

      L’assurance vie représentait 1 679 milliards d’euros d’actifs fin novembre 2017 (1). Elle a bénéficié d’une collecte nette de 6,7 milliards d’euros sur les onze premiers mois de 2017, en baisse sensible par rapport à 2016.

      Son grand succès provient de la fiscalité avantageuse dont elle bénéficie depuis de très nombreuses années, en dépit de plusieurs réformes de portée relativement limitée pour le plus grand nombre des souscripteurs. Son avenir dépendra largement des évolutions de cette fiscalité, qui pourraient être décidées, mais aussi du rendement des placements.

      Placement financier, elle permet de faire fructifier son patrimoine et, suivant la nature du placement, de chercher à le valoriser.

      Outil de transmission de patrimoine, l’assurance vie permet de transmettre à ses héritiers un patrimoine liquide à des conditions fiscalement avantageuses ; elle permet le cas échéant de transmettre un certain montant avec une fiscalité plus favorable que les droits de succession à une personne qui n’a pas la qualité d’héritier.

      I. Le(s) bénéficiaire(s)

      Lorsque le souscripteur est encore en vie à l’échéance du contrat ou jusqu’à son décès si le contrat est tacitement reconductible d’année en année, c’est lui le bénéficiaire du contrat à travers les intérêts et la valorisation du capital.

      En cas de décès du souscripteur, la ou les personnes désignées dans le contrat sont les bénéficiaires des sommes accumulées. Il est possible de déterminer contractuellement une clé de répartition entre elles. Il est possible de désigner comme bénéficiaire une personne qui n’est pas héritière et le changement de bénéficiaire est possible par avenant pendant la vie du contrat si le bénéficiaire précédent n’a pas notifié son acceptation (ce qui pouvait avant le 18 décembre 2007 inciter le souscripteur à la discrétion vis-à-vis du bénéficiaire s’il voulait se garder la possibilité d’en changer). Depuis la loi du 17 décembre 2007, un bénéficiaire ne peut plus accepter le bénéfice du contrat sans l’accord du souscripteur ; en revanche le souscripteur ne peut plus demander une avance ou procéder à un rachat sans l’accord du bénéficiaire qui a formellement accepté.

      S’il n’y a plus de bénéficiaire vivant lors du décès du souscripteur, les sommes accumulées entrent dans la succession de ce dernier.

      La déshérence des fonds d’assurance vie

      Sur les sommes placées dans des contrats d’assurance vie, plusieurs milliards d’euros ne sont jamais reversés aux bénéficiaires et ce malgré le décès du souscripteur.

      Pourquoi ?
      Les compagnies d’assurance ne sont pas systématiquement prévenues du décès du souscripteur, notamment parce que ce dernier n’a pas souhaité informer le bénéficiaire de l’existence d’un tel contrat en sa faveur (problèmes familiaux éventuels ; dons à un tiers, à une personne attachée à la famille, à une association ou une fondation,…). Cependant la loi du 17 décembre 2007 leur impose une obligation de recherche des assurés susceptibles d’être décédés et, à cet effet, leur donne accès aux informations relatives aux décès du Répertoire national d’identification des personnes physiques. Ces obligations ont été renforcées par une loi du 13 juin 2014, applicable pour l’essentiel de ses dispositions depuis 2016 ; elle impose aux assureurs vie de rechercher activement les bénéficiaires des contrats s‘ils connaissent le décès du souscripteur et de rendre compte annuellement à l’ACPR de leurs diligences (statistiquement) ; elle organise une coopération par échange d’informations entre assureurs, notaires (dès 2015) et administration fiscale pour faciliter les recherches de bénéficiaires ou de l’existence possible d’un contrat d’assurance vie souscrit par une personne décédée.

      En cas de décès, lorsqu’elle en est informée, la compagnie d’assurance a 15 jours pour avertir tout bénéficiaire identifié. Mais il faut qu’elle soit alors en mesure de le retrouver.

      La loi du 13 juin 2014 prévoit qu’au bout de 10 ans, les avoirs non réclamés par des bénéficiaires seront transférés à la Caisse des Dépôts et Consignations. 20 ans plus tard, les sommes en déshérence seront acquises à l’Etat.

      Quelles précautions prendre ?
      Aussi, si le souscripteur ne souhaite pas informer le bénéficiaire de l’existence d’un tel contrat, il doit au moins en faire part à une personne de confiance, afin que celle-ci puisse en informer le bénéficiaire ou la compagnie d’assurance après le décès du souscripteur. Il convient également que le souscripteur s’assure régulièrement que la clause bénéficiaire est toujours adaptée à l’évolution de sa situation personnelle et qu’éventuellement, il la modifie en conséquence (divorce, nouveaux enfants, remariage,…) tout en mettant également à jour les adresses des bénéficiaires.

      Si vous pensez pouvoir être bénéficiaire…
      Pour savoir si vous êtes bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie souscrit par une personne décédée, vous pouvez en faire la demande, en joignant un extrait d’acte de décès de la personne auprès de l’AGIRA (2). La loi du 13 juin 2014 donne à un notaire ayant mandat la possibilité de faire des recherches auprès de l’assureur et de l’administration fiscale.

       

      II. Les placements

      En fonction des clauses du contrat, le souscripteur effectue des versements réguliers, un versement unique ou des versements à son initiative.

      Sous réserve des frais de souscription (voir plus loin), ses versements sont en général aussitôt placés dans des OPCVM ou FIA (3) correspondant à une ou plusieurs orientations choisies par le souscripteur parmi les formules proposées par l’organisme gestionnaire.

      On distinguait jusqu’en 2013 essentiellement deux grands types de support de placement :

      • les supports en euro, garantissant un taux d’intérêt minimum (les garanties étant exprimées en euros) (4), les revenus de chaque année étant définitivement acquis au souscripteur ; les fonds sont placés principalement en obligations. Les rendements obligataires ayant fortement baissé au cours des vingt dernières années, ceci ne permet plus qu’une valorisation faible, mais qui reste légèrement supérieure à l’inflation (5), contrepartie d’un risque très réduit pour l’épargnant. Ainsi, pour 2017, le taux de rendement moyen du marché des contrats en euros, couvrant de fortes disparités, devrait être de 1,48 % (selon les prévisions de Good Value for Money) alors qu’il atteignait en 2016 1,80 % (selon la Fédération française de l’assurance) et 1,93 % (d’après l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).
        Face à cette situation, les assureurs-vie ont fait progresser la part des obligations d’entreprises dont les taux d’intérêt sont en général plus élevés que ceux des emprunts d’Etat, et proposent de nouveaux supports où, pour compenser l’effet de l’effondrement des rendements obligataires, actions et immobilier prennent une place croissante.
      • les supports en unité de compte, appelés aussi « multi supports », OPCVM et FIA de toutes natures* (actions, obligations diverses, immobilier**, SICAV monétaires), correspondant à des prises de risque plus ou moins importantes ; la valeur des unités de compte dépend directement de la performance des supports, qui peut varier fortement d’une année à l’autre*** ; certains contrats garantissent un montant minimum en cas de décès.

      *en principe, rien ne s’oppose à la détention de titres en direct ; mais en France, cette possibilité n’est guère offerte aux souscripteurs (sauf patrimoine important), en raison notamment des coûts de gestion plus élevés dans ce cas, à l’inverse de ce qui est possible dans d’autres pays comme le Luxembourg, mais avec une mise de fonds minimale de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

      **sur les placements immobiliers dans les contrats d’assurance vie, voir fiche n°80 « Les SCPI »

      ***en moyenne, selon les estimations de la FFA, leur rendement (fortement dépendant du choix des supports) a été nettement plus élevé, à 2,9 %, en 2016 que le rendement des supports en euro (1,80 %), inférieur à celui de 2015 (3,9 %).

      Fin 2016, sur un encours global de 1 635 milliards d’euros, les  supports  en  euro  représentaient  81 %  des  avoirs, les supports en unité de compte 19 % (6).

      Les supports en euro et la chute des rendements

      La crise, avec l’effondrement de la croissance et de l’inflation, a entrainé une chute des rendements et suscité des interrogations sur la garantie des actifs en cas de défaillance de l’assureur. En période de baisse des taux obligataires, pour en freiner les effets sur le rendement des contrats en euro, les assureurs peuvent puiser dans les Provisions pour Participation aux Excédents (PPE) qu’ils ont constituées lorsque les rendements obligataires étaient supérieurs au rendement garanti à l’assuré. De toutes manières, ces PPE appartiennent aux assurés et doivent leur être attribués dans un délai maximum de 8 ans. Ces PPE semblent avoir été largement entamées chez certains assureurs, ce qui rendra de moins en moins possible l’utilisation de cet outil pour limiter l’effet de la baisse des rendements obligataires. En cas de défaillance d’une société d’assurance, devenue incapable d’honorer ses engagements, et à défaut de reprise par une autre société d’assurance, serait mise en œuvre la garantie du FGAP, fonds de garantie créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l’épargne et à la sécurité financière ; elle est plafonnée à 70 000 euros par assureur et par souscripteur.

      La possibilité de changer de supports pendant la vie du contrat dépend des clauses de celui-ci et constitue un élément très important, permettant la diversification des actifs et des arbitrages comme dans un portefeuille de titres. Depuis 2005, la loi rend possible, de toutes façons, la conversion d’actifs des contrats en euros en actifs de supports en unités de compte, à la condition toutefois qu’un minimum de 20 % de l’épargne accumulée soit converti.

      Les arbitrages s’effectuent en franchise d’impôt entre OPCVM et FIA ; cela constitue un avantage par rapport aux arbitrages similaires à l’intérieur d’un portefeuille de valeurs mobilières. Mais les contrats peuvent prévoir des frais à cette occasion.

      Une nouveauté : les contrats « euro-croissance »

      Face à la chute continue des rendements, mais aussi à l’aversion des Français au risque, que reflète le faible transfert des avoirs vers les supports en unités de compte, un nouveau type de contrat a été créé par la loi de finances rectificative pour 2013, intermédiaire entre les contrats en euros et les contrats en unité de compte :

      • ils offrent une garantie en capital, mais celle-ci n’est acquise qu’au bout de 8 ans. En cas de retrait avant 8 ans, la garantie ne joue pas et la valeur des avoirs dépend exclusivement de celle des unités de compte possédées par le souscripteur à ce moment
      • les placements peuvent être plus risqués que dans le cas de contrats en euros, puisque les assureurs n’ont pas à garantir le capital à tout moment, ce qui peut laisser espérer un rendement un peu plus élevé, mais sans certitude dans la durée. La marge de manœuvre de l’assureur sera en réalité limitée par la garantie à l’échéance. Il pourra effectuer des placements en actions davantage que dans un contrat en euros, mais en cas de moins-value sur les actions, il devra pouvoir utiliser des intérêts obligataires suffisants ou sera contraint de puiser dans ses fonds propres. Freinés par les taux bas, ces contrats n’ont pas à ce jour rencontré un réel succès, puisqu’à fin 2016, leur encours, en progression de 9 % sur un an, n’était que de 1.9 milliard d’euros (source FFA).

       

      III. Les frais

      Leur montant pèse sur le rendement net des fonds investis. En général, les contrats prévoient des frais de souscription, perçus à l’occasion de chaque versement (ou arbitrage), pourcentage du montant versé fixé suivant un barème dégressif – mais en fait souvent négociable (7) – ainsi que des frais de gestion perçus chaque année sous forme d’un pourcentage sur le capital. Des frais peuvent également, on l’a vu, être perçus lors d’arbitrages.

      Mieux vaut des frais de souscription un peu élevés et de faibles frais de gestion et d’arbitrage que l’inverse : le caractère récurrent de frais de gestion élevés pénalise fortement le rendement réel des sommes placées dans le cadre de contrats de longue durée. Dans un choix de contrat, il est donc nécessaire de comparer l’ensemble des frais exigés.

      IV. Les retraits (« rachats »)

      Il est à tout moment possible de récupérer totalement ou partiellement l’épargne constituée lorsqu’aucune acceptation de bénéficiaire n’est intervenue après le 18 décembre 2007 ou avec l’accord d’un bénéficiaire ayant accepté après le 18 décembre 2007. L’épargne investie est exonérée de taxation, les gains (épargne constituée moins épargne investie) sont seuls susceptibles d’être imposés comme revenus (voir ci-dessous « Fiscalité »). Les contrats imposent fréquemment qu’en cas de rachat partiel, il reste un montant minimum, voire un montant minimum par support utilisé.

      A noter qu’avant 8 ans, en cas de besoin de liquidités, il peut être plus avantageux de demander une avance (8), si le contrat le prévoit, que de subir la fiscalité sur les gains.

      V. La fiscalité

      Elle explique le succès de l’assurance vie en France.

      a) Revenus

      La loi de finances pour 2018 a mis en place une réforme globale de la fiscalité de l’épargne des particuliers, conduisant à soumettre les revenus mobiliers et plus-values de cessions de valeurs mobilières à une taxation forfaitaire à taux unique.

      A compter de l’imposition des revenus de 2018, l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers et des plus-values de cession de droits sociaux est soumis à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) (également dénommé « flat tax ») au taux de 12,8 % (auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux dont le taux a été relevé à 17,2 % par la  loi de financement de la Sécurité Sociale), d’où une taxation globale de 30 %.

      Des règles particulières ont été prévues pour l’assurance-vie, selon que les versements aient été effectués avant le 27 septembre 2017 ou après.  Elles sont présentées de façon détaillée dans la fiche 7 « Fiscalité de l’épargne » et des placements et reprises de façon synthétique dans le tableau ci-dessous.

      Fiscalité des produits des contrats d’assurance-vie en cas de rachat au 1er janvier 2018
      Date de souscription Date de versement des primes Date du rachat Imposition
      Avant le 01/01/1983 Exonération d’IR, mais soumis aux PS
      Du 01/01/1983 au 25/09/1997 Avant le 01/01/1998 Après 8 ans Exonération* d’IR, mais soumis aux PS
      A compter du 01/01/1998 Avant 4 ans
      Entre 4 et 8 ans
      Après 8 ans
      IRPP ou PFL 35 %
      IRPP ou PFL 15 %
      IRPP ou PFL 7.5 %
      +PS
      A compter du 25/09/1997 Avant le 27/09/2017 Avant 4 ans
      Entre 4 et 8 ans
      Après 8 ans
      IRPP ou PFL 35 %
      IRPP ou PFL 15 %
      IRPP** ou PFL 7.5 %**
      + PS
       Après le 27/09/2017 Avant 8 ans
      Après 8 ans
      . et cumul contrats < 150 000 €
      . et cumul contrats > 150 000 €
      IRPP ou PFU 12.8 %
      IRPP** ou PFU** 7.5 %
      IRPP** ou mix PFU** 7.5 / 12.8 %
      + PS
      * à condition que les versements effectués entre le 26/09/1997 et le 31/12/1997 l’aient été dans la limite de 200 000 F (30 500 €) à titre exceptionnel ou en vertu d’engagements antérieurs

      **après abattement annuel de 4 600 € pour un célibataire et 9 200 € pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune

      Légende : IRPP : impôt sur le revenu des personnes physiques – PFL : prélèvement forfaitaire libératoire – PFU : prélèvement forfaitaire unique – PS : prélèvements sociaux

      il faut bien comprendre que pour les plus-values liées aux versements effectuées après le 27/09/2017 : il y a un prélèvement forfaitaire non libératoire (au taux de 12,8% ou 7,5%) qui s’applique automatiquement au moment du rachat. Et c’est uniquement en année N+1, c’est-à-dire au moment de la déclaration des revenus perçus, que l’assuré souscripteur validera l’application de ce prélèvement forfaitaire ou bien optera de manière globale pour l’imposition au barème progressif de l’IR. Mais comme il aura fait l’objet d’un prélèvement non libératoire au moment du rachat, soit l’administration fiscale devra effectuer un remboursement, soit l’assuré souscripteur devra payer la quote-part de l’impôt non encore acquittée.

      Ainsi que nous l’avons vu, les contrats souscrits depuis au moins 8 ans bénéficient d’une exonération totale des revenus retirés à hauteur de 4 600 € par an pour une personne seule ou de 9 200 € pour un couple soumis à imposition commune. Ceci peut de fait permettre de constituer un revenu régulier exonéré d’impôt (par exemple pendant la retraite) ; ou, en plaçant sa trésorerie sur un contrat ayant plus de 8 ans d’âge, cela permet de se procurer des revenus exonérés comme sur un Livret A ou un livret de développement durable, mais pour des montants qui peuvent être beaucoup plus importants.

      D’autant qu’en cas de rachat, on suppose que celui-ci porte, proportionnellement à leurs montants respectifs, sur les capitaux versés (totalement exonérés) et sur les intérêts ou gains (seulement taxables au-delà du plafond d’exonération).

      Seul le gain est taxé et non la fraction de capital retirée : supposons un placement  net de frais de 100 000 €, ayant procuré des intérêts nets de 20 000 €, portant l’avoir à 120 000 € ; un retrait de 20 000 € sera supposé correspondre à un retrait sur le capital de 20 000*(100 000/120 000) = 16 667 €, et de seulement 20 000*(20 000/120 000) = 3 333 € sur les gains.

      En cas de retrait sur son  contrat, il convient de choisir en fonction de sa situation fiscale et des conditions d’imposition rappelées ci-dessus entre une intégration à l’ensemble des revenus et le prélèvement forfaitaire unique.

       

      b) Prélèvements sociaux sur les intérêts et gains

      Les contributions et prélèvements sociaux s’appliquent aux gains et intérêts perçus avec les même taux que pour la plupart des autres placements financiers (17,2 % au total en 2018).

      Toutefois, suite à une décision du conseil constitutionnel du 19 décembre 2013, pour les contrats qui ont été souscrits entre le 1er janvier 1990 et le 25 septembre 1997, les contributions et prélèvements sociaux applicables aux produits des 8 premières années du contrat sont au taux qui était valable lors de chacune des années considérées à compter de 1997. Au-delà de la 8ème année, c’est le taux actuel qui s’applique (17,2 % en 2018).

      Cependant leur modalité d’application varie suivant le type de contrat. Dans un contrat en euros, ainsi que dans la part euro des contrats en unités de compte (depuis 2011), ils sont prélevés annuellement, tandis que, dans un contrat en unités de compte (hors part en euro), ils ne sont prélevés qu’à l’échéance, au décès, ou au rachat, ce qui permet entre temps la capitalisation intégrale des intérêts et s’avère plus avantageux.

      A noter qu’en cas de licenciement, mise en retraite anticipée, invalidité ou liquidation judiciaire, les gains issus du dénouement du contrat sont totalement exonérés.

      c) Droits de succession (Contrats ouverts depuis le 13 octobre 1998) (Article 990 I du Code Général des Impôts)

      En cas de décès du souscripteur, le montant transmis à chaque bénéficiaire non exonéré (conjoint et partenaire de PACS sont exonérés de droits de succession) est exonéré de droits de succession jusqu’à concurrence de 152 500 € tous contrats confondus, taxé au-delà et jusqu’à 700 000 € au taux de 20 %, ceci à condition que les versements aient été opérés par le souscripteur avant l’âge de 70 ans.

      Le taux est porté 31,25 % au-delà de 700 000 € taxables, alors qu’il était de 25 % depuis 2012.

      Cependant, pour certains contrats, ce dernier taux est de fait maintenu par le jeu d’un abattement de 20 % avant prise en compte de la partie exonérée (152 500 € par bénéficiaire) pour la part investie en unités de compte et affectée à hauteur d’au moins 33 % à des placements en actions de PME-ETI ou de sociétés à prépondérance immobilière, de parts d’OPCI ou de SCPI (voir fiche n°76), de FCPR, FCPI, FIP (voir fiche n°74), ou encore dans des actifs relevant de l’économie sociale et solidaire.

      A noter que depuis 2012, en cas de démembrement, usufruitier et nu(s) propriétaire(s) se partagent un même abattement de 152 500 € : concrètement, il n’est plus avantageux, comme auparavant, de démembrer le contrat pour transmettre en un premier temps des sommes très élevées au conjoint usufruitier (exonéré de tous droits de succession), les enfants récupérant ensuite leur quote-part sans aucun droit de succession (réunion de l’usufruit et de la nu propriété) et sans se trouver confrontés au plafond d’exonération de 152 500 €.

      Pour les opérations réalisées après les 70 ans du souscripteur, il n’existe qu’un abattement de 30 500 € sur les versements, tous contrats confondus. Le supplément de versements est taxé aux droits de succession selon le degré de parenté entre bénéficiaire et assuré. Les intérêts ou gains sont en revanche exonérés sans limite.

      NB : En cas de décès du souscripteur, les prélèvements sociaux sur les intérêts et gains des contrats en unités de compte deviennent exigibles et sont opérés par l’assureur au moment du versement des sommes aux bénéficiaires.

      d) Impôt sur la fortune immobilière (IFI)

      La loi de finances pour 2018 a remplacé l’impôt sur la fortune (ISF) par un nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui est entré en vigueur le 1er janvier 2018, date à laquelle l’ISF a été supprimé.

      La définition des redevables, le fait générateur (1er janvier de l’année d’imposition), le seuil de taxation (1 300 000 €), le barème et le dispositif de plafonnement restent inchangés par rapport aux dispositions précédemment applicables en matière d’ISF. Les règles d’évaluation (en particulier l’abattement de 30 % sur la résidence principale) ont été reprises.

      En revanche, l’assiette de l’IFI est moindre que celle de l’ISF, puisqu’elle est limitée aux actifs immobiliers non affectés par leur propriétaire à son activité professionnelle.

      Sont donc exclus de l’IFI tous les autres biens meubles (meubles corporels, titres, liquidités, assurances-vie et autres), sauf si leur sous-jacent, direct ou indirect, est constitué de biens ou droits immobiliers. Corrélativement, les règles de déduction du passif ont été adaptées à l’assiette de l’IFI.

      VI L’assurance vie et la retraite

      L’assurance vie est un produit d’épargne qui peut être utilisé pour préparer sa retraite : il permet en effet de constituer un capital, de procéder au fil du temps à des arbitrages de l’épargne constituée vers des supports sans risque afin de la sécuriser et d’effectuer le moment venu des retraits exonérés d’impôt sur le revenu – ou faiblement imposés au-delà du plafond d’exonération. Il est par ailleurs possible de transformer le capital en rente fiscalisée, réversible ou non, en renonçant alors à la transmissibilité de l’épargne. L’assurance vie a donc des points communs avec les plans de retraite et le PERCO.

      Par rapport aux plans de retraite, elle présente notamment l’avantage d’une possibilité de retraits partiels en fonction des besoins de liquidités, ainsi que celui de la transmissibilité du capital aux héritiers désignés à des conditions fiscalement avantageuses.

      Par rapport au PERCO, l’assurance vie utilise des supports comparables ; comme désavantage, l’épargne ne peut pas être abondée par l’employeur ; comme avantages, des retraits sont toujours possibles et les capitaux sont toujours transmissibles avec d’importantes exonérations fiscales.


      (1) Source : FFA

      (2) AGIRA (Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance), 1 rue Jules- Lefebvre, 75431 Paris cedex 9.

      (3) Organismes de placement collectif en valeurs mobilières et Fonds d’investissements alternatifs

      (4) Ou dans une devise

      (5)  Le rendement après impôt sur la fortune et prélèvements sociaux peut cependant s’avérer négatif pour certains contribuables imposés à l’ISF.

      (6)  Source : FFA – Tableau de bord de l’assurance 2016

      (7)  L’article L.132-22-1 du code des assurances fixe simplement pour les frais d’entrée et sur versements un plafond de 5 % par rapport au montant des primes versées la même année.

      (8)  L’avance doit être remboursée dans les trois ans, faute de quoi elle se transforme en rachat partiel.

      X. 85. Plan d’épargne retraite entreprise – PERE

      Manuèle PENNERA / Associée gérante de KaRente Date de création : 03/11/2017Date de révision : 04/03/2019

      Février 2018

      Toute entreprise est libre de mettre en place un Plan d’Epargne Retraite PER, dans le cadre de l’article 83 du CGI, à l’attention de tout ou partie de ses salariés. En voici les principales caractéristiques :

      La retraite est l’unique finalité du PERE

      Un PERE  permet aux salariés de se constituer, avec l’aide de leur employeur, un complément de revenu à leur retraite, perçu sous forme de rente viagère au plus tôt à la liquidation de la pension Vieillesse de la sécurité sociale. La sortie du PERE se fait sous forme de rente viagère à l’exclusion de tout autre mode de sortie, sauf dans trois cas où l’épargne revalorisée est reversée : le décès du salarié, l’invalidité 2ème catégorie de la sécurité sociale et l’expiration des droits à l’assurance-chômage. La retraite peut être réversible sur un conjoint ou un tiers.

      Un PERE, pour tous ou pour une catégorie, à adhésion obligatoire

      Le PERE peut bénéficier à tous les salariés ou être réservé à une catégorie de personnel, à condition que la catégorie soit définie de façon homogène, non discriminatoire, selon les cinq types de critères suivants :

      1)  Cadres ou non cadres

      2) Tranches de rémunération (plafonds SS)

      3) Catégories et classifications professionnelles définies par les conventions de branche ou les accords professionnels ou interprofessionnels

      4)  Niveau de responsabilité, type de fonction ou degré d’autonomie dans le travail

      5)  Catégories définies clairement et de manière non restrictive à partir d’usages constants, généraux et fixes en vigueur dans la profession.

      L’adhésion au plan existant est obligatoire pour tous les salariés entrant dans la catégorie des bénéficiaires au plan, présents au moment de la mise en place du plan ou nouveaux entrants dans l’entreprise.

      Cotiser au PERE

      Les cotisations peuvent être définies en pourcentage du salaire ou d’une autre assiette comme le plafond de la sécurité sociale. Un taux de cotisation différent peut être appliqué par tranche de salaire. L’employeur doit obligatoirement financer une partie des cotisations et peut financer la totalité de la cotisation.

      La répartition entre employeur et salariés est variable et résulte de la négociation menée entre eux. Le taux de cotisation doit être uniforme pour tous les membres d’une même catégorie de salariés.

      Si le régime le prévoit, chaque salarié peut librement épargner sur le PERE en bénéficiant de déductions fiscales.

      Le salarié peut épargner des jours de congé sur son PERE

      Tout salarié peut épargner directement sur son PER jusqu’à 10 jours de congés non pris par an et il y peut transférer des jours de congés épargnés sur son CET dans la même limite de 10 jours par an. Les jours ainsi épargnés sont exonérés de cotisations salariales et patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales. Ils sont exonérés d’impôt sur le revenu dans la limite du disponible fiscal retraite individuel.

      Des droits à retraite acquis aux salariés

      Les cotisations alimentent un compte propre à chaque épargnant ; l’épargne accumulée et augmentée des produits financiers appartient à l’épargnant, qui en bénéficie à sa retraite sous forme de rente viagère. L’organisme gestionnaire administratif et financier du PERE est un assureur, une institution de prévoyance ou une mutuelle. L’organisme doit fournir chaque année à l’épargnant une estimation de la rente viagère à laquelle il pourra prétendre.

      Un traitement fiscal et social favorisé

      Les cotisations au PERE bénéficient d’un traitement fiscal et social de faveur sous conditions. Outre la définition objective de la catégorie des bénéficiaires, la sortie en rente viagère et l’uniformité du taux de cotisation déjà évoqués, le plan doit respecter les critères suivants :

      . La cotisation de retraite ne doit pas se substituer à un élément de salaire préexistant

      . La gestion du plan de retraite doit être effectuée par un assureur, une institution de prévoyance ou une mutuelle

      . L’employeur doit remettre à chaque salarié une notice d’information émise par le gestionnaire du plan

      . La désignation de l’organisme gestionnaire du plan doit être réexaminée au moins tous les 5 ans.

      Le document instituant le régime – accord collectif, règlement de retraite mis en place par referendum ou par décision unilatérale de l’employeur – doit obligatoirement reprendre ces différents éléments, sous peine de nullité.

      Les cotisations patronales bénéficient d’exonération de charges sociales

      Les contributions de l’employeur ne sont pas considérées comme un salaire et échappent aux charges sociales patronales dans la limite de 5 % de la rémunération annuelle brute de chaque salarié, limite réduite, le cas échéant, de l’abondement au PERCO reçu par le salarié sur la même année. La rémunération prise en compte étant plafonnée à 5 plafonds annuels de la sécurité sociale, l’enveloppe individuelle d’exonération sociale est ainsi plafonnée à 10 131 € en 2019.

      Les cotisations patronales et salariales bénéficient d’avantages fiscaux

      Les contributions de l’employeur n’étant pas considérées comme un salaire, échappent à l’impôt sur le revenu, dans la limite professionnelle retraite décrite ci-après.

      Les éventuelles cotisations obligatoires des salariés bénéficient également d’exonérations fiscales, plafonnées de la façon suivante : le cumul de la cotisation patronale et de la cotisation salariale obligatoire est exonéré d’impôt sur le revenu dans la limite de 8 % de la rémunération annuelle brute de chaque salarié, limite réduite, le cas échéant, du montant de l’abondement au PERCO reçu par le salarié sur la même année. La rémunération annuelle est prise en compte dans la limite de 8 plafonds annuels de la sécurité sociale. L’enveloppe individuelle d’exonération fiscale professionnelle est ainsi plafonnée à 25 935 € en 2019.

      Les éventuelles cotisations libres des salariés sont déduites de leur revenu imposable dans la limite de 10 % du revenu d’activité professionnel, sous déduction des cotisations patronales et salariales obligatoires de l’année précédente à un PERE et de l’éventuel abondement au PERCO de l’année précédente. La déductibilité fiscale des cotisations libres des salariés sur un PERE est un avantage important de ce dispositif par rapport au PERCO.

      En pratique, pour maximiser l’utilisation de ces plafonds fiscaux et faciliter l’articulation de ce produit avec d’autres produits individuels tel que le PERP ou PREFON, l’entreprise pourra retenir un taux de cotisation patronal à 5 % du salaire et permettre une cotisation libre des salariés dans leur disponible fiscal individuel.

      La cotisation patronale est soumise à la CSG, CRDS et au forfait social.

      La CSG et la CRDS sont prélevées au taux normal (au total 9,7 % depuis le 1/1/2018), sur 100 % de la cotisation patronale, avant le versement de la cotisation à l’organisme gestionnaire. Le forfait social au taux de 20 % est à la charge de l’employeur. Notons que le taux réduit de forfait social (16 %) si les placements proposés comprennent des fonds PEA PME n’est applicable qu’au PERCO et pas au PERE.

      Les produits financiers sont exonérés d’impôt et de tout prélèvement social mais la rente est fiscalisée.

      Le PERE est un contrat d’assurance-vie et les produits financiers dégagés y sont capitalisés en franchise de tout impôt, taxe, contribution et prélèvement social. C’est une différence importante avec les plans d’épargne salariale PEE et PERCO dont les produits financiers sont assujettis aux prélèvements sociaux (17,2 % depuis le 1/1/2018), prélevés à la sortie du plan. En contrepartie, la rente en sortie de PERE est soumise à charges sociales à taux réduit (10,10 % depuis le  1/1/2018) et est imposée dans le cadre du régime « rente acquise à titre gratuit », donc sans régime de faveur, comme un salaire.

      L’épargne est transmise aux ayant droits en franchise de droits de succession en cas de décès du salarié avant la retraite

      En cas de décès avant la retraite, l’épargne revalorisée du salarié est transmise au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) par le salarié ou à défaut à ses héritiers, en franchise de droits de succession.

      La gestion financière d’un PERE

      L’entreprise sélectionne une gamme de fonds plus ou moins étendue qui est proposée à ses salariés pour placer leurs cotisations. Un PERE peut comprendre :

      . Un Fonds général d’assurance, dit fonds en Euro, caractérisé par un taux de rendement minimum garanti et par un effet de cliquet (la valeur de l’épargne ne peut qu’augmenter).

      . Des FCP ou des SICAV, présentés sous forme d’unités de compte.

      Ces supports peuvent être proposés en gestion libre ou en gestion pilotée. Il n’est pas possible de proposer les fonds communs de placement d’entreprise (FCPE), réservés aux dispositifs d’épargne salariale.

      Contrairement à l’épargne salariale qui impose un fonds solidaire et un minimum de trois fonds diversifié dans un PERCO, le Code des Assurances qui régit la gestion financière des PERE est muet sur ce thème. En tout état de cause, afin de répondre aux besoins variés de ses salariés, l’entreprise a tout intérêt à sélectionner une gamme de fonds cohérente et complète dans laquelle chaque salarié pourra choisir le ou les placements adaptés à ses projets personnels et à son profil d’investisseur.

      Le salarié est seul porteur du risque financier sur l’épargne qu’il place sur un PERE La gestion financière d’un PERE doit lui permettre de maximiser son capital à la retraite et par là, la rente qu’il en obtiendra.

      X. 86. L’investissement solidaire

      Sophie des MAZERY / Directrice de Finansol Date de création : 03/11/2017Date de révision : 18/03/2018

      Décembre 2017

      La finance solidaire, une réponse fiable et concrète aux défis majeurs de notre société

      La finance solidaire est un circuit de financement dont l’épargnant est la clé de voûte. En plaçant tout ou partie de son argent sur un produit d’épargne solidaire, il finance l’accès l’emploi et au logement pour des personnes en difficulté, des activités écologiques, l’entrepreneuriat dans les pays en développement… tout en faisant fructifier son capital.

      En 2016, la finance solidaire a permis de soutenir près de 1 200 associations et entreprises, qui ont créé ou consolidé 49 000 emplois, de reloger 5 500 personnes, d’alimenter plus de 20 000 foyers en électricité renouvelable et de soutenir plus de 100 acteurs du développement économique dans les Pays en Développement.

      Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir donner du sens à leur épargne, le million d’épargnants solidaires le prouve !

      ISR et finance solidaire, deux investissements à ne pas confondre !
      L’Investissement Socialement Responsable (ISR) désigne une méthode de sélection des entreprises cotées en Bourse en fonction non seulement de leur performance financière mais aussi d’une appréciation de leur comportement éthique, social et/ou environnemental. La finance solidaire repose sur un degré d’engagement plus fort puisque l’objet principal des entreprises financées est de lutter contre l’exclusion, de favoriser la cohésion sociale ou de participer au développement durable et qu’elles ne sont pas cotées en Bourse.

       

      Comment devenir épargnant solidaire ?

      Trois portes d’entrées possibles :

      1. sa banque : tous les réseaux bancaires disposent au moins d’un produit solidaire (livrets, assurances-vie, FCP, SICAV, etc.) dans leur gamme de produits d’épargne
      2. son entreprise : toutes les entreprises permettant à leurs salariés de souscrire un plan d’épargne entreprise (PEE) ou un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) sont légalement dans l’obligation de proposer au moins un Fonds Commun de Placement Solidaire (FCPES) parmi l’ensemble des fonds proposés (voir fiche n°36)
      3. une entreprise solidaire : souscrire au capital d’une entreprise solidaire, et en devenir ainsi actionnaire, est une autre des possibilités d’épargner solidaire.

      Le label Finansol, la garantie solidaire

      Le label Finansol a été créé en 1997 pour distinguer les produits d’épargne solidaire des autres placements. Il se limite à ce périmètre et ne labellise en aucun cas une association, une entreprise ou un établissement financier dans son ensemble.

      Il repose depuis sa création sur des critères de solidarité et de transparence puisqu’il assure, d’une part, aux épargnants que leur épargne contribue réellement au financement d’activités génératrices d’utilité sociale et/ou environnementale comme l’accès à l’emploi, au logement, le soutien à l’agriculture biologique et aux énergies renouvelables ou encore à l’entrepreneuriat dans les pays en développement et atteste, d’autre part, de l’engagement de l’intermédiaire financier à donner une information fiable sur le placement labellisé et les activités soutenues.

      Le Comité du label Finansol est un organe indépendant composé d’acteurs issus des secteurs associatif, financier, syndical, universitaire et du monde des media. Il se réunit 4 fois par an pour étudier et statuer sur les nouvelles candidatures et une cinquième fois pour une session de contrôle de l’ensemble des produits labellisés. A son issue, il reconduit le label aux produits ayant démontré leur conformité aux critères et peut faire des recommandations aux gestionnaires pour renforcer le caractère solidaire des produits labellisés.

      Plus de 140 produits sont labellisés Finansol à ce jour.

      Plus d’informations sur www.finansol.org

      X. 87. Le financement participatif (« crowdfunding »)

      Claire CASTANET / Directrice des Relations avec les Epargnants de l’AMF Date de création : 03/11/2017Date de révision : 18/03/2018

      Janvier 2018

      Les entrepreneurs, les créateurs, et plus généralement les porteurs de projet, disposent d’un moyen alternatif de financement : le financement participatif ou crowdfunding. Pour les particuliers souhaitant participer à un projet, 3 solutions sont disponibles : le don, le prêt ou l’investissement en titres financiers (actions, obligations).

      Qu’est-ce que le financement participatif ?

      Le financement participatif permet de collecter des fonds via une plate-forme internet pour financer un projet. Les internautes choisissent de participer financièrement à une initiative qui a du sens pour eux, ou d’investir dans un projet qui les a convaincus. Ces fonds sont généralement versés par un grand nombre de contributeurs pour des montants relativement faibles. Il y a toujours 3 acteurs dans le financement participatif : celui qui finance le projet, celui dont le projet est financé et le site internet qui les met en relation (l’intermédiaire).

      Il existe 4 possibilités de participer à un projet via le crowdfunding :

      • effectuer un don pur et simple, avec ou sans contrepartie (par exemple un cadeau, une place de concert ou l’objet qui sera produit.)
      • prêter de l’argent à une entreprise ou un particulier, avec intérêt (2 000 euros maximum) ou sans intérêt (5 000 euros maximum) ; l’entreprise ne peut pas emprunter annuellement plus de 2,5 millions d’euros
      • acheter des mini bons pour financer l’entreprise
      • investir en titres (actions ou obligations) d’une société non cotée.

      Dans ces deux derniers cas, il n’existe aucun plafond individuel. Le financement du projet est soumis à un plafond de 2,5 millions d’euros. L’épargnant peut ainsi diversifier ses investissements, tout en gardant à l’esprit les nombreux risques (risque du projet ou de l’entreprise, perte du capital investi, difficulté à revendre les titres, non disponibilité des fonds…).

      Que vérifier avant d’entrer en relation avec un site de financement participatif ?

      Les particuliers doivent d’abord vérifier si le site internet qui propose de financer un projet est bien autorisé à le faire.

      Selon la nature du financement proposé, les types d’autorisation diffèrent :

      • Si le site internet propose de financer le projet sous la forme d’un prêt avec ou sans intérêt, ou d’un don avec ou sans contrepartie, la plate-forme doit être immatriculée auprès du registre de l’ORIAS en tant qu’intermédiaire en financement participatif (IFP).
      • Une plate-forme de financement participatif par souscription de titres financiers émis par une société non cotée doit être immatriculée auprès du registre de l’ORIAS en tant que conseiller en investissement participatif (CIP). Elle peut également opter pour le statut de prestataire en services d’investissement (PSI) et être, dans ce cas, agréée par l’ACPR. Ces plates-formes sont régulées par l’AMF seule pour les CIP et conjointement par l’AMF et l’ACPR pour les PSI.

      Un réflexe : le label

      Pour faciliter cette vérification, un label officiel a été créé par les pouvoirs publics. En affichant ce label, le site internet informe le public qu’il respecte la réglementation.

       

      Quelles précautions prendre avant de souscrire ?

      Comme tout investissement, le financement participatif n’est pas sans risque. Vous pouvez notamment perdre une partie ou la totalité de votre investissement ou des fonds prêtés, notamment en cas de difficulté de l’entreprise émettrice ou emprunteuse. Vous pouvez aussi rencontrer des difficultés en cas de revente des titres car les sociétés ne sont pas cotées et le marché est peu liquide.

      Il convient donc d’être prudent et de n’y investir qu’une petite partie de votre épargne dans une optique de diversification de votre patrimoine.

      Avant toute décision, il est donc important de bien se renseigner sur le projet présenté et sur la plate-forme. Le site doit donner les informations nécessaires sur le porteur du projet et sur le projet lui-même : l’objectif, les perspectives économiques, les risques …

      • Pour un prêt, il doit indiquer les caractéristiques du prêt concerné (le taux, le montant et la durée du crédit, les modalités de remboursement…).
      • Pour un financement en titres, le site doit au préalable s’assurer que l’investisseur a bien compris la nature risquée de son investissement et accepte tous les risques. Il doit aussi vérifier via un questionnaire que cet investissement est adapté à la situation financière et aux objectifs de l’épargnant qui se montre intéressé, et aussi s’il est apte à en supporter les risques. Si ce n’est pas le cas, il doit en principe refuser son investissement. Enfin, il doit vous transmettre toutes les informations nécessaires pour bien apprécier l’investissement. Vous les trouverez dans le document d’information réglementaire synthétique (DIRS).

      Quelle est la fiscalité du financement participatif ?

      Il n’y a pas de régime fiscal propre au financement participatif. Cependant, ce dispositif permet d’accéder aux avantages fiscaux existants.

      Les intérêts perçus dans le cadre d’un prêt sont imposables au barème de l’impôt sur le revenu, comme pour tout placement à taux fixe. Les sommes investies en titres peuvent ouvrir droit à des avantages fiscaux.

      Par ailleurs, pour les dons, si le porteur du projet est une fondation, un organisme d’intérêt général ou une association reconnue d’utilité publique, le donateur bénéficie d’une réduction d’impôt.

      Dans tous les cas, il convient par prudence de s’informer auprès des centres des impôts ou sur impots.gouv.fr.

      Tous droits réservés. Ce guide ne peut en aucun cas être reproduit en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit, sans l'accord écrit de la FAS. Sous réserve des droits personnels des auteurs, les textes, schémas, graphiques, tableaux, présentations publiés ainsi que la charte graphique sont la propriété de la FAS qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.

      Conformément à une jurisprudence constante, les erreurs ou omissions involontaires qui auraient pu subsister dans ce guide, malgré les soins et contrôles de l'équipe de rédaction, ne sauraient engager la responsabilité de la FAS ni celle de l'éditeur. La reproduction des dessins et photographies est interdite.