Guide
de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir'

Guide de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir' S >
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 11/11/2019
création : 26/11/2017
révision : 19/09/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 10/11/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 24/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 16/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 01/10/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 30/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 04/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 03/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 08/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 05/07/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 27/08/2019
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 05/06/2019
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 25/09/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/09/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 11/11/2019
création : 26/11/2017
révision : 19/09/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 10/11/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 24/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 16/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 01/10/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 30/09/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 04/07/2019
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 03/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 08/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/10/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 05/07/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 27/08/2019
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 05/06/2019
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 25/09/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/09/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 05/07/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer

Glossaire

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z
  • Les noms suivis d’un (*) sont répertoriés dans les mots clés du guide

  • Abondement

    Dans le cadre d'un plan d'épargne salariale, il s'agit de la part versée par l'employeur en complément des apports des salariés.

  • Absorption

    Modalité d'une fusion entre deux sociétés dans laquelle la société absorbante subsiste, la société absorbée étant dissoute.

  • Acompte sur dividendes

    Versement, avant ou après la clôture de l'exercice, d'un avoir sur le dividende des actions d'une société cotée.

  • Actif net

    Valeur comptable de l'ensemble des biens que possède une société, diminuée de ses dettes. Voir « fonds propres ».

  • Action

    Titre de propriété d'une fraction du capital d'une société. Il donne à son détenteur le droit de participer au destin de l'entreprise par le vote en assemblée générale et de percevoir un revenu (le dividende).

  • Action à dividende prioritaire (ADP)

    Action ne donnant pas le droit de vote aux assemblées générales des actionnaires. En contrepartie, elle bénéficie d'un droit prioritaire au dividende qui peut être supérieur à celui versé pour une action.

  • Action à droit de vote double

    Toute action détenue au nominatif depuis au moins deux ans dispose d’un droit de vote double, sauf vote contraire de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires (Disposition nouvelle instaurée par la loi dite Florange du 29 mars 2014, s’appliquant au plus tard le 1er avril 2016).

  • Action de concert

    Situation juridique de personnes ayant conclu un accord, public ou non, en vue soit d’acquérir ou de céder des titres conférant des droits de vote dans une société, soit de mettre en œuvre une politique commune dans une société.

  • Action de préférence*

    Action disposant d’avantages spécifiques par rapport à toutes les autres actions, droit de contrôle ou avantage pécuniaire, avec éventuellement des restrictions par rapport aux droits ordinaires d’un actionnaire. Par exemple les actions à dividende prioritaire ont comme contrepartie l’absence de droit de vote aux assemblées générales.

  • Action gratuite*

    Une société peut distribuer des actions gratuites en représentation d'une augmentation de capital par incorporation de réserves.
    Il est également possible pour les sociétés françaises d’attribuer gratuitement des actions, créées ou rachetées préalablement par elles, à leurs salariés et mandataires sociaux sous certaines conditions.

  • Action nominative

    Au contraire d’un titre au porteur, le nom du détenteur de l’action est enregistré par la société émettrice.

  • Actualisation

    Procédé de calcul inverse de celui de la capitalisation. Elle permet de calculer la valeur actuelle d'une somme à percevoir dans quelques années. Ainsi, 10 000 euros reçus dans 10 ans valent aujourd'hui 16 289 euros si, par hypothèse, on estime que l'inflation annuelle au cours de la période sera de 5% par an.

  • Agences de notation

    Sociétés commerciales spécialisées dans l’évaluation des risques d’insolvabilité des emprunteurs (Etats, collectivités locales, sociétés privées, établissement publics). Après analyse de la situation économique et financière de l’émetteur, elles lui attribuent une note, sur une échelle propre à chaque agence, qui sert de référence pour les prêteurs. La situation est réexaminée périodiquement, suite à quoi la note peut être dégradée, maintenue ou améliorée.

  • Alterne

    Marché non réglementé, créé par Euronext, mais encadré au sens de la Directive européenne sur les Services en investissement; il accueille des entreprises européennes avec des conditions simplifiées et un minimum d'engagements.

  • AMF* (Autorité des marchés financiers)

    Autorité publique indépendante ayant pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. L’AMF dispose de pouvoirs étendus ; elle édicte des règles (Règlement général), délivre des autorisations, contrôle et surveille les marchés, prononce des sanctions pécuniaires ou disciplinaires.

  • Amortissement

    Méthode comptable permettant d'inscrire, au bilan, les sommes nécessaires au renouvellement des actifs immobilisés.

  • Assemblée Générale* Extraordinaire (AGE)

    Réunion exceptionnelle pendant laquelle les actionnaires d'une société discutent et votent la modification des statuts, les modalités d’opérations pouvant impacter le capital.

  • Assemblée Générale* Ordinaire (AGO

    Réunion annuelle au cours de laquelle les actionnaires approuvent le rapport et les comptes annuels de la société, discutent de sa stratégie et votent pour l’éventuelle distribution d’une quote-part du résultat (dividende) et pour la reconduite ou la modification de l'équipe dirigeante.

  • Augmentation de capital

    Création d'actions nouvelles ou augmentation de la valeur nominale des actions existantes. Son objectif est d’accroître le capital social de l'entreprise.

  • Autocontrôle

    Quotepart des actions composant le capital d'une société, détenues de manière directe ou indirecte par la société émettrice. Les actions auto-détenues n’ont pas le droit de vote aux assemblées.

  • Autorité des normes comptables (ANC)

    Autorité créée en 2009 pour fixer les règles comptables que doivent respecter les personnes physiques ou morales tenues légalement d’établir des documents comptables.

  • Autorité Européenne des Marchés Financiers

    Voir « ESMA »

  • Avis d’opéré

    Bordereau, délivré par tout intermédiaire financier, qui avise le client que son ordre d'achat ou de vente a été exécuté. Les avis servent de preuve vis-à-vis de l’intermédiaire et de justificatif à l’égard de l’administration fiscale. Ils doivent être conservés en conséquence.

  • Bâle III (Accords de)

    Accords intergouvernementaux de réglementation bancaire, portant notamment sur les fonds propres des banques, dont le niveau d’exigence sera relevé au cours des prochaines années pour diminuer les risques de défaillance (« Bâle III).
    Ces accords font suite à ceux de « Bâle I » et de « Bâle II », qui ont introduit des ratios de solvabilité (Tier1).

  • BALO - Bulletin des Annonces Légales Obligatoires.

    Les sociétés cotées doivent inscrire au BALO les informations financières légalement exigibles (chiffre d'affaires, résultats, date de l'Assemblée Générale, ...). Le Balo est annexé au Journal Officiel.

  • Banque centrale européenne (BCE)

    Avec les banques centrales nationales des pays de l’UE ayant adopté l’euro comme monnaie (dont la Banque de France), elle constitue l’Eurosystème, dont elle est le centre de décision. Son objectif prioritaire, à travers la politique monétaire, est la stabilité des prix. Elle anime le marché monétaire des banques de la zone euro et agit en liaison avec ses homologues (Federal Reserve Bank des Etats-Unis, Banque d’Angleterre, Banque du Japon, etc.). Elle est une institution indépendante prévue par le traité de Lisbonne, qui lui interdit de consentir des avances ou de prêter aux états. Son siège est à Francfort sur le Main (Allemagne).

  • Bénéfice distribuable

    Il s'agit du bénéfice après impôt sur les sociétés duquel on retranche les pertes antérieures et les dotations en réserves (obligatoires, statutaires ou facultatives) et auquel on ajoute le report de bénéfice antérieur non distribué.

  • Bilan*

    Inventaire de ce que possède une société (actif) et de ce qu'elle doit (passif).
    Le bilan est généralement établi en fin d'exercice.

  • Blockchain

    Technologie employée permettant de garder la trace d'un ensemble de transactions, de manière décentralisée, sécurisée et transparente, sous forme d'une chaîne de blocs (ou registre de transactions, en français).

  • Blue Chips

    Expression d'origine américaine pour désigner les plus belles valeurs de l'ensemble des places boursières, les « small and mid caps » représentant les petites capitalisations boursières.

  • Bon de souscription (ou WARRANT)

    Bon qui donne le droit à son titulaire d'acheter une action à un prix fixé à l'avance, jusqu’à une date déterminée.

  • BRICS

    Acronyme évoquant cinq nouvelles puissances économiques : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

  • Broker (Courtier)

    Intermédiaire sur les marchés boursiers qui achète et/ou vend des titres pour le compte de clients.

  • CAC 40 (Cotation Assistée en Continu)

    Indice phare de la Bourse de Paris ; il donne l'évolution moyenne du cours des actions de 40 sociétés françaises parmi les plus importantes et les plus actives de tous les secteurs économiques.

  • Call

    Option d'achat (terme anglais).

  • Capitalisation

    Evaluation du montant futur d'un capital initial placé à un taux d'intérêt déterminé, pour un nombre d'années déterminé. Désigne également le fait que les intérêts versés en rémunération d'un placement y soient réinvestis.

  • Capitalisation boursière

    Evaluation de la valeur boursière d'une société à un instant « t ». Cette valeur représente le produit du cours de l'action par le nombre d'actions composant le capital de la société.

  • Capitaux permanents

    Ensemble des fonds propres et des dettes à long terme.

  • Carnet d'ordres

    Présente les 5 meilleures offres d'achat et de vente à un instant « t » et permet de positionner son ordre au plus juste.

  • Cash flow*

    Egalement appelé capacité (ou marge brute) d'autofinancement, le cash flow traduit l’aptitude d'une entreprise à se financer par ses propres ressources. Il correspond au bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements et de certaines provisions.

  • CFD (de l’anglais « Contracts for difference »)

    Instruments financiers à terme, permettant d’investir sur un grand nombre de supports avec un effet de levier très important. Ils fonctionnent dans les deux sens. On notera qu’en cas d’évolution contraire à celle prévue par l’investisseur, la perte peut être plus importante que les sommes investies.

  • Chevalier blanc

    Lors d'une OPA, investisseur, banquier, ou entreprise, se portant au secours d'une société convoitée, avec l'accord de celle ci.

  • Clause d’agrément

    Permet au conseil d'administration d'une société de refuser certains actionnaires.

  • Club d'investissement*

    Groupe de personnes pratiquant la gestion collective d'un portefeuille boursier issu de leur épargne commune.

  • Coefficient de capitalisation des résultats (CCR)

    Voir « Price Earning Ratio ; PER »

  • Comptant

    Marché où les opérations d'achat (paiement) et de vente (livraison) sont simultanées. A Paris, le comptant est la règle, les transactions à terme sont cependant réalisables en recourant au Service de règlement différé (SRD).

  • Compte de liquidation

    Totalise les opérations réalisées sur le mois boursier et établit le solde du compte titres.

  • Compte titres

    Compte sur lequel sont déposées et conservées des valeurs mobilières.

  • Comptes consolidés

    Lorsqu'une société possède des filiales, elle doit publier des comptes qui font apparaître la physionomie financière du groupe.

  • Conseil automatisé (Robo-advising)

    Système reposant sur des algorithmes, permettant à partir d’une série de questions réponses en ligne de proposer à un investisseur des conseils de gestion de son patrimoine et/ou des produits financiers. Les avantages principaux résident dans la baisse du coût du conseil ainsi que dans son accessibilité permanente. Les risques pour l’investisseur qui n’aurait pas de recours humain, sont d’une part l’incompréhension des raisons de la proposition qui lui est faite, d’autre part une mauvaise prise en compte de ses besoins réels et de ses objectifs.

  • Conseil d’administration*

    Dans les sociétés anonymes, il est l’organe statutaire en charge de l’administration de la société. Sa composition est fixée par les statuts dans le respect des dispositions du code de commerce.

  • Conseil de surveillance*

    Dans les sociétés anonymes dirigées par un directoire, le conseil de surveillance est l’organe qui nomme les membres du directoire et contrôle leur gestion. Il comprend de 3 à 18 membres selon les statuts.
    Permet de déterminer quotidiennement le cours d'un titre par confrontation des offres et des demandes exprimées pendant les séances, c'est à dire son prix sur le marché. Elle peut être effectuée soit en continu, soit au fixing (valeurs à moindre liquidité).

  • Cotation directe

    Mode d'introduction de nouveaux titres sur la place boursière, à un prix d'offre minimum, permettant une hausse des cours le jour même. Le prix définitif s'établit en fonction de la demande de titres.

  • Coupon

    Versement, en principe annuel, lié à la possession d'un titre. Dans le cas d'une obligation, il s'agit d'un intérêt calculé. Dans le cas d'une action, il s'agit d'un dividende.

  • Cours

    Prix résultant de l'offre et de la demande auquel s'échange l'action.

  • Cours ajusté

    Cours d'une action tenant compte des opérations ayant modifié le montant du capital (création d'actions nouvelles, division du titre).

  • Cours de compensation

    Cours conventionnel auquel les opérations à terme sont dénouées lors de la liquidation mensuelle.

  • Courtage

    Rémunération des intermédiaires financiers pour l'exécution des opérations boursières

  • Couverture

    Dépôt de garantie d'une opération à terme. On parle aussi de « déposit ».

  • Covenant

    Terme anglais désignant une clause d’un contrat de prêt qui, en cas de non respect des objectifs (en général un ou plusieurs ratios financiers), peut entraîner le remboursement anticipé du prêt.

  • Création de valeur

    Capacité d’une entreprise à obtenir un taux de rentabilité supérieur au taux de rémunération des capitaux (coût moyen pondéré des capitaux employés).

  • Crédit d’impôt

    Certaines dépenses ou charges supportés par des particuliers ou des entreprises donnent droit à un crédit fiscal, dont le montant s’impute sur le montant de l’impôt correspondant (impôt sur le revenu ou impôt sur les bénéfices). Certains crédits d’impôt ne peuvent être déduits qu’à
    concurrence du montant de l’impôt dû ; dans certains cas au contraire, l’excédent éventuel de crédit par rapport à l’impôt dû est remboursé au contribuable par le Trésor Public.

  • Crossing networks

    Système de négociation de gré à gré développé par les intermédiaires financiers les plus importants (en général les banques). Il n’y a pas de négociation de prix : celui-ci est importé automatiquement d’un autre système.

  • Crowdfunding

    Voir « financement participatif »

  • Crypto-actifs

    Actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale.

  • Cryptomonnaie

    Monnaie virtuelle qui repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé blockchain ou chaîne de blocs. Les principales sont le Bitcoin, l’Ether ou le Ripple ... Il en existe aujourd'hui près de 1 600 de ce type dans le monde. Elles sont créées au sein d’une communauté d’internautes, également appelés « miners » (mineurs en français), qui ont installé sur leurs unités informatiques connectées à internet un logiciel libre qui va créer, selon un algorithme, les « jetons » (ou tokens, en anglais) qui sont ensuite alloués à chaque « miner » en récompense de sa participation au fonctionnement du système.

  • Dark pools (en français « plates-formes électroniques de l’ombre »)

    Plateformes d’échange de blocs de titres qui s’effectuent dans la plus grande confidentialité et qui ne perturbent donc pas le marché.

  • Date de jouissance

    Date à partir de laquelle les intérêts d'un emprunt commencent à courir ou à partir de laquelle une action donne droit au versement d'un dividende.

  • Décote

    Ecart lorsque la valeur réelle ou théorique d'un titre est supérieure à son cours de bourse. Dans les opérations d'actionnariat salarié c'est le rabais sur le cours de référence de l'action, qui permet d'offrir un prix préférentiel pour les salariés.

  • Délai de recouvrement

    Nombre d'années nécessaire à un actionnaire pour obtenir une somme actualisée de bénéfices par action égale au cours de l'action. Voir « Actualisation »

  • Délit d'initié

    Comportement coupable d'un investisseur, qui exploite une information privilégiée généralement obtenue dans le cadre de ses fonctions ou de sa profession, susceptible de modifier le cours d'une action.

  • Dette souveraine

    Dette d’un pays indépendant. La souveraineté entraîne normalement pour l’Etat la possibilité de lever des impôts, qui contribueront au service de sa dette (paiement des intérêts, remboursements à l’échéance) et à la sécurisation des créances de ceux qui lui ont prêté de l’argent.

  • DICI* (« Document d’Information Clé pour l’Investisseur »)

    Document de deux pages pour tous les fonds accessibles au grand public. Il doit comporter de façon claire et synthétique, les informations essentielles sur l’OPC. Il s’applique aux FCPE et SICAV d’actionnariat salarié.

  • Dilution

    Diminution arithmétique du bénéfice ou du dividende par action à la suite de l'augmentation du nombre d'actions ou de la création d'obligations convertibles.

  • Directoire*

    Dans les sociétés anonymes ayant choisi la formule d’un directoire et d’un conseil de surveillance, le directoire dirige la société et agit au nom de celle-ci. Les statuts fixent sa composition ; le nombre de ses membres, personnes physiques, est de un au moins et de cinq au plus, ou sept dans les sociétés dont les actions sont admises aux négociations sur un marché réglementé.

  • Dividende

    Partie du bénéfice de la société versée à l'actionnaire.

  • Division du nominal

    Cette opération permet aux actionnaires individuels d'accéder plus facilement aux titres d'une société. Elle consiste à diviser la valeur nominale de l'action et à multiplier d'autant le nombre de titres.

  • Document de base

    Document descriptif complet publié dans le cadre de l'introduction en bourse d'une société.

  • Document de référence

    Document publié par une société cotée, pour un exercice donné, contenant une information détaillée sur l'activité, la situation financière et les perspectives de l’entreprise. Il est essentiellement destiné aux investisseurs et aux analystes financiers. Il est soumis au contrôle de l'AMF et peut prendre la forme du rapport annuel de la société ou d'un document spécifique établi pour les besoins d'une opération de marché.

  • Dow Jones

    Indice boursier le plus connu de la Bourse de New York. Il repose sur 30 grandes valeurs.

  • Droit d'attribution

    Droit négociable attaché à chaque action ancienne lors de l'attribution gratuite d'actions, provenant de l'incorporation d'une partie des revenus dans le capital social.

  • Droit de souscription (DPS)

    Droit négociable attaché aux actions existantes et permettant de souscrire à des actions nouvelles lors d'une augmentation du capital en numéraire.

  • Droits de garde

    Montants perçus par les établissements habilités à conserver des titres.

  • Effet de Levier*

    Technique consistant, avec peu de dépôt, à engager plusieurs fois la mise et donc à accroître de manière plus que proportionnelle le rapport entre le capital engagé et les gains obtenus.

  • EMEA

    Acronyme signifiant Europe/Moyen Orient/Afrique (à partir des termes anglais)

  • EnterNext

    Bourse des PME/ETI françaises. Créée en 2013 et filiale d’Euronext.

  • ESMA* (European Securities and Markets Authority)

    Autorité Européenne des Marchés Financiers. C’est une autorité indépendante chargée d’élaborer des normes techniques, de garantir l’application cohérente du droit de l’Union, et de régler des différends entre superviseurs nationaux. L’ESMA a la possibilité de décisions contraignantes en cas d’urgence.

  • ETF (de l’anglais « Exchange Traded Funds »)

    OPC indiciels cotés sur les marchés réglementés d'Euronext ayant pour objectif de répliquer les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Il s’agit d’une gestion passive permettant au produit d’avoir une variation similaire à celle de son sous jacent, sans aucune intervention stratégique pour tenter de surperformer l’indice. Le gestionnaire du fonds se limite ainsi aux activités administratives comme l’encaissement de dividendes ou la transposition de divisions de titres. Il intervient de façon très limitée sur l’ETF et par conséquent les frais de gestion sont moins élevés que les fonds gérés de manière active.

  • ETNC (Etats et Territoires Non Coopératifs)

    Voir « Paradis fiscaux »

  • Euroclear France

    Dépositaire central des valeurs mobilières.

  • Euronext

    Entreprise de services qui gère les marchés réglementés de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

  • Exercice social

    Période pour laquelle sont établis les comptes d'une société. Coïncide souvent avec l'année civile (ou « année calendaire ») ; lorsque ce n’est pas le cas, on parle d’un « exercice à cheval ».

  • Family office

    Francisé en "bureau de gestion de patrimoine" ou "gestionnaire de grande fortune", organisation privée destinée à détenir et contrôler le patrimoine d'une ou de quelques familles. Ce terme est appliqué à une organisation suivant les intérêts d'une famille ; le multi family office suit les intérêts de plusieurs clients. Certaines organisations s’ouvrent ainsi également à des particuliers via la Bourse comme Wendel ou Eurazeo en France.

  • FIA (Fonds d’Investissement Alternatif)

    Tout fonds d’investissement qui n’est pas un OPCVM. Il s’agit de SICAV et de FCP offrant plus de souplesse ou de spécificités que les OPCVM. Les FCPE relèvent de cette catégorie.

  • Financement participatif (en anglais « Crowdfunding »)

    Financement de projets par appel à un grand nombre de personnes, en utilisant des plateformes accessibles par internet et les réseaux sociaux et sans avoir recours aux intermédiaires financiers habituels. Mondialisé et peu régulé, il peut être un moyen d’entraide ou de lancement de projets innovants, mais il peut s’avérer très risqué pour les investisseurs individuels.

  • Fintech

    Entreprise qui utilise l’informatique et les communications à très hauts débits pour concevoir, développer et/ou commercialiser de nouveaux services financiers, ou de nouvelles méthodes de distribution de produits et services financiers. Il s’agit en général de start-up faisant appel à des financements externes (cf. fiches n°77 « Les investissements dans les PME innovantes non cotées » et fiche n°87 « Le financement participatif »).

  • Fixage (ou fixing)

    Négociation et cotation d'un cours une ou deux fois par jour, par opposition au marché continu.

  • Flash orders

    Ils consistent à placer en moins d’une seconde des ordres sur un marché puis les retirer après en avoir évalué les conséquences.

  • Flottant

    Fraction du capital d'une société cotée qui est effectivement négociable en bourse.

  • FMI (Fonds Monétaire International)

    Institution spécialisée des Nations Unis, créée en 1944, à laquelle 188 pays adhéraient début 2015. Le rôle du FMI est de venir en aide à des pays en difficulté financière par des prêts en en contrepartie d’engagements précis de réformes économiques visant à assainir la gestion de leurs finances publiques et à rétablir une croissance équilibrée à long terme. Ses ressources reposent sur des engagements des états membres proportionnellement à leur quote-part dans le fonds. Son siège est à Washington.

  • Fonds commun de placement (FCP)

    Copropriété de valeurs mobilières, gérée par un professionnel pour le compte des porteurs de parts. Les Sicav et Fonds communs de placement sont deux catégories d'OPC.

  • Fonds communs de placement d'entreprise (FCPE*)

    Fonds commun de placement spécialisé dans la gestion des fonds constitués dans le cadre de l'intéressement, de la participation ou de versements volontaires des salariés d'une entreprise.

  • Fonds de roulement net

    Actif circulant moins dettes à court terme.

  • Fonds propres

    Ils sont égaux au total des actifs possédés par la société, diminué de l'ensemble de ses dettes.

  • FOREX

    De l’anglais « FOReign EXchange », qui signifie marché des changes ou encore marché des devises.

  • Frais de courtage ou Frais de transaction

    Calculés en pourcentage du montant de l'ordre passé ou bien en montant forfaitaire, ils incluent la commission du broker et, éventuellement, une commission versée à la société de gestion ou à l'établissement financier intermédiaire (qualifiée de « rétrocession »).

  • Front running

    Pratique interdite qui consiste pour un courtier à passer des ordres pour compte propre avant de passer les ordres de ses clients, en prenant avantage des effets de ces derniers sur le marché.

  • Gestion alternative

    Mode de gestion de fonds d’investissement visant à lisser les performances dans le temps et/ou à « sur performer » par rapport aux marchés financiers par des choix de placements très flexibles avec une prise de risque de perte très élevée. Les fonds de la gestion alternative sont communément appelés « hedge funds ».
    Ces fonds utilisent la vente à découvert (voir ce vocable), l’arbitrage en tirant profit de différences a priori anormales de valeur entre des actifs liés, l’effet de levier (voir ce vocable) ainsi que des produits dérivés en couverture du portefeuille ou pour spéculer.

  • Gestion directe

    Méthode de gestion dans laquelle l'investisseur possède son propre portefeuille de titres et donne les ordres d'achat ou de vente d'actions. S'oppose à la gestion indirecte par le biais d'OPC.

  • Gestion indicielle

    Gestion pratiquée par les fonds de placement dont la valeur est maintenue conformément à un indice boursier (par exemple le CAC 40). La gestion « passive » de ces fonds entraîne des frais de gestion moins élevés que la gestion « active » traditionnelle. Les fonds dans lesquels s’opère ce type de gestion sont appelés des « fonds indiciels » (« trackers » en anglais).

  • Goodwill (en français « survaleur » ou « écart d’acquisition »)

    Voir « survaleur ».

  • Gouvernement d'entreprise (en anglais « Corporate Governance »)

    Le Gouvernement d'Entreprise regroupe l'ensemble des différents dispositifs mis en place pour contrôler la gestion d'une société cotée. La notion de Gouvernement d'entreprise est apparue en France en 1995, lors de la publication du Rapport Viénot, qui préconise notamment la création de comités de contrôle spécialisés.

  • Hedge funds

    Voir « fonds de gestion alternative ».

  • HFT (de l’anglais “High Frequency Trading”)

    Voir « Trading haute fréquence ».

  • IFRS (International Financial Reporting Standards)

    Normes comptables dont l’application a été imposée par le règlement européen 1602/2002 du 19 juillet 2002 aux entreprises cotées ou faisant appel public à l’épargne publiant des comptes
    consolidés. Elles ont pour objectif principal d’harmoniser la présentation des états financiers afin d’en faciliter la compréhension et surtout la comparaison à l’échelon européen. La logique de ces normes repose sur des principes comptables nouveaux, dont certains font l’objet de réserve de l’Union européenne, notamment l’option de valorisation à la juste valeur (« fair value ») des actifs et passifs.

  • Illiquidité

    Caractéristique d'un actif qui ne peut être acheté ou vendu quand on le souhaite.

  • Insolvabilité

    Inaptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation et de mise en vente des actifs.

  • Investisseurs institutionnels ou « zinzins »

    Organismes financiers (caisses de retraite, compagnies d'assurances, Caisse des Dépôts et Consignations), tenus par leurs statuts de placer leurs fonds dans des valeurs mobilières.

  • IPO (de l’anglais « Initial Public Offering »)

    Voir « Introduction en bourse ».

  • ISIN

    Les valeurs cotées à la fois sur Amsterdam, Bruxelles et Paris utilisent le code ISIN.
    Pour chaque valeur, ce code se compose de 12 caractères, dont deux lettres pour la place de négociation (NL : Amsterdam, BE : Bruxelles, FR : Paris).

  • Jetons de présence*

    Rémunération des membres des conseils d'administration et des conseils de surveillance.

  • Lever

    Prendre possession d'un titre acheté après l'avoir payé sur un marché à terme, exercer une option, dénouer un contrat d'option ou se procurer des fonds sur un marché.

  • Leverage buy out (LBO)

    Mécanisme de rachat d'une entreprise avec un apport minime de fonds propres et un recours important à l'emprunt garanti sur les actifs de l'entreprise. Souvent pratiqué pour le rachat d'une entreprise par ses salariés (RES).

  • Limite

    Cours maximum ou minimum, fixé lorsque l’on passe un ordre en bourse.

  • Liquidation

    Jour du règlement des opérations avec SRD (Service de Règlement Différé). Sauf exception, la liquidation a lieu le 5° jour de Bourse avant la dernière séance du mois.

  • Liquidité

    (I) Capacité pour un débiteur de dégager ou de se procurer la trésorerie nécessaire au paiement de ses dettes à l’échéance.
    (II) Caractérise un titre qui fait l’objet d’échanges quotidiens importants.

  • Livraison

    Se dit lorsque le vendeur transmet après paiement ses titres à l'acheteur.

  • Marché continu

    Caractéristique d’un marché où les opérateurs peuvent intervenir toute la journée (à Paris de 9 h 00 à 17 h 30) et de n'importe où, grâce à l'organisation informatisée des échanges.

  • Marché libre

    Marché non officiel créé par Euronext pour accueillir de petites sociétés qui veulent commencer une carrière boursière, sans pouvoir d'emblée accéder à un marché réglementé faute de remplir les conditions requises.

  • Marché primaire

    Marché des émissions de titres (marché du neuf).

  • Marché secondaire

    Marché où se négocient et s'échangent les titres en bourse (marché de l'occasion).

  • MiddleNext

    Association professionnelle française indépendante exclusivement représentative des valeurs moyennes cotées. Créée en 1987, MiddleNext fédère et représente exclusivement des sociétés cotées sur Euronext et Alternext, tous secteurs d’activités confondus. L’organisation est financée et gérée par des dirigeants de Valeurs Moyennes.

  • Mifid 2 (Mif2)

    Directive européenne entrant en application le 3 janvier 2018. Elle vise à mieux protéger les particuliers lors des placements en produits financiers et à prévenir les conflits d'intérêts avec leurs prestataires.

  • Moins-value

    Perte sur la vente d'un titre, égale à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • MTF (« Multi Trading Facilities ») ou SMN (Systèmes Multilatéraux de Négociation).

    Une des nouveautés les plus importantes de la MIF a été d’arrêter le monopole des plateformes traditionnelles et de permettre le développement des plateformes alternatives de négociation.
    Voir « plateforme de négociation ».

  • Nasdaq

    Marché des valeurs de croissance aux Etats-Unis.

  • Nominal

    Fraction du capital représentée par une action. Toutes les actions d'une société ont le même nominal.

  • Nominatif*

    Type de détention d'une valeur mobilière inscrite, au nom de son propriétaire, sur les registres de la société (par opposition aux titres au porteur). On distingue le nominatif administré et le nominatif pur. Voir fiche 41 « L’action ».

  • Note d’opération

    Document publié dans le cadre d'une émission de titres décrivant l'émetteur et les conditions de l'émission. On parle également de prospectus.

  • Nyse (New York Stock Exchange)

    Principal marché boursier des Etats-Unis.

  • Obligation convertible

    Obligations que le porteur pourra transformer en action dans une période donnée.

  • Obligation*

    Titre représentatif d'une créance, à revenu en principe fixe, créé lors de l'émission d'emprunts.

  • OPA*/OPE* (Offre Publique d'Achat/d'Echange)

    Quand une société veut racheter une entreprise cotée en bourse, elle peut proposer un prix d'achat unique pour tous les titres qui se présentent (OPA). Si la société qui se porte acquéreur est elle-même cotée, elle peut également proposer ses propres actions en rémunération des titres présentés (OPE).

  • OPC*

    Organismes de Placement Collectif qui collectent et placent les capitaux en valeurs mobilières. Il existe deux formes d’OPC en France : les FCP et les SICAV. Juridiquement, on distingue les OPVVM* et les FIA*.

  • OPF (Offre à Prix Ferme ou Offre à Prix Fixe)

    Procédure d'introduction en Bourse fixant la quantité et le prix unique des titres à vendre.

  • OPR (Offre Publique de Retrait) et OPRO (Offre Publique de Retrait Obligatoire)

    Lorsqu'une société possède au moins 95% du capital d'une autre société, elle peut lancer une OPA ou une OPE sur les 5% restants. La société en question sera alors radiée de la cote si l'OPR est suivie d'un retrait obligatoire (OPRO).

  • Options

    Produits dérivés qui donnent à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, d’acheter (option d’achat ou « call ») ou de vendre (option de vente ou « put ») un actif financier (le sous-jacent) à des conditions déterminées à l’avance (prix, échéance…). Le vendeur est tenu de livrer le sous-jacent si l’acheteur exerce l’option. Les options sont négociables tant qu’elles n’ont pas expiré.

  • Ordre de Bourse*

    Demande faite à l'intermédiaire financier pour acheter ou vendre une action en bourse.

  • OTC (Over the counter)

    Transaction de gré à gré entre opérateurs financiers.

  • Pair

    C'est la valeur faciale ou nominale d'un titre.

  • Paradis fiscaux ou ETNC

    Etats et Territoires Non Coopératifs au plan de la transparence des mouvements financiers.

  • Payout ratio

    Voir « taux de distribution ».

  • PEA (Plan d'Épargne en Actions)

    Cadre de gestion dans lequel il est possible de constituer, sous certaines conditions de conservation, un portefeuille d’actions françaises et des autres pays de l’Union européenne, d’Islande et de Norvège, en franchise d’impôt sur les dividendes et les plus values de cession, ces dernières étant soumises aux contributions et aux prélèvements sociaux à la sortie du plan.

  • PEE* (Plan d'Épargne d'Entreprise) et PEG* (Plan d'Épargne Groupe)

    Système d'épargne collectif destiné à encourager l'épargne des salariés avec l'aide de l'entreprise.

  • PER* (de l’anglais « Price Earning Ratio »)

    Rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice par action, également appelé « Multiple de capitalisation » ou « Coefficient de capitalisation des résultats » ou « CCR ».
    Le PER permet de comparer la rentabilité des actions. C'est le critère d'appréciation boursière le plus utilisé. Le PER d'une valeur sera d'autant plus élevé que l'on anticipe une croissance forte de ses bénéfices.

  • Plafond annuel de la sécurité sociale (PASS)

    Montant de référence révisé annuellement pour l’application des cotisations de sécurité sociale et pour le calcul de nombreux plafonds de versement (voir page « données essentielles » du guide).

  • Plateforme de négociation

    Terme caractérisant un système de transactions électroniques servant à échanger des titres, des biens...

  • Plus-value*

    Gain obtenu sur la vente d'un titre, égal à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • Point mort

    Niveau de vente minimum à partir duquel une entreprise commence à gagner de l'argent ou cesse d'en perdre.

  • Prestataires de services en investissement

    Entreprises d’investissement habilitées à négocier les valeurs. Les sociétés de gestion en sont les principales représentantes.

  • Prime d’émission

    Les actions nouvelles sont le plus souvent émises à un prix supérieur à la valeur nominale. L’écart constitue la prime d’émission qui vient augmenter les réserves.

  • Prime de risque

    Différence entre le taux de rendement attendu du marché des actions et le taux de rémunération offert par les obligations d'Etat à long terme.

  • Produit dérivé*

    Instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du taux ou du prix d'un autre produit appelé « sous-jacent », qui ne requiert aucun placement net initial ou un apport peu significatif et dont le règlement s'effectue à une date future.

  • Prorogation

    Synonyme de report, le terme est devenu officiel sur le Service de règlement différé (SRD).

  • Prospectus

    Documentation écrite officielle diffusée largement lors d’un placement de titres par l’entreprise émettrice et la, ou les, banques en charge du placement. Il vise à informer les investisseurs sur le patrimoine, la situation financière, les résultats et les perspectives de la société.

  • Put

    Option de vente en Anglais.

  • Quorum

    Part minimum du capital qui doit être présente ou représentée à une assemblée d'actionnaires pour que celle-ci délibère valablement.

  • Quotité

    Multiple de titres minimum pour une négociation. Elle s'applique encore aux options et warrants.

     

  • Rapport annuel

    Document de communication qu’une société publie après la clôture de l’exercice pour présenter ses activités, ses perspectives, ses principaux résultats financiers et souvent ceux qui la dirigent.

  • Rapport cours-bénéfice

    Rapport entre le cours des actions d'une société et son bénéfice net par action.
    Voir « PER »

  • Relit

    Système informatique français de règlement livraison des titres

  • Relution

    Inverse de dilution (voir ce mot).

  • Rendement d'une action

    Dividende rapporté au cours de l'action.

  • Report

    Possibilité offerte à un investisseur de reporter (on dit aussi proroger) d'un mois son engagement à terme moyennant le paiement d'un intérêt appelé report.

  • Report à nouveau

    Solde restant après distribution des bénéfices. Les soldes reportés sur plusieurs exercices peuvent servir à distribuer ou à compléter un dividende dans une période difficile.

  • RES (Rachat d'une Entreprise par ses Salariés)

    Opération permettant aux salariés d'une entreprise d'en acquérir le capital en grande partie grâce à un prêt.

  • Réserves légales

    La loi impose aux sociétés anonymes la constitution de réserves légales correspondant à 5% du bénéfice de l'exercice jusqu'à la limite de 10% du capital social.

  • Retrait obligatoire

    Voir « OPR-OPRO »

  • Road-show

    Série de rendez-vous organisés dans plusieurs villes pour le management d’une société afin qu’il puisse rencontrer ses investisseurs/actionnaires actuels ou futurs. Ce type d’évènement s’organise dans le cadre des introductions en bourse, d’opérations financières, ainsi que dans le cadre de la communication habituelle des sociétés cotées après leurs publications financières trimestrielles, semestrielles ou annuelles.

  • Rompu

    Si l'on n'a pas le multiple exact de droits de souscription ou d'attribution pour obtenir une action (dix pour une par exemple), il reste des rompus, ces droits doivent être vendus ou complétés pour avoir le nombre d'actions correspondant à une souscription ou à une distribution de titre gratuit. En cas de fusion ou d'échange d'actions, se dit des titres en surplus par rapport à la parité d'échange.

  • Say on pay

    Consultation des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux d'une société. Les votes peuvent avoir suivant la loi et les statuts une portée contraignante ou celle d'avis simplement consultatif.

  • Support

    Utilisé comme synonyme d'actif sous-jacent.

  • Surcote

    Ecart entre la valeur réelle ou théorique d'un titre et son cours de bourse quand ce dernier est supérieur à la première.

  • Survaleur ou Ecart d’acquisition ou Goodwill (en anglais « goodwill »)

    Ecart d'acquisition, figurant au bilan d’une société, correspondant à l'excédent du coût d'acquisition, lors d'une prise de participation ou d'une fusion, sur la quote-part de l'acquéreur dans la juste
    valeur des actifs et passifs identifiables (selon la norme internationale IFRS 3).
    L'écart entre le prix d'acquisition d'une société et sa valeur économique peut-être positif (goodwill) ou négatif (badwill).

  • Swap

    Contrats d’échange (en anglais, to swap = échanger) qui permettent à deux parties d’échanger des flux financiers. Ces parties sont en général des banques ou des institutions financières. L’avantage pour elles réside dans l’absence de capitaux à échanger.
    Pour une entreprise, l’avantage sera la modification des caractéristiques de ses actifs financiers figurant au bilan, en y superposant un produit « hors bilan », sans encourir les conséquences comptables et fiscales d’une sortie de bilan.
    A titre d’exemples, il peut s’agir de l’échange des intérêts d’un prêt à taux variable contre des intérêts fixes, de taux d’intérêts afférents à des prêts en devises différentes, d’une protection contre un risque crédit en contrepartie de versements réguliers (en anglais « credit default swaps » ou « CDS »), ou encore d’un prix fixe contre un prix variable pour des matières premières.
    Les swaps sont au cœur de l’ingénierie financière. On les trouve par exemple dans les opérations d’actionnariat salarié à effet de levier.

  • Taux de distribution (en anglais « payout ratio)

    Rapport entre le dividende net par action et le bénéfice net par action.

  • Titre au nominatif

    Voir « Nominatif »

  • Titre au porteur

    Le possesseur de l'action est inconnu de la société émettrice.

  • Titres subordonnés

    Titres de plusieurs types, qui ne peuvent être remboursés qu’à l’initiative de l’émetteur, soit en espèces soit en actions. Sans faire partie du capital, ils constituent des quasi fonds propres. Une variété de ces titres, dits « super subordonnés » ne sont remboursables aux porteurs en cas de liquidation de la société qu’après les autres créanciers non actionnaires.

  • Titrisation

    Technique financière consistant à transférer à des investisseurs des créances en les transformant en titres financiers émis sur les marchés de capitaux.
    Trading à Haute Fréquence ou HFT (de l’anglais « High Frequency Trading »)
    Exécution à grande vitesse (quelques microsecondes) de transactions financières faites par des algorithmes informatiques complexes. Ces transactions permettent de jouer sur des grandes
    quantités avec des petits écarts de prix et de faibles coûts de traitement.

  • Valeur de croissance

    Action d'une société qui exerce son activité dans un secteur en forte croissance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur mobilière

    Titre négociable émis par une société ou une collectivité publique qui peut être coté en bourse. Les deux grandes catégories sont les actions et les obligations.

  • Valeur nominale

    Il s'agit de la valeur à laquelle un titre a été émis. Le capital social correspond au produit de la valeur nominale par le nombre d'actions. Voir «Nominal»

  • Validité de l'ordre

    Un ordre jour ne peut donner lieu à une transaction que dans la journée où il a été émis. Il restera sur le marché jusqu'au jour indiqué s'il est à date déterminée, alors qu'un ordre à révocation est valable jusqu'à la fin du mois civil.

  • Vente à découvert

    Vente au comptant d’actifs (notamment des titres) que l’on ne possède pas, mais que l’on prévoit de racheter ultérieurement moins cher, la différence constituant le gain de l’opérateur. Si le prix monte, l’opération est au contraire perdante pour lui et son risque de perte est en théorie illimité.

  • Volatilité

    Indicateur de risque qui permet de mesurer l'amplitude de variation des cours d'un titre par rapport à la tendance générale du marché.

  • Warrant

    Voir « Bon de souscription ».

Fermer

Mots-clés

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z

    * Termes figurant dans le glossaire

      Jetons de présence*

      IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE

      IV. 14. Le Médiateur de l’AMF

      Marielle COHEN-BRANCHE / Médiateur de l’AMF Date de création : 03/11/2017Date de révision : 03/03/2018

      Février 2018

      La médiation est un service public gratuit prévu par la loi. L’intervention du médiateur offre une ultime occasion de résoudre amiablement un litige en matière financière à l’aide d’un tiers indépendant et impartial. La procédure de médiation est encadrée par une charte, disponible sur le site internet de l’Autorité des marchés financiers (www.amf-france.org).

      Quelles situations peuvent donner lieu à médiation ?

      Le médiateur de l’AMF[1] intervient dans le cadre de tout litige qui entre dans le champ de compétence de l’AMF, notamment en matière de commercialisation de produits financiers, d’exécution d’ordres, de gestion de portefeuille  ou encore d’épargne  salariale.

      Plus particulièrement, en matière d’épargne salariale, outre les contestations sur les frais de tenue de compte, le médiateur est très fréquemment saisi de dossiers concernant les conditions de déblocage anticipé des dispositifs d’épargne salariale mais également de demandes relatives à la prise en compte des choix d’affectation de l’épargnant de ses primes de participation et/ou d’intéressement.

      Par ailleurs, les erreurs relatives au placement sur le PERCO, dont manifestement les épargnants ont une insuffisante compréhension, constituent une part importante des réclamations.

      Sur ces différents points, en 2017, le Médiateur de l’AMF a émis des recommandations générales qui ont reçu, pour la plupart, un accueil favorable. Celles relatives au PERCO supposent des modifications législatives  et le Médiateur va suivre attentivement les discussions autour de la loi PACTE qui contient un volet dédié à l’épargne retraite.

      Enfin, notons que le Médiateur de l’AMF peut également être amené à traiter des dossiers relatifs à des problématiques d’actionnariat salarié et a eu notamment à analyser les conditions particulières d’une augmentation de capital réservée aux salariés et à déterminer la date à laquelle doit s’apprécier la qualité de bénéficiaire de l’augmentation de capital réservée aux salariés

       

      Problématiques rencontrées en 2017 en épargne salariale 

       

       

      Le médiateur de l’AMF n’est pas compétent en matière fiscale, d’assurance vie ou d’opérations bancaires (livrets, dépôt à terme, PEL, crédit).

      Comment saisir le médiateur de l’AMF ?

      Le médiateur peut être saisi par tout épargnant, personne physique ou morale, quel que soit le montant du préjudice, sous réserve qu’aucune procédure judiciaire n’ait été engagée.

      Avant de saisir le médiateur, vous devez entreprendre une première démarche écrite auprès du prestataire de services d’investissement qui selon vous est à l’origine du différend. En l’absence de réponse dans un délai de 2 mois ou de réponse insatisfaisante, vous pouvez saisir le médiateur de l’AMF. Il appréciera si votre dossier peut donner lieu à médiation.

      Comment se déroule la médiation ?

      Instruction du dossier

      Après analyse de la demande accompagnée des pièces justificatives, le médiateur interroge le professionnel afin de recueillir ses observations et les documents justificatifs. Il examine les pièces et confronte les arguments des deux parties puis examine le bien-fondé de la position de chacun au regard de la réglementation et de l’équité.

      Si le médiateur le juge utile, il peut compléter son instruction à l’occasion de rendez-vous ou d’entretiens téléphoniques avec l’une ou l’autre des parties. Tout au long du processus, la médiation suppose une démarche volontaire des deux parties. Elle n’est jamais contraignante : le médiateur propose mais n’impose pas.

      Recommandation du médiateur

      Après avoir instruit votre dossier, le médiateur émet une recommandation sur votre litige en se fondant sur le droit et l’équité. La recommandation du médiateur peut être :

      • défavorable à l’épargnant : dans ce cas, la mission du médiateur s’achève et le dossier est clôturé.
      • favorable  ou  partiellement  favorable à l’épargnant : les parties peuvent décider de suivre ou non cette recommandation. Si les parties décident de la suivre, elles peuvent formaliser leur accord par écrit en rédigeant un protocole. Sur demande, le médiateur apporte son assistance à la rédaction de ce protocole et veillera, autant que de besoin, à sa parfaite exécution.

      En cas d’échec de la médiation, les parties conservent le droit de saisir les tribunaux puisque le délai de prescription, c’est-à-dire la date limite pour saisir le juge, est légalement suspendu pendant toute la durée du processus de médiation.

      La médiation est gratuite, impartiale,  confidentielle, rapide, non contraignante et menée en droit et en équité.

      Différence entre médiation  de la consommation et arbitrage

      Depuis la loi du 18 novembre 2016 (dite « J 21 ») l’arbitrage avec un consommateur n’est plus une clause abusive. Attention toutefois pour un épargnant, avant de s’engager dans cette voie plutôt que dans celle de la médiation de la consommation.

      L’épargnant doit être conscient  qu’il renonce de façon définitive à tout recours à un tribunal judiciaire  car  il  s’engage à exécuter la décision de l’arbitre  quelle qu’elle soit  sans pouvoir la  refuser ou la contester. Un  médiateur, en revanche,  ne peut que proposer, il ne peut pas contraindre les parties à suivre sa proposition. En outre, les médiateurs de la consommation sont  évalués et contrôlés  donc régulés par une autorité nationale (la CECMC) tandis  que les arbitres  ne sont pas régulés, et ne sont soumis à aucune obligation de rendre compte de leur mission ou de leurs résultats comme le sont, de par la loi,  les médiateurs de la consommation.

      [1] Devenu médiateur public de la consommation, régulé par la Commission d’évaluation et de contrôle de la médiation et qui dispose d’un monopole de traitement des litiges financiers sauf convention conclue avec des médiateurs bancaires.

       

       

       

      IV. 15. Le contrôle des acteurs de la gestion de l’épargne

      Sophia BENNANI / Adjointe au directeur de la division SGP et CIF, Direction des contrôles de l’AMF Date de création : 03/11/2017Date de révision : 10/03/2018

      Février 2018

      1/ L’AMF : sa mission générale de protection de l’épargne et ses contrôles en la matière

      1.1. La mission générale de protection de l’épargne de l’AMF

      Créée par la loi de sécurité financière du 1er août 2003, l’Autorité des marchés financiers (AMF) est une autorité publique indépendante, dotée de la personnalité morale. Sa mission est de veiller à la protection de l’épargne investie en instruments financiers, à la bonne information des investisseurs et à l’intégrité des marchés financiers.

      Au titre du premier objectif, l’AMF a développé de nouveaux outils de surveillance et de contrôle de la chaîne de commercialisation des produits financiers relevant de sa compétence. Elle a renforcé le contrôle des documents commerciaux et des moyens mis en œuvre pour la commercialisation des produits accessibles au grand public. La Direction des relations avec les épargnants (DREP) regroupe l’ensemble des actions à destination des épargnants.

      L’AMF surveille et contrôle les acteurs de marché intervenant dans toute la chaîne de l’épargne financière. Elle peut diligenter des enquêtes.

      1.2. Les missions de contrôle de l’AMF 

      Les contrôles menés par l’AMF ont pour objectif de s’assurer que les entités qu’elle régule (sociétés de gestion, entreprises d’investissement, établissements de crédits proposant des services d’investissements, conseillers en investissement financiers et leurs associations…), ainsi que les personnes physiques placées sous leur autorité ou agissant pour leur compte, respectent bien leurs obligations professionnelles résultant du code monétaire et financier, du règlement général de l’AMF, des règlements européens ou encore des règles professionnelles approuvées par l’AMF.

      1.2.1. L’objet des contrôles

      Ces contrôles visent notamment à :

      • vérifier que les prestataires de services d’investissement, les sociétés de gestion de portefeuille, les dépositaires d’organismes de placements collectifs (OPC), les conseillers en investissements financiers et leurs associations professionnelles, les conseillers en investissements participatifs et les infrastructures de marché exercent leurs activités conformément à leurs obligations professionnelles
      • s’assurer que les produits d’épargne collectifs agréés respectent la réglementation applicable et les contraintes définies lors de l’agrément
      • tenir l’AMF informée des conditions d’exercice des services d’investissement et des pratiques courantes
      • détecter les comportements à risques nécessitant la mise en place de mécanismes de prévention.

      Pour ces missions de contrôle, la Direction des contrôles de l’AMF s’appuie sur une équipe d’une vingtaine d’inspecteurs.

      1.2.2. La population des acteurs financiers soumis aux contrôles de l’AMF

      Les activités de contrôle de l’AMF couvrent aujourd’hui plus de 1000 prestataires de services d’investissement dont environ 600 sociétés de gestion de portefeuille (SGP).

      Par l’intermédiaire de leurs associations professionnelles, l’AMF supervise également indirectement près de 5 000 conseillers en investissements financiers (CIF).

      1.2.3. Le déroulement des contrôles de l’AMF 

      Les missions de contrôle sont décidées par le secrétaire général de l’AMF à partir d’un programme établi sur la base d’une approche par les risques. Le secrétaire général délivre alors un ordre de mission nominatif aux inspecteurs en charge du contrôle dont une copie est remise à l’établissement concerné dès la première prise de contact.

      Le chef de mission, qui est l’interlocuteur privilégié de l’entité contrôlée au sein de l’AMF, explique le champ et l’étendue du contrôle sur place et les principales phases de la conduite des travaux. A la fin des investigations, conformément à la charte des contrôles, il présente oralement aux représentants de l’entreprise contrôlée les principaux constats effectués et répond, le cas échéant, à leurs questions.

      Les résultats des missions de contrôle font l’objet d’un rapport écrit qui est communiqué à l’entité contrôlée, laquelle peut faire part à l’AMF d’observations écrites en réponse au rapport de contrôle. Le secrétaire général de l’AMF décide alors s’il convient de communiquer le rapport et les observations au Collège pour qu’il statue sur les suites à donner.

      En l’absence de transmission au Collège, le secrétaire général envoie une lettre de suite à l’établissement contrôlé l’informant des mesures qu’il doit mettre en œuvre, le cas échéant, pour remédier aux défaillances identifiées.

      1.2.4. Les suites possibles à l’issue d’un contrôle

      Après examen du rapport de contrôle, le Collège, qui est l’autorité de poursuite de l’AMF, décide des suites à lui donner, celles-ci pouvant être une ou plusieurs des mesures suivantes :

      • la notification de griefs aux mis en cause et l’ouverture d’une procédure de sanction
      • la notification de griefs aux mis en cause et la proposition d’une composition administrative (« la transaction »)
      • la transmission du dossier au Parquet
      • la transmission à d’autres autorités administratives françaises ou étrangères pour des faits relevant de leurs compétences
      • le prononcé d’une injonction
      • l’envoi d’une lettre de suite.

      – L’ouverture d’une procédure de sanction : lorsque le rapport de contrôle relève des manquements substantiels, il est alors transmis au Collège, l’autorité de poursuite de l’AMF, qui apprécie s’il y a lieu d’ouvrir une procédure de sanction ou non.

      Si le Collège décide d’engager des poursuites, il adresse des notifications de griefs aux personnes mises en cause. Concomitamment, le Collège de l’AMF transmet le rapport de contrôle, les notifications de griefs et les pièces du dossier à la Commission des sanctions et la procédure entre dans sa phase contradictoire.

      – La transaction : parmi les suites possibles, la loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre 2011 a introduit une nouvelle mesure : l’entrée en voie de composition administrative.

      La procédure de composition administrative (ou transaction) est une alternative à la procédure de sanction. Lorsqu’il l’estime justifié, le Collège de l’AMF peut, en même temps qu’il notifie les griefs, proposer une transaction aux intermédiaires de marché (prestataires de services d’investissement, sociétés de gestion de portefeuille, conseillers en investissements financiers, démarcheurs et personnes placées sous leur autorité ou agissant pour leur compte) qui n’ont pas respecté leurs obligations professionnelles.

      La loi du 21 juin 2016 a étendu le domaine de la composition administrative aux abus de marché et aux manquements aux obligations d’information, puis l’article 43 de la loi du 9 décembre 2016 l’a encore élargi aux prestataires gérant des infrastructures de marché. La procédure de composition est ainsi généralisée à l’ensemble des manquements susceptibles d’être poursuivis par l’AMF.

      La transaction est formalisée par un accord, arrêté avec le secrétaire général de l’AMF, aux termes duquel la personne concernée s’engage à verser une somme d’argent au Trésor public, somme dont le montant maximum ne pourra excéder celui des sanctions pécuniaires encourues par voie de procédure de sanction. L’accord peut mentionner des engagements de la personne mise en cause de se mettre en conformité avec la réglementation dans un délai proche. Le respect des engagements est contrôlé par l’AMF au terme de la période prévue pour la mise en conformité. Enfin, l’accord peut prévoir l’indemnisation des investisseurs qui auraient été lésés.

      L’accord est soumis au Collège puis, s’il est validé par celui-ci, à la Commission des sanctions, pour homologation. Une fois homologué, il est rendu public. En l’absence d’homologation ou en cas de non-respect de l’accord, la notification de griefs est alors transmise à la Commission des sanctions de l’AMF pour ouverture d’une procédure de sanction.

      Ces décisions du Collège et de la Commission des sanctions sont soumises aux voies de recours.

      L’intérêt de la composition administrative réside principalement dans le raccourcissement des délais de traitement des procédures, l’accord transactionnel, toujours rendu public, devant être conclu dans un délai de quatre mois. Il réside, en outre, dans son efficacité, notamment du fait de la prise d’engagements précis des opérateurs pour la mise en conformité avec la réglementation.

      1.2.5. Une supervision repensée avec des contrôles plus courts

      L’évolution du modèle de supervision de l’AMF constitue un axe fort de sa stratégie 2018-2022. Elle nécessite des investissements humains et financiers importants qui s’étaleront dans le temps et un dialogue étroit avec l’industrie pour expliciter ses attentes et son approche. L’objectif est de rendre son modèle de supervision plus robuste, plus transparent et mieux à même de répondre aux défis représentés par les nouveaux textes réglementaires, l’extension de son champ de compétences ou encore l’essor de la distribution transfrontière et les mutations rapides de l’industrie.

      Un premier changement dans l’approche de l’AMF consiste en la publication de priorités annuelles de suivi et de contrôles qui sont détaillées séparément. D’autres initiatives seront prises dès 2018.

      Pour certains thèmes identifiés dans ses priorités annuelles de supervision, l’AMF va mettre en place des missions de contrôle plus courtes, permettant de couvrir un nombre plus important d’entités pour une thématique donnée et, ainsi, de comparer les pratiques sur un plus grand nombre d’acteurs. Dans certains cas, des contrôles courts sur alertes pourront aussi être déclenchés. En parallèle à ces contrôles courts, des missions de contrôle traditionnelles seront maintenues.

      L’objectif pour 2018 est de mener une trentaine de contrôles courts de prestataires de services d’investissement (contrôles de sociétés de gestion et contrôles de commercialisation) sur les thématiques prioritaires de supervision identifiées.

      2/Les contrôles effectués par l’AMF dans le cadre du pôle commun AMF-ACPR

      2.1. Le pôle commun AMF-ACPR

      Le pôle commun à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et à l’Autorité des marchés financiers a été institué par l’ordonnance du 21 janvier 2010 (article L 612-47 du code monétaire et financier). Cette évolution était rendue nécessaire par l´imbrication croissante entre les produits d´épargne (assurance-vie et OPC notamment) et le développement d´acteurs à même de distribuer toute la gamme des produits d´assurance et de banque. Le pôle commun ne modifie pas la répartition des pouvoirs de chaque autorité, chacune conservant sa compétence propre. Toute décision demeure prise uniquement par l’ACPR ou par l’AMF, selon les cas, notamment s’agissant des suites des contrôles diligentés et des éventuelles sanctions qui en découleraient.

      La convention, signée entre l’AMF et l’ACPR le 30 avril 2010, est venue compléter ce dispositif législatif pour définir le champ de compétences du pôle commun, ainsi que son fonctionnement et sa gouvernance. La convention décrit les modalités d’exercice des différentes missions dévolues au pôle commun, dont celle relative au contrôle. Il s’agit de définir et coordonner les propositions de priorités de contrôle des professionnels assujettis et d’analyser les résultats de l’activité de contrôle des deux autorités pour notamment proposer aux secrétaires généraux les conséquences et enseignements à en tirer dans le respect des compétences de chaque autorité.

      En pratique, l’ACPR et l’AMF ont mis en place un mécanisme de coopération pour renforcer le contrôle du respect par les entreprises et leurs intermédiaires de leurs obligations à l’égard de leurs clientèles. L’étroite coordination des priorités de contrôle de l’AMF et de l’ACPR, de leur action de veille sur les contrats et les services, et de surveillance des campagnes publicitaires, permet aujourd’hui d’optimiser et d’harmoniser la protection des clients quels que soient les produits dans lesquels ils choisissent d’investir leur épargne.

      Le pôle commun n’a pas de moyens propres. C’est le coordonnateur qui a la responsabilité d’animer le pôle commun en s’appuyant sur les moyens consacrés par l’ACPR et l’AMF à la supervision des relations entre les professionnels assujettis et leurs clients.

      2.2. Les contrôles effectués dans le cadre du pôle commun AMF-ACPR

      L’AMF et l’ACPR peuvent coordonner leurs contrôles.

      Les personnes et entités concernées sont celles soumises au contrôle de l’ACPR ou de l’AMF :

      • pour l’ACPR, il s’agit des personnes et entités mentionnées à l’article L. 612-2 du code monétaire et financier
      • pour l’AMF, il s’agit des personnes et entités mentionnées à l’article L. 621-9 du code monétaire et financier.

      Les opérations, services et produits concernés sont :

      1° Les opérations de banque

      2° Les opérations d’assurance

      3° Les services d’investissement

      4° Les services de paiement

      5° Les opérations de financement participatif

      6° Tous autres produits d’épargne.

      De 2010 à début 2013, l’AMF et l’ACPR ont réalisé des contrôles sur la commercialisation des instruments financiers et des contrats d’assurance vie conduits par une équipe de contrôleurs des deux autorités au sein d’une même entité. Depuis 2013, les contrôles portent sur des thématiques décidées ensemble par l’AMF et l’ACPR et sont menés distinctement par les équipes des deux autorités sur des acteurs n’ayant pas nécessairement un statut les faisant entrer à la fois dans le périmètre de contrôle de l’AMF et de l’ACPR (par exemple un intermédiaire d’assurance, ou une SGP n’ayant pas également le statut d’intermédiaire d’assurance).

      Personnes et entités entrant dans le champ du contrôle de l’ACPR ou de l’AMF

      Dans les secteurs de la banque, des services d’investissement, de la gestion collective et des services de paiement :

      • établissements de crédit
      • sociétés de gestion de portefeuille
      • entreprises d’investissement
      • établissements de paiement
      • changeurs manuels.

      Dans le secteur de l’assurance :

      • entreprises d’assurance
      • mutuelles et unions régies par le livre II du Code de la mutualité
      • institutions de prévoyance
      • entreprises exerçant des activités de réassurance.

      Comme intermédiaires et conseillers :

      • intermédiaires d’assurance (agents, courtiers et mandataires)
      • intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement
      • conseillers en investissements financiers
      • conseillers en investissements participatifs
      • intermédiaires en financement participatif[1].

      NB : Certains statuts sont cumulables par les mêmes personnes morales ou physiques.

      2.3. Bilan des contrôles de l’AMF et de l’ACPR

      Dans la continuité des actions menées au cours des années précédentes, le Pôle commun a permis d’organiser la coordination de contrôles menés, sur leurs propres sphères de compétences, par l’AMF et l’ACPR. En particulier, ces contrôles coordonnés visent à permettre la détermination de doctrines communes, ou à apprécier la prise en compte et l’impact de positions ou recommandations publiées dans le cadre du Pôle commun.

      Commercialisation des produits d’épargne : les acteurs « multi-statuts »

      De nombreux acteurs intervenant dans la distribution de produits d’épargne cumulent plusieurs statuts réglementés, intermédiaire en assurance, en opérations de banque et services de paiement (IOBSP), conseiller en investissements financiers (CIF). Ce cumul de statuts et d’activités pose des problématiques particulières, à la fois dans l’exercice des activités et dans les modalités de contrôle par les autorités. C’est pourquoi l’ACPR et l’AMF coordonnent leurs actions et partagent les enseignements de leurs contrôles respectifs, notamment en matière d’information précontractuelle, de formation et de capacité professionnelle.

      En premier lieu, l’ACPR comme l’AMF vérifient que le professionnel délivre à ses clients potentiels les informations précontractuelles attendues, lors de l’entrée en relation et avant la souscription, et permettant son identification. Cette identification est rendue plus complexe pour des acteurs cumulant plusieurs statuts, de sorte que seuls ceux qui ont établi un document spécifique, dédié à cet objectif de présentation, prennent totalement en compte l’ensemble de leurs obligations.

      Même lorsqu’elles sont mises en œuvre formellement, ces obligations ne sont pas toujours parfaitement comprises des professionnels, certains les percevant comme de simples contraintes administratives. En conséquence, les autorités rappellent que la finalité de ses règles est que le client potentiel puisse bien comprendre le service auquel il peut prétendre et les circonstances dans lesquelles une proposition va lui être formulée. L’information doit être remise au plus tôt, un acteur multi-statuts ne pouvant attendre de connaître le produit qu’il s’apprête à proposer pour ne communiquer que les seules informations afférentes au statut correspondant.

      Les constats montrent que l’information délivrée sur l’identité et le nombre des fournisseurs avec lesquels l’intermédiaire peut travailler, comme celles relatives aux modalités de sa rémunération, doivent être améliorées, et clairement exposées pour chacun des statuts. Les CIF doivent ainsi préciser les rémunérations versées par les sociétés émettrices des produits financiers qu’ils commercialisent, ce qui participe de la bonne gestion des conflits d’intérêts imposée par leur statut.  Par ailleurs, si les acteurs multi-statuts se présentent fréquemment en premier lieu comme « conseillers en gestion de patrimoine » (CGP) et mettent en avant leur indépendance, seuls ceux en mesure de réaliser une analyse objective du marché peuvent prétendre au statut de courtier en opérations de banque.

      L’AMF a en outre constaté que plusieurs CIF s’exonéraient des obligations relatives au service de conseil en investissement en déclarant opérer dans le cadre des autres activités de CGP. Or, conformément à la jurisprudence de la Commission des sanctions de l’AMF, le conseil en investissement doit s’apprécier au cas par cas ; de plus, même au titre des autres activités de CGP, les acteurs doivent agir avec la loyauté, la compétence, le soin et la diligence qui s’imposent au mieux des intérêts de leurs clients, afin de leur proposer une offre de services adaptée et proportionnée à leurs besoins et objectifs.

      En second lieu, l’ACPR et l’AMF partagent le constat d’une prise en compte insuffisante des exigences de capacité professionnelle, par des acteurs qui cumulent plusieurs statuts et dont les conseillers doivent ainsi appréhender plusieurs réglementations. En particulier, l’intégration de nouveaux arrivants au sein d’un cabinet doit être organisée pour que ces derniers acquièrent les niveaux de capacité attendus avant d’intervenir dans la commercialisation de chaque type de produit.

      La coopération continue entre ACPR et AMF favorise le partage d’expérience et la visibilité sur les acteurs aux multiples statuts. En tout état de cause, les professionnels doivent agir dans le cadre législatif et réglementaire défini par leur(s) propre(s) statut(s), ainsi que dans le respect du monopole assigné aux autres activités réglementées. Toute activité connexe ne peut être exercée par un intermédiaire que s’il observe l’ensemble des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

      Vente à distance

      Depuis plusieurs années, l’ACPR et l’AMF coordonnent leurs actions et leurs doctrines en matière de vente à distance. En 2016, les autorités ont poursuivi leurs contrôles et complété leur connaissance des pratiques par des entretiens conjoints auprès de professionnels.

      Le contrôle d’entités distribuant des contrats d’assurance vie à distance a permis à l’ACPR de constater une amélioration des pratiques relatives à la prise en compte effective des informations collectées auprès du client potentiel et nécessaires à l’analyse de ses besoins. Pour autant, le nombre et le contenu des questions posées à l’internaute ou au client à distance demeurent souvent insuffisants.

      Les contrôles ont également montré des carences dans la formalisation en ligne du conseil fourni. De même, les processus de vente à distance ne comportent pas toujours d’outils ou dispositifs permettant de vérifier que le client comprend bien les questions posées ou les informations qui lui sont communiquées, ni de mécanisme d’alerte du client si celui-ci s’écarte du conseil fourni en ligne, lors de la souscription.

      Les contrôles confirment également que le mode de commercialisation par courrier doit être adapté à la commercialisation de contrats d’assurance. Il en va ainsi lorsqu’il est demandé aux clients de remplir et d’adresser en même temps ses réponses au questionnaire de connaissance client et son bulletin de souscription. Dans ces circonstances en effet, le professionnel ne peut jouer son rôle de conseil.

      Les contrôles de l’AMF ont, quant à eux, montré que les prestataires de services d’investissement et conseillers en investissements financiers ne collectaient pas systématiquement les pièces relatives à l’identité du client et à sa capacité juridique à souscrire. Dans certains cas, le questionnaire en ligne relatif au profil d’investisseur n’était pas bien renseigné par le client (réponses non fournies ou imprécises). Pour autant, ces carences n’ont pas empêché le prestataire de fournir une recommandation d’investissement au client ni ce dernier de finaliser sa souscription. Par ailleurs, dans les cas où la fourniture du conseil en investissement se poursuit par téléphone (par exemple, lorsque les prospects n’ont pas finalisé leur inscription en ligne), les contrôles ont parfois mis en exergue une absence de traçabilité du conseil fourni, une absence de mention des objectifs du client ainsi qu’une inadéquation entre les profils des clients et les investissements réalisés. L’AMF a également identifié des cas où les conseillers incitaient les prospects à faire de fausses déclarations quant aux critères de catégorisation des clients afin que ceux-ci puissent souscrire aux produits présentant des barrières à l’entrée.

      Enfin, il a été constaté que les prestataires ne respectaient pas toujours les obligations relatives au caractère exact, clair et non trompeur de l’information délivrée aux clients ou clients potentiels via leur site internet.

      Financement participatif

      Les constats des deux autorités se fondent sur les éléments relevés à l’occasion de mission de contrôle mais également sur la base d’une veille sur les sites internet des différentes plateformes. Le premier constat est celui d’une relative méconnaissance de la réglementation applicable par cette population d’acteurs.

      Ainsi, la qualité et la clarté de l’information délivrée via les sites des plateformes concernant leur identification et leur rôle dans le transfert des sommes prêtées et remboursées doivent être améliorées. Par ailleurs, certains projets proposés sur les plateformes s’éloignent de la définition légale, paraissant consister en un simple apport de trésorerie au profit de l’entreprise financée sans que cela soit relié à un projet bien identifié et décrit. La présentation des critères de sélection des projets retenus doit également être améliorée et les processus de sélection annoncés être mis en œuvre de façon effective par les plateformes.

      L’accessibilité des informations obligatoires doit être améliorée, les informations concernant les caractéristiques des prêts, le contrat, les taux de défaillance ou les risques des projets sélectionnés étant souvent peu visibles sur les sites des IFP contrôlés. Enfin, les IFP doivent mieux organiser la gestion extinctive de leurs activités et rendre effectives leurs procédures la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

      Les grands principes réglementaires d’équilibre de l’information entre les risques et les avantages d’un produit, ainsi que d’avertissement ne sont pas toujours respectés par les CIP. Ces défauts sont fréquemment relevés dès la page d’accueil et souvent sur les pages de présentation détaillée des projets. Ce cas se présente pour le marketing des avantages fiscaux ou les prévisions financières.

      La transparence sur les frais n’est pas toujours effective. La mention des frais payés par les émetteurs n’apparait pas toujours en lecture directe des pages de présentation des projets. La commercialisation d’offres superposant des holdings d’instruments de nature différence (actions, comptes courant d’associés, obligations) est sujette à critique.


      [1] Depuis le 1er octobre 2014, l’AMF est en charge du contrôle des conseillers en investissement participatif (CIP) et l’ACPR des intermédiaires en financement participatif (IFP). Le contrôle exercé par l’AMF intervient dans un premier temps en amont de l’immatriculation des CIP, un contrôle pouvant ensuite être diligenté sur l’activité. Pour les IFP, l’ORIAS traite seul la demande d’immatriculation sur le Registre unique des intermédiaires, l’ACPR intervenant au travers d’actions de contrôle de l’activité de plateformes, sur décision d’assujettissement à contrôle. Plusieurs intermédiaires ont été contrôlés à ce titre depuis l’entrée en vigueur des dispositifs législatifs et réglementaires.

      IV. 16. Les règles de commercialisation

      Par Sylvie Lucot, Membre du Collège de l’AMF, représentant les salariés actionnaires et Claire Castanet, Directrice des Relations avec les Epargnants de l’AMF Date de création : 03/11/2017Date de révision : 10/03/2018

      Mars 2017

      La directive européenne MIF, entrée en vigueur en 2007, avait trois objectifs :

      • achever la construction d’un marché unique des services financiers en Europe

      • promouvoir la concurrence dans l’organisation des marchés d’instruments
      financiers

      • préciser les règles de conduite imposées aux prestataires de services d’investissement (PSI) pour protéger les investisseurs, classés en deux catégories, « professionnels » et « de détail » (non professionnels) (1).

      Ces règles de conduite ont imposé un cadre aux relations entre les PSI (banques ou entreprises d’investissement) et leurs clients non professionnels. Elles vont du premier contact à l’exécution des ordres et aux réclamations, en passant par la découverte du client et le conseil.

      La découverte du client

      En fonction du service fourni au client, les prestataires doivent s’enquérir auprès de leurs clients de leurs connaissances et de leur expérience en matière d’investissement, ainsi que de leur situation financière et de leurs objectifs d’investissement de manière à évaluer l’adéquation ou le caractère approprié du service qui leur est fourni.

      Pour les services de gestion de portefeuille ou de conseil en investissement
      Les PSI collectent des informations, dans la mesure où elles sont pertinentes, d’une part, sur la situation financière du client portant sur la source et l’importance de ses revenus réguliers, ses actifs, y compris liquides, investissements et biens immobiliers, ainsi que ses engagements financiers réguliers, et, d’autre part, sur les objectifs d’investissement du client portant sur la durée pendant laquelle le client souhaite conserver son investissement, ses préférences en matière de risque, son profil de risque, ainsi que le but de son investissement.

      Pour tous les services d’investissement
      Pour évaluer le niveau d’expérience et de connaissance requis pour appréhender les risques inhérents à l’instrument financier ou au service d’investissement proposé ou demandé, les prestataires de services d’investissement, lorsqu’ils s’adressent à des clients non professionnels, recueillent les informations suivantes relatives :

      • aux types de services, transactions et instruments financiers qui sont familiers au client

      • à la nature, au volume et à la fréquence des transactions sur instruments financiers réalisées par le client, ainsi que la période durant laquelle ces transactions ont eu lieu

      • au niveau de connaissance et à la profession ou, si elle est pertinente, à l’expérience professionnelle du client.

      Dans la pratique, les professionnels ont souvent recours à des questionnaires grâce auxquels ils collectent les informations nécessaires pour apprécier le caractère adapté ou approprié des services d’investissement susceptibles d’être fournis au client. Ceci ne les dispense pas de vérifier cette adéquation lors de chaque opération.
      Les prestataires de services d’investissement sont habilités à se fonder sur les informations fournies par les clients, à moins qu’ils ne sachent, ou ne soient en situation de savoir, que celles-ci sont manifestement périmées, erronées ou incomplètes.

      Le conseil au client

      On se reportera à la fiche qui lui est spécialement dédiée (fiche n°13).
      On soulignera ici que le PSI a notamment l’obligation de s’assurer que le client possède l’expérience et les connaissances nécessaires pour comprendre les risques inhérents à la transaction recommandée ou au service de gestion de portefeuille fourni.
      Il n’est dispensé de cette obligation qu’en cas de simple exécution d’un ordre passé à l’initiative du client et portant sur des produits simples. Il doit avoir préalablement informé le client de ce qu’il n’est pas alors tenu d’évaluer le caractère approprié du service ou de l’instrument financier.
      Il doit en outre prendre toutes mesures raisonnables pour empêcher des conflits d’intérêts de nature à porter atteinte aux intérêts du client.
      Ceci vaut notamment en matière de politique et de pratiques de rémunération (2).

      L’exécution des ordres

      Le PSI à qui un ordre est confié, a une obligation de meilleure exécution. Il lui revient de prendre les mesures nécessaires pour obtenir, en fonction de l’ordre reçu, le meilleur résultat en termes de prix, de coût, de rapidité, de probabilité d’exécution et de règlement.

      Le traitement des réclamations (extraits de la doctrine de l’AMF)

      1. Information et accès au système de traitement des réclamations

      Le professionnel fournit gratuitement au client, dans un langage clair et compréhensible, une information sur :

      • les modalités de saisine du professionnel et, s’il y a lieu, de chacun des niveaux de traitement des réclamations mis en place, notamment les coordonnées (adresse, numéro de téléphone non surtaxé…) de la ou des personne(s) ou de l’instance dédiée en charge du traitement des réclamations et du ou des médiateur(s) compétent(s)

      • les délais de traitement de la réclamation sur lesquels il s’engage.

      Le professionnel doit rendre l’information rapidement accessible à l’ensemble des clients, notamment dans les lieux d’accueil lorsqu’ils existent, ou sur un site Internet.

      Il accuse réception de la réclamation dans le délai dans lequel il s’est engagé à le faire (voir point 2), sauf si la réponse elle-même est apportée au client dans ce délai.

      Il répond aux demandes d’information du client sur le déroulement du traitement de sa réclamation. Il le tient informé du déroulement lorsque, en cas de survenance de circonstances particulières, les délais sur lesquels le professionnel s’est engagé ne peuvent pas être respectés.

      En cas de rejet ou de refus de faire droit en totalité ou partiellement à la réclamation, le professionnel précise, dans la réponse apportée au client, les voies de recours possibles, notamment l’existence et les coordonnées du ou des médiateur(s) compétent(s) (l’information devant concerner l’ensemble des médiateurs compétents dont celui de l’AMF) (3).

      Le professionnel doit éviter toute confusion, en particulier dans l’intitulé des services ou dans les courriers adressés au client, entre, d’une part, les services de traitement des réclamations du professionnel et, d’autre part, le dispositif de médiation indépendante.

      Lorsque le professionnel recourt à des démarcheurs ou agents liés ou délégataires, il veille à ce que l’information donnée au client par ces personnes soit d’un niveau équivalent à celle qu’il donne à ses propres clients.

      L’accès au dispositif de traitement des réclamations étant gratuit, aucune tarification spécifique ne peut être mise à la charge du client au titre du traitement de sa réclamation.

      2. Organisation du traitement des réclamations

      Le professionnel doit disposer des moyens et procédures permettant d’identifier les courriers, appels téléphoniques et courriels qui constituent des réclamations et définir les circuits de traitement de celles-ci.
      Il doit veiller à ce que le ou les collaborateur(s) en contact avec le client ou qui réceptionne(nt) leurs demandes, ai(en)t une formation lui (leur) permettant d’identifier clairement les réclamations reçues et d’utiliser de façon appropriée le ou les circuit(s) de traitement des réclamations.

      Le professionnel met en place une organisation du traitement des réclamations qui :

      • permet au client de présenter sa réclamation à son interlocuteur habituel et, s’il n’a pas reçu une réponse satisfaisante de la part de celui-ci, devant une instance dédiée au traitement des réclamations, qui soit distincte des services opérationnels, dans la mesure où la taille et la structure du professionnel le permettent

      • lorsque plusieurs circuits de traitement des réclamations existent, détermine clairement :

      • les professionnels ou les services, ou le cas échéant, les personnes agissant pour le compte du professionnel, qui sont compétents selon l’objet de la réclamation ou, à défaut, un point d’entrée unique auquel le client peut adresser sa réclamation et qui se chargera de la transmettre à l’interlocuteur compétent et d’assurer un suivi de la réponse (4)
      • les modalités de transmission entre les professionnels ou les services, ou le cas échéant, les personnes agissant pour le compte du professionnel, des réclamations adressées par erreur à un interlocuteur non compétent

      • permet de respecter les délais de traitement qui ont été communiqués au client, à savoir :

      • dix jours ouvrables maximum à compter de la réception de la réclamation, pour en accuser réception, sauf si la réponse elle-même est apportée au client dans ce délai
      • deux mois maximum entre la date de réception de la réclamation et la date d’envoi de la réponse au client sauf survenance de circonstances particulières dûment justifiées
      • prévoit clairement les modalités de transmission au(x) médiateur(s) désigné(s) de tout courrier qui lui (leur) est destiné
      • prévoit les modalités d’enregistrement des réclamations et du suivi de leur traitement
      • prévoit un niveau de qualification requis pour le ou les collaborateur(s) en charge de la fonction de traitement des réclamations, incluant une bonne connaissance des produits, services, contrats, outils et procédures du professionnel
      • prévoit les principes de responsabilités et délégations, s’agissant notamment des niveaux d’habilitation des collaborateurs.

      (1) Cette fiche n’abordera pas les relations avec les clients professionnels qui, en raison de leur expérience et de leurs connaissances supposées, ont droit à une protection réduite, alors que la clientèle de détail a droit à la protection maximale prévue dans la directive. C’est d’ailleurs pourquoi les PSI sont tenus de classer leurs clients dans une des deux catégories en fonction de critères objectifs.

      (2) Pour l’AMF, une rémunération variable élevée fondée sur des critères quantitatifs peut inciter une personne à privilégier les gains à court terme au détriment de l’intérêt du client. L’évaluation des performances ne doit donc pas prendre uniquement en compte les volumes de ventes.

      (3) Cf. fiche n°14 Le Médiateur de l’AMF.

      (4) Ce circuit de traitement des réclamations pourra être organisé de manière transversale entre les professionnels ou les services concernés ou, le cas échéant, les personnes agissant pour le compte du professionnel, dont la responsabilité est susceptible d’être engagée au titre de l’objet des réclamations.

      IV. 17. Les actions de groupe

      Jean-Yves MANO / Président Consommation Logement et Cadre de Vie (CLCV) Date de création : 03/11/2017Date de révision : 04/03/2018

      Novembre 2017

      Destinée à régler les litiges de masse, l’action de groupe a vu le jour en France en 2014 sous la pression des associations de consommateurs, notamment de la CLCV. Une victoire pour les consommateurs, même si son utilisation et sa mise en œuvre montrent qu’il faudra la faire évoluer pour la rendre plus « praticable » et remédier aux freins dont certains, soupçonnés, se sont révélés au cours des procédure.

      Une véritable avancée pour les consommateurs

      L’action de groupe que nous avons demandée pendant de nombreuses années et obtenue lors de l’adoption de la loi Hamon pour les litiges portant sur les secteurs de la consommation et de la concurrence est une véritable avancée pour les consommateurs.

      Certes, jusqu’à cette date, les associations de consommateurs pouvaient agir pour défendre les intérêts des consommateurs mais les actions à leur disposition, efficaces pour faire cesser une pratique illicite, défendre l’intérêt collectif ou obtenir la suppression de clauses abusives présentes dans les contrats, n’aboutissaient pas à une indemnisation individuelle des préjudices subis. Autrement dit, les consommateurs lésés n’avaient d’autre choix que d’engager eux-mêmes une action en justice et bon nombre y renonçait.

      L’action de groupe est donc venue utilement étoffer les possibilités de recours des associations de consommateurs en leur permettant d’engager une procédure pour l’ensemble des consommateurs victimes d’une même pratique, ceux-ci pouvant une fois la décision sur la responsabilité prononcée et devenue définitive, rejoindre le groupe afin d’obtenir réparation selon les critères définis par le juge.

      Prévue dans un premier temps pour les domaines de la consommation et de la concurrence, la CLCV a plaidé pour son extension à d’autres secteurs, comme celui de la santé ou de l’environnement tout en prenant en compte les spécificités propres à chacun.

      Notre expérience dans le dossier du Mediator justifiait à elle seule cette position. Sollicités au moment de l’émergence de cette affaire par de nombreuses victimes, force a été de constater que beaucoup n’ont pas souhaité poursuivre par la voie judiciaire. Certaines ont même abandonné tout recours, épuisées par avance des démarches à entreprendre ou renonçant faute de moyens financiers suffisants.

      L’adoption des textes élargissant le champ de l’action de groupe a ainsi reçu tout le soutien de notre organisation même si nous avons contesté certains points de la procédure lors de débats qui ont eu lieu sur le socle commun prévu par la loi Justice XXIème siècle adoptée fin 2016. Ce socle prévoit en effet une saisine préalable du professionnel et un délai de 4 mois avant que l’action puisse être introduite. La CLCV n’était pas favorable à cette étape obligatoire qui retarde la procédure, d’autant qu’en règle générale des démarches ont déjà été effectuées par les consommateurs concernés.

      De même, si nous sommes favorables aux modes alternatifs de règlement des litiges à condition qu’ils soient indépendants, nous nous sommes toujours opposés à ce que le recours à la médiation constitue un préalable obligatoire.  Leur caractère facultatif doit impérativement être conservé afin de garantir l’accès à la justice, principe essentiel. Par ailleurs, l’essence même d’un recours amiable réside dans la volonté des parties de s’y soumettre.

      Mais des craintes confirmées

      Dans la pratique et tous les acteurs, associations et juges, découvrent ces nouvelles procédures, ces actions se révèlent compliquées à mettre en œuvre et demandent un réel investissement de la part des associations.

      Il est clair qu’un bilan devra être fait quand les procédures seront plus avancées et des ajustements réalisés. Pour autant, quelques constats peuvent d’ores et déjà être émis.

      Le champ de l’action de groupe portant sur la concurrence et la consommation est limité aux préjudices patrimoniaux résultant de dommages matériels. Cette limitation peut entraver l’introduction de certaines actions.

      La question s’est par exemple posée lorsque l’affaire des émissions de CO2, le « dieselgate », a été révélée. Devant les difficultés rencontrées pour apprécier et évaluer le préjudice économique, la CLCV a décidé à l’époque d’opter pour une autre procédure, une plainte avec constitution de partie civile fondée sur les pratiques commerciales déloyales. Mais une extension aux autres préjudices devrait être envisagée.

      Nous avions par ailleurs, lors des débats qui ont précédé la mise en place de l’action de groupe, attiré l’attention sur la durée des procédures. Or, nos craintes se vérifient puisque la première action de groupe que nous avons engagée en octobre 2014, sur un produit financier, n’a toujours pas fait l’objet d’une décision au fond. Comment s’étonner, trois ans après l’introduction de la procédure, que les consommateurs s’impatientent et ne comprennent pas ces délais.

      Sans compter que cette question soulève également le problème de la conservation des preuves, élément essentiel pour faire valoir ses droits. Les consommateurs ne gardent pas forcément tous les éléments dont ils pourraient avoir besoin aux fins de se manifester lors de la publication de la décision qui n’interviendra, rappelons-le, qu’après épuisement de toutes les voies de recours. Même si le juge peut ordonner à tout moment de la procédure toute mesure d’instruction nécessaire à la conservation des preuves et à la production de pièces, cela sera dans bien des cas insuffisants. En effet, beaucoup de consommateurs ne conservent pas leurs factures ou leurs tickets d’achat…

      Ces problématiques liées à la durée de la procédure et à la conservation des preuves nous conduisent à penser qu’il y aura de fait une déperdition des consommateurs. S’ajouteront ceux qui abandonneront et n’effectueront pas les démarches afin d’être inclus dans le groupe défini par le juge. Ce sera certainement le cas si le montant de l’indemnisation est faible et que ces démarches entraînent des frais d’un montant supérieur. Cet élément devra être pris en considération par le juge.

      Un investissement important pour les associations

      Engager une action de groupe constitue un réel investissement de la part des associations qui les initient, tant sur le plan humain du fait de la préparation des dossiers et de leur suivi que sur le plan financier.

      Les textes prévoient que le juge peut accorder à l’association une provision pour couvrir les frais à engager dans la phase de liquidation, notamment s’il lui en confie la charge, point sur lequel nous n’avons, à ce stade, aucun élément, nos procédures n’étant pas assez avancées.

      En toutes hypothèses, les provisions seront certainement insuffisantes et la question du financement des actions de groupe se pose.

      La CLCV est prête à faire cet investissement et est tout à fait légitime au regard de sa représentativité et de son expérience à porter ces actions en lien avec des avocats mais notre engagement doit être pris en compte et financé.

      Lors des discussions qui ont eu lieu en vue de la mise en place d’une action de groupe, la possibilité d’obtenir des dommages et intérêt extra-compensatoires avait été exclue de manière à répondre aux opposants de l’action de groupe qui ont sans cesse avancé que l’on allait se retrouver avec un système à l’américaine et une action visant à s’enrichir.

      Pour autant, la condamnation au-delà de la seule réparation est à envisager car elle a un rôle dissuasif et permet de sanctionner les agissements auxquels se sont prêtées les entreprises concernées. Ces dommages et intérêts pourraient alimenter un fond destiné au financement des actions de groupe portées par les associations.

      Conclusion

      L’action de groupe, telle qu’elle existe, est une procédure équilibrée. En dehors de sa vertu au titre de la réparation des préjudices subis par les consommateurs, elle a également un effet dissuasif ce qui assainit le marché.  Par ailleurs, elle évite la multiplication des actions individuelles et désengorge ainsi les tribunaux.

      Contrairement à ce que certains avaient envisagé, les associations de consommateurs en font un bon usage. Elles continuent, en fonction des pratiques incriminées, à mettre en œuvre l’action judiciaire qui est la plus adaptée et ne recourt pas systématiquement à l’action de groupe si une autre procédure répond mieux aux objectifs recherchés.

      L’action de groupe, épée de Damoclès, incite les entreprises à la vigilance et au respect du Droit. Encore faut-il donner aux associations les moyens de l’exercer.

      CLCV

       

      ANNEXE

      L’action de groupe : comment elle fonctionne.

      Elle doit être distinguée de l’action en représentation conjointe :

      L’action en représentation conjointe, prévue par l’article L.422-1 du code de la consommation est une procédure par laquelle une association de consommateurs, en lieu et place de l’avocat, se charge de collecter des mandats de consommateurs et de juxtaposer les dossiers individuels qu’elle déposera au tribunal. La gestion de ces dossiers individuels est impossible, dès lors que le nombre de consommateurs victimes est important.

      Les étapes de l’action de groupe :

      Introduite par la loi du 17 mars 2014 sur la consommation, c’est une action en justice engagée auprès du tribunal de grande instance (TGI) par une association de consommateurs agréée. Le schéma ci-dessous en présente les variantes et les étapes.

       

      Toutes les victimes peuvent potentiellement être indemnisées. En effet, l’association de consommateurs agit sur la base de quelques cas exemplaires, en vue d’obtenir un jugement de principe, qui bénéfice à l’ensemble des victimes, sans qu’elles aient à se signaler au préalable. Néanmoins, passé le jugement de recevabilité, c’est bien aux victimes de se déclarer, en particulier à la suite de l’exécution des mesures de publicité prévues par le juge. Si toutes les victimes considérées ne se manifestent pas, le reliquat d’indemnité non réclamé reste dans les caisses de l’entreprise.

       

       

      IV. 18. La garantie des avoirs

      Philippe BERNHEIM Date de création : 24/10/2017Date de révision : 04/03/2018

      Décembre 2017

      La protection des avoirs des épargnants passe prioritairement par des mesures préventives de nature à éviter l’insolvabilité des établissements ayant recueilli leurs dépôts ou leurs titres. En cas de défaillance d’un établissement, les déposants bénéficieraient d’une garantie financière limitée à un certain montant.

      A) LA PREVENTION DE L’INSOLVABILITE DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

      Elle repose essentiellement sur des règles prudentielles visant à s’assurer que les établissements de crédit ainsi que les prestataires de services financiers ont en permanence les moyens financiers permettant d’effectuer leurs opérations sont mettre en danger leur structure financière et, par répercussion les titres et les espèces dont les épargnants et les investisseurs leur ont confié la garde.

      Ces règles concernent notamment le montant des capitaux propres, les ratios de couverture et de répartition des risques, ainsi que le système de contrôle interne.

      En particulier, un établissement de crédit doit justifier à tout moment que son actif excède d’un montant au moins égal au capital exigé le passif dont il est tenu envers les tiers (article L.511-40 du code monétaire et financier).

      La loi du 20 juillet 2013 impose des ratios de couverture et de division des risques ainsi qu’un système adéquat de contrôle interne.

      Elle limite et encadre la possibilité pour les établissements de crédit d’effectuer autrement que par des filiales dédiées et agréées la négociation d’instruments financiers (trading) pour leur propre compte. Les filiales dédiées ne peuvent pas utiliser des dépôts entrant dans le champ du mécanisme de garantie (Voir B ci-dessous).

      Si nécessaire, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) peut enjoindre un établissement de prendre toutes mesures destinées à restaurer ou à renforcer sa structure financière, d’améliorer ses méthodes de gestion ou  d’adapter ses activités à ses objectifs de gestion et de développement. Si la situation le justifie, le gouverneur de la Banque de France, président de l’ACPR, invite les actionnaires ou sociétaires d’un établissement de crédit à apporter à celui-ci le soutien nécessaire.

      Des manquements graves peuvent entraîner le retrait d’agrément par l’ACPR (établissements de crédit) ou l’AMF (prestataires de services financiers).

      En cas de procédure de sauvegarde, de règlement judiciaire ou de faillite concernant un établissement, les comptes où figurent les fonds reçus des épargnants ainsi que leurs titres ne sont pas affectés (article L.613-30-1 du code monétaire et financier).

      Cependant, on ne peut pas exclure qu’un établissement se trouve définitivement dans l’incapacité de les restituer dans leur intégralité*. Dans ce cas, la loi prévoit une répartition des actifs disponibles proportionnellement aux avoirs et le recours à un fonds de garantie.

      *Cette situation d’insolvabilité est distincte de la situation où en raison de la structure de ses actifs, l’établissement manquerait de liquidités pour faire face à un moment donné à ses obligations. Un établissement de crédit serait vraisemblablement aidé dans ce cas par la banque centrale, qui lui avancerait des liquidités contre la prise en pension d’autres actifs dès lors que l’établissement ne parviendrait pas à les emprunter dans des conditions normales sur les marchés.

      B) LA GARANTIE DES ESPECES ET DES TITRES

      Si un établissement de crédit ou un prestataire de services d’investissement n’est plus en mesure de restituer immédiatement, ou à un terme rapproché, les fonds ou les titres* qu’il a reçus, l’ACPR met en œuvre les moyens du Fonds de garantie des dépôts, auquel tous les établissements de crédit sont tenus d’adhérer et de cotiser. Dans le cas des services d’investissement, elle fait jouer, après avis de l’AMF, un Mécanisme de garantie des titres auquel adhèrent tous les prestataires de services d’investissement.

      Ces fonds indemnisent les épargnants et investisseurs dans la limite d’un plafond, qui est actuellement :

      • de 100 000 euros par déposant et par établissement pour les espèces (comptes bancaires, comptes sur livret, plans d’épargne logement)
      • de 70 000 euros par détenteur et par établissement pour les titres.

      Un arrêté du 27 octobre 2015 prévoit toutefois une exception au plafond de 100.000 euros. Celui-ci est relevé à 500.000 euros pour les « dépôts à caractère exceptionnel et temporaire ». Peuvent être considérés comme tels les montants versés dans les 3 mois qui précédent la mise en œuvre de la garantie et qui proviennent :

      • de la vente d’un bien d’habitation appartenant au déposant,
      • de la réparation en capital d’un dommage subi par le déposant,
      • du versement en capital d’un avantage retraite, d’une succession, d’un legs, d’une donation,
      • d’une prestation compensatoire ou d’une indemnité transactionnelle ou contractuelle suite à la rupture d’un contrat de travail.

      Chacun de ces événements donne droit, individuellement, à un plafond de 500.000 euros. En cas de versement d’indemnités en réparation de dommages corporels, la garantie des dépôts est même totale, sans aucun plafonnement.

      *Normalement les titres figurant dans un compte-titres ne font pas partie du patrimoine de l’établissement et sont donc protégés en cas de faillite de ce dernier. Leur perte ne peut intervenir que si le client a autorisé par écrit l’établissement à les utiliser pour certaines opérations ou qu’en cas d’utilisation frauduleuse.

      C) LA GARANTIE DES ASSURES

      En cas de défaillance d’une société d’assurance, l’ACPR s’efforce en premier lieu d’obtenir la reprise du portefeuille de contrats par un autre assureur qui se substituera à l’assureur défaillant dans ses droits et obligations. Si le transfert n’est pas possible, par exemple si aucune société d’assurance n’accepte la reprise des contrats, l’ACPR met en œuvre un fonds de garantie spécifique (articles L.423-1 et suivants du code des assurances). Ce fonds, qui intervient notamment pour les contrats d’assurance vie ou de capitalisation, indemnise les assurés dans la limite de 70 000 euros par contrat et par assureur et de 90 000 euros pour les bénéficiaires d’une rente de prévoyance (décès, incapacité ou invalidité). A partir de ce moment, il est subrogé aux droits des assurés qu’il a indemnisés.

      Tous droits réservés. Ce guide ne peut en aucun cas être reproduit en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit, sans l'accord écrit de la FAS. Sous réserve des droits personnels des auteurs, les textes, schémas, graphiques, tableaux, présentations publiés ainsi que la charte graphique sont la propriété de la FAS qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.

      Conformément à une jurisprudence constante, les erreurs ou omissions involontaires qui auraient pu subsister dans ce guide, malgré les soins et contrôles de l'équipe de rédaction, ne sauraient engager la responsabilité de la FAS ni celle de l'éditeur. La reproduction des dessins et photographies est interdite.