Guide
de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir'

Guide de l'épargne et de l'actionnaire salarié 'Ce que l'épargnant doit savoir' S >
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 16/05/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 01/01/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 22/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 19/12/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 11/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 11/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer
GENERALITES
GENERALITES
création
révision
création : 12/03/2018
révision : 14/09/2018
création : 26/11/2017
révision : 22/01/2018
création : 26/11/2017
révision : 16/05/2019
création : 06/11/2017
révision : 14/09/2018
I. LES SOURCES DE L'EPARGNE
I. LES SOURCES DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/09/2018
révision : 21/05/2019
création : 26/11/2017
révision : 25/02/2018
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L'EPARGNE
II. LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS DE L’EPARGNE
création
révision
création : 19/10/2017
révision : 11/01/2019
création : 31/10/2017
révision : 12/09/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 15/03/2018
III. LA GESTION DE L'EPARGNE
III. LA GESTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 17/10/2017
révision : 26/02/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
création : 19/10/2017
révision : 03/03/2018
IV. LA PROTECTION DE L'EPARGNE
IV. LA PROTECTION DE L’EPARGNE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 03/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
V. L'ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
V. L’ENTREPRISE, ECONOMIE ET FINANCES
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 04/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 24/10/2017
révision : 15/03/2018
VI. L'EPARGNE SALARIALE
VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 12/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 15/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 25/10/2017
révision : 09/01/2019
création : 25/10/2017
révision : 11/02/2019
création : 22/10/2017
révision : 20/02/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 16/10/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 25/10/2017
révision : 06/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 08/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 17/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 07/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 10/01/2019
VII. L'ACTIONNARIAT
VII. L’ACTIONNARIAT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 10/03/2018
création : 27/10/2017
révision : 01/01/2019
VIII. L'ACTIONNARIAT SALARIE
VIII. L’ACTIONNARIAT SALARIE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 22/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 24/03/2018
création : 31/10/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 01/11/2017
révision : 19/12/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 22/03/2018
création : 01/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 23/01/2018
création : 02/11/2017
révision : 06/02/2019
création : 29/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 02/11/2017
révision : 15/03/2018
création : 02/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 15/03/2018
IX. LA GOUVERNANCE DANS L'ENTREPRISE
IX. LA GOUVERNANCE DANS L’ENTREPRISE
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 13/03/2018
création : 15/03/2018
révision : 15/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
X. LES DISPOSITIFS D'INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
X. LES DISPOSITIFS D’INVESTISSEMENT ET DE PLACEMENT
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 11/02/2019
création : 03/11/2017
révision : 20/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 01/04/2019
création : 03/11/2017
révision : 04/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 18/03/2018
XI. LES MARCHES FINANCIERS
XI. LES MARCHES FINANCIERS
création
révision
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 12/03/2019
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 19/03/2018
création : 03/11/2017
révision : 21/03/2018
ANNEXES
ANNEXES
création
révision
création : 10/04/2018
révision : 02/04/2019
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 10/04/2018
révision : 10/04/2018
création : 19/12/2017
révision : 16/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 11/01/2019
création : 22/11/2017
révision : 24/02/2018
création : 24/11/2017
révision : 11/03/2019
création : 13/12/2017
révision : 25/03/2018
Fermer

Glossaire

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z
  • Les noms suivis d’un (*) sont répertoriés dans les mots clés du guide

  • Abondement

    Dans le cadre d'un plan d'épargne salariale, il s'agit de la part versée par l'employeur en complément des apports des salariés.

  • Absorption

    Modalité d'une fusion entre deux sociétés dans laquelle la société absorbante subsiste, la société absorbée étant dissoute.

  • Acompte sur dividendes

    Versement, avant ou après la clôture de l'exercice, d'un avoir sur le dividende des actions d'une société cotée.

  • Actif net

    Valeur comptable de l'ensemble des biens que possède une société, diminuée de ses dettes. Voir « fonds propres ».

  • Action

    Titre de propriété d'une fraction du capital d'une société. Il donne à son détenteur le droit de participer au destin de l'entreprise par le vote en assemblée générale et de percevoir un revenu (le dividende).

  • Action à dividende prioritaire (ADP)

    Action ne donnant pas le droit de vote aux assemblées générales des actionnaires. En contrepartie, elle bénéficie d'un droit prioritaire au dividende qui peut être supérieur à celui versé pour une action.

  • Action à droit de vote double

    Toute action détenue au nominatif depuis au moins deux ans dispose d’un droit de vote double, sauf vote contraire de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires (Disposition nouvelle instaurée par la loi dite Florange du 29 mars 2014, s’appliquant au plus tard le 1er avril 2016).

  • Action de concert

    Situation juridique de personnes ayant conclu un accord, public ou non, en vue soit d’acquérir ou de céder des titres conférant des droits de vote dans une société, soit de mettre en œuvre une politique commune dans une société.

  • Action de préférence*

    Action disposant d’avantages spécifiques par rapport à toutes les autres actions, droit de contrôle ou avantage pécuniaire, avec éventuellement des restrictions par rapport aux droits ordinaires d’un actionnaire. Par exemple les actions à dividende prioritaire ont comme contrepartie l’absence de droit de vote aux assemblées générales.

  • Action gratuite*

    Une société peut distribuer des actions gratuites en représentation d'une augmentation de capital par incorporation de réserves.
    Il est également possible pour les sociétés françaises d’attribuer gratuitement des actions, créées ou rachetées préalablement par elles, à leurs salariés et mandataires sociaux sous certaines conditions.

  • Action nominative

    Au contraire d’un titre au porteur, le nom du détenteur de l’action est enregistré par la société émettrice.

  • Actualisation

    Procédé de calcul inverse de celui de la capitalisation. Elle permet de calculer la valeur actuelle d'une somme à percevoir dans quelques années. Ainsi, 10 000 euros reçus dans 10 ans valent aujourd'hui 16 289 euros si, par hypothèse, on estime que l'inflation annuelle au cours de la période sera de 5% par an.

  • Agences de notation

    Sociétés commerciales spécialisées dans l’évaluation des risques d’insolvabilité des emprunteurs (Etats, collectivités locales, sociétés privées, établissement publics). Après analyse de la situation économique et financière de l’émetteur, elles lui attribuent une note, sur une échelle propre à chaque agence, qui sert de référence pour les prêteurs. La situation est réexaminée périodiquement, suite à quoi la note peut être dégradée, maintenue ou améliorée.

  • Alterne

    Marché non réglementé, créé par Euronext, mais encadré au sens de la Directive européenne sur les Services en investissement; il accueille des entreprises européennes avec des conditions simplifiées et un minimum d'engagements.

  • AMF* (Autorité des marchés financiers)

    Autorité publique indépendante ayant pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. L’AMF dispose de pouvoirs étendus ; elle édicte des règles (Règlement général), délivre des autorisations, contrôle et surveille les marchés, prononce des sanctions pécuniaires ou disciplinaires.

  • Amortissement

    Méthode comptable permettant d'inscrire, au bilan, les sommes nécessaires au renouvellement des actifs immobilisés.

  • Assemblée Générale* Extraordinaire (AGE)

    Réunion exceptionnelle pendant laquelle les actionnaires d'une société discutent et votent la modification des statuts, les modalités d’opérations pouvant impacter le capital.

  • Assemblée Générale* Ordinaire (AGO

    Réunion annuelle au cours de laquelle les actionnaires approuvent le rapport et les comptes annuels de la société, discutent de sa stratégie et votent pour l’éventuelle distribution d’une quote-part du résultat (dividende) et pour la reconduite ou la modification de l'équipe dirigeante.

  • Augmentation de capital

    Création d'actions nouvelles ou augmentation de la valeur nominale des actions existantes. Son objectif est d’accroître le capital social de l'entreprise.

  • Autocontrôle

    Quotepart des actions composant le capital d'une société, détenues de manière directe ou indirecte par la société émettrice. Les actions auto-détenues n’ont pas le droit de vote aux assemblées.

  • Autorité des normes comptables (ANC)

    Autorité créée en 2009 pour fixer les règles comptables que doivent respecter les personnes physiques ou morales tenues légalement d’établir des documents comptables.

  • Autorité Européenne des Marchés Financiers

    Voir « ESMA »

  • Avis d’opéré

    Bordereau, délivré par tout intermédiaire financier, qui avise le client que son ordre d'achat ou de vente a été exécuté. Les avis servent de preuve vis-à-vis de l’intermédiaire et de justificatif à l’égard de l’administration fiscale. Ils doivent être conservés en conséquence.

  • Bâle III (Accords de)

    Accords intergouvernementaux de réglementation bancaire, portant notamment sur les fonds propres des banques, dont le niveau d’exigence sera relevé au cours des prochaines années pour diminuer les risques de défaillance (« Bâle III).
    Ces accords font suite à ceux de « Bâle I » et de « Bâle II », qui ont introduit des ratios de solvabilité (Tier1).

  • BALO - Bulletin des Annonces Légales Obligatoires.

    Les sociétés cotées doivent inscrire au BALO les informations financières légalement exigibles (chiffre d'affaires, résultats, date de l'Assemblée Générale, ...). Le Balo est annexé au Journal Officiel.

  • Banque centrale européenne (BCE)

    Avec les banques centrales nationales des pays de l’UE ayant adopté l’euro comme monnaie (dont la Banque de France), elle constitue l’Eurosystème, dont elle est le centre de décision. Son objectif prioritaire, à travers la politique monétaire, est la stabilité des prix. Elle anime le marché monétaire des banques de la zone euro et agit en liaison avec ses homologues (Federal Reserve Bank des Etats-Unis, Banque d’Angleterre, Banque du Japon, etc.). Elle est une institution indépendante prévue par le traité de Lisbonne, qui lui interdit de consentir des avances ou de prêter aux états. Son siège est à Francfort sur le Main (Allemagne).

  • Bénéfice distribuable

    Il s'agit du bénéfice après impôt sur les sociétés duquel on retranche les pertes antérieures et les dotations en réserves (obligatoires, statutaires ou facultatives) et auquel on ajoute le report de bénéfice antérieur non distribué.

  • Bilan*

    Inventaire de ce que possède une société (actif) et de ce qu'elle doit (passif).
    Le bilan est généralement établi en fin d'exercice.

  • Blockchain

    Technologie employée permettant de garder la trace d'un ensemble de transactions, de manière décentralisée, sécurisée et transparente, sous forme d'une chaîne de blocs (ou registre de transactions, en français).

  • Blue Chips

    Expression d'origine américaine pour désigner les plus belles valeurs de l'ensemble des places boursières, les « small and mid caps » représentant les petites capitalisations boursières.

  • Bon de souscription (ou WARRANT)

    Bon qui donne le droit à son titulaire d'acheter une action à un prix fixé à l'avance, jusqu’à une date déterminée.

  • BRICS

    Acronyme évoquant cinq nouvelles puissances économiques : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

  • Broker (Courtier)

    Intermédiaire sur les marchés boursiers qui achète et/ou vend des titres pour le compte de clients.

  • CAC 40 (Cotation Assistée en Continu)

    Indice phare de la Bourse de Paris ; il donne l'évolution moyenne du cours des actions de 40 sociétés françaises parmi les plus importantes et les plus actives de tous les secteurs économiques.

  • Call

    Option d'achat (terme anglais).

  • Capitalisation

    Evaluation du montant futur d'un capital initial placé à un taux d'intérêt déterminé, pour un nombre d'années déterminé. Désigne également le fait que les intérêts versés en rémunération d'un placement y soient réinvestis.

  • Capitalisation boursière

    Evaluation de la valeur boursière d'une société à un instant « t ». Cette valeur représente le produit du cours de l'action par le nombre d'actions composant le capital de la société.

  • Capitaux permanents

    Ensemble des fonds propres et des dettes à long terme.

  • Carnet d'ordres

    Présente les 5 meilleures offres d'achat et de vente à un instant « t » et permet de positionner son ordre au plus juste.

  • Cash flow*

    Egalement appelé capacité (ou marge brute) d'autofinancement, le cash flow traduit l’aptitude d'une entreprise à se financer par ses propres ressources. Il correspond au bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements et de certaines provisions.

  • CFD (de l’anglais « Contracts for difference »)

    Instruments financiers à terme, permettant d’investir sur un grand nombre de supports avec un effet de levier très important. Ils fonctionnent dans les deux sens. On notera qu’en cas d’évolution contraire à celle prévue par l’investisseur, la perte peut être plus importante que les sommes investies.

  • Chevalier blanc

    Lors d'une OPA, investisseur, banquier, ou entreprise, se portant au secours d'une société convoitée, avec l'accord de celle ci.

  • Clause d’agrément

    Permet au conseil d'administration d'une société de refuser certains actionnaires.

  • Club d'investissement*

    Groupe de personnes pratiquant la gestion collective d'un portefeuille boursier issu de leur épargne commune.

  • Coefficient de capitalisation des résultats (CCR)

    Voir « Price Earning Ratio ; PER »

  • Comptant

    Marché où les opérations d'achat (paiement) et de vente (livraison) sont simultanées. A Paris, le comptant est la règle, les transactions à terme sont cependant réalisables en recourant au Service de règlement différé (SRD).

  • Compte de liquidation

    Totalise les opérations réalisées sur le mois boursier et établit le solde du compte titres.

  • Compte titres

    Compte sur lequel sont déposées et conservées des valeurs mobilières.

  • Comptes consolidés

    Lorsqu'une société possède des filiales, elle doit publier des comptes qui font apparaître la physionomie financière du groupe.

  • Conseil automatisé (Robo-advising)

    Système reposant sur des algorithmes, permettant à partir d’une série de questions réponses en ligne de proposer à un investisseur des conseils de gestion de son patrimoine et/ou des produits financiers. Les avantages principaux résident dans la baisse du coût du conseil ainsi que dans son accessibilité permanente. Les risques pour l’investisseur qui n’aurait pas de recours humain, sont d’une part l’incompréhension des raisons de la proposition qui lui est faite, d’autre part une mauvaise prise en compte de ses besoins réels et de ses objectifs.

  • Conseil d’administration*

    Dans les sociétés anonymes, il est l’organe statutaire en charge de l’administration de la société. Sa composition est fixée par les statuts dans le respect des dispositions du code de commerce.

  • Conseil de surveillance*

    Dans les sociétés anonymes dirigées par un directoire, le conseil de surveillance est l’organe qui nomme les membres du directoire et contrôle leur gestion. Il comprend de 3 à 18 membres selon les statuts.
    Permet de déterminer quotidiennement le cours d'un titre par confrontation des offres et des demandes exprimées pendant les séances, c'est à dire son prix sur le marché. Elle peut être effectuée soit en continu, soit au fixing (valeurs à moindre liquidité).

  • Cotation directe

    Mode d'introduction de nouveaux titres sur la place boursière, à un prix d'offre minimum, permettant une hausse des cours le jour même. Le prix définitif s'établit en fonction de la demande de titres.

  • Coupon

    Versement, en principe annuel, lié à la possession d'un titre. Dans le cas d'une obligation, il s'agit d'un intérêt calculé. Dans le cas d'une action, il s'agit d'un dividende.

  • Cours

    Prix résultant de l'offre et de la demande auquel s'échange l'action.

  • Cours ajusté

    Cours d'une action tenant compte des opérations ayant modifié le montant du capital (création d'actions nouvelles, division du titre).

  • Cours de compensation

    Cours conventionnel auquel les opérations à terme sont dénouées lors de la liquidation mensuelle.

  • Courtage

    Rémunération des intermédiaires financiers pour l'exécution des opérations boursières

  • Couverture

    Dépôt de garantie d'une opération à terme. On parle aussi de « déposit ».

  • Covenant

    Terme anglais désignant une clause d’un contrat de prêt qui, en cas de non respect des objectifs (en général un ou plusieurs ratios financiers), peut entraîner le remboursement anticipé du prêt.

  • Création de valeur

    Capacité d’une entreprise à obtenir un taux de rentabilité supérieur au taux de rémunération des capitaux (coût moyen pondéré des capitaux employés).

  • Crédit d’impôt

    Certaines dépenses ou charges supportés par des particuliers ou des entreprises donnent droit à un crédit fiscal, dont le montant s’impute sur le montant de l’impôt correspondant (impôt sur le revenu ou impôt sur les bénéfices). Certains crédits d’impôt ne peuvent être déduits qu’à
    concurrence du montant de l’impôt dû ; dans certains cas au contraire, l’excédent éventuel de crédit par rapport à l’impôt dû est remboursé au contribuable par le Trésor Public.

  • Crossing networks

    Système de négociation de gré à gré développé par les intermédiaires financiers les plus importants (en général les banques). Il n’y a pas de négociation de prix : celui-ci est importé automatiquement d’un autre système.

  • Crowdfunding

    Voir « financement participatif »

  • Crypto-actifs

    Actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale.

  • Cryptomonnaie

    Monnaie virtuelle qui repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé blockchain ou chaîne de blocs. Les principales sont le Bitcoin, l’Ether ou le Ripple ... Il en existe aujourd'hui près de 1 600 de ce type dans le monde. Elles sont créées au sein d’une communauté d’internautes, également appelés « miners » (mineurs en français), qui ont installé sur leurs unités informatiques connectées à internet un logiciel libre qui va créer, selon un algorithme, les « jetons » (ou tokens, en anglais) qui sont ensuite alloués à chaque « miner » en récompense de sa participation au fonctionnement du système.

  • Dark pools (en français « plates-formes électroniques de l’ombre »)

    Plateformes d’échange de blocs de titres qui s’effectuent dans la plus grande confidentialité et qui ne perturbent donc pas le marché.

  • Date de jouissance

    Date à partir de laquelle les intérêts d'un emprunt commencent à courir ou à partir de laquelle une action donne droit au versement d'un dividende.

  • Décote

    Ecart lorsque la valeur réelle ou théorique d'un titre est supérieure à son cours de bourse. Dans les opérations d'actionnariat salarié c'est le rabais sur le cours de référence de l'action, qui permet d'offrir un prix préférentiel pour les salariés.

  • Délai de recouvrement

    Nombre d'années nécessaire à un actionnaire pour obtenir une somme actualisée de bénéfices par action égale au cours de l'action. Voir « Actualisation »

  • Délit d'initié

    Comportement coupable d'un investisseur, qui exploite une information privilégiée généralement obtenue dans le cadre de ses fonctions ou de sa profession, susceptible de modifier le cours d'une action.

  • Dette souveraine

    Dette d’un pays indépendant. La souveraineté entraîne normalement pour l’Etat la possibilité de lever des impôts, qui contribueront au service de sa dette (paiement des intérêts, remboursements à l’échéance) et à la sécurisation des créances de ceux qui lui ont prêté de l’argent.

  • DICI* (« Document d’Information Clé pour l’Investisseur »)

    Document de deux pages pour tous les fonds accessibles au grand public. Il doit comporter de façon claire et synthétique, les informations essentielles sur l’OPC. Il s’applique aux FCPE et SICAV d’actionnariat salarié.

  • Dilution

    Diminution arithmétique du bénéfice ou du dividende par action à la suite de l'augmentation du nombre d'actions ou de la création d'obligations convertibles.

  • Directoire*

    Dans les sociétés anonymes ayant choisi la formule d’un directoire et d’un conseil de surveillance, le directoire dirige la société et agit au nom de celle-ci. Les statuts fixent sa composition ; le nombre de ses membres, personnes physiques, est de un au moins et de cinq au plus, ou sept dans les sociétés dont les actions sont admises aux négociations sur un marché réglementé.

  • Dividende

    Partie du bénéfice de la société versée à l'actionnaire.

  • Division du nominal

    Cette opération permet aux actionnaires individuels d'accéder plus facilement aux titres d'une société. Elle consiste à diviser la valeur nominale de l'action et à multiplier d'autant le nombre de titres.

  • Document de base

    Document descriptif complet publié dans le cadre de l'introduction en bourse d'une société.

  • Document de référence

    Document publié par une société cotée, pour un exercice donné, contenant une information détaillée sur l'activité, la situation financière et les perspectives de l’entreprise. Il est essentiellement destiné aux investisseurs et aux analystes financiers. Il est soumis au contrôle de l'AMF et peut prendre la forme du rapport annuel de la société ou d'un document spécifique établi pour les besoins d'une opération de marché.

  • Dow Jones

    Indice boursier le plus connu de la Bourse de New York. Il repose sur 30 grandes valeurs.

  • Droit d'attribution

    Droit négociable attaché à chaque action ancienne lors de l'attribution gratuite d'actions, provenant de l'incorporation d'une partie des revenus dans le capital social.

  • Droit de souscription (DPS)

    Droit négociable attaché aux actions existantes et permettant de souscrire à des actions nouvelles lors d'une augmentation du capital en numéraire.

  • Droits de garde

    Montants perçus par les établissements habilités à conserver des titres.

  • Effet de Levier*

    Technique consistant, avec peu de dépôt, à engager plusieurs fois la mise et donc à accroître de manière plus que proportionnelle le rapport entre le capital engagé et les gains obtenus.

  • EMEA

    Acronyme signifiant Europe/Moyen Orient/Afrique (à partir des termes anglais)

  • EnterNext

    Bourse des PME/ETI françaises. Créée en 2013 et filiale d’Euronext.

  • ESMA* (European Securities and Markets Authority)

    Autorité Européenne des Marchés Financiers. C’est une autorité indépendante chargée d’élaborer des normes techniques, de garantir l’application cohérente du droit de l’Union, et de régler des différends entre superviseurs nationaux. L’ESMA a la possibilité de décisions contraignantes en cas d’urgence.

  • ETF (de l’anglais « Exchange Traded Funds »)

    OPC indiciels cotés sur les marchés réglementés d'Euronext ayant pour objectif de répliquer les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Il s’agit d’une gestion passive permettant au produit d’avoir une variation similaire à celle de son sous jacent, sans aucune intervention stratégique pour tenter de surperformer l’indice. Le gestionnaire du fonds se limite ainsi aux activités administratives comme l’encaissement de dividendes ou la transposition de divisions de titres. Il intervient de façon très limitée sur l’ETF et par conséquent les frais de gestion sont moins élevés que les fonds gérés de manière active.

  • ETNC (Etats et Territoires Non Coopératifs)

    Voir « Paradis fiscaux »

  • Euroclear France

    Dépositaire central des valeurs mobilières.

  • Euronext

    Entreprise de services qui gère les marchés réglementés de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

  • Exercice social

    Période pour laquelle sont établis les comptes d'une société. Coïncide souvent avec l'année civile (ou « année calendaire ») ; lorsque ce n’est pas le cas, on parle d’un « exercice à cheval ».

  • Family office

    Francisé en "bureau de gestion de patrimoine" ou "gestionnaire de grande fortune", organisation privée destinée à détenir et contrôler le patrimoine d'une ou de quelques familles. Ce terme est appliqué à une organisation suivant les intérêts d'une famille ; le multi family office suit les intérêts de plusieurs clients. Certaines organisations s’ouvrent ainsi également à des particuliers via la Bourse comme Wendel ou Eurazeo en France.

  • FIA (Fonds d’Investissement Alternatif)

    Tout fonds d’investissement qui n’est pas un OPCVM. Il s’agit de SICAV et de FCP offrant plus de souplesse ou de spécificités que les OPCVM. Les FCPE relèvent de cette catégorie.

  • Financement participatif (en anglais « Crowdfunding »)

    Financement de projets par appel à un grand nombre de personnes, en utilisant des plateformes accessibles par internet et les réseaux sociaux et sans avoir recours aux intermédiaires financiers habituels. Mondialisé et peu régulé, il peut être un moyen d’entraide ou de lancement de projets innovants, mais il peut s’avérer très risqué pour les investisseurs individuels.

  • Fintech

    Entreprise qui utilise l’informatique et les communications à très hauts débits pour concevoir, développer et/ou commercialiser de nouveaux services financiers, ou de nouvelles méthodes de distribution de produits et services financiers. Il s’agit en général de start-up faisant appel à des financements externes (cf. fiches n°77 « Les investissements dans les PME innovantes non cotées » et fiche n°87 « Le financement participatif »).

  • Fixage (ou fixing)

    Négociation et cotation d'un cours une ou deux fois par jour, par opposition au marché continu.

  • Flash orders

    Ils consistent à placer en moins d’une seconde des ordres sur un marché puis les retirer après en avoir évalué les conséquences.

  • Flottant

    Fraction du capital d'une société cotée qui est effectivement négociable en bourse.

  • FMI (Fonds Monétaire International)

    Institution spécialisée des Nations Unis, créée en 1944, à laquelle 188 pays adhéraient début 2015. Le rôle du FMI est de venir en aide à des pays en difficulté financière par des prêts en en contrepartie d’engagements précis de réformes économiques visant à assainir la gestion de leurs finances publiques et à rétablir une croissance équilibrée à long terme. Ses ressources reposent sur des engagements des états membres proportionnellement à leur quote-part dans le fonds. Son siège est à Washington.

  • Fonds commun de placement (FCP)

    Copropriété de valeurs mobilières, gérée par un professionnel pour le compte des porteurs de parts. Les Sicav et Fonds communs de placement sont deux catégories d'OPC.

  • Fonds communs de placement d'entreprise (FCPE*)

    Fonds commun de placement spécialisé dans la gestion des fonds constitués dans le cadre de l'intéressement, de la participation ou de versements volontaires des salariés d'une entreprise.

  • Fonds de roulement net

    Actif circulant moins dettes à court terme.

  • Fonds propres

    Ils sont égaux au total des actifs possédés par la société, diminué de l'ensemble de ses dettes.

  • FOREX

    De l’anglais « FOReign EXchange », qui signifie marché des changes ou encore marché des devises.

  • Frais de courtage ou Frais de transaction

    Calculés en pourcentage du montant de l'ordre passé ou bien en montant forfaitaire, ils incluent la commission du broker et, éventuellement, une commission versée à la société de gestion ou à l'établissement financier intermédiaire (qualifiée de « rétrocession »).

  • Front running

    Pratique interdite qui consiste pour un courtier à passer des ordres pour compte propre avant de passer les ordres de ses clients, en prenant avantage des effets de ces derniers sur le marché.

  • Gestion alternative

    Mode de gestion de fonds d’investissement visant à lisser les performances dans le temps et/ou à « sur performer » par rapport aux marchés financiers par des choix de placements très flexibles avec une prise de risque de perte très élevée. Les fonds de la gestion alternative sont communément appelés « hedge funds ».
    Ces fonds utilisent la vente à découvert (voir ce vocable), l’arbitrage en tirant profit de différences a priori anormales de valeur entre des actifs liés, l’effet de levier (voir ce vocable) ainsi que des produits dérivés en couverture du portefeuille ou pour spéculer.

  • Gestion directe

    Méthode de gestion dans laquelle l'investisseur possède son propre portefeuille de titres et donne les ordres d'achat ou de vente d'actions. S'oppose à la gestion indirecte par le biais d'OPC.

  • Gestion indicielle

    Gestion pratiquée par les fonds de placement dont la valeur est maintenue conformément à un indice boursier (par exemple le CAC 40). La gestion « passive » de ces fonds entraîne des frais de gestion moins élevés que la gestion « active » traditionnelle. Les fonds dans lesquels s’opère ce type de gestion sont appelés des « fonds indiciels » (« trackers » en anglais).

  • Goodwill (en français « survaleur » ou « écart d’acquisition »)

    Voir « survaleur ».

  • Gouvernement d'entreprise (en anglais « Corporate Governance »)

    Le Gouvernement d'Entreprise regroupe l'ensemble des différents dispositifs mis en place pour contrôler la gestion d'une société cotée. La notion de Gouvernement d'entreprise est apparue en France en 1995, lors de la publication du Rapport Viénot, qui préconise notamment la création de comités de contrôle spécialisés.

  • Hedge funds

    Voir « fonds de gestion alternative ».

  • HFT (de l’anglais “High Frequency Trading”)

    Voir « Trading haute fréquence ».

  • IFRS (International Financial Reporting Standards)

    Normes comptables dont l’application a été imposée par le règlement européen 1602/2002 du 19 juillet 2002 aux entreprises cotées ou faisant appel public à l’épargne publiant des comptes
    consolidés. Elles ont pour objectif principal d’harmoniser la présentation des états financiers afin d’en faciliter la compréhension et surtout la comparaison à l’échelon européen. La logique de ces normes repose sur des principes comptables nouveaux, dont certains font l’objet de réserve de l’Union européenne, notamment l’option de valorisation à la juste valeur (« fair value ») des actifs et passifs.

  • Illiquidité

    Caractéristique d'un actif qui ne peut être acheté ou vendu quand on le souhaite.

  • Insolvabilité

    Inaptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, c'est-à-dire d'arrêt de l'exploitation et de mise en vente des actifs.

  • Investisseurs institutionnels ou « zinzins »

    Organismes financiers (caisses de retraite, compagnies d'assurances, Caisse des Dépôts et Consignations), tenus par leurs statuts de placer leurs fonds dans des valeurs mobilières.

  • IPO (de l’anglais « Initial Public Offering »)

    Voir « Introduction en bourse ».

  • ISIN

    Les valeurs cotées à la fois sur Amsterdam, Bruxelles et Paris utilisent le code ISIN.
    Pour chaque valeur, ce code se compose de 12 caractères, dont deux lettres pour la place de négociation (NL : Amsterdam, BE : Bruxelles, FR : Paris).

  • Jetons de présence*

    Rémunération des membres des conseils d'administration et des conseils de surveillance.

  • Lever

    Prendre possession d'un titre acheté après l'avoir payé sur un marché à terme, exercer une option, dénouer un contrat d'option ou se procurer des fonds sur un marché.

  • Leverage buy out (LBO)

    Mécanisme de rachat d'une entreprise avec un apport minime de fonds propres et un recours important à l'emprunt garanti sur les actifs de l'entreprise. Souvent pratiqué pour le rachat d'une entreprise par ses salariés (RES).

  • Limite

    Cours maximum ou minimum, fixé lorsque l’on passe un ordre en bourse.

  • Liquidation

    Jour du règlement des opérations avec SRD (Service de Règlement Différé). Sauf exception, la liquidation a lieu le 5° jour de Bourse avant la dernière séance du mois.

  • Liquidité

    (I) Capacité pour un débiteur de dégager ou de se procurer la trésorerie nécessaire au paiement de ses dettes à l’échéance.
    (II) Caractérise un titre qui fait l’objet d’échanges quotidiens importants.

  • Livraison

    Se dit lorsque le vendeur transmet après paiement ses titres à l'acheteur.

  • Marché continu

    Caractéristique d’un marché où les opérateurs peuvent intervenir toute la journée (à Paris de 9 h 00 à 17 h 30) et de n'importe où, grâce à l'organisation informatisée des échanges.

  • Marché libre

    Marché non officiel créé par Euronext pour accueillir de petites sociétés qui veulent commencer une carrière boursière, sans pouvoir d'emblée accéder à un marché réglementé faute de remplir les conditions requises.

  • Marché primaire

    Marché des émissions de titres (marché du neuf).

  • Marché secondaire

    Marché où se négocient et s'échangent les titres en bourse (marché de l'occasion).

  • MiddleNext

    Association professionnelle française indépendante exclusivement représentative des valeurs moyennes cotées. Créée en 1987, MiddleNext fédère et représente exclusivement des sociétés cotées sur Euronext et Alternext, tous secteurs d’activités confondus. L’organisation est financée et gérée par des dirigeants de Valeurs Moyennes.

  • Mifid 2 (Mif2)

    Directive européenne entrant en application le 3 janvier 2018. Elle vise à mieux protéger les particuliers lors des placements en produits financiers et à prévenir les conflits d'intérêts avec leurs prestataires.

  • Moins-value

    Perte sur la vente d'un titre, égale à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • MTF (« Multi Trading Facilities ») ou SMN (Systèmes Multilatéraux de Négociation).

    Une des nouveautés les plus importantes de la MIF a été d’arrêter le monopole des plateformes traditionnelles et de permettre le développement des plateformes alternatives de négociation.
    Voir « plateforme de négociation ».

  • Nasdaq

    Marché des valeurs de croissance aux Etats-Unis.

  • Nominal

    Fraction du capital représentée par une action. Toutes les actions d'une société ont le même nominal.

  • Nominatif*

    Type de détention d'une valeur mobilière inscrite, au nom de son propriétaire, sur les registres de la société (par opposition aux titres au porteur). On distingue le nominatif administré et le nominatif pur. Voir fiche 41 « L’action ».

  • Note d’opération

    Document publié dans le cadre d'une émission de titres décrivant l'émetteur et les conditions de l'émission. On parle également de prospectus.

  • Nyse (New York Stock Exchange)

    Principal marché boursier des Etats-Unis.

  • Obligation convertible

    Obligations que le porteur pourra transformer en action dans une période donnée.

  • Obligation*

    Titre représentatif d'une créance, à revenu en principe fixe, créé lors de l'émission d'emprunts.

  • OPA*/OPE* (Offre Publique d'Achat/d'Echange)

    Quand une société veut racheter une entreprise cotée en bourse, elle peut proposer un prix d'achat unique pour tous les titres qui se présentent (OPA). Si la société qui se porte acquéreur est elle-même cotée, elle peut également proposer ses propres actions en rémunération des titres présentés (OPE).

  • OPC*

    Organismes de Placement Collectif qui collectent et placent les capitaux en valeurs mobilières. Il existe deux formes d’OPC en France : les FCP et les SICAV. Juridiquement, on distingue les OPVVM* et les FIA*.

  • OPF (Offre à Prix Ferme ou Offre à Prix Fixe)

    Procédure d'introduction en Bourse fixant la quantité et le prix unique des titres à vendre.

  • OPR (Offre Publique de Retrait) et OPRO (Offre Publique de Retrait Obligatoire)

    Lorsqu'une société possède au moins 95% du capital d'une autre société, elle peut lancer une OPA ou une OPE sur les 5% restants. La société en question sera alors radiée de la cote si l'OPR est suivie d'un retrait obligatoire (OPRO).

  • Options

    Produits dérivés qui donnent à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, d’acheter (option d’achat ou « call ») ou de vendre (option de vente ou « put ») un actif financier (le sous-jacent) à des conditions déterminées à l’avance (prix, échéance…). Le vendeur est tenu de livrer le sous-jacent si l’acheteur exerce l’option. Les options sont négociables tant qu’elles n’ont pas expiré.

  • Ordre de Bourse*

    Demande faite à l'intermédiaire financier pour acheter ou vendre une action en bourse.

  • OTC (Over the counter)

    Transaction de gré à gré entre opérateurs financiers.

  • Pair

    C'est la valeur faciale ou nominale d'un titre.

  • Paradis fiscaux ou ETNC

    Etats et Territoires Non Coopératifs au plan de la transparence des mouvements financiers.

  • Payout ratio

    Voir « taux de distribution ».

  • PEA (Plan d'Épargne en Actions)

    Cadre de gestion dans lequel il est possible de constituer, sous certaines conditions de conservation, un portefeuille d’actions françaises et des autres pays de l’Union européenne, d’Islande et de Norvège, en franchise d’impôt sur les dividendes et les plus values de cession, ces dernières étant soumises aux contributions et aux prélèvements sociaux à la sortie du plan.

  • PEE* (Plan d'Épargne d'Entreprise) et PEG* (Plan d'Épargne Groupe)

    Système d'épargne collectif destiné à encourager l'épargne des salariés avec l'aide de l'entreprise.

  • PER* (de l’anglais « Price Earning Ratio »)

    Rapport entre le cours de Bourse et le bénéfice par action, également appelé « Multiple de capitalisation » ou « Coefficient de capitalisation des résultats » ou « CCR ».
    Le PER permet de comparer la rentabilité des actions. C'est le critère d'appréciation boursière le plus utilisé. Le PER d'une valeur sera d'autant plus élevé que l'on anticipe une croissance forte de ses bénéfices.

  • Plafond annuel de la sécurité sociale (PASS)

    Montant de référence révisé annuellement pour l’application des cotisations de sécurité sociale et pour le calcul de nombreux plafonds de versement (voir page « données essentielles » du guide).

  • Plateforme de négociation

    Terme caractérisant un système de transactions électroniques servant à échanger des titres, des biens...

  • Plus-value*

    Gain obtenu sur la vente d'un titre, égal à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat.

  • Point mort

    Niveau de vente minimum à partir duquel une entreprise commence à gagner de l'argent ou cesse d'en perdre.

  • Prestataires de services en investissement

    Entreprises d’investissement habilitées à négocier les valeurs. Les sociétés de gestion en sont les principales représentantes.

  • Prime d’émission

    Les actions nouvelles sont le plus souvent émises à un prix supérieur à la valeur nominale. L’écart constitue la prime d’émission qui vient augmenter les réserves.

  • Prime de risque

    Différence entre le taux de rendement attendu du marché des actions et le taux de rémunération offert par les obligations d'Etat à long terme.

  • Produit dérivé*

    Instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du taux ou du prix d'un autre produit appelé « sous-jacent », qui ne requiert aucun placement net initial ou un apport peu significatif et dont le règlement s'effectue à une date future.

  • Prorogation

    Synonyme de report, le terme est devenu officiel sur le Service de règlement différé (SRD).

  • Prospectus

    Documentation écrite officielle diffusée largement lors d’un placement de titres par l’entreprise émettrice et la, ou les, banques en charge du placement. Il vise à informer les investisseurs sur le patrimoine, la situation financière, les résultats et les perspectives de la société.

  • Put

    Option de vente en Anglais.

  • Quorum

    Part minimum du capital qui doit être présente ou représentée à une assemblée d'actionnaires pour que celle-ci délibère valablement.

  • Quotité

    Multiple de titres minimum pour une négociation. Elle s'applique encore aux options et warrants.

     

  • Rapport annuel

    Document de communication qu’une société publie après la clôture de l’exercice pour présenter ses activités, ses perspectives, ses principaux résultats financiers et souvent ceux qui la dirigent.

  • Rapport cours-bénéfice

    Rapport entre le cours des actions d'une société et son bénéfice net par action.
    Voir « PER »

  • Relit

    Système informatique français de règlement livraison des titres

  • Relution

    Inverse de dilution (voir ce mot).

  • Rendement d'une action

    Dividende rapporté au cours de l'action.

  • Report

    Possibilité offerte à un investisseur de reporter (on dit aussi proroger) d'un mois son engagement à terme moyennant le paiement d'un intérêt appelé report.

  • Report à nouveau

    Solde restant après distribution des bénéfices. Les soldes reportés sur plusieurs exercices peuvent servir à distribuer ou à compléter un dividende dans une période difficile.

  • RES (Rachat d'une Entreprise par ses Salariés)

    Opération permettant aux salariés d'une entreprise d'en acquérir le capital en grande partie grâce à un prêt.

  • Réserves légales

    La loi impose aux sociétés anonymes la constitution de réserves légales correspondant à 5% du bénéfice de l'exercice jusqu'à la limite de 10% du capital social.

  • Retrait obligatoire

    Voir « OPR-OPRO »

  • Road-show

    Série de rendez-vous organisés dans plusieurs villes pour le management d’une société afin qu’il puisse rencontrer ses investisseurs/actionnaires actuels ou futurs. Ce type d’évènement s’organise dans le cadre des introductions en bourse, d’opérations financières, ainsi que dans le cadre de la communication habituelle des sociétés cotées après leurs publications financières trimestrielles, semestrielles ou annuelles.

  • Rompu

    Si l'on n'a pas le multiple exact de droits de souscription ou d'attribution pour obtenir une action (dix pour une par exemple), il reste des rompus, ces droits doivent être vendus ou complétés pour avoir le nombre d'actions correspondant à une souscription ou à une distribution de titre gratuit. En cas de fusion ou d'échange d'actions, se dit des titres en surplus par rapport à la parité d'échange.

  • Say on pay

    Consultation des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux d'une société. Les votes peuvent avoir suivant la loi et les statuts une portée contraignante ou celle d'avis simplement consultatif.

  • Support

    Utilisé comme synonyme d'actif sous-jacent.

  • Surcote

    Ecart entre la valeur réelle ou théorique d'un titre et son cours de bourse quand ce dernier est supérieur à la première.

  • Survaleur ou Ecart d’acquisition ou Goodwill (en anglais « goodwill »)

    Ecart d'acquisition, figurant au bilan d’une société, correspondant à l'excédent du coût d'acquisition, lors d'une prise de participation ou d'une fusion, sur la quote-part de l'acquéreur dans la juste
    valeur des actifs et passifs identifiables (selon la norme internationale IFRS 3).
    L'écart entre le prix d'acquisition d'une société et sa valeur économique peut-être positif (goodwill) ou négatif (badwill).

  • Swap

    Contrats d’échange (en anglais, to swap = échanger) qui permettent à deux parties d’échanger des flux financiers. Ces parties sont en général des banques ou des institutions financières. L’avantage pour elles réside dans l’absence de capitaux à échanger.
    Pour une entreprise, l’avantage sera la modification des caractéristiques de ses actifs financiers figurant au bilan, en y superposant un produit « hors bilan », sans encourir les conséquences comptables et fiscales d’une sortie de bilan.
    A titre d’exemples, il peut s’agir de l’échange des intérêts d’un prêt à taux variable contre des intérêts fixes, de taux d’intérêts afférents à des prêts en devises différentes, d’une protection contre un risque crédit en contrepartie de versements réguliers (en anglais « credit default swaps » ou « CDS »), ou encore d’un prix fixe contre un prix variable pour des matières premières.
    Les swaps sont au cœur de l’ingénierie financière. On les trouve par exemple dans les opérations d’actionnariat salarié à effet de levier.

  • Taux de distribution (en anglais « payout ratio)

    Rapport entre le dividende net par action et le bénéfice net par action.

  • Titre au nominatif

    Voir « Nominatif »

  • Titre au porteur

    Le possesseur de l'action est inconnu de la société émettrice.

  • Titres subordonnés

    Titres de plusieurs types, qui ne peuvent être remboursés qu’à l’initiative de l’émetteur, soit en espèces soit en actions. Sans faire partie du capital, ils constituent des quasi fonds propres. Une variété de ces titres, dits « super subordonnés » ne sont remboursables aux porteurs en cas de liquidation de la société qu’après les autres créanciers non actionnaires.

  • Titrisation

    Technique financière consistant à transférer à des investisseurs des créances en les transformant en titres financiers émis sur les marchés de capitaux.
    Trading à Haute Fréquence ou HFT (de l’anglais « High Frequency Trading »)
    Exécution à grande vitesse (quelques microsecondes) de transactions financières faites par des algorithmes informatiques complexes. Ces transactions permettent de jouer sur des grandes
    quantités avec des petits écarts de prix et de faibles coûts de traitement.

  • Valeur de croissance

    Action d'une société qui exerce son activité dans un secteur en forte croissance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur de retournement

    Se dit d’un titre financier qui, après avoir suivi une longue tendance baissière, semble être en passe d'inverser durablement la tendance.

  • Valeur mobilière

    Titre négociable émis par une société ou une collectivité publique qui peut être coté en bourse. Les deux grandes catégories sont les actions et les obligations.

  • Valeur nominale

    Il s'agit de la valeur à laquelle un titre a été émis. Le capital social correspond au produit de la valeur nominale par le nombre d'actions. Voir «Nominal»

  • Validité de l'ordre

    Un ordre jour ne peut donner lieu à une transaction que dans la journée où il a été émis. Il restera sur le marché jusqu'au jour indiqué s'il est à date déterminée, alors qu'un ordre à révocation est valable jusqu'à la fin du mois civil.

  • Vente à découvert

    Vente au comptant d’actifs (notamment des titres) que l’on ne possède pas, mais que l’on prévoit de racheter ultérieurement moins cher, la différence constituant le gain de l’opérateur. Si le prix monte, l’opération est au contraire perdante pour lui et son risque de perte est en théorie illimité.

  • Volatilité

    Indicateur de risque qui permet de mesurer l'amplitude de variation des cours d'un titre par rapport à la tendance générale du marché.

  • Warrant

    Voir « Bon de souscription ».

Fermer

Mots-clés

  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • F
  • G
  • H
  • I
  • J
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • Q
  • R
  • S
  • T
  • U
  • V
  • W
  • X
  • Y
  • Z

    * Termes figurant dans le glossaire

      Jetons de présence*

      VI. Protégé : L’EPARGNE SALARIALE

      VI. 25. L’économie générale de l’épargne salariale

      Gérard KESZTENBAUM / Avocat honoraire Date de création : 03/11/2017Date de révision : 12/02/2019

      Janvier 2018

      L’épargne salariale, telle qu’elle se trouve aujourd’hui dans sa principale source codifiée, à savoir le Code du travail – ce qui n’a pas toujours été le cas – est comme souvent, dans ce code (et dans d’autres) le résultat d’un empilement de dispositifs créés par le législateur sur une longue période : de 1959 à 2015 en l’occurrence.

      Aujourd’hui, ce que le législateur entend par le titre un peu commercial et pompeux : « dividende du travail : intéressement, participation et épargne salariale » regroupe deux sortes d’institutions : d’une part, des institutions de partage du résultat – positif – des entreprises, l’intéressement facultatif et la participation obligatoire sous condition d’effectif (à partir de 50 salariés) et, d’autre part, des institutions d’épargne proprement dite à moyen ou à long terme : le PEE et le PEI, le PERCO et le PERCO-I.

      Mais les liens très importants qui les unissent comme les nombreuses caractéristiques identiques qui les identifient et les distinguent du reste du droit du travail justifient probablement leur regroupement sous le vocable « d’épargne salariale ».

      Les liens entre les différentes institutions 

      L’intéressement et la participation sont étroitement liés au PEE, ce dernier prenant un caractère obligatoire si l’entreprise institue la participation, même à titre volontaire.

      En outre, l’affectation volontaire ou par défaut au PEE par le salarié des sommes perçues au titre de l’intéressement comme de la participation en modifie le régime fiscal.

      Les caractéristiques communes 

      Tout d’abord et il s’agit d’une caractéristique fondamentale : ce sont  des institutions à caractère collectif, qui excluent toute individualisation.

      Les modalités de mise en place des différentes institutions ne diffèrent guère entre elles, même si le PEE et le PERCO peuvent être mis en place unilatéralement sous certaines conditions (la participation volontaire également). La notion de groupe comme cadre de la mise en place de l’une ou de l’autre des institutions est commune à toutes ces institutions qu’il s’agisse de l’intéressement, de la participation ou des plans d’épargne salariale.

      La définition des bénéficiaires des différentes institutions est aussi très proche qu’il s’agisse de l’ancienneté exigible des salariés ou de la situation des dirigeants d’entreprise.

      Les critères de répartition des primes collectives d’intéressement et de la réserve spéciale de participation entre les bénéficiaires sont quasiment identiques. Les modalités d’application de ces critères sont profondément imprégnées par le principe d’égalité de traitement et l’on retrouve cette imprégnation dans les modalités d’application de l’aide à la constitution d’un portefeuille mobilier (abondement) dans le cadre d’un PEE ou d’un PERCO.

      Les hypothèses de déblocage anticipé des droits à participation dans un compte courant bloqué ou un PEE, ou des sommes placées dans un PEE provenant de l’application d’un accord d’intéressement ou de participation ou constituant un versement volontaire (salaire, héritage, dividendes etc.) sont communes..

      Les modalités d’information individuelle des salariés sont également communes (livret d’épargne salariale), de même que les règles du dépôt et du contrôle administratifs, à quelques détails près concernant l’intéressement.

      Les caractéristiques dérogatoires du droit commun 

      Mais le trait le plus marquant de ces différents dispositifs réside sans doute dans leur caractère totalement dérogatoire du droit commun du travail, mais aussi du droit fiscal et du droit de la sécurité sociale, voire même du droit des sociétés lorsque l’entreprise entend ouvrir son capital à ses salariés dans le cadre d’un PEE.

      Ainsi, la conclusion de l’accord collectif d’intéressement, de participation ou de création d’un plan d’épargne salariale offre à l’entreprise un choix entre différentes modalités qui n’existe dans un aucun autre domaine du droit du travail : application des règles du droit commun de la négociation collective, conclusion avec des salariés mandatés par une organisation syndicale ou avec le comité social et économique ou approbation par la majorité des deux-tiers du personnel d’un projet élaboré par le chef d’entreprise pour toutes les institutions d’épargne salariale. Mais, ce particularisme est encore plus étendu et libéral pour les entreprises dépourvues de représentants du personnel (TPE et PME) ou en cas de désaccord entre le chef d’entreprise et les représentants du personnel à l’issue d’une négociation : dans de telles situations le chef d’entreprise peut mettre en place unilatéralement un PEE, un PERCO et même un accord de participation volontaire (dans une entreprise employant moins de 50 salariés). Ces dispositions sont sans équivalent en droit du travail et n’existent que dans un seul autre domaine social : la mise en place des régimes complémentaires de prévoyance ou surcomplémentaires de retraite.

      Autre dérogation majeure et exceptionnelle en droit du travail : les sommes (intéressement, participation, abondement) versées par les entreprises à leurs salariés et s’ils en remplissent les conditions (PME ou cumul d’un mandat social avec un contrat de travail) n’ont pas le caractère de salaire ni au regard de la législation du travail, ni au regard du droit de la sécurité sociale et du droit fiscal.

      Il en résulte deux caractéristiques essentielles :

      • ces sommes ne sauraient constituer un avantage acquis, ni être prises en compte pour apprécier si un bénéficiaire a perçu un salaire au moins égal au SMIC;
      • elles bénéficient aussi d’un régime social et fiscal de faveur (cf. ci-après).

      Le régime fiscal et social de faveur  

      Pour l’entreprise : les sommes versées constituent des charges déductibles du résultat fiscal et sont exonérées de charges sociales. Par contre, elles sont soumises depuis 2009 à un forfait social qui a augmenté de façon exponentielle en quelques années, passant de 2 % en 2009 à 20 % en 2013 ! Cependant, le législateur semble avoir pris conscience de cet excès de prélèvement qui affecte exclusivement les entreprises qui réalisent un résultat économique positif et en font profiter leurs salariés. L’article 16 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2019 vient de revoir le taux du forfait social appliqué à la participation et à l’intéressement pour favoriser ces institutions dans les PME et TPE, ainsi que pour l’actionnariat salarié. A compter du 1er janvier 2019, les entreprises employant moins de 50 salariés sont totalement exonérées de cette contribution sur la participation et sur l’intéressement et cette exonération est même étendue aux primes d’intéressement versées par les entreprises employant moins de 250 salariés. En outre, le forfait social est réduit de moitié (10% ou au lieu de 20) sur l’abondement au PEE lorsque celui-ci est versé à des salariés dans le cadre d’opérations d’actionnariat salarié (souscription ou acquisition d’actions). On observera cependant qu’il existe désormais quatre taux différents du taux du forfait social applicables en matière d’épargne salariale : 20%, 16% (taux applicable au PERCO sous condition), 10% et zéro, ce qui n’en fait pas un modèle de simplicité.

      Pour le salarié : les sommes perçues immédiatement en application d’un accord d’intéressement et/ou de participation sont exonérées des charges salariales, mais soumises à CSG-CRDS. Par contre, si elles sont épargnées dans le cadre d’un PEE ou d’un PERCO, ou bien sûr d’un PEI ou d’un PERCO-I – les variantes multi-entreprises du PEE et du PERCO -, elles sont aussi exonérées de l’impôt sur le revenu. Quant aux revenus des sommes épargnées et aux plus-values, ils sont soumis à la sortie de la période d’indisponibilité aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 % et exonérés de l’imposition sur les plus-values.

      On peut donc affirmer sans exagération que le législateur a ainsi construit progressivement depuis 1959, « un archipel unique et quelque peu exotique » au sein d’une législation sociale et fiscale dont la lourdeur et les rigidités sont souvent dénoncées.

      On trouvera ci-après quelques données chiffrées publiées par la DARES dans son étude annuelle sur la participation, l’intéressement et les plans d’épargne salariale en 2016 (bulletin n°040, août 2018) :

      Montant total des sommes versées par les entreprises au titre de l’épargne salariale           17,094 milliards d’euros
      Nombre de bénéficiaires (en milliers) dans les entreprises de 10 salariés ou plus           7 217
      Nombre de bénéficiaires (en milliers) dans les entreprises de moins de 10 salariés              250
      Nombre d’entreprises couvertes par au moins un dispositif            305 000
      Montant moyen par bénéficiaire (entreprises de 10 salariés ou plus)            2369 €
      Salaire net moyen (en EQTP)* en 2015 (source INSEE)            2250 €
      Montant moyen versé par les salariés :

      • sur un PEE :
      • sur un PERCO
       

      2424 €

      1424 €

       * équivalent temps plein

      VI. 26. La participation

      Philippe BERNHEIM et Gérard Kesztenbaum Date de création : 25/10/2017Date de révision : 15/02/2019

      Décembre 2018

      La participation des salariés aux résultats de l’entreprise est un système prévu par la loi, obligatoire à partir de 50 salariés, facultatif au-dessous, qui accorde aux salariés en France une part du bénéfice annuel si l’entreprise est soumise à l’impôt.

      L’entreprise bénéficie en contrepartie d’avantages fiscaux et sociaux.

      La condition d’effectif de 50 salariés est réputée réalisée si l’entreprise a atteint ce seuil pendant au moins douze mois consécutifs ou non au cours des trois derniers exercices clos. En pratique, il convient de se placer à la clôture du dernier exercice clos et d’examiner s’il a été atteint au cours cet exercice et des deux précédents. Mais, le régime de la participation s’applique aussi à titre obligatoire au sein d’une unité économique et sociale reconnue par accord collectif ou décision de justice et qui emploie au moins 50 salariés.

      Pour les entreprises entièrement nouvelles, les dispositions légales ne s’appliquent qu’à partir du 3ème exercice clos après leur création..

      Les entreprises qui ont un accord d’intéressement et viennent à employer plus de 50 salariés – seuil de mise en oeuvre obligatoire de la participation – ne sont assujetties à cette obligation qu’à partir du 3ème exercice clos après le franchissement du seuil (article L.3322-3 du code du travail).

      Depuis la loi du 30 décembre 2006, elles peuvent conclure ensuite un accord de participation sur une base de calcul et de répartition reprenant celle de l’accord d’intéressement expiré, pour autant que la base de calcul soit assise sur le résultat.

      D’après la DARES (publication n°2018-040 d’août 2018), au titre de l’exercice 2016, la participation a bénéficié en 2017 à 4,904 millions de salariés pour un montant total de 6,714 milliards d’euros, soit 1 369 euros en moyenne par salarié bénéficiaire (+3,4 % par rapport à l’année précédente). Globalement, 53 % des salariés d’entreprises de 50 salariés et plus ont bénéficié de la participation au titre de l’exercice 2016, ce taux n’étant que de 5 % dans les entreprises de 10 à 49 salariés et tombant à environ 1 % au-dessous de 10 salariés ; dans ces deux tranches, la participation est facultative.

      La participation a représenté 3,7 % de la masse salariale des bénéficiaires, ce qui  malgré le redressement des montants versés reste loin du taux atteint en 2010 (4,7 %), année à partir de laquelle l’érosion avait été constante.

      On constate donc que si la participation concerne, sous réserve de dispositions transitoires, toutes les entreprises de plus de 50 salariés, où les salariés en bénéficient effectivement dès lors que les résultats le rendent mécaniquement possible, elle est peu fréquente dès lors que la participation revêt un caractère facultatif.

      I.1 La réserve spéciale de participation (RSP) (Articles L.3324-1 et L.3324-2 du code du travail)

      Le montant de la RSP dépend essentiellement du bénéfice annuel réalisé en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer.

      Le bénéfice pris en compte est le bénéfice fiscal. Le bénéfice calculé est diminué du montant de l’impôt sur les bénéfices ou sur les revenus* dû par l’entreprise ou son chef.

      *Dans le cas d’une entreprise relevant de l’impôt sur le revenu, le bénéfice à retenir, avant déduction de l’impôt correspondant, est calculé en retranchant du bénéfice imposable d’une part la rémunération normale du chef d’entreprise si elle n’est pas admise dans les frais généraux, d’autre part les éventuels résultats déficitaires des 5 années antérieures qui ont été imputés sur les revenus d’une autre nature, mais n’ont pas déjà été pris en compte pour le calcul de la RSP lors des exercices précédents (article L.3324-3 du code du travail). L’impôt à retenir s’obtient en appliquant au bénéfice imposable de l’exercice le taux moyen d’imposition de l’exploitant.

      Une déduction égale à 5 % (comme il s’agit d’un taux d’intérêt annuel, il peut varier si un exercice social est inférieur ou supérieur à 12 mois) des capitaux propres est ensuite opérée (la définition des capitaux propres est donnée par l’article L.3324-4 du Code du travail). Puis on multiplie le montant ainsi calculé par le rapport des salaires (au sens de l’article L.242-1 du Code de la sécurité sociale) à la valeur ajoutée qui résulte de la somme de différents postes du compte de résultat (art.L.3324-1 4°) [1].

      La réserve est égale à la moitié du résultat obtenu.

      Il s’agit cependant d’un montant minimum, qui peut être différent lorsqu’un accord de participation dérogatoire  est conclu et applicable dans l’entreprise. La base de calcul de la participation peut alors être égale à 1/3 du bénéfice net (au lieu du bénéfice fiscal diminué de l’impôt et de 5% des capitaux propres). Il est aussi possible de faire varier le montant de la RSP en fonction du cours de l’action ou des parts sociales pendant l’exercice, Mais il ne s’agit là que d’exemples cités par le législateur : les parties peuvent définir une formule de calcul dérogeant à la formule légale, en respectant toutefois certaines règles énoncées par l’article L.3324-2 du Code du travail.

      Cependant, ces formules dérogatoires ne sont applicables que si elles donnent une RSP d’un montant supérieur ou égal à celui obtenu par la formule légale , ce, en application du principe dit de « l’équivalence des avantages » (article L.3324-2 du Code du travail) et si le montant résultant de leur application est plafonné par l’accord comme suit :

      • soit la moitié du bénéfice net comptable
      • soit au choix des partenaires sociaux l’un des trois plafonds suivants : le bénéfice net comptable diminué de 5 % des capitaux propres, le bénéfice net fiscal diminué de 5 % des capitaux propres, le bénéfice net fiscal.

       Dans le cadre d’un groupe, un accord peut couvrir tout ou partie des sociétés concernées ; dans ce cas, l’équivalence des avantages s’apprécie au niveau du groupe et non entreprise par entreprise

      I.2 La répartition de la RSP entre les salariés  (Article L.3324-5 du code du travail)

      Si les partenaires sociaux n’en ont pas décidé autrement, la RSP est répartie entre les salariés proportionnellement à leurs salaires, pris en compte dans la limite des 3/4 du plafond annuel de la sécurité sociale (30 393 € en 2019)[2].

      Les accords peuvent cependant prévoir que la répartition sera :

      • uniforme
      • proportionnelle à la durée de présence dans l’entreprise au cours de l’exercice considéré
      • fonction d’une combinaison de critères parmi les trois précités, mais chaque critère doit être appliqué sur une quote-part pré-définie par l’accord de la RSP (cass.soc. 14 juin 2005 et doctrine administrative), la combinaison de deux ou trois critères sur une même masse étant prohibée.

      De plus, un salaire plancher peut être fixé pour servir de base de calcul à la part individuelle.

      I.3 Le supplément de participation  (article L.3324-9 du code du travail)

      La loi du 30 décembre 2006 a instauré la possibilité pour le Conseil d’Administration de l’entreprise, ou le cas échéant le Conseil de Surveillance, de décider le versement d’un supplément de prime de participation au titre de l’exercice clos. On se reportera pour plus de détails à la fiche 28.

      I.4 Les accords de participation[3]

      Ils sont conclus soit sous la forme d’une convention ou d’un accord collectif de travail, soit entre le chef d’entreprise et les organisations syndicales représentatives, soit encore au sein du comité social et économique (CSE). Ils peuvent également être ratifiés à la majorité des deux tiers des salariés de l’entreprise sur proposition du chef d’entreprise, ainsi que d’au moins une organisation syndicale représentative s’il en existe dans l’entreprise, ou encore du CSE s’il existe. Il peut aussi être conclu au sein d’un groupe selon les mêmes modalités. L’entreprise peut aussi appliquer un accord de participation de branche s’il en existe (exemples : BTP, transports routiers) ou adhérer à un PEI (plan d’épargne interentreprises) dont le règlement prévoit de recueillir les sommes issues de la participation (cf. fiche 34).

      Ils ont pour objet de fixer le mode de répartition de la RSP, ainsi qu’éventuellement un mode de calcul dérogatoire de celle-ci.  Les modalités d’information collectives et individuelles des salariés y sont précisées. Ils déterminent donc les conditions dans lesquelles le salarié est informé du montant de ses droits à participation et leurs modalités d’affectation dans les plans d’épargne salariale ou retraite (PEE ou PEG, PEI, PERCO ou PERCOI) ou dans des comptes courants bloqués. Il est également utile d’y faire figurer des modalités amiables de règlement des  litiges.

      A défaut d’accord dans le délai d’un an suivant la clôture de l’exercice au titre duquel la participation est due, situation constatée par l’inspecteur du travail, ce dernier (ou le juge saisi par des salariés) met en place un régime d’autorité. La RSP est alors calculée suivant la formule légale, répartie entre tous les salariés proportionnellement aux salaires et, à défaut de demande du salarié à ce que la somme lui revenant lui soit  versée, donne lieu à affectation à un compte courant rémunéré 1,33 fois le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées, avec blocage de 8 ans et non de 5 ans (article L.3323-5 du code du travail).

      Dans les entreprises de moins de 50 salariés, en cas d’échec des négociations, le chef d’entreprise peut mettre unilatéralement en application un régime de participation conforme  à la loi, après consultation du comité d’entreprise ou à défaut des délégués du personnel.

      La formalité obligatoire du dépôt

      L’accord conclu doit être déposé par la partie la plus diligente au plus tard avant tout versement de droits aux bénéficiaires car  ce dépôt est une condition du bénéfice des exonérations fiscales et sociales. A défaut de dépôt préalable de l’accord, l’intégralité des sommes versées au titre de la participation est réintégrée dans l’assiette des cotisations de sécurité sociale (Cass.soc. 30 mars 1995, Morin Industrie contre Urssaf de l’Aube).

      Il s’effectue en deux exemplaires (dont un en format électronique) auprès de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE). Celle-ci vérifie la régularité de la procédure au vu des pièces justificatives* ainsi que des clauses. Dans un délai de 4 mois, elle peut, après consultation de l’URSSAF demander la modification ou le retrait de clauses illégales.

      A défaut d’une telle demande dans le délai de 4 mois, les exonérations fiscales et sociales attachés aux exercices en cours ou antérieurs ne pourront plus être remises en cause par l’administration fiscale ou les URSSAF. par contre, Mais, cette protection ne vaut pas pour les exercices futurs si bien qu’une demande de modification postérieure  au délai de contrôle de quatre mois vaudra pour les exercices à venir.

      Les avenants sont soumis à la même procédure de dépôt. La liste des pièces à joindre au dépôt figure sous les articles D.3345-1 à D.3345-5 du Code du travail. *Toutes précisions peuvent être obtenues auprès des DIRECCTE.

      II Fiscalité de la participation

      Des dispositions fiscales avantageuses s’appliquent à la participation, sous réserve que les accords aient été déposés régulièrement et préalablement à la direction départementale du travail.

      II.1 Fiscalité pour l’entreprise (voir aussi la fiche n°39)

      Les sommes portées à la RSP au cours d’un exercice sont déductibles du bénéfice imposable au titre de l’exercice au cours duquel elles sont réparties entre les salariés. Elles sont exonérées des cotisations sociales, mais supportent depuis 2009 un forfait social à la charge de l’entreprise, dont le montant est en principe fixé à 20 % depuis le 1er août 2012[4], à l’exception, à compter du 1er janvier 2019 (art.16 de la LFSS pour 2019) des entreprises employant moins de 50 salariés (accord volontaire) qui en sont totalement exonérées.

      La taxe sur les salaires due par les entreprises dont l’activité n’est pas assujettie à la TVA s’applique aux sommes versées au titre de la participation.

      Le régime fiscal de faveur de la provision pour investissement en franchise d’impôt a été supprimé pour toutes les entreprises, à l’exception des SCOP par l’article 13 de la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 (loi n°2012-958 du 16 août 2012 (). Pour les SCOP (voir fiche n°62), la provision peut atteindre 100 % du montant affecté, en incluant les sommes affectées à la réserve légale et au fonds de développement.

      Toutes ces dispositions s’appliquent également au supplément de participation.

      II.2 Fiscalité pour les salariés

      La participation reçue est exonérée des cotisations sociales.

      Les contributions sociales (CSG, CRDS) lui sont applicables au taux global de 9,7 % en 2018, identique à celui appliqué aux salaires.

      Si les sommes correspondant à la part du salarié dans la RSP sont bloquées pendant 5 ans[6] à compter de l’ouverture des droits, ainsi que dans les cas où il est légalement possible d’opérer un déblocage anticipé, elles sont exonérées de l’impôt sur le revenu(7). En revanche, si le salarié fait la demande tendant à ce que sa part lui soit versée (voir ci-dessous), le montant s’ajoute à ses revenus salariaux assujettis à l’IR.(6).

      III. L’affectation de la part individuelle dans la RSP (ou du supplément de participation)[8]

      Si le placement et le blocage pendant cinq ans des droits demeurent les principes de base applicables en la matière, le salarié dispose néanmoins d’un droit de versement immédiat.

      A) Le versement immédiat

      Depuis 2009, les salariés ont la possibilité de demander, dans les 15 jours suivant la notification du montant, à ce que la part nette de prélèvements sociaux leur revenant leur soit versée; elle est alors à déclarer au titre des revenus salariaux imposables et doit leur être versée avant le 1er jour du 6ème mois suivant la clôture de l’exercice (article R.3324-21-2 du code du travail).

      Par exemple, au plus tard le 31 mai, si l’exercice a été clos le 31 décembre précédent.

      En cas de non versement dans les délais, l’entreprise est passible d’intérêts de retard, dont le taux est 1,33 fois le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées.

      Cependant, si un accord comportant une formule de calcul dérogatoire (cf. I.1 ci-dessus) est mis en place dans l’entreprise, les parties à l’accord peuvent convenir que le supplément de participation dégagé par l’application de la formule ne pourra faire l’objet d’un versement immédiat (article L.3324-10 du Code du travail).

      Par ailleurs l’article L.3324-11 du code du travail autorise le versement direct au bénéficiaire si le montant lui revenant n’excède pas un montant, qui a été fixé à 80€ par un arrêté du 10 octobre 2001.

      B) Le placement

      Le salarié doit indiquer expressément à l’entreprise comment il souhaite affecter ses droits à participation.  A défaut de cette demande expresse dans le délai de quinze jours à compter de la date à laquelle il est présumé avoir été informé du montant de ses droits , celui-ci est automatiquement placé pour moitié dans le PERCO[9], si l’entreprise en a mis un en place, et, pour le solde, dans le plan d’épargne d’entreprise suivant les modalités prévues par l’accord de participation (article L.3324-12 du code du travail).

      Les placements historiquement possibles étaient parts de FCPE, actions de SICAV, actions de l’entreprise, compte courant bloqué, affectation à un PEE, un PEI, ou un PERCO

      Depuis la loi du 30 décembre 2006, les nouveaux accords peuvent prévoir l’affectation (article L.3323-2 du code du travail :

      • à des comptes ouverts au nom des intéressés dans un plan d’épargne d’entreprise (PEE ou PEI)
      • à un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO ou PERCOI)
      • à un compte que l’entreprise doit consacrer à des investissements et rémunéré au moins au taux moyen de rendement des obligations; les salariés ont alors sur l’entreprise un droit de créance égal au montant des sommes versées.

      Ces nouveaux accords ne peuvent plus prévoir exclusivement l’affectation à un compte courant bloqué, ce qui revient à imposer l’existence d’un plan d’épargne salariale*.

      La loi du 9 novembre 2010 sur les retraites imposait la mise en conformité par avenant des accords existants avant le 1er janvier 2013.

      Les sommes versées dans un plan d’épargne d’entreprise (ou inter-entreprises) ainsi que dans un plan d’épargne pour la retraite collectif sont susceptibles d’être abondées par l’entreprise.

      A l’issue de la période de blocage, si un accord instituant un compte épargne-temps (CET) le prévoit, le salarié a la possibilité de verser tout ou partie des sommes devenues disponibles dans son CET (article L.3343-1 du code du travail)[10].

      IV Les frais

      Les frais relatifs aux opérations nécessaires à la tenue de compte sont à la charge de l’entreprise. Les prestations concernées sont : l’ouverture du compte, les frais afférents au versement de la participation, l’établissement et l’envoi des relevés consécutifs à ces versements, une modification annuelle au moins du choix de placement, l’établissement et l’envoi du relevé annuel de situation, l’ensemble des rachats à l’échéance et ceux effectués dans les cas de déblocages anticipés, l’accès aux outils télématiques.

      Les autres frais applicables aux adhérents doivent être portés à leur connaissance.

      V Transfert des droits en cas de changement d’employeur

      Les sommes qui n’ont pas été réclamées en cas de licenciement sont transférables hors plafond de versement annuel dans le plan d’épargne du nouvel employeur (pour les modalités et limites on se reportera à la fiche n°32 « Les transferts »). Le transfert ne peut pas donner lieu à abondement de la part du nouvel employeur.

      VI, La prescription des droits, le contentieux et l’attestation du bénéfice net et des capitaux propres :

      Les droits à participation se prescrivent par cinq ans, sauf si l’action judiciaire s’exerce dans le cadre de l’exécution ou de la rupture du contrat de travail qui a pour effet de ramener la prescription à deux ans.

      Mais le contentieux individuel et collectif de la participation est totalement dérogatoire du droit commun : les conseils de prud’homme sont incompétents y compris pour les litiges individuels (cass.soc.20 oct.1977). Le tribunal compétent pour connaître des litiges relatifs à la participation est le Tribunal de Grande Instance (article R.3326-1 du Code du travail). Le TGI est notamment compétent pour les litiges relatifs au calcul de la RSP, Mais l’article L.3326-1 du Code du travail permet aux parties de déterminer un mécanisme amiable de règlement dans l’accord ou de recourir à l’arbitrage pour les litiges relatifs au montant des salaires et de la valeur ajoutée. A défaut, ce contentieux relève des tribunaux administratifs.

      S’agissant tout spécialement des contestations portant sur le montant du bénéfice net et/ou des capitaux propres, l’entreprise a tout intérêt à demander à son commissaire aux comptes ou à l’inspecteur des impôts compétent de lui délivrer une attestation de leur montant. Il résulte en effet du premier alinéa de l’article L.3326-1 du Code du travail que les montants ainsi attestés par le commissaire aux comptes ou l’inspecteur des impôts ne peuvent être remis en cause à l’occasion d’un litige judiciaire résultant de la mise en oeuvre de la participation. La Cour de cassation a confirmé à de nombreuses reprises le caractère d’ordre public de cette disposition.

      A noter : La prime de partage des profits (PPP) a été supprimée.


      [1] Dans un arrêt Schlumberger du 20 mars 2013, le conseil d’Etat a jugé que contrairement à la position antérieure de l’administration fiscale, le crédit d’impôt recherche (CIR) n’avait pas à être déduit du bénéfice imposable pour le calcul de la RSP. Par ses motifs, l’arrêt du conseil d’Etat concerne tous les crédits d’impôt, y compris le CICE.

      [2] Si le calcul aboutit à un dépassement de ce plafond pour certains salariés, les sommes excédentaires doivent être réparties entre tous les autres salariés en respectant toujours ce plafond. Toute somme versée au-delà du plafond serait assujettie aux cotisations sociales.

      [3] Pour plus de détails sur la mise en place et sur les clauses d’un accord d’intéressement, ainsi que sur la méthode de calcul du bénéfice imposable et des capitaux propres, on se reportera au Guide de l’épargne salariale publié le 15 juillet 2014 et en ligne sur le site du ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, page 52 et suivantes.

      [4] 8 % dans le cas des SCOP et, à compter du 1er janvier 2016, lorsqu’un accord de participation est conclu dans une entreprise qui n’y est pas tenue; le taux de 8 % s’applique alors pendant une durée de 6 ans à compter de la date d’effet de l’accord  (pour plus de détails sur cette nouvelle disposition, on se reportera à la fiche n°39).

      [5] 8 ans en l’absence d’accord

      [6] Article 163 bis AA du code général des impôts.

      [7] 37,1 % de la participation au titre de l’exercice 2015 ont donné lieu à un versement immédiat (2,2 milliards d’euros). Le solde s’est réparti à raison de 72,1 % dans des PE, 13,5 % dans des PERCO et 16 % sur des comptes courants bloqués.

      [8] En gestion « pilotée » à défaut de choix de l’épargnant (voir fiche n°41 « Le PERCO »)

      [9] Ces sommes ayant déjà été assujetties aux contributions sociales (CSG, CRDS), elles ne sont pas à nouveau dues lors de ce versement dans le CET. Elles sont en outre exonérées de l’impôt sur le revenu.

      VI. 27. L’intéressement

      Philippe BERNHEIM et Gérard KESZTENBAUM Date de création : 25/10/2017Date de révision : 15/02/2019

      Septembre 2018

      L’intéressement des salariés  est un mécanisme, facultatif, collectif et à caractère aléatoire d’association des salariés aux résultats et/ou aux performances de l’entreprise qui peut être mis en place par toute entreprise, quelle que soit sa forme juridique et sa taille. Il ne peut pas se substituer à un  élément existant de rémunération et l’entreprise doit être à jour de ses obligations en matière de représentation du personnel.

      Il s’agit donc d’un système facultatif. Mais sa mise en œuvre par une entreprise bénéficie d’avantages fiscaux et sociaux.

      D’après la DARES (publication n°2018-040 d’août 2018), au titre de l’exercice 2016, le montant total distribué s’est élevé en 2017 à 8,318 milliards d’euros[1] (+3,5 % par rapport à 2016) pour 4,797 millions de bénéficiaires, le montant moyen par bénéficiaire s’élevant à 1734 euros. L’étude de la DARES montre en outre que l’intéressement est plus répandu que la participation dans les PME.

      I.L’accord d’intéressement [2]

      (Articles L.3312-5 à L.3313-4 du code du travail)

      La conclusion d’un accord d’intéressement constitue une condition de sa mise en œuvre et doit avoir une durée de 3 ans. Il peut être tacitement reconductible par périodes de 3 ans.

      Il est conclu soit sous la forme d’une convention ou d’un accord collectif de travail, soit négocié entre le chef d’entreprise et les organisations syndicales représentatives, soit encore au sein du comité social et économique (CSE). Il peut aussi prendre la forme d’un projet du chef d’entreprise ratifié à la majorité des deux tiers du personnel , mais s’il existe dans l’entreprise un CSE ou des organisations syndicales représentatives, la ratification doit faire l’objet d’une demande conjointe avec le chef d’entreprise.[3]Il peut aussi être conclu au sein d’un groupe de sociétés. L’entreprise peut aussi appliquer un accord de branche s’il en existe un qui couvre son secteur d’activité (rarissime).

      Il a pour objet de déterminer la formule de calcul ou les critères de performances de la prime collective d’intéressement, ses modalités de répartition de l’intéressement, sa période de calcul et les conditions dans lesquelles le personnel est informé de son contenu et de son application,   Il détermine également les conditions dans lesquelles l’intéressement peut être affecté dans les plans d’épargne salariale (PEE ou PEG, PEI, PERCO ou PERCOI). ou versé immédiatement au personnel.

      Le mode de calcul est laissé à l’appréciation de l’entreprise et des représentants du personnel parties à l’accord. Ainsi, il peut se baser sur des données financières ou sur des critères variés et quantifiables de productivité, de rentabilité, d’amélioration. Ces bases doivent être considérées collectivement, mais peuvent être différentes suivant les établissements (l’accord d’entreprise peut renvoyer à des accords d’établissement) ou unités de travail. La formule de calcul doit présenter un caractère aléatoire ce qui exclut par exemple l’intéressement sur le chiffre d’affaires, mais autorise celui qui est basé sur la variation du chiffre d’affaires. Dans les sociétés holdings la formule peut être fondée sur les résultats des filiales que celle-ci contrôle à condition qu’au moins les deux-tiers des salariés français de ces filiales soient eux-mêmes couverts par un accord d’intéressement. La prime collective d’intéressement peut aussi être déterminée au niveau d’un groupe de sociétés.

      Les sommes attribuées au titre d’un accord d’intéressement ne peuvent se substituer à aucun élément de rémunération existant dans l’entreprise, ou qui devient obligatoire du fait de la loi ou d’une convention collective. Cependant, il n’y a pas substitution lorsque douze mois se sont écoulés entre la suppression d’un élément de rémunération et la date d’effet de l’accord d’intéressement.

      Une condition d’ancienneté égale au plus à 3 mois peut être instituée par l’accord. En outre, dans les entreprises ayant entre 1 et 250 salariés, le chef d’entreprise, les mandataires sociaux, le conjoint du chef d’entreprise s’il a le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé, peuvent bénéficier des dispositions de l’accord si celui-ci le prévoit expressément – sous réserve que le chef d’entreprise ou un mandataire social ne soit pas l’unique salarié.

      Les salariés d’un groupement d’entreprise peuvent bénéficier de l’intéressement dans le cadre de chacune des entreprises disposant d’un accord.

      La modification de l’accord en cours d’application obéit à une règle stricte : l’avenant doit être conclu entre tous les signataires de l’accord qu’il modifie (article D.3313-5 du Code du travail).

      La conclusion de l’accord est aussi soumise à des conditions de délai (pour assurer le respect de la règle de l’aléa) et à une formalité de dépôt si l’entreprise veut bénéficier du régime fiscal et social de faveur attaché à l’intéressement (cf.§VII ci-après). Il doit  avoir été conclu avant le premier jour de la deuxième moitié de la période de calcul suivant sa date de prise d’effet.Par exemple, si la prise d’effet de l’accord est un premier janvier et s’il prévoit un mode de calcul annuel, l’accord doit avoir été conclu au plus tard le 30 juin de l’année de sa prise d’effet. Il doit faire ensuite l’objet d’un dépôt auprès de la DIRECCTE compétente qui doit intervenir au plus tard dans les quinze jours suivant sa date limite de conclusion; Ainsi, dans l’exemple si-dessus, le dépôt devra intervenir au plus tard le 15 juillet. A défaut, l’entreprise perdra le bénéfice des avantages fiscaux et sociaux de l’intéressement pour la première année d’application de l’accord. La DIRECCTE dispose alors d’un délai de quatre mois pour demander à l’entreprise de procéder au retrait ou à la modification d’une clause contraire aux dispositions légales. Mais cette sécurité juridique ne vaut que pour les exercices antérieurs et l’exercice en cours (article L.3345-5 du Code du travail) : la DIRECCTE peut demander une modification après l’expiration du délai de contrôle de quatre mois et si l’entreprise n’y consent pas, elle peut perdre le bénéfice des avantages fiscaux et sociaux.

      II.Montant et répartition de l’intéressement

      (Articles L.3314-5 et L.3314-8 du code du travail)

      L’intéressement doit être collectif, présenter un caractère aléatoire, et résulter d’une formule de calcul liée aux résultats ou aux performances de l’entreprise ; à défaut, il n’ouvre pas droit aux exonérations fiscales et sociales prévues par la loi (article L.3314-2 du code du travail).

      La répartition entre les bénéficiaires peut être uniforme, proportionnelle à la durée de présence dans l’entreprise au cours de l’exercice ou au salaire ; elle peut combiner plusieurs de ces trois critères, mais dans cette hypothèse, chaque critère doit d’appliquer à des sous-masses distinctes (cass.soc. 14 juin 2005, n°03.16.083).

      La prime annuelle d’intéressement versée à chaque salarié ne peut être supérieure à la moitié du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 20 262 € en 2019). En outre, le montant global  distribué aux bénéficiaires ne doit pas excéder 20 % du total des salaires bruts versés par l’entreprise au cours de l’exercice de calcul.

      A noter :

      – Dans le cas d’un chef d’entreprise, ou d’un mandataire social, dans les entreprises ne dépassant pas 250 salariés, en cas de répartition proportionnelle aux salaires, le revenu pris en compte pour ces dirigeants est plafonné au niveau du salaire le plus élevé versé dans l’entreprise (article L.3314-6 du code du travail).

      – Dans les entreprises ayant signé et fait homologuer des accords avant la loi du 30 décembre 2006 et les ayant renouvelés sans discontinuité, il demeure possible de continuer le cas échéant de recourir à des critères d’ancienneté et de qualification pour la répartition des primes d’intéressement.

      La prime d’intéressement doit être versée avant le 1er jour du 6ème mois suivant la clôture de l’exercice (article R.3324-21-2 du code du travail).

      Par exemple, au plus tard le 31 mai, si l’exercice a été clos le 31 décembre précédent.

      En cas de non versement dans les délais, l’entreprise est passible d’intérêts de retard, dont le taux est 1,33 fois le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées.

      III. Le supplément d’intéressement

      (Article L.3314-10 du code du travail)

      La loi du 30 décembre 2006 a instauré la possibilité pour le Conseil d’Administration de l’entreprise, ou le cas échéant pour le Conseil de Surveillance, de décider le versement d’un supplément de prime d’intéressement au titre de l’exercice clos. Pour plus de détail, on se reportera à la fiche 28.

      IV. L’intéressement de projet (Article L.3312-6 du code du travail)

      La loi du 30 décembre 2006 a également créé la possibilité d’un intéressement de projet pour « les entreprises ou groupes disposant d’un accord d’intéressement et concourant avec d’autres entreprises à une activité caractérisée et coordonnée ». L’accord définit un champ d’application et une période de calcul spécifiques, lesquels peuvent différer de ceux prévus pour les accords d’intéressement, sans pouvoir excéder 3 ans. Les plafonds collectifs et individuels pour l’intéressement s’appliquent également à l’intéressement de projet.

      V. L’affectation ou la perception immédiate du montant de l’intéressement

      Une fois informé par l’entreprise du montant de sa prime d’intéressement, le salarié doit indiquer à celle-ci comment il entend l’affecter ou s’il souhaite la percevoir immédiatement. A défaut de réponse dans un délai de 15 jours à compter de la notification qui lui est faite, le montant de l’intéressement est affecté au plan d’épargne d’entreprise.

      Ce placement de tout ou partie de l’intéressement dans un plan d’épargne d’entreprise ou dans un PERCO est exonéré de l’impôt sur le revenu pour le montant correspondant, dans la limite du plafond légal de 50 % du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 20262 € en 2019 (articles L.3315-2 du code du travail et 81, alinéa 18bis, du code général des impôts). Les sommes ainsi placées peuvent bénéficier d’un abondement de l’entreprise (voir fiches n° 30 « Les plans d’épargne d’entreprise » et 41 « Le PERCO »).

      A défaut de toute demande de versement ou d’affectation par le bénéficiaire, l’intéressement est versé pour moitié dans le PERCO, si l’entreprise en a mis un en place, et, pour le solde, dans le plan d’épargne d’entreprise suivant les modalités prévues par l’accord d’intéressement, ou à défaut par décret.

      Il est précisé que le montant de l’intéressement placé dans le plan d’épargne d’entreprise ou dans le PERCO n’est plus pris en compte pour le respect du plafond annuel des versements dans ces plans, égal à 25 % du revenu professionnel imposable.

      A titre transitoire, pour les sommes attribuées entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017, les salariés ont pu demander dans un délai de 3 mois à compter de la notification de l’affectation de ces sommes dans le PEE ou le PERCO à ce qu’elles soient débloquées. Ceci n’est plus possible depuis le 1er janvier 2018.

      Si un accord instituant un compte épargne-temps (CET) l’a prévu, le salarié a la possibilité d’affecter à son CET tout ou partie de sa prime d’intéressement ainsi que l’éventuel abondement de l’entreprise[4]. L’accord d’intéressement fixe les modalités d’expression du choix du salarié (Article L.3343-1 du code du travail).

      Ces dispositions s’appliquent également au supplément d’intéressement ainsi qu’à l’intéressement de projet.

      Lorsque le salarié demande le versement de tout ou partie des sommes qui lui sont distribuées au titre de l’intéressement, le montant correspondant est imposable à l’impôt sur le revenu suivant les modalités applicables aux revenus salariaux.

      VI. Régime fiscal et social de l’intéressement

      Des dispositions fiscales et sociales avantageuses s’appliquent à l’intéressement, sous réserve que les accords respectent les règles ci-dessus et aient été déposés régulièrement à la direction départementale du travail.

      A) Régime fiscal et social pour l’entreprise (voir aussi la fiche n°39)

      Les sommes versées au titre d’un accord d’intéressement par des entreprises situées en France au cours d’un exercice (y compris lorsqu’elles agissent dans le cadre d’un accord commun à un groupe de sociétés établies dans plusieurs pays de l’Union Européenne) sont déductibles du bénéfice imposable au titre de l’exercice au cours duquel elles sont réparties entre les salariés (article L.3315-1 du code du travail).

      Elles sont exonérées des cotisations sociales patronales, mais supportent depuis 2009 un forfait social à la charge de l’entreprise, qui est en principe de 20 % depuis le 1er août 2012[. Mais, à compter du 1er janvier 2019, plusieurs taux de forfait social seront applicables en fonction de la taille de l’entreprise : désormais, les entreprises qui emploient moins de 250 salariés sont totalement exonérées du forfait social. A partir de 250 salariés, le taux reste fixé à 20% des sommes versées (article 16 de la LFSS pour 2019).

      La taxe sur les salaires due par les entreprises dont l’activité n’est pas assujettie à la TVA s’applique aux sommes versées au titre de l’intéressement.

      L’intéressement ne constitue pas un salaire au regard de la législation sociale ce qui signifie qu’il n’a ni le caractère de rémunération au sens des dispositions de l’article L.242-1 du Code la sécurité sociale, ni celui de salaire au sens du Code du travail (article L.3312-4 du Code du travail) : il ne saurait donc constituer un « avantage acquis » ou entrer dans une comparaison du salaire avec le niveau du SMIC.

      Toutes ces dispositions s’appliquent au supplément d’intéressement et à l’intéressement de projet.

      B) Régime fiscal et social pour les bénéficiaires

      L’intéressement reçu est exonéré des cotisations sociales salariales (article L.3312-4 du code du travail).

      Les contributions sociales (CSG, CRDS) lui sont applicables au taux global de 9,7 % en 2018, identique à celui applicable aux salaires.

      Pour ce qui concerne l’imposition au titre des revenus, on se reportera à ce qui est indiqué ci-dessus (paragraphe V pour l’affectation du montant de l’intéressement : imposition si perception immédiate et exonération si placement sur un plan d’épargne salarial). L’affectation dans un compte-épargne-temps suit le même régime que la perception immédiate

      VII. Information des salariés

      La mise en œuvre des accords d’intéressement et de participation fait l’objet d’une information de tous les salariés concernés, contenant notamment des précisions sur les dispositions applicables en cas de départ de l’entreprise.

      Les versements font l’objet d’une fiche distincte du bulletin de paye, précisant le montant global de l’intéressement (et en annexe les règles essentielles  de calcul et de répartition), les droits attribués à l’intéressé, le montant moyen perçu par les bénéficiaires, les retenues opérées au titre de la CSG et de la CRDS, ainsi que, en cas d’affectation dans un plan d’épargne salarial, la date de disponibilité  et les cas de déblocage anticipé ou de transfert.


      [1] Soit 4,5 % de la masse salariale des bénéficiaires

      [2] Selon la DARES, 14 % des entreprises disposaient d’un accord d’intéressement couvrant l’exercice 2015.

      [3] Pour plus de détails sur la mise en place et sur les clauses d’un accord d’intéressement, on se reportera au Guide de l’épargne salariale publié le 15 juillet 2014 et en ligne sur le site du ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, page 8 et suivantes.

      [4] Comme dans le cas d’un versement de l’intéressement au bénéficiaire, le montant affecté au CET est à déclarer au titre des revenus suivant le régime applicable aux traitements et salaires.

      VI. 28. Les suppléments d’intéressement et de participation

      Gérard KESZTENBAUM / Avocat à la Cour Date de création : 22/10/2017Date de révision : 11/02/2019

      Novembre 2017

      Le législateur a apporté, dans la loi n°2006-1770 du 30 décembre 2006, un assouplissement majeur aux mécanismes de l’intéressement et de la participation en créant le « supplément » d’intéressement et le supplément de participation (Code du travail, art.L.3314-10 et L. 3342-9).

      Ce dispositif permet à une entreprise qui a institué l’intéressement et/ou la participation de décider unilatéralement de verser en sus de la prime d’intéressement et/ou de participation, une somme qui bénéficie du même régime fiscal et social que le versement principal. Ses caractéristiques principales et conditions de mise en œuvre sont présentées ci après.

      Décision unilatérale ou accord d’entreprise ?

      Les suppléments d’intéressement et de participation ne nécessitent pas la conclusion d’un accord collectif spécifique, ni celle d’un avenant à l’accord d’intéressement ou de participation sauf si ses modalités de répartition entre ses bénéficiaires sont différentes de celles qui résultent de l’accord en vigueur.

      En effet, la décision de verser un supplément d’intéressement et/ou de participation est prise unilatéralement soit par le conseil d’administration ou le directoire dans les sociétés anonymes ou l’employeur dans les autres types de sociétés ou dans l’entreprise personnelle. Mais cette décision unilatérale est limitée au montant global attribué à l’ensemble des bénéficiaires qui devra être réparti entre ceux-ci selon les règles définies par l’accord d’intéressement ou de participation en vigueur. L’employeur peut néanmoins déroger à ces règles s’il conclut un accord spécifique à la répartition du supplément dont il a fixé le montant avec les représentants du personnel – en principe, ces représentants seront les mêmes que ceux qui ont conclu avec lui l’accord d’intéressement ou de participation. Mais, si le mécanisme de répartition du supplément peut différer de celui choisi dans l’accord d’intéressement ou de participation, celui qui figure dans l’accord doit être conforme aux dispositions légales qui s’appliquent aux accords d’intéressement et de participation (cf. fiches 1 et 2).

      Versement d’un supplément d’intéressement ou de participation en l’absence de prime d’intéressement ou de réserve spéciale de participation ?

      En l’absence de prime d’intéressement ou de constitution d’une réserve spéciale de participation au titre du dernier exercice clos l’entreprise peut-elle verser un supplément d’intéressement ou de participation ? La réponse est négative car comment pourrait-il y avoir un supplément à une somme qui n’existe pas ? L’administration a confirmé cette analyse dans une circulaire du 15 mai 2007(Q/R n°15, circ. n° DSS/5B/DGT/RT3/2007/199).

      L’employeur est-il totalement libre dans la fixation du montant du supplément ?

      Le pouvoir de l’employeur de fixer le montant du supplément de participation ou d’intéressement est limité par des plafonds :

      – Intéressement : les plafonds légaux de l’intéressement, soit 20 % de la masse salariale et 50 % du PASS pour le montant versé à chaque salarié, s’appliquent au montant cumulé de l’intéressement dû, en vertu de l’accord en vigueur et du supplément fixé par l’employeur

      –  Participation :

      • Si l’entreprise est dotée d’un accord de participation à caractère dérogatoire, le cumul de la RSP dérogatoire et du supplément de participation ne peut excéder le plafond déterminé par l’accord ;
      • Si l’entreprise applique la formule légale, le cumul de la RSP de droit commun et du supplément ne peut excéder le plus élevé des quatre plafonds applicables aux accords dérogatoires (50 % du bénéfice net comptable, le bénéfice net comptable diminué de 5 % des capitaux propres, le bénéfice net fiscal diminué de 5 % des capitaux propres, la moitié du bénéfice net fiscal).
      • En outre, le cumul des droits à participation et du supplément ne doit pas excéder 75 % du PASS.

      A quel moment la décision du versement des suppléments de participation et d’intéressement doit-elle être prise ?

      La décision doit être prise, en toute logique, postérieurement à la clôture de l’exercice N dès lors que celle-ci ne peut intervenir que si, en vertu des résultats et de l’accord applicable une prime d’intéressement sera versée ou une réserve spéciale de participation, constituée. Mais elle ne peut pas non plus intervenir après la clôture de l’exercice N+1 et donner lieu à un versement au cours de l’exercice N+2.

      Modalités et époque de versement des suppléments d’intéressement et de participation 

      L’organe qui prend la décision de verser un supplément d’intéressement et/ou de participation doit aussi et dans le même temps en fixer les modalités et l’époque de versement qui doit impérativement se situer au cours de l’exercice N+1 par rapport à l’exercice N dont les résultats fondent la décision.

      Le supplément de participation est indisponible comme le principal, sauf demande de versement immédiat du bénéficiaire. Le supplément d’intéressement est versé au salarié qui répond dans les quinze jours suivant la réception par ce dernier de l’information relative à son montant et en l’absence de réponse, il est affecté par défaut sur le PEE de l’entreprise s’il en existe un.

      Consultation des institutions représentatives du personnel et information du personnel 

      Si l’entreprise est dotée d’un comité social et économique (CSE), ce dernier doit obligatoirement être informé et consulté préalablement à la prise de la décision par l’organe compétent, ce en vertu des attributions générales du comité (code du travail, article L.2327).

      La décision doit ensuite faire l’objet d’une note d’information reprenant le texte de la décision et le cas échéant celui de l’accord spécifique relatif à la répartition du supplément et diffusée à l’ensemble des bénéficiaires. Ils peuvent aussi faire l’objet d’un affichage.

      Formalités de dépôt

      La décision unilatérale ne fait pas l’objet d’un dépôt auprès de la DIRECCTE. Par contre, si un accord spécifique est conclu, il doit être déposé auprès de la DIRECCTE compétente et son dépôt conditionne le bénéfice du régime fiscal et social de faveur.

      Régime fiscal et social

      Le régime fiscal et social des suppléments d’intéressement et de participation est identique à ceux de l’intéressement et de la participation, pour autant que l’entreprise a respecté les règles exposées ci-dessus. Il en est également ainsi si ces suppléments sont affectés à un PEE ou un PERCO.

      Intérêt des suppléments d’épargne salariale

      Les suppléments d’intéressement et de participation donnent incontestablement une touche « unilatérale » à un ensemble d’institutions qui font la part belle à l’accord collectif conclu avec les représentants du personnel ou le personnel dans son ensemble.

      Mais leur intérêt pour la direction de l’entreprise et pour sa politique de gestion des ressources humaines n’en est pas moins remarquable.

      Le supplément de participation permet par exemple de suppléer aux effets négatifs sur la participation d’une opération de restructuration (fusion, apport partiel d’actif) ou d’une augmentation de capital réservée à l’entrée d’un ou plusieurs nouveaux partenaires de l’entreprise. De même, si le montant des capitaux propres est affecté par la constitution d’une importante provision fiscale ou si, en fin d’exercice, le résultat de l’entreprise a été affecté par une charge exceptionnelle et non-récurrente. La formule légale de calcul de la RSP ne traduit pas toujours exactement la progression des performances de l’entreprise, si bien qu’en présence d’une forte croissance de celles-ci, la direction pourra montrer au personnel, par le versement d’un supplément de participation, qu’elle a conscience de la contribution déterminante de ses salariés.

      Le supplément d’intéressement permet souvent de pallier les imprévus des formules de calcul de l’intéressement qui rappelons-le sont conçues pour trois ans. La durée prédéterminée de trois ans d’un accord d’intéressement et la difficulté de modifier une formule d’intéressement au cours de l’application d’un accord (la modification requiert l’accord unanime de tous les signataires et sa légitimité n’est pas évidente) donnent ainsi à ce supplément, un intérêt majeur : il permet de corriger en cours d’application d’un accord une formule trop prudente. Il permet aussi de soutenir une importante opération d’augmentation de capital réservée au personnel.

      L’introduction de ces suppléments a ainsi apporté beaucoup de souplesse au fonctionnement des institutions d’épargne salariale.

       

      VI. 29. Les plans d’épargne entreprise – Règles communes

      Philippe BERNHEIM et Gérard KESZTENBAUM Date de création : 25/10/2017Date de révision : 09/01/2019

      Janvier 2018

      Les plans d’épargne salariale sont des systèmes collectifs d’épargne, proposés par une entreprise, qui permettent à tous ses salariés de se constituer une épargne investie en valeurs mobilières, dans un cadre fiscal favorable. Cependant, en contrepartie des avantages procurés, l’épargne investie est bloquée pendant un certain nombre d’années.

      Ces plans sont régis par les dispositions de la Troisième partie, Livre III, Titre III du code du travail.

      La création d’un plan n’est pas obligatoire pour une entreprise, sauf mise en place de la participation des salariés (articles L.3323-2 et L.3323-3 du Code tu travail) et elle doit être examinée en cas de négociation d’un accord d’intéressement (L.3332-6 du code du travail).

      Sa mise en place est réalisée selon les types de plan :

      • soit au sein et à l’initiative de l’entreprise ou par un accord négocié entre celle-ci et son personnel ou ses représentants selon les mêmes règles que celles en vigueur en matière de participation (cf. fiche 26,paragraphe I.4) : plan d’épargne d’entreprise (PEE) et plan d’épargne collectif pour la retraite (PERCO), mais aussi plan d’épargne de groupe (PEG et PERCO.G).
      • soit entre plusieurs entreprises juridiquement distinctes par accord collectif (y compris par accord collectif de branche) ou avec le CSE ou par approbation du personnel à la majorité des 2/3 au sein de chacune de ces entreprises : plan d’épargne inter-entreprises (PEI) ou plan d’épargne collectif interentreprises pour la retraite (PERCO.I).

      La mise en place unilatérale par l’entreprise du PEE, du PERCO, du PEG et du PERCO de groupe est une des grandes originalités de l’institution, mais elle est encadrée par le législateur dans des règles strictes. Elle n’est possible que dans les différentes situations suivantes : l’entreprise ou le groupe ne sont dotés ni d’un CSE, ni d’un délégué syndical ou bien en présence d’un CSE et/ou d’un délégué syndical, la négociation préalable et obligatoire a échoué et fait l’objet d’un procès-verbal d’échec (article L.3332-4 du Code du travail). Il en est de même en cas de modification d’un plan sauf si le plan a été institué avant la loi n°2004-804 du 9 août 2004.

      Si le plan n’a pas été établi par voie d’accord avec le personnel, le CSE, s’il en existe dans l’entreprise doit être consulté sur le projet de règlement au moins quinze jours avant son dépôt auprès de la DIRECCTE (article L.3332-5 du Code du travail).

      En outre, l’ordonnance n°2017-1385 du 22 septembre 2017, relative au renforcement de la négociation collective[1], prescrit aux organisations liées par un accord de branche ou par des accords professionnels, de négocier tous les 5 ans pour l’institution d’un Plan d’épargne Interentreprises (PEI) ou d’un ou plusieurs Plans d’Epargne pour la Retraite Collectif Interentreprises (PERCOI) s’il n’en existe pas.

      1/La formalité de dépôt (article L.3332-9 du code du travail)

      Le texte d’un accord, ou le règlement décidé unilatéralement, doit être déposé auprès de la DIRECCTE compétente pour ouvrir droit aux exonérations fiscales et sociales dont bénéficient les plans tant pour l’entreprise que pour ses adhérents.

      Ce dépôt est une condition impérative et préalable à tout versement des exonérations fiscales et sociales.

      Il s’effectue en deux exemplaires (dont un en format électronique) auprès de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) (article R.3332-4 du code du travail). Celle-ci vérifie la régularité de la procédure au vu des pièces justificatives* ainsi que des clauses. Dans un délai de 4 mois, après consultation de l’URSSAF, elle peut demander la modification ou le retrait de clauses illégales.

      A défaut d’une telle demande dans le délai de 4 mois, les exonérations fiscales et sociales ne pourront plus être remises en cause par l’administration fiscale ou les URSSAF. La DIRECCTE pourra simplement demander qu’un avenant modifie ultérieurement un accord jugé irrégulier.

      Les avenants sont soumis à la même procédure de dépôt.

      *Toutes ces précisions peuvent être obtenues auprès des DIRECCTE. On peut également trouver la liste des pièces justificatives à fournir dans l’ouvrage « Epargne salariale. Guide et repères pour la négociation » Liaisons sociales (édition 2010) page 124.

      2/ Les types de plan

      Ouverts à toutes les formes d’entreprises, les plans d’épargne salariale sont de plusieurs types :

      • PEE (Plan d’Épargne d’Entreprise) et PEG (Plan d’Épargne Groupe) (voir fiche n°30)
      • PEI (Plan d’Épargne Interentreprises) (voir fiche n°34)
      • PERCO (Plan d’Épargne Retraite Collectif) et les PERCOI (PERCO Interentreprises) (voir fiche n°41).

      Chacun de ces plans comporte des spécificités, mais aussi les dispositions communes décrites ci-après.

       3/Le Règlement du Plan

      Chaque plan est régi par un règlement qui doit prévoir :

      • les conditions dans lesquelles le personnel est informé de son existence et de son contenu
      • son champ d’application
      • la durée pour laquelle il a été établi
      • les conditions de sa révision
      • les bénéficiaires : salariés, dirigeants de l’entreprise et travailleurs non salariés
      • les différentes sources d’alimentation et la durée de blocage
      • les frais pris en charge par l’entreprise et les éventuels abondements proposés ou les modalités de leur détermination;
      • les différentes formules de placement et les notices des OPCVM ou FIA
      • les modalités d’arbitrage pour les placements réalisés à l’intérieur du plan
      • les modalités de transfert vers d’autres plans d’entreprise
      • les modalités d’information des salariés.

      Ce règlement peut prévoir également :

      • le montant minimum annuel exigible, qui ne peut excéder 160 euros
      • les conditions des versements
      • les modalités de composition et de désignation des membres des Conseils de surveillance.

      4/Les conditions d’adhésion et de conservation

      (Article L.3332-2 du code du travail)

      L’adhésion à un plan d’épargne salariale est facultative.

      Une ancienneté minimum dans l’entreprise peut être imposée par le règlement. Elle ne peut dépasser 3 mois (article L.3342-1 du code du travail).

      Les anciens salariés, partis en préretraite ou en retraite, peuvent continuer à effectuer des versements, à condition qu’ils n’aient pas récupéré la totalité de leurs avoirs au moment de leur départ, c’est-à-dire qu’ils doivent laisser sur leur compte au moins une part de FCPE ou une action de SICAV d’Actionnariat Salarié, ou une action détenue en actionnariat direct. Sinon le plan est définitivement clos. Ils ne peuvent en aucun cas bénéficier de l’abondement et les frais sont souvent à leur charge.

      Les mandataires sociaux et les chefs d’entreprise des sociétés comprenant de 1 à 250 salariés, ainsi que les conjoints col­laborateurs ou associés du chef d’entreprise peuvent adhérer aux plans dans les mêmes conditions que les salariés.

      Les travailleurs non salariés ayant un contrat individuel avec une entreprise dont ils commercialisent les produits (agents commerciaux et agents d’assurance), peuvent bénéficier du plan d’épargne salariale mis en place dans cette entreprise, à la condition que son règlement le prévoit.

      Le salarié d’un groupement d’employeurs peut bénéficier du plan d’épargne salariale mis en place dans chacune des entreprises adhérentes auprès de laquelle il a été mis à disposition.

      5/Les types de versement

      Le plan peut recevoir :

      • les versements volontaires des salariés
      • les primes d’intéressement et les primes de participation, sous certaines conditions d’accords, de délais et de types de plan (voir fiches n°26  et 27)
      • les avoirs des comptes épargne temps
      • les sommes transférées d’un autre plan (cf. fiche n°32)
      • l’abondement de l’entreprise, sous réserve que le bénéficiaire ne l’ait pas encore  quittée (article R.3332-11 du code du travail).

      6/Le plafond des versements annuels

      Le montant annuel investi par un salarié ou un autre bénéficiaire du plan, ne peut excéder le quart de son revenu professionnel imposé à l’impôt sur les revenus au titre de l’année précédente (article L.3332-10 du code du travail).

      Pour les travailleurs non salariés qui ont des contrats individuels avec plusieurs entreprises (voir supra), le plafond s’applique globalement pour l’ensemble des plans auxquels ils participent.

      Les transferts entre plans ne sont pas pris en compte dans ce plafond. Les éventuels arbitrages entre placements à l’intérieur d’un plan cor­respondent à des sommes déjà versées et qui ont donc déjà respecté cette limite ; par conséquent les sommes correspondantes ne sont pas comptabilisées.

      Pour favoriser le placement en actions de l’entreprise ou sur le PERCO, la loi du 30 décembre 2006 a également exclu de ce calcul du quart de la rémunération brute annuelle, les sommes transférées du compte épargne temps :

      • vers le PEE si elles sont placées en actions de l’entreprise, soit en direct, soit dans le cadre d’un FCPE d’actionnariat salarié ou d’une SICAV d’actionna­riat salarié
      • vers le PERCO.

      7/Le cadre fiscal

      Les revenus des titres du portefeuille col­lectif, c’est-à-dire les dividendes des actions et les intérêts des obligations, peuvent être réinvestis en étant alors exonérés d’impôt sur le revenu (article 163 bis B du code général des impôts).

      Les plus-values ne sont pas taxées au titre des revenus, mais subissent la CSG, la CRDS et les prélèvements sociaux aux taux en vigueur (17,2 % au total en 2018).


      [1] Article 6 de l’ordonnance créant un article L.2241-16 dans le code du travail.

      VI. 30. Les plans d’épargne d’entreprise – PEE et PEG

      Philippe BERNHEIM Date de création : 25/10/2017Date de révision : 11/02/2019
      Septembre 2018
      Le PEE (Plan d’Épargne d’Entreprise) est historiquement le premier type de Plan d’Epargne Salariale, dont la particularité est d’avoir une durée minimum de blocage de 5 ans. Avec la loi du 30 décembre 2006, la création d’un PEE (ou de ses versions PEG ou PEI) devient progressivement obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés à partir du moment où leurs résultats les amènent à créer une réserve de participation au profit de leurs salariés et que ceux-ci optent pour un placement avec blocage de leurs avoirs.

      Le PEG (Plan d’Épargne Groupe), qui répond au même objectif, est destiné aux salariés de toutes les sociétés appartenant à un même groupe consolidé.

       

      La mise en place d’un PEE (Articles L.3332-3 à L.3332-6 du code du travail)

      Lorsque l’entreprise comporte au moins un délégué syndical ou est dotée d’un comité d’entreprise, le plan d’épargne d’entreprise doit être négocié avec le personnel suivant les mêmes modalités qu’un accord de participation, dont il peut être l’un des objets (cf. fiche n°26). Si au terme de la négociation, aucun accord n’a été conclu, il est établi un procès-verbal de désaccord, dans lequel sont consignées en leur dernier état les propositions respectives des parties et les mesures que l’employeur entend appliquer unilatéralement.

      Dans le cas où, par défaut d’accord, il est finalement mis en place unilatéralement par l’employeur, la loi impose qu’il soit soumis à l’avis du comité d’entreprise, ou s’il n’en existe pas, à l’avis des délégués du personnel (article L.3332-5 du code du travail).

      Son fonctionnement est toujours régi par un document écrit : le règlement du plan.

      NB : La procédure de négociation obligatoire ne s’applique pas aux modifications des plans institués unilatéralement par l’employeur avant la loi du 30 décembre 2006. Toutefois, cette loi impose la consultation du Comité d’Entreprise sur les règlements existants avant leur prolongation ou leur renouvellement.

      La procédure de consultation et de dépôt fait l’objet de la procédure décrite dans la fiche n°29.

      L’information des salariés

      (Voir fiche n° 37)

      Les types de versements dans un PEE (ou PEG)

      Le PEE peut recevoir :

      • les versements volontaires des salariés
      • les primes d’Intéressement, (voir fiche n°27)
      • les sommes issues de la Participation, (voir fiche n°26)
      • les suppléments d’intéressement et de participation (voir fiche n°28)
      • les avoirs d’un Compte Epargne Temps (CET)
      • les revenus afférents aux titres placés dans le plan et qui y sont réinvestis
      • les sommes transférées d’un autre plan sous des conditions bien particulières (voir fiche n°32)
      • l’abondement de l’entreprise, qui peut le cas échéant s’ajouter aux versements ci-dessus
      • les actions gratuites attribuées à tous les salariés et que le salarié choisi de placer dans le PEE si elles y sont éligibles et si le règlement du plan le prévoit (voir fiche n°53)
      • les actions issues de levées de stock-options financées par le déblocage anticipé d’avoirs dans un plan, qui doivent alors être placées dans le PEE (voir fiche n°54).

      L’abondement dans le cadre du PEE (Articles L.3332-11 et R.3332-8 du code du travail)

      L’entreprise a en général la faculté d’ajouter un versement complémentaire à celui du salarié, appelé abondement (sauf en cas de transfert).

      L’abondement n’est jamais obligatoire pour l’entreprise et est réservé aux seuls salariés en activité chez elle.

      Son montant annuel est limité à 8 % du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 3 242 € en 2019. Ce montant peut toutefois être majoré de 80 % pour abonder des acquisitions d’actions ou de certificats d’investissement de l’entreprise ou d’une entreprise liée. Dans ce cas le plafond d’abondement se trouve donc porté à 5 836  € en 2019.

      L’abondement ne peut excéder le triple de la contribution du salarié.

      Plafond des versements annuel

      Les règles de plafonnement sont communes à l’ensemble des plans d’épargne salariale et retraite (voir fiche n°29)

      La prise en charge des frais de gestion

      Les frais de tenue de compte individuel incombent à l’entreprise, tandis que les droits d’entrée dans les FCPE, les commissions de gestion administrative, les courtages, ainsi que les commissions et les frais liés aux négociations sont pris en charge soit par l’entreprise, soit par les adhérents au plan, soit partagés, soit encore supportés par les fonds suivant leur règlements. Ces avantages éventuels ne sont  ni fiscalisés ni soumis aux cotisations sociales.

      Par exception, les frais de tenue de compte-conservation des anciens salariés de l’entreprise peuvent être mis à leur charge après qu’ils aient été informés. Dans ce cas, les frais peuvent être perçus par prélèvement sur les avoirs.

      La fiscalité

      Voir fiche n°38 « La fiscalité dans le cadre des plans d’épargne ».

      La disponibilité des avoirs

      Dans le cadre du PEE, les avoirs sont en principe bloqués pour une durée minimum de 5 ans*. (Article L.3332-25 du code du travail)

      Ils sont disponibles la 5ème année qui suit l’année du versement, à la date indiquée dans le règlement du plan*. Si le plan est partiellement alimenté par des sommes issues de la participation, toutes les actions ou parts acquises au cours d’un exercice et détenues dans ce plan, pourront être disponibles le 1er avril  de la cinquième année suivant celle d’acquisition (article R.3324-21-1 du code du travail).

      Après l’échéance du blocage, les salariés peuvent laisser leurs avoirs disponibles dans le plan pendant la durée qui leur convient.

      *La durée minimum légale de blocage est de 5 ans ; elle peut donc être fixée au-delà dans le règlement du plan.

      Cependant, il existe de multiples cas où un déblocage anticipé de l’épargne est possible, dans le respect de conditions strictes (voir fiche n°31)

      QUELQUES CHIFFRES…

      Source : Etude DARES n°2018-040 d’août 2018

      En 2016, 46,3 % des salariés disposaient d’un PEE (ou PEI). Ce taux n’était que de 10 % dans les entreprises de 1 à 9 salariés.

      Les versements nets dans les plans se sont élevés à 9,259 milliards d’euros. L’abondement par les entreprises des sommes investies par leurs salariés s’est élevé à 1,549 milliard d’euros avant contributions sociales.

      Au 30 juin 2017, les avoirs des PEE et PEI s’élevaient à 115,1 milliards d’euros (Source : AFG).

      VI. 31. Les cas de déblocage anticipé dans le cadre du PEE

      Philippe BERNHEIM Date de création : 22/10/2017Date de révision : 20/02/2018

      Décembre 2017

      Les sommes investies dans le PEE ou dans le PEG sont indisponibles pendant 5 ans, ou plus si le règlement du plan le prévoit. Mais, pour tenir compte des circonstances de la vie, la loi prévoit des cas où le bénéficiaire peut demander, avant l’échéance normale, un déblocage de ses avoirs ou d’une partie de ceux-ci. Les fonds déblocables sont uniquement ceux qui ont été investis avant la date de l’événement.

      La survenance d’un des cas de déblocage n’entraîne pas automatiquement la mise en disponibilité des avoirs qui demeure facultative ; il appartient à l’adhérent au plan concerné d’en faire la demande.

      – Le déblocage intervient dans tous les cas sous forme d’un versement unique. Ce versement unique porte, au choix de l’intéressé, sur tout ou partie des montants susceptibles d’être débloqués. Par conséquent les montants, dont le bénéficiaire ne demande pas le versement, restent bloqués et un même cas de déblocage anticipé ne peut donner lieu à des versements successifs.

      – Les textes fixent un délai au bénéficiaire pour présenter sa demande : elle doit intervenir au plus tard 6 mois après la survenance du fait générateur ; au-delà, la demande n’est plus recevable (article R.3324-23 du code du travail).

      Dans les PEE, la loi prévoit toutefois 4 cas d’exception à cette règle des 6 mois, pour lesquels la demande peut être formulée à tout moment après l’évènement générateur :

      • cessation du contrat de travail
      • décès
      • invalidité
      • surendettement.

      En cas de décès, les ayants droit peuvent avoir intérêt à débloquer les fonds avant le 7ème mois suivant le décès* s’ils veulent en disposer pour payer des droits de succession et bénéficier du régime fiscal applicable à l’épargne salariale.

      * ou 12 mois si le décès n’est pas intervenu en France métropolitaine (article R.3332-29 du code du travail faisant référence à l’application combinée des articles 150-0-A (III 4°)  et 641 du code général des impôts.

      LES CAS DE DEBLOCAGE ANTICIPE DES AVOIRS DANS LES PEE

      (Article R.3324-22 du code du travail)

      Attention : versement unique dans tous les cas.

       Cas de déblocage anticipé Date de l’évènement permettant le remboursement Délai de présentation de la demande Pièces justificatives à fournir
      Mariage du salarié ou Conclusion d’un PACS Date du mariage ou du PACS 6 mois Mariage : Extrait d’acte de mariage ou copie du Livret de famillePACS : Attestation du Greffe du Tribunal d’Instance
      Naissance d’un 3ème enfant et de chaque

      enfant suivant

      Date de naissance 6 mois Copie du Livret de famille ou extraits des actes de naissance et attestation de la Caisse d’Assurances Familiales certifiant que le foyer a 3 enfants à charge
      Adoption d’un 3ème enfant et de chaque enfant suivant Date d’arrivée au foyer 6 mois Décision de la DASS ou copie du jugement d’adoption et attestation de la CAF certifiant que le foyer a 3 enfants à charge
      Divorce, séparation ou dissolution d’un PACS avec garde unique ou partagée d’au moins un enfant à charge Date du jugement définitif 6 mois Copie du jugement de divorce ou copie du Livret de famille mentionnant le divorce et certificat de non appelCopie du jugement organisant la vie des enfants et leur résidence habituelleEn cas de divorce par consentement : Copie de la convention définitive et son homologation par le juge aux affaires familiales
      Décès de l’adhérent Date du décès Sans délai.Attention : jusqu’au 7ème mois suivant le décès, les plus values sont exonérées. Passé ce délai, elles sont imposables 1 – Si une succession est ouverte :

      instructions du notaire chargé de la succession ou ses coordonnées2 – Si aucune succession n’a été ouverte :- pour un capital inférieur à 5 335 euros : Certificat d’hérédité délivré par la Mairie ou le Tribunal d’Instance du domicile du défunt- pour un capital supérieur à 5 335 euros : Certificat de propriété délivré par le Tribunal d’Instance du domicile du défuntDans les 2 cas : Certificat de décès et :- s’il y a plusieurs héritiers majeurs : Procuration pour l’un d’eux signée par les autres, légalisée par la Mairie- s’il y a des héritiers mineurs :

      Ordonnance du juge des tutelles

      Décès du conjoint de l’adhérent ou de la personne qui lui est liée par un PACS Date du décès Sans délai.

      Attention : jusqu’au 7ème mois

      suivant le décès, les plus values sont exonérées.

      Passé ce délai, elles sont imposables.

      Justificatifs identiques au cas de décès de l’adhérent et copie du Livret de famille complet ou attestation

      d’inscription d’un PACS

      Invalidité du bénéficiaire, de son conjoint, de ses enfants ou de la personne liée au bénéficiaire par un PACS Date d’invalidité Sans délai Notification de pension d’invalidité par la Sécurité Sociale ou Copie de la décision COTOREP ou CDES attestant un taux d’invalidité d’au moins 80 % et copie de la Carte d’invalidité délivrée par le Préfet

      Attestation de la personne invalide (ou de son tuteur certifiant qu’elle n’exerce pas d’activité

      Pour l’invalidité du conjoint ou des enfants : Copie du Livret de famille

      Pour l’invalidité de la personne liée au bénéficiaire par un PACS : Copie de l’attestation d’inscription d’un PACS

      Cessation du contrat de travail :- démission
      – fin de contrat
      – licenciement
      – départ en retraite
      Date de fin de contrat Sans délai Suivant les cas :- Certificat de travail- Attestation d’admission à la retraite ou Certificat d’inscription à une Caisse de retraite
      Création d’entreprise avec exercice de son contrôle par l’adhérent, ses enfants, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS) Date d’inscription au Registre du Commerce ou à un ordre professionnel 6 mois Extrait K ou K bis du Registre du commerce (ou extrait D1 pour une entreprise artisanale) et copie des statuts
      Si l’opération concerne le conjoint ou les enfants : Copie du Livret de famille
      Le cas échéant : attestation d’inscription d’un PACS
      Reprise d’entreprise avec exercice de son contrôle par l’adhérent, ses enfants, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS Date d’inscription au Registre du Commerce ou à un ordre professionnel 6 mois Copie de l’acte de cession Copie du nouveau K Bis ou des statut
      Installation en vue d’une activité non salariée ou acquisition de parts sociales d’une SCOP (Société Coopérative de Production) par le bénéficiaire, son conjoint, ses enfants, ou la personne qui lui est liée par un PACS Date d’inscription au Registre du Commerce ou à un ordre professionnel 6 mois Attestation d’inscription au répertoire des métiers ou à un ordre professionnel, ou copie de l’acte de cession des parts de la SCOP Si l’opération concerne le conjoint ou les enfants : Copie du Livret de famille

      Le cas échéant : attestation d’inscription d’un PACS

      Acquisition ou construction de la résidence principale (Les sommes débloquées doivent être intégralement

      utilisées pour cet objectif).

      Date de l’acquisition, date du contrat de construction ou date du devis 6 mois Si acquisition d’un logement neuf ou ancien :

      Plan de financement comprenant les montants débloqués

      Copie de l’acte d’acquisition ou Copie du compromis de vente précisant le montant, la date d’acquisition et les coordonnées du notaire

      – Si construction :
      Plan de financement comprenant les montants débloqués

      Copies du permis de construire et du contrat de construction

      – Si construction par le bénéficiaire : Copie du contrat de louage de travaux ou devis accepté récent précisant le montant de la construction ou factures d’achat de matériaux

      Dans tous les cas, joindre une attestation sur l’honneur :

      – qu’il s’agit de la résidence principale à usage personnel et immédiat

      – que la somme demandée n’excède pas le coût global de l’acquisition ou de construction moins le montant des prêts obtenus

      – de restituer les fonds en cas de non réalisation

      Agrandissement de la résidence principale avec augmentation de la surface habitable et avec permis de construire Date du contrat de construction ou date du devis 6 mois Plan de financement comprenant les montants débloqués

      Copie du permis de construire
      (agrandissement supérieur à 20 m2) ou de la déclaration préalable de travaux

      Si construction par le bénéficiaire :

      copie du contrat de louage de travaux ou devis accepté récent ou factures d’achat de matériaux

      Attestation sur l’honneur :

      – qu’il s’agit de la résidence principale à usage personnel et immédiat

      – que la somme demandée n’excède pas le coût global de l’agrandissement moins le montant des prêts obtenus

      – de restituer les fonds en cas de non réalisation de l’opération

      * Le jugement arrêtant le plan de cession totale de l’entreprise ou le jugement ouvrant ou prononçant la liquidation judiciaire de l’entreprise rendent immédiatement exigibles les droits de participation non échus (article R.3324-24 du code du travail).

      Cas particulier du déblocage d’avoirs dans le plan pour lever des stock-options

      (Article L.3332-25 alinéa 2 du code du travail)

      Les bénéficiaires de stock options (voir fiche n°54) peuvent acquérir les actions concernées en demandant le déblocage anticipé d’avoirs détenus dans un PEE. Les actions ainsi acquises doivent être versées dans un PEE ; elles sont au nominatif et détenues en direct. Ces versements ne sont pas comptés dans le plafond de 25 % de la rémunération annuelle et ils ne peuvent donner lieu à abondement de l’entreprise. Ces actions détenues dans un PEE sont indisponibles pendant un délai minimum de 5 ans, sans qu’il soit possible d’en demander le déblocage anticipé.

      La loi du 30 décembre 2006 prévoit que les actions ainsi acquises, peuvent aussi « être apportées à une société ou à un fonds commun de placement dont l’actif est exclusivement composé de titres de capital ou donnant accès au capital émis par l’entreprise. Le délai de blocage minimum de 5 ans reste applicable pour la durée à courir à la date de l’apport. »

      A noter :

      A noter :

      Les deux premières causes de déblocage anticipé en 2011 ont été la cessation du contrat de travail (444 000 salariés pour un montant moyen de 3 510€) et l’acquisition de la résidence principale (172 000 foyers pour un montant moyen de 8 894€).

      VI. 32. Les transferts

      Philippe BERNHEIM et Gérard KESZTENBAUM, Avocat à la Cour Date de création : 25/10/2017Date de révision : 06/03/2018

      Janvier 2018

      Un transfert est une opération par laquelle le bénéficiaire d’un compte d’épargne salariale dans un plan enlève (transfert individuel) ou se voit enlever (transfert collectif) des avoirs de ce compte pour qu’ils soient mis sur un autre compte, dans un autre plan, ceci sans avoir à  demander leur remboursement, c’est-à-dire sans transit des fonds par son compte bancaire et sans que l’éventuelle plus-value soit soumise aux contributions sociales et prélèvements sociaux.

      Les transferts interviennent à l’occasion :

      • d’un changement juridique d’une entreprise
      • d’un changement d’employeur ou à la suite d’un tel changement
      • de la possibilité offerte aux salariés d’un groupe de sociétés d’effectuer des versements soit dans le PEE de la filiale qui les emploie, soit dans le PEE du groupe ou les deux.

      Mais il existe aussi une catégorie particulière de transferts : les transferts d’une autre sorte d’épargne : celle du temps de travail, de repos ou de congés, réalisée dans le cadre d’un compte épargne temps (CET), voire même simplement des droits à congés accumulés par un salarié, vers un PEE ou un PERCO.

      Le transfert est à distinguer de l’arbitrage consistant à faire passer des sommes d’un fonds commun de placement à un autre à l’intérieur du même plan d’épargne (voir fiche n° 33 « Les arbitrages »).

      Les transferts individuels d’épargne salariale

      Les conditions générales

      Lorsque le transfert est autorisé par la loi :

      • il n’a pas besoin d’être mentionné dans les règlements des plans et ceux-ci ne peuvent pas les limiter
      • lors de la sortie du plan d’origine, la plus-value n’est pas soumise aux contributions sociales
      • à son arrivée dans un autre plan d’épargne, la somme transférée n’est pas comptabilisée pour l’application du plafond des versements annuels correspondant au quart de la rémunération brute annuelle.

      Un abondement par l’entreprise de sommes transférées n’est possible que dans deux cas (article L.3335-2 du code du travail) :

      • transfert intervenant à l’issue de la période d’indisponibilité des sommes concernées
      • transfert vers un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO).

      Les transferts consécutifs à un changement d’employeur

      (Avec ou sans rupture du contrat de travail concomitante au transfert)

      Le salarié a la possibilité (mais non l’obligation) de demander le transfert des avoirs dans son PEE (ou PEI) vers un plan homologue de son nouvel employeur sous réserve que la durée de blocage n’y soit pas inférieure à celle fixée pour le plan (ou pour la participation) chez l’ancien employeur, ceci en conservant le bénéfice du délai d’indisponibilité acquis (sauf si les sommes sont alors utilisées pour souscrire à une augmentation de capital réservée aux salariés), et hors plafond de versement annuel du salarié dans un PEE.

      Par exception, les sommes qui ont bénéficié d’un abondement majoré dans le cadre d’une opération d’actionnariat salarié (au-delà de 8 % du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 3 178,56 euros en 2018 et dans la limite de 80 % de ce montant, soit 2 542,85 € en 2018) ne pourront être transférées que si le règlement du plan d’épargne d’origine l’autorise explicitement.

      Le transfert pour alimenter un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO)

      Les sommes détenues dans un plan d’épargne d’entreprise (PEE) ou interentreprises (PEI) peuvent être transférées pour alimenter un PERCO.

      Les modalités des transferts

      Les transferts sont organisés suivant les modalités pratiques définies dans le règlement du plan, qui précise l’organisme teneur de registre chargé des opérations de transfert.

      Le transfert ne peut pas concerner des titres, mais seulement des sommes d’argent ; il y a donc liquidation des avoirs suivant les modalités prévues dans les notices des OPCVM et FIA.

      En cas de transfert vers le plan d’un nouvel employeur, le salarié informe de son intention de transfert :

      • le précédent employeur et son teneur de registre de son intention de transfert
      • le nouvel employeur et son teneur de registre de l’affectation qu’il souhaite donner à ces sommes.

      (Article D.3335-2 du code du travail)

      Le transfert est réalisé entre les deux teneurs de registre et le nouveau doit effectuer dans les 15 jours l’acquisition des titres correspondant aux choix de placement du salarié. Le teneur de registre d’origine informe le nouveau teneur de l’indisponibilité restant à courir pour les sommes transférées ainsi que de la situation au regard de la législation de la sécurité sociale (article D.3335-3 du code du travail). Ceci concerne en particulier les plus ou moins values latentes.

      En cas de transfert sans rupture du contrat de travail, le salarié précise sa demande au teneur de registre.

      Les transferts collectifs d’épargne salariale :

      Les transferts collectifs d’épargne salariale se produisent lorsque l’entreprise fait l’objet d’une restructuration : fusion, scission, apport partiel d’actif, cession d’une activité. Par contre, les cessions de titres y compris de la totalité, ne sont pas susceptibles d’affecter les plans d’épargne salariale.

      Ces opérations peuvent affecter un PEE et un PERCO à deux niveaux : un premier niveau concerne l’existence même de l’institution, le deuxième, si l’institution disparaît, concerne le devenir des FCPE et des sommes appartenant aux salariés.

      Si, par exemple, deux entreprises fusionnent et sont toutes les deux dotées d’un PEE et d’un PERCO, le PEE et le PERCO de l’entreprise absorbée doivent disparaître. A l’inverse, si l’absorbante est dotée d’un PEE, mais n’est pas dotée d’un PERCO alors qu’il en existe un au sein de l’absorbée, le PEE de l’absorbée disparaît, mais le PERCO de l’absorbée subsiste et est même transféré au sein de l’absorbante, ce, en l’absence d’impossibilité du transfert.

      S’agissant des sommes détenues par les salariés dans le PEE de la société absorbée, elles sont transférées, après information des représentants du personnel, dans le PEE de la société absorbante si celui-ci comporte des FCP dont les caractéristiques sont identiques à ceux existants dans le plan d’origine.  Cette exigence est donc de nature à entraîner des modifications dans les caractéristiques des FCP institués dans le PEE de la société d’accueil. Mais le délai d’indisponibilité écoulé des sommes transférées s’impute sur la durée de blocage prévue par le nouveau plan.

      Par contre, le PERCO de l’absorbée est transféré en l’état et les salariés de l’absorbante pourront également procéder à des versements, et l’entreprise absorbante devra verser un abondement si une telle obligation y figure.

      Les transferts du CET vers un PEE et un PERCO

      Les droits accumulés par un salarié dans le cadre d’un CET correspondant à des heures ou jours de travail ou de repos, jours de congés ou abondement de l’employeur peuvent être transférés à l’initiative du salarié dans un PEE ou un PERCO.

      Mais cette possibilité doit être prévue par le CET qui doit alors obligatoirement comporter un dispositif de « monétisation » des droits accumulés sous la forme de temps car ce sont des espèces qui sont transférés et non des temps.

      Ces transferts vers un PEE sont limités à 25 % de la rémunération annuelle, sauf s’ils sont destinés à acquérir des titres de l’entreprise ou du groupe qui l’emploie.

      Ces règles s’appliquent aussi aux transferts du CET vers un PERCO. Mais les transferts de droits ne résultant pas d’un abondement de l’employeur bénéficient d’un régime social et fiscal de faveur (cf. fiche 39). Il en est de même des droits issus d’un abondement de l’employeur, mais le transfert de cet abondement est considéré comme un abondement de l’employeur au PERCO lui-même et donc soumis aux règles auxquelles un tel abondement au PERCO est lui-même soumis (limitation au triple des droits du salarié abondés par l’employeur et à 16 % du PASS, soit 6 357,12 € en 2018). Il bénéficie aussi d’un régime fiscal et social de faveur (cf. fiche 39).

      Enfin, les salariés qui ne bénéficient pas d’un CET ont la faculté de verser 10 jours de congés et de repos (monétisés) non pris, sur un PERCO (cf. fiche 41).

      VI. 33. Les arbitrages

      Philippe BERNHEIM Date de création : 25/10/2017Date de révision : 06/03/2018

      Décembre 2017

      L’arbitrage est un acte de gestion patrimoniale par lequel l’adhérent à un plan d’épargne d’entreprise (ou interentreprises), ou d’un plan d’épargne retraite, modifie l’affectation de son épargne entre les supports de placement qui lui sont proposés.

       Règles applicables

      Le règlement du plan doit prévoir les modalités suivant lesquelles les adhérents peuvent effectuer des arbitrages et fixer le cas échéant des limites à ces possibilités (article R.3332-2 du code du travail).

      Encore faut-il que le plan offre des possibilités multiples de placement.

      Le PERCO doit donner le choix entre au moins trois organismes de placement collectif en valeurs mobilières présentant des profils différents (article L.3334-11 du code du travail). Il s’agira en pratique de SICAV ou FCPE à dominante monétaire, obligataire et actions. Il doit également donner la possibilité d’affecter des sommes recueillies dans des parts de fonds investis dans des entreprises solidaires, mais rien n’impose un fonds spécifique, l’un des trois fonds précités pouvant très bien être utilisé à cet effet.

      Dans le cas du PEE, ou du PEI, la possibilité existe normalement, du fait que dorénavant le règlement du plan doit prévoir qu’une partie des sommes recueillies peut-être affectée dans un ou plusieurs fonds solidaires, tels que définis à l’article L.3332-17-1 du code du travail.

      Limitations

      a/Les limites légales

      L’article R.3333-2 du code du travail interdit, pendant la période d’indisponibilité, l’arbitrage des sommes ayant bénéficié du supplément d’abondement que peut verser l’entreprise en cas d’investissement en actions ou en certificats d’investissement émis par elle ou par une entreprise liée (abondement au-delà de 8 % du plafond annuel de la sécurité sociale et pour au maximum 80 % de ce dernier montant.

      b/Les limites fixées par le règlement du plan

      La possibilité d’effectuer des arbitrages est fréquemment restreinte à une ou plusieurs périodes au cours de l’année. Il se peut également qu’une période d’arbitrage soit ouverte à l’occasion de la mise en œuvre d’une offre réservée aux salariés pour leur permettre exclusivement d’acquérir des titres émis par l’entreprise.

      Le règlement d’un plan d’épargne d’entreprise peut interdire l’apport à une OPA ou OPE de titres de l’entreprise acquis dans le cadre d’une offre réservée au personnel ou dans le cadre d’options sur titres – sauf en cas de retrait obligatoire.

      Cas d’arbitrage obligatoire (articles R.3332-2 et R.3332-3 du code du travail)

      Afin d’améliorer la lisibilité des choix proposés du fait de placements similaires, le règlement d’un PEE ou d’un PERCO peut être modifié pour supprimer certains OPCVM de l’offre, les fusionner, en substituer d’autres. Un tel arbitrage forcé n’est possible que si l’orientation de la gestion des nouveaux OPCVM est équivalente à celle des anciens (nature des actifs, horizon de placement, gestion du risque) et si les frais maximum perçus sont identiques ou inférieurs.

      A défaut la réorientation de l’épargne n’est possible qu’avec l’accord des adhérents concernés.

      Mais le règlement du plan peut prévoir que les fonds et SICAV offerts antérieurement ne pourront plus recevoir de versements –tout en pouvant s’il y a lieu recevoir des intérêts ou dividendes provenant des actifs qui le composent.

      On rappellera qu’un FCPE ne peut être dissout tant qu’y subsistent des avoirs indisponibles.

      Enfin, le règlement du plan peut imposer des modifications dans le choix des placements en cas de départ du salarié de l’entreprise, par exemple la réaffectation des avoirs investis en actions de l’entreprise ou d’une entreprise liée.

      Frais

      Le plan, ou le règlement des FCPE, peut valablement prévoir que des frais sont soient mis à la charge de l’adhérent du plan lors de la cession de parts liée à son arbitrage.

      Fiscalité

      L’arbitrage est une opération intercalaire ne donnant lieu à aucune imposition ou application de contributions ou prélèvements sociaux.

      Utilisation de l’arbitrage

      Comme tout acte de gestion patrimoniale, l’arbitrage doit correspondre aux objectifs patrimoniaux de l’épargnant. 

      Il est un acte normal de gestion et peut devenir souhaitable dans certains cas.

      D’une part, il est habituel qu’au cours d’une vie un épargnant cherche successivement à faire croître son patrimoine, sécuriser ses actifs, rechercher un rendement régulier. Ceci doit le conduire au fil du temps à pondérer différemment ses différents types d’actifs dans un plan d’épargne d’entreprise ou dans un PERCO.

      D’autre part, il convient de penser à sécuriser ses gains à l’approche d’une échéance critique telle que l’achat d’un logement ou le départ à la retraite. Par exemple, quelque temps avant l’acquisition d’un logement, mieux vaut céder des actions sur lesquelles une plus-value importante a été réalisée, permettant de constituer l’apport personnel souhaitable, et placer le produit de la cession dans un fonds monétaire à faible rendement mais à risque très limité, que conserver les actions jusqu’au moment de l’acquisition immobilière, au risque de les voir entre temps perdre une partie de leur valeur et de devoir emprunter davantage.

      Mais ces placements monétaires, à rendement très faible en 2017/2018, ne permettent ni de se protéger contre l’inflation (environ 1 % en 2017), ni surtout de faire progresser significativement le patrimoine. Inversement, un fonds en actions diversifiées peut se valoriser fortement sur le long terme, en dépit de phases de baisse parfois sévère liées à la conjoncture économique ou aux choix du gestionnaire.

      L’impératif de suivi personnel des actifs dans les plans d’épargne

      L’épargnant dans le cadre d’un plan d’épargne d’entreprise doit être personnellement attentif à l’évolution de ses actifs, qu’il doit suivre régulièrement en vue de faire, s’il y a lieu, les arbitrages souhaitables. En effet, il ne peut pas s’appuyer sur les gestionnaires, qui n’ont pas d’obligation de conseil et ne peuvent pas recevoir de mandat de gestion.

       

      Les PERCO offrent normalement la possibilité d’une gestion pilotée. Le gestionnaire respecte alors des clés de répartition des avoirs en fonction de l’âge de l’épargnant et procède le moment venu aux arbitrages correspondants, diminuant le profil de risque au fil des années.

      Cependant cette gestion pilotée, parce qu’elle est « standardisée », peut ne pas être bien adaptée à la situation patrimoniale et aux objectifs financiers de l’épargnant.

      VI. 34. Le plan d’épargne inter entreprises (PEI)

      Manuèle PENNERA / Associée gérante de KaRente Date de création : 16/10/2017Date de révision : 15/03/2018

      Décembre 2017

      Le Plan d’Épargne Inter-entreprise est une variante du PEE qui avait été introduite par la loi Fabius de 2001. Institué entre plusieurs entreprises, le PEI peut être, au choix, institué au niveau :

      –  d’une même branche professionnelle

      d’une même zone géographique, nationale, régionale, départementale ou locale (PEI territorial)

      –  ou encore au niveau de plusieurs entreprises ayant pris l’initiative de l’instituer.

      Le PEI est un dispositif bien adapté aux moyens administratifs limités des petites entreprises.

      Les formalités de dépôt de l’accord sont effectuées lors l’institution du PEI ; chaque entreprise adhère très simplement au PEI institué et n’a à déposer à la direction du travail que la fiche décrivant l’abondement qu’elle a choisi.

      Seuls les PEI nationaux fonctionnent vraiment

      Tous les opérateurs du marché ont développé des PEI au niveau national et proposent ainsi les avantages du PEE à tous leurs clients TPE ou PME avec un produit « packagé » facile à mettre en place.

      Un certain nombre de PEI de branches ont également pu être négociés, mais on constate que l’adhésion des entreprises reste très limitée. La question pratique de la commercialisation et de la mise en place dans les petites entreprises a souvent été escamotée. De nombreux PEI de branche ou territoriaux ont été négociés : bouchers-charcutiers, l’UNAPL (professions libérales), boulangerie, coiffeurs, professions du froid, petites banques AFB, notaires, garagistes, profession du médicament, pour n’en citer que quelques-uns. Seuls les PEI de quelques branches dotées d’un réseau de commercialisation efficace se développent de façon significative. Citons principalement celui de la branche du BTP, distribué par le réseau de l’institution de prévoyance Pro-BTP.

      Les partenaires sociaux s’étaient également organisés pour instituer des PEI départementaux et quelques uns ont été signés. Là encore, l’absence de réseau de distribution organisé a empêché le développement des adhésions.

      Les statistiques de la DARES ne distinguent malheureusement pas les adhésions via des PEI de branche ou territoriales des adhésions aux PEI nationaux.

      Le PEI n’est pas adapté à l’actionnariat salarié

      Le PEI n’ouvre pas droit à l’actionnariat salarié et une petite entreprise qui veut permettre à ses salariés de souscrire ses titres devra mettre en place un PEE dédié à cette opération, aux côtés d’un PEI qui offre des fonds diversifiés et aisément liquides.

      Les PEI ne peuvent en aucun cas accueillir des FCPE investis pour plus d’un tiers en actions d’une entreprise et ne permettent donc pas de mettre en œuvre des dispositifs d’actionnariat salarié.

      Les FCPE recueillant les placements ne peuvent détenir plus de 10 % de titres non admis aux négociations sur un marché réglementé et ils doivent respecter les règles de diversification des placements. (Article L.3333-6 du code du travail).

      La création d’un PEI

      Le PEI est mis en place par un accord collectif entre :

      • Une ou plusieurs organisations syndicales représentatives de salariés (une seule peut être suffisante)
      • Et un ou plusieurs employeurs ou groupement d’employeurs ou organisations syndicales d’employeurs.

      Cependant, dans le cas spécifique du PEI mis en place entre des entreprises prises individuellement, l’accord peut être conclu soit dans les conditions du droit commun de la négociation collective, soit au sein du comité d’entreprise, soit encore à la suite de la ratification aux deux tiers du personnel de chaque entreprise. Il doit être approuvé dans les mêmes termes au sein de chacune des entreprises et celles qui veulent y adhérer ou en sortir doivent recueillir l’accord de leur comité d’entreprise ou de la majorité des deux tiers de leur personnel (article L.3333-2 du code du travail).

      L’accord doit déterminer notamment (article L.3333-3 du code du travail) :

      • les entreprises signataires ou le champ d’application
      • la nature des sommes versées (intéressement, participation, versements volontaires des salariés, abondement)
      • la liste des taux et plafonds d’abondement parmi lesquels les entreprises qui souhaitent abonder les versements de leurs salariés pourront opter
      • les différentes possibilités d’affectation des sommes recueillies : le nombre, l’orientation de gestion et le profil de risque des fonds utilisés
      • les conditions de prise en charge des frais de gestion par les entreprises ; les frais de tenue de compte sont à la charge des employeurs (1) et suivent une répartition définie par l’accord, par exemple proportionnellement au nombre d’adhérents au Plan ; les frais de gestion des FCPE sont à la charge des salariés, mais peuvent être payés par les employeurs ; il est souhaitable que ces derniers payent les frais relatifs à la tenue des conseils de surveillance
      • les conditions de désignation des membres des conseils de surveillance des fonds communs de placement prévus par le plan et les modalités de fonctionnement de ces conseils
      • les teneurs de comptes (Article R.3333-8 du code du travail).

      Dispositions particulières applicables à la participation

      (Article L.3333-5 du code du travail)

      • Le règlement du plan peut prévoir que les sommes issues de la Participation mise en place dans une entreprise soient affectées à un fonds d’investissement créé dans cette entreprise, à l’image du compte d’investissement prévu dans un accord de participation propre à une entreprise (voir fiche n°26).
      • Lorsqu’il prévoit de recueillir les sommes issues de la participation, l’accord dispense les entreprises adhérentes concernées de conclure un accord particulier.
      • En cas de participation volontaire dans une entreprise de moins de 50 salariés (voir fiche n°26), l’accord précise les règles de calcul et les plafonds applicables (article R.3333-3 du code du travail).

      Indisponibilité des sommes versées

      Les sommes versées sur un PEI ont une durée d’indisponibilité minimum de 5 ans comme dans le cas d’un PEE et les conditions de déblocage anticipé sont identiques.

      La modification d’un accord de PEI (article L.3333-7 du code du travail)

      L’accord peut être modifié par avenant suivant les modalités utilisées pour sa création.

      Le règlement du plan peut en outre être modifié pour intégrer des dispositions législatives ou réglementaires postérieures à l’institution du plan, ainsi que pour intégrer de nouvelles dispositions concernant la nature des ressources, l’affectation des sommes recueillies, les taux et plafond d’abondement fixés par les entreprises pour leurs salariés. La modification fait l’objet d’une information. Elle s’applique sous réserve que la majorité des entreprises parties prenantes ne s’y oppose pas dans un délai d’un mois à compter de la date d’envoi de l’information et, pour chaque entreprise, à compter du premier exercice suivant la date d’envoi de l’information.

      La procédure de modification est très lourde (collecter les signatures de tous les membres), aussi une modification par simple information des membres a été introduite par la loi Macron d’aout 2015 pour un certain nombre de règles de fonctionnement du PEI, mais pas pour ses frais de gestion par exemple.

      L’adhésion des entreprises à l’accord initial

       

      • Accords conclus par des organisations syndicales et des syndicats ou groupement d’employeurs :

      Dans ce cadre, toute autre organisation syndicale de salariés ou tout autre groupement d’employeurs ou des employeurs pris individuellement peuvent adhérer à l’accord si l’activité qu’ils exercent ou qu’exercent leurs adhérents entre dans le champ d’application de l’accord (professionnel ou géographique). Cette adhésion prend la forme d’une lettre qui doit être déposée à la DIRECCTE et notifiée aux signataires de l’accord initial.

      Si l’activité qu’ils exercent ou qu’exercent leurs adhérents n’entre pas dans le champ d’application de l’accord, l’adhésion doit alors prendre la forme d’un avenant à l’accord d’origine pour modifier le champ d’application.

       

      • Accord conclu entre des entreprises prises individuellement :

      Dans ce cadre, l’adhésion constitue une modification du champ d’application. L’adhésion doit alors prendre la forme d’un avenant à l’accord d’origine, signé d’une part par tous les employeurs concernés et d’autre part, par les organisations syndicales représentatives ou approuvé par le comité d’entreprise ou les deux tiers du personnel de l’entreprise. L’avenant fait l’objet d’un dépôt à la DIRECCTE.

      Cet avenant n’est pas obligatoire si l’accord d’origine a prévu les conditions dans lesquelles des entreprises peuvent adhérer à l’accord.

      Depuis la loi du 30 décembre 2006, les modifications du règlement d’un PEI conclu entre plusieurs entreprises prises individuellement, portant sur la nature des sommes versées, les fonds proposés et les taux et plafonds d’abondement, peuvent être adoptées par une majorité des entreprises parties prenantes au plan. (Article L.3333-7 du code du travail).

      Les extensions d’accords instituant un PEI

      Les accords instituant les PEI peuvent être étendus. Dans ce cas, toutes les entreprises comprises dans le champ d’application de l’accord sont concernées par l’accord, y compris celles qui ne l’ont pas signé ou qui ne sont pas adhérentes à l’organisation d’employeurs signataires.

      Par conséquent, tous les salariés de ces entreprises peuvent épargner dans le cadre du PEI et l’employeur est tenu de prendre en charge les frais de tenue de compte.

      L’extension ne peut avoir pour effet de rendre obligatoire un abondement par les entreprises ; ce simple fait réduit considérablement l’intérêt de l’extension de l’accord.

      Les bénéficiaires du PEI

      Lorsqu’un Plan d’épargne Interentreprises (PEI) est applicable à l’entreprise, tous les salariés peuvent bénéficier de l’accord dans les mêmes conditions d’accès que celles qui prévalent pour un PEE (cf. fiche n°26).

      L’adhésion d’un salarié est possible même si son entreprise n’a pas signé l’accord, à partir du moment où elle entre dans le champ d’application de l’accord. Ces versements ne pourront néanmoins pas donner lieu à un abondement de l’entreprise, retirant par là le principal avantage du PEE. Par ailleurs, il est en pratique très compliqué pour un employeur de verser la prime d’intéressement sur un PEI que lui désigne son salarié. Il est ainsi impossible pour ce salarié de bénéficier de l’exonération fiscale liée au blocage sur un plan d’épargne entreprise.

      Fonctionnement et fiscalité du PEI

      Sous réserve des spécificités relatives aux avoirs éligibles, le fonctionnement est identique à celui des PEE. Pour ce qui concerne la fiscalité, on se reportera à la fiche n°38.


      (1) En cas de liquidation d’une entreprise adhérente, les frais de tenue de compte postérieurs à cette liquidation deviennent à la charge des participants au PEI concerné.

      VI. 35. Les FCPE

      Jean-Marc FOURNIE / Responsable de l’épargne Entreprises à l’AFG (Association Française de la Gestion financière) Date de création : 03/11/2017Date de révision : 15/03/2018

      Mars 2018

      Les FCPE sont des copropriétés d’instruments financiers réservés aux salariés des entreprises. Ne disposant pas de la personnalité morale, ils sont représentés à l’égard des tiers par leur société de gestion[2]. Non commercialisés auprès du public, les FCPE sont des FIA au sens de la Directive 2011/61/EU du 8 juin 2011, dite « Directive AIFM »[3]. Ils émettent des parts.

      On peut répartir les FCPE selon les trois catégories suivantes :

      • En premier lieu, les FCPE régis par les dispositions de l’article L.214-164 du code monétaire et financier
      • En second lieu, les FCPE dont plus du tiers de l’actif est investi en titres de l’entreprise ou en titres de sociétés qui lui sont liées régis par les dispositions des articles L 214-165 du code monétaire et financier, L.3332-17 et L.3332-18 du code du travail. Il est important de noter que les investissements dans un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ne peuvent être effectués dans des FCPE relevant des articles L.214-164 (si le portefeuille est investi entre 10 % et 33 % en titres de l’entreprise) et L.214-165 du code monétaire et financier. Ces FCPE sont susceptibles de comporter deux catégories de parts si le règlement du fonds prévoit l’option d’une distribution des dividendes aux porteurs de parts[4]
      • En troisième lieu des FCPE dont plus du tiers de l’actif est composé :

      – soit de titres émis par une entreprise de droit étranger ou une entreprise de droit étranger appartenant au même groupe, et qui ne sont pas soumis aux règles du code français du travail ;

      – soit de titres émis par les entreprises d’un groupe comprenant une entreprise de droit français où s’applique le code du travail, et qui sont ouverts aux travailleurs de droit étranger par un accord régi par un droit étranger.

      Ces FCPE en raison de leur nature font l’objet de certaines règles dérogatoires aux dispositions de l’article L.214-165 du code monétaire et financier, figurant à l’article L.214-165-1 du même code[5].

      Les articles R.214-207  et suivants de code monétaire et financier apportent les précisions réglementaires sur les conditions dans lesquelles sont gérés les FCPE.

      Les FCPE peuvent comporter des compartiments, correspondant chacun par exemple à un type de gestion et d’actifs différents ou à un type de parts (capitalisation ou distribution) voire à des frais différents (pris en charge par l’entreprise ou par les porteurs eux-mêmes).

      I – Les fonds d’épargne salariale de l’article L.214-164 : les FCPE diversifiés

      Les FCPE relevant de l’article L.214-164 du code monétaire et financier ont un portefeuille composé d’actifs diversifiés investis pour moins d’un tiers en titres de l’entreprise.

      Ces FCPE font l’objet d’une classification de la part de l’AMF :

      Ces FCPE peuvent répondre à différentes classifications AMF, conformément à l’article 30 de l’instruction AMF n°2011-21 :

      • Le FCPE « Actions françaises », en permanence exposé à hauteur de 60 % au moins sur le marché des actions françaises
      • Le FCPE « Actions de pays de la zone euro », en permanence exposé à hauteur de 60 % au moins sur un ou plusieurs marchés des actions émises dans un ou plusieurs pays de la zone euro, dont éventuellement le marché français
      • Le FCPE « Actions des pays de l’Union européenne », en permanence exposé à hauteur de 60 % au moins sur un ou plusieurs marchés des actions émises dans un ou plusieurs pays de l’Union européenne, dont éventuellement, les marchés de la zone euro
      • Le FCPE « Actions internationales », en permanence exposé à hauteur de 60 % au moins sur un marché d’actions étranger ou sur des marchés d’actions de plusieurs pays, dont éventuellement le marché français
      • Les FCPE « Obligations et autres titres de créance libellés en euro », en permanence exposé à des titres de taux libellés en euro
      • Les FCPE « Obligations et autres titres de créance internationaux », en permanence exposé à des titres de taux libellés dans d’autres devises que l’euro, (et éventuellement à des titres de taux libellés en euro)
      • Les FIA « monétaires court terme » et « monétaires »
      • Les FCPE « Diversifiés ». Cette catégorie rassemble tous les FIA qui ne relèvent pas d’une autre catégorie
      • Les FCPE « à formule », ayant pour objectif de gestion d’atteindre, à l’expiration d’une période déterminée, un montant déterminé par application mécanique d’une formule de calcul prédéfinie, reposant sur des indicateurs de marchés ou des instruments financiers ainsi que de distribuer, le cas échéant, des revenus déterminés de la même façon.

      1- Actifs éligibles

      Les conditions d’agrément de ces fonds et leurs règles de gestion spécifiques sont définies et précisées par les parties législatives et  réglementaires du code monétaire et financier, le livre IV du règlement général de l’AMF et une instruction de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

      Un FCPE relevant de l’article L.214-164  du code monétaire et financier peut ainsi être investi en valeurs mobilières diversifiées, notamment en parts ou actions d’OPCVM/FIA et (pour moins d’un tiers de l’actif) en titres de l’entreprise ou d’une entreprise du même groupe (tel que défini au premier  alinéa de l’article L.3344-1 du code du  travail).

      Si le portefeuille contient des titres de l’entreprise, le plafond de 10 % par émetteur ne s’applique pas.

      2 – Fonds solidaires[6]

      Les FCPE solidaires sont définis par les quatre derniers alinéas de l’article L.214-164 du code monétaire et financier et par les articles L.3332-17-1 du code du travail.

      II- Les fonds d’épargne salariale de  l’articles L.214-165: Les FCPE d’actionnariat salarié

      Plus du tiers de l’actif des FCPE relevant de l’article L.214-165 du code monétaire et financier doivent être investis en titres de l’entreprise ou d’une entreprise du même groupe.

      Ces FCPE ne peuvent être proposés que dans le cadre d’un plan d’épargne d’entreprise (PEE) mais absolument pas dans un PERCO.

      Les actions ou obligations émises par l’entreprise ou par toute autre société qui lui est liée peuvent également être acquises directement par les salariés, les anciens salariés ou dans les conditions prévues à l’article 11 de la loi n° 86-912 du 6 août 1986 relative aux modalités d’application des privatisations, par les mandataires exclusifs de la société.

      A – FCPE investis en titres non cotés de l’entreprise

      Voir fiche n°58 « L’actionnariat salarié dans les sociétés non cotées »

      B – FCPE investis en titres cotés de l’entreprise

      1 – Qu’entend-on par titre coté de l’entreprise

      On parle de titres cotés de l’entreprise lorsque ces titres sont admis à la négociation sur un marché réglementé d’instruments financiers[7].

      2 – FCPE à effet de levier[8]

      Ce type de FCPE permet au salarié bénéficiaire de souscrire des titres (moyennant une éventuelle décote) financés grâce à son apport personnel (et éventuellement grâce à un abondement de l’employeur) et par un financement complémentaire.

      Au terme de la période de garantie décidée pour l’opération et mentionnée dans le DICI  du FCPE, le bénéficiaire reçoit le capital initialement investi augmenté d’une fraction de la hausse de l’action (et/ou d’un intérêt éventuel).

      Ces FCPE d’actionnariat « à effet de levier » permettent aux salariés versant une mise de fonds initiale de bénéficier d’une participation à une quote-part de la hausse du cours des titres émis par l’entreprise ou une entreprise qui lui est liée composant l’actif du fonds.

      Une garantie de capital sur leur apport personnel peut également avoir été prévue.

      Différentes modalités sont donc possibles.

      En cas de financement complémentaire, le FCPE conclut avec un établissement de crédit un contrat d’échange (swap) ou une pension livrée. Le FCPE verse l’équivalent de la souscription par apport personnel des adhérents (complété le cas échéant par l’abondement) et reçoit l’équivalent de la souscription à l’augmentation de capital.

      Les salariés peuvent aussi bénéficier d’une garantie qui peut porter seulement sur le financement complémentaire, ou sur l’apport personnel complété par financement complémentaire.

      Quelle que soit la forme de l’opération, le versement du salarié (« apport personnel ») et l’impact du levier – le financement complémentaire, prêt bancaire ou l’équivalent en termes de contrat d’échange ou de pension livrée –, c’est-à-dire la souscription effective par les salariés et pour le compte des salariés, doivent respecter cette limite du quart de la rémunération.

      En outre, l’exercice des droits de vote et apport des titres aux offres d’échange doivent respecter les conditions de droit commun prévues par l’article L.214-165 du code monétaire et financier.

      3- Fonds « relais »

      Un FCPE relais, destiné à faciliter la souscription à une augmentation de capital ou la cession de titres par l’entreprise, avec ou sans décote, réservée aux salariés ou anciens salariés dans le cadre d’un PEE, permet :

      • de collecter l’épargne des participants en vue de la souscription à une augmentation de capital réservée ou d’effectuer l’acquisition des titres auto-détenus par l’entreprise
      • de permettre de bénéficier de la décote sur le  prix des titres. En effet, si la souscription s’investissait directement dans un fonds « investi en titres de l’entreprise », la décote serait répartie sur l’ensemble des parts du fonds et bénéficierait à l’ensemble des porteurs y compris ceux qui n’auraient pas participé à la dernière opération d’actionnariat salarié.

      Régi à la fois par l’article L.214-164 à sa création et par l’article L.214-165 lors de sa souscription à l’augmentation de capital, un fonds relais doit fusionner avec un fonds d’épargne salariale  investi en titres de l’entreprise existant dans les meilleurs délais après la souscription de l’augmentation de capital ou l’acquisition des titres auto-détenus par l’entreprise dans un fonds  d’épargne salariale dont la classification AMF est « investi en titres de l’entreprise ».

      III – Les conseils de surveillance des FCPE

      Chaque FCPE doit disposer de son conseil de surveillance, sauf dans le cas où le règlement du plan d’épargne prévoit qu’un conseil est commun à plusieurs FCPE régis par l’article L.214-164 du code monétaire et financier.

      Par ailleurs, le règlement du plan d’épargne ou l’accord peut fixer la composition et les modalités de désignation des conseils de surveillance des FCPE. Dans ce cas, le règlement du fonds renvoie au règlement du plan d’épargne quel qu’il soit (PEE, PEG, PERCO…).

      Cette possibilité ne concerne pas les FCPE constitués en dehors d’un plan d’épargne.

      1 − Composition et désignation des conseils de surveillance

         A/FCPE régis par l’article L.214-164 du code monétaire et financier

      Le règlement du FCPE décrit la composition et les modalités de nomination du conseil de surveillance.

      Le conseil de surveillance est composé de salariés représentant les porteurs de parts, eux-mêmes porteurs de parts et, pour moitié au plus, de représentants de l’entreprise (ou des entreprises concernées).

      Différentes modalités de nomination existent (désignation et/ou élection, par le(s) comité(s) d’entreprise ou le comité(s) central (aux) ou par les organisations syndicales représentatives). Mais, en cas d’élection tous les porteurs de parts salariés ou anciens salariés peuvent participer au vote.

      Ces deux modes sont également susceptibles de cohabiter si plusieurs entreprises sont présentes au conseil, chacune pouvant opter pour le mode de nomination qu’elle préfère.

      Enfin, le président du conseil de surveillance est obligatoirement issu des représentants des porteurs de parts.

      Les règlements des fonds peuvent également prévoir la désignation de suppléants.

      Ce vote pour élire les membres du conseil de surveillance peut être effectué par courrier ou par tout autre moyen de communication.

         B/FCPE régis par l’article L.214-165 du code monétaire et financier

      La composition et la désignation des conseils de surveillance des FCPE d’actionnariat salarié peuvent être identiques aux modalités qui viennent d’être décrites pour les fonds « diversifiés » régis par l’article L. 214-164 du code monétaire et financier.

      Mais le conseil de surveillance peut être composé uniquement de représentants des porteurs de parts qui doivent dans ce cas être salariés et porteurs de parts et élus sur la base du nombre de parts détenues par chacun.

         C/FCPE régis par l’article L.3332-16 du code du travail

      L’alinéa 4 de l’article L.3332-16 du code du travail relatif à la reprise d’entreprise par ses salariés prévoit par dérogation à l’article L.214-165 du code monétaire et financier, que les membres du conseil de surveillance sont désignés uniquement par élection. L’ensemble des porteurs de parts participe au vote.

      Le conseil de surveillance de ces FCPE comprend uniquement des porteurs de parts salariés.

      2 − Rôle et pouvoirs des conseils de surveillance

         A/FCPE régis par l’article L.214-164 du code monétaire et financier

      1. Exercice des droits de vote et apport des titres

      Ce sont en principe les conseils de surveillance des FCPE qui exercent les droits de vote et apportent les titres aux offres publiques d’achat (OPA) ou d’échange (OPE).

      Dans le cas des FCPE « diversifiés » régis par l’article L.214-164 du code monétaire et financier, la loi prévoit que le règlement du fonds peut opter pour un exercice par la société de gestion.

      La société de gestion est alors tenue d’appliquer les dispositions prévues par le règlement général de l’AMF.

      La société de gestion disposera ainsi de tous les éléments d’appréciation nécessaires à l’exercice de ces droits ou à l’apport des titres détenus par le FCPE : document de référence visé par l’AMF, derniers états comptables publiés, documents relatifs à la tenue de l’AG des entreprises concernées, note d’information publiée par l’initiateur de l’offre…).

      Il est important de noter que dans le cas des titres de l’entreprise ou de toute entreprise qui lui est liée dans les conditions prévues à l’article L.3344-1 du code du travail, le conseil doit exercer lui-même les droits de vote et/ou apporter les titres à l’offre, et qu’il ne peut pas déléguer cette tâche à la société de gestion. Encore faut-il cependant que la détention de titres de l’entreprise par le FCPE fasse partie de son objectif de gestion.

      Cette règle ne s’applique pas lorsqu’un fonds diversifié détient des titres d’une entreprise à qui le FCPE est proposé, dans le cadre d’un investissement diversifié ; c’est le cas notamment des FCPE fonds multi-entreprises.

      Enfin, lorsque le FCPE est investi en parts ou actions d’OPCVM ou de FIA, les droits de vote sont exercés par la société de gestion des OPCVM et des FIA faisant l’objet d’investissements par le FCPE et non par le conseil de surveillance de ce dernier.

       

      1. Examen de la gestion financière, administrative et comptable du FCPE

      Le conseil de surveillance est chargé notamment de l’examen de la gestion financière, administrative et comptable :

      • gestion financière : performances du portefeuille du FCPE, comparaison avec un éventuel « benchmark » c’est-à-dire un indice boursier ou un panier d’indices, volatilité, conjoncture passée et future des marchés financiers et les perspectives de gestion au regard de ces marchés…
      • gestion administrative : qualité et pertinence des informations aux porteurs, suivi des opérations sur titres, qualité des informations juridiques
      • gestion comptable : analyse du bilan, hors-bilan et du compte de résultat du FCPE, qualité de la valorisation des titres en portefeuille.

      On peut donc considérer que le conseil a une responsabilité morale vis-à-vis des porteurs quant à la qualité de la gestion.

      Dans ce cadre, il peut convoquer et auditionner la société de gestion, le dépositaire et le commissaire aux comptes du fonds qui sont tenus de déférer à sa convocation.

       

      1. Compétences du conseil sur le fonctionnement du FCPE

      Le conseil prend les décisions importantes pour le fonctionnement du FCPE ; Il s’agit des fusions, scissions ou liquidations. Mais ces changements doivent au préalable recevoir un agrément de la part de l’AMF.

      Le règlement du fonds précise les transformations et les modifications du règlement qui doivent recevoir l’accord préalable du conseil de surveillance.

      D’autres modifications moins importantes peuvent être décidées sans l’aval du conseil de surveillance.

      En revanche, le changement de l’orientation de gestion, de société de gestion ou de dépositaire, les modifications relatives aux frais de gestion, le choix à opérer pour la capitalisation ou pour la distribution des revenus, la multiplication ou la division de la part…) sont généralement considérées comme nécessitant de l’accord du conseil.

      Sous réserve des compétences de la société de gestion telles que décrites à l’article L.214-8-1 du code monétaire et financier et de celles du liquidateur prévu à l’article L.214-12 du même code, le conseil de surveillance peut agir en justice pour défendre les droits ou intérêts des porteurs.

       

      1. Compétences en matière d’information des porteurs de parts

      Chaque année, le conseil de surveillance doit adopter un rapport mis par tout moyen à la disposition de chaque porteur de part et dont le contenu est précisé par le règlement général de l’AMF. Ce rapport peut être disponible au sein de l’entreprise ou auprès de la société de gestion ou du dépositaire voire par accès internet.

      Le conseil de surveillance peut assurer la rédaction de ce rapport mais la délègue généralement la société de gestion. Il en demeure pour autant responsable du contenu et il doit veiller à ce que ce rapport retrace fidèlement l’exercice des missions exercées par le conseil au cours de l’exercice en matière de droits de vote ou sur tout changement apporté au fonctionnement et à la gestion du FCPE.

      Ce rapport du conseil ne saurait être confondu avec le rapport annuel rendu par la société de gestion du FCPE et en particulier la prise en compte par le gestionnaire du FCPE des considérations sociales, environnementales et de gouvernance qui désormais doivent figurer dans un compte-rendu spécifique dans ce rapport.

      B/FCPE régis par l’article L.214-165 du code monétaire et financier

      1. Attributions identiques à celles des conseils de surveillance des FCPE régis par l’article L.214-164

      Dans ce cas, les compétences et missions décrites plus haut à savoir l’examen de la gestion financière, administrative et comptable, le fonctionnement du FCPE et les modalités d’information des porteurs de parts, peuvent être reprises à l’identique.

      1. Exercice des droits de vote et apport des titres

      a) Modalités d’exercice

      L’apport des titres aux offres publiques d’achat ou d’échange relève toujours de la compétence du conseil de surveillance, qu’il s’agisse ou non des titres de l’entreprise.

      De plus, le règlement du FCPE doit préciser les cas où le conseil recueille au préalable et par tout moyen l’avis de tous les porteurs, ces derniers ayant été en mesure d’exprimer leur avis.

      En matière de droits de vote, deux situations sont à distinguer :

      • Le conseil de surveillance est composé exclusivement des représentants des porteurs de parts, élus sur la base du nombre de parts détenues et eux-mêmes salariés de l’entreprise et porteurs de parts du FCPE :

      ⇒ Dans ce cas, le conseil exerce les droits de vote et il en rend compte aux porteurs.

      • Le conseil de surveillance est désigné dans les conditions applicables aux FCPE diversifiés c’est-à-dire par élection et/ou désignation par le comité d’entreprise ou par les organisations syndicales représentatives :

      ⇒  Dans ce cas, le conseil (le cas échéant, composé exclusivement de représentants élus porteurs de parts), exerce ces droits, mais le règlement du FCPE peut prévoir que ceux-ci sont exercés individuellement par les porteurs de parts et, pour les fractions de parts formant rompus, par le conseil de surveillance.  Le conseil doit dans ce cas mettre à la disposition par tout moyen approprié des porteurs les informations économiques et financières sur l’entreprise, portant sur les trois derniers exercices.

      b) Réduction ou non de l’apport des titres

      Conformément à l’article L.433-1 du code monétaire et financier, le règlement général l’Autorité des marchés financiers fixe les règles relatives aux offres publiques sur instruments financiers négociés sur un marché réglementé ainsi que celles mentionnées aux articles L.433-3 et L.433-4.

      L’article L.433-5 précise que ces offres ne concernent que les titres cotés et les titres de capital qui ont cessé d’être cotés sur un marché réglementé pour être admis sur Alternext.

      Le code monétaire et financier prévoit les règles applicables à toutes les offres publiques (et notamment les offres volontaires), les offres obligatoires et les offres publiques de retrait et le retrait obligatoire[9].

      Si les FCPE sont investis en titres souscrits lors d’une augmentation de capital réalisée conformément à l’article L.3332-18 du code du travail et suivants qui sont devenus disponibles ou en titres acquis sur le marché ou souscrits dans le cadre d’une augmentation de capital effectuée dans les conditions de droit commun, le conseil de surveillance, ou les salariés porteurs de parts individuellement selon ce qui est prévu par le règlement du fonds, peut apporter les titres.

      Il est à noter que l’apport de titres à une offre publique d’échange ou à une offre publique avec règlement en espèces ou avec règlement mixte est possible dès lors que la durée globale de blocage est respectée.

      Si des espèces sont versées en contrepartie des titres apportés, le conseil de surveillance doit décider de l’affectation de ces sommes et, le cas échéant, de la transformation du FCPE en FCPE « diversifié » régi par l’article L.214-164 du code monétaire et financier.

      Par ailleurs, au regard de l’article R.3332-2 du code du travail, l’apport des titres paraît possible même si l’investissement initial du salarié a été complété par un supplément d’abondement par l’employeur.

      Dans le cas d’une offre publique de retrait suivie d’un retrait obligatoire dans les conditions mentionnées à l’article L.433-4 du code monétaire et financier et ce quel que soit la forme de l’abondement éventuellement versé par l’employeur, l’apport des titres est possible même si les règlements du plan et du FCPE n’ont rien prévu sur le sujet.

      En effet, le retrait obligatoire s’apparente juridiquement à une expropriation, indépendante de la volonté des porteurs de parts ; les actionnaires minoritaires se trouvant aussi dans l’obligation de transférer leurs titres.

      1. Informations relatives à l’entreprise fournies au conseil de surveillance

      Si l’entreprise dispose d’un comité d’entreprise, les informations habituellement transmises communiquées à ce comité, conformément aux articles L.2323-47 (entreprises de moins de 300 salariés) et L.2323-55 du code du travail et suivants (entreprises de 300 salariés et plus) et la copie du rapport éventuel de l’expert-comptable désigné en application des articles L.2323-35 et L.2323-37  du code du travail, doivent être communiquées au conseil de surveillance à une date la plus proche de celle de la transmission au comité d’entreprise.

      Cette obligation porte donc sur l’information économique et financière relative à l’activité de l’entreprise, son chiffre d’affaires, ses résultats, et plus généralement l’ensemble des documents transmis habituellement à l’assemblée générale.

      S’il n’existe pas de comité d’entreprise, le conseil de surveillance peut se faire assister d’un expert-comptable dans les conditions prévues par les articles L.2325-35 et suivants du code du travail.

      Il est à noter que cet expert est rémunéré par l’entreprise et dispose d’un accès libre aux locaux de l’entreprise.

      Enfin, le conseil peut décider d’inviter le chef d’entreprise à commenter les événements ayant eu une influence significative sur la valorisation du titre et dispose du droit de convoquer les commissaires aux comptes de l’entreprise afin d’obtenir tout renseignement sur les comptes.


      [1] Association Française de la Gestion financière

      [2] Articles L.214-24-34 et L.214-24-42 du code monétaire et financier.

      [3] Les Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM) r ou une entreprise de elèvent stricto sensu désormais de la Directive n°2009/65/CE. Les autres fonds relèvent de la Directive n°2011/61/UE (Directive AIFM). Ces fonds sont appelés Fonds d’Investissement Alternatifs (FIA).

      Les Fonds d’épargne salariale constituent une catégorie de FIA, qui regroupe désormais les FCPE et les SICAVAS.

      [4] Parts «C » (capitalisation) pour les porteurs souhaitant le réinvestissement des dividendes en titres de la société, parts « D » (distribution) pour les porteurs souhaitant que le montant des dividendes des actions correspondant à leurs parts leur soit distribué (et devienne dans ce cas déclarable au titre des revenus d’actions).

      [5] Introduit par l’ordonnance n°2017-1432 du 4 octobre 2017 (article 3). Pour plus de détails on se reportera à cet article L.214-165-1 du code monétaire et financier.

      [6] Voir fiche n°36 « Les fonds solidaires »

      [7] Voir plus particulièrement la fiche n°89 « La place de marché Euronext Paris (la Bourse de Paris) »

      [8] Voir également fiche n°51 « Les opérations à effet de levier »

      [9] Voir fiche n°46 « Opérations sur le capital : OPA, OPE »

      VI. 36. Les fonds solidaires

      Valérie BARDOU / Responsable de la promotion de l’Epargne Entreprise, AMUNDI Date de création : 25/10/2017Date de révision : 06/03/2018

      Décembre 2017

      Par fonds solidaire on désigne une catégorie de fonds définie par l’Autorité des Marchés Financiers et caractérisée par le ratio réglementaire d’investissement maximum de 10 % en titres d’entreprises solidaires d’utilité publique via le ratio dérogatoire.

      Les fonds solidaires investissent donc entre 5 et 10 % de leur actif en titres d’entreprises solidaires agréées qui appartiennent à l’économie sociale et solidaire et poursuivent une utilité sociale.

      Depuis la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, les entreprises de l’économie sociale et solidaire se composent des coopératives, mutuelles, fondations, associations, ou des sociétés commerciales ayant une gouvernance démocratique inscrite dans les statuts, un but autre que le seul partage des résultats, des bénéfices réinvestis à hauteur d’au moins 50 % dans l’activité et d’au moins 20 % en réserve statuaire et poursuivant une utilité sociale.

      L’objet principal de l’entreprise d’utilité sociale est :

      • soit d’apporter un soutien à des personnes fragilisées du fait de leur situation économique, sociale ou personnelle, notamment en matière de santé
      • soit de contribuer à la lutte contre les exclusions et les inégalités, à l’éducation et à la citoyenneté, au lien social ou à la cohésion territoriale
      • soit de concourir au développement durable, à la transition énergétique ou à la solidarité internationale, tout en ayant une activité liée à l’un des deux précédents objets ci-dessus cités.

      Peuvent ainsi prétendre à l’agrément solidaire les entreprises d’utilité sociale dont les titres ne sont pas admis aux négociations sur un marché réglementé et dont les statuts se conforment aux conditions cumulatives suivantes :

      • avoir un objectif d’utilité sociale dont l’impact sur le compte de résultat ou la rentabilité financière est significatif
      • obéir à une politique de rémunération prévoyant que la moyenne des sommes versées, y compris les primes, aux cinq salariés ou dirigeants les mieux rémunérés, n’excède pas sept fois le salaire minimum de croissance (smic) ou le salaire minimum de branche s’il est supérieur, que les sommes versées, y compris les primes, au salarié ou dirigeant le mieux rémunéré, n’excède pas dix fois le smic ou le salaire minimum de branche.

      Sont assimilées à ces entreprises, les organismes dont l’actif est composé pour au moins 35 % de titres émis par des entreprises de l’économie sociale et solidaire, dont au moins cinq septièmes de titres émis par des entreprises solidaires d’utilité sociale, ou les établissements de crédit dont au moins 80 % de l’ensemble des prêts et des investissements sont effectués en faveur des entreprises solidaires d’utilité sociale.

      Pour être déclarée solidaire d’utilité sociale, l’entreprise doit être agréée auprès de la Préfecture.

      Les fonds solidaires peuvent être souscrits :

      • auprès des banques (livrets, Fonds Communs de Placement…)
      • ou au travers du Plan d’Epargne Entreprise (PEE) ou du Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif (PERCO).

      Plus largement le label Finansol distingue, depuis 1997, les placements d’épargne solidaire : actionnariat solidaire, livrets ou fonds solidaires proposés par les banques, compagnies et mutuelles d’assurance, et fonds solidaires d’épargne salariale.

      VI. 37. Les informations pour les épargnants salariés

      Jean-Claude MOTHIE, Président d’honneur de la FAS et Sylvie LUCOT, Vice-Présidente de l’APAT (Association du Personnel Actionnaire de Thales) et membre du Collège de l’AMF / Ancien membre du Collège de l'AMF[1] Date de création : 03/11/2017Date de révision : 08/03/2018

      Mars 2017

      Les bénéficiaires des plans doivent recevoir une information sur leurs placements qui soit claire, précise, régulière et compréhensible par tous. Le code du travail en définit le contenu général, complété par l’instruction 2011-21 de l’AMF relative, notamment, à l’information des fonds d’épargne salariale et la position-recommandation 2011-24 de l’AMF relative à la rédaction des documents commerciaux et la commercialisation des fonds. Enfin, d’un point de vue législatif, cette information est soumise à l’article L.533-12 du code monétaire et financier qui précise : « Toutes les informations, y compris les communications à caractère promotionnel, adressées par un prestataire de services d’investissement à des clients, notamment des clients potentiels, présentent un contenu exact, clair et non trompeur ».

      L’information du salarié à son arrivée dans l’entreprise

      Depuis la loi du 30 décembre 2006, tout salarié embauché par une entreprise disposant d’une épargne salariale reçoit, lors de la conclusion de son contrat de travail, le livret d’épargne salariale qui présente les dispositifs d’épargne salariale existants et l’ensemble des informations utiles qui s’y rapportent. La commission « épargnants » de l’AMF, suivant en cela les travaux du groupe « épargne salariale », a recommandé que cette présentation soit limitée aux seuls dispositifs effectivement mis en œuvre au sein de l’entreprise et que ce livret constitue, pour les salariés, un véritable outil d’aide à la décision.

      Cette préconisation a également été reprise à son compte par le COPIESAS (Conseil d’Orientation de la Participation, de l’Intéressement, de l’épargne Salariale et de l’Actionnariat Salarié), dans sa proposition 19.

      L’information du salarié adhérent sur les opérations d’actionnariat salarié

      Les opérations à destination des salariés ne donnent pas lieu à la publication d’un « prospectus », sous les deux conditions suivantes (Directive « prospectus » 2003/71/CE du 4 novembre 2003) :

      – les produits et instruments financiers offerts, ou devant être attribués, doivent être déjà admis sur un marché régulé

      – un document doit être disponible avec des renseignements sur le nombre et la nature des instruments financiers ainsi que sur les motifs et les modalités de l’opération.

      On notera que cette exemption pourrait être étendue aux valeurs qui ne sont pas cotées sur un marché régulé européen ainsi qu’aux opérations salariés réalisées dans des sociétés européennes non cotées.
      Ce document ou « notice d’information » doit être soumis à l’approbation de l’AMF.

      L’information du salarié adhérent sur les fonds

      1- Le « DICI »

      La directive « OPCVM IV » 2009/65/CE a imposé pour les OPCVM dits« coordonnés » (c’est-à-dire dont les normes d’investissement et de diversification des risques sont c onformes à la directive « OPCVM IV ») le remplacement du prospectus simplifié par un Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI). Pour une meilleure comparabilité de l’ensemble des fonds, le comité de place « OPCVM IV » a décidé de généraliser ce document aux fonds accessibles au public et en particulier aux FCPE et SICAV AS, en remplacement de la notice d’information. Ainsi, depuis le 1er juillet 2013, l’ensemble des fonds d’épargne salariale doivent disposer d’un DICI.

      Le DICI fournit les renseignements essentiels nécessaires à la décision de l’investisseur, sans dépasser deux pages de format A4, sauf pour les fonds à formule, du type FCPE à effet de levier, qui peuvent en comporter trois. Son contenu est validé par l’AMF au moment de l’agrément du FCPE ou de la SICAV AS.

      Sa forme et son contenu sont notamment régis par l’instruction AMF 2011-21 sur l’élaboration du DICI. L’AMF a édité également :

      – un Guide des documents d’informations réglementaires des OPCVM et OPCI, comportant un chapitre relatif au DICI des OPCVM d’épargne salariale (recommandation AMF n°2011-05)

      – un Guide relatif aux OPCVM d’épargne salariale qui aborde notamment les fonds relais, les FCPE investis en titres de l’entreprise non admis à la négociation sur un marché réglementé et les fonds à effet de levier (position – recommandation AMF n°2012-10).

      Le plan type du DICI comprend cinq rubriques :

      – l’objectif et la politique d’investissement. Cette rubrique inclut la durée de placement recommandée, sachant que celle-ci n’est pas liée à la durée de blocage de l’épargne

      – le profil de risque et de rendement. Ce profil doit généralement être apprécié sur une échelle de 7 degrés (1 étant potentiellement le moins risqué mais également le moins susceptible d’offrir du rendement) avec une indication spéciale sur les fonds d’actionnariat salarié attirant l’attention de l’investisseur sur la concentration du risque sur un même émetteur. Les fonds d’actionnariat salarié investissant uniquement en titres de l’entreprise sont notés 7 dans l’échelle de profil de rendement / risque

      – les performances passées

      – la présentation des frais. On distinguera : les frais d’entrée et de sortie, les frais de gestion (dénommés « frais courants », ils sont affichés dans le DICI en calculant sur une année calendaire), ainsi que, dans certains cas, les commissions de surperformance. Il est toutefois fréquent que l’entreprise prenne à sa charge tout ou partie des frais de gestion

      – des informations pratiques.

      Le rôle, la composition et le mode de désignation des membres du conseil de surveillance y sont précisés ainsi que, pour les FCPE d’actionnariat salarié, la politique de distribution des dividendes et, le cas échéant, la méthode d’évaluation retenue pour les titres non cotés de l’entreprise, ainsi que le mode d’exercice des droits de vote et les conditions d’accès aux informations périodiques.

      2 – Les fonds à effet de levier

      • Les fonds d’épargne salariale assortis d’une garantie

      La contrepartie de la garantie supportée par les souscripteurs (généralement la renonciation à la décote, aux dividendes, aux avoirs fiscaux et à une quote-part de la performance), ainsi que le risque lié à une éventuelle résiliation du swap doivent figurer dans le DICI.

      • Les fonds d’épargne salariale « à formule »

      Le DICI doit présenter, en plus d’une explication claire de la formule, trois exemples chiffrés mettant en évidence trois scénarios sur l’environnement financier (conditions de marché défavorables, médianes et favorables, illustrant le fonctionnement de la formule et montrant des situations de fonctionnement favorables ou défavorables du mécanisme. Un avertissement spécifique à cette gestion est inséré systématiquement.

      3 – Les fonds d’épargne salariale investis en titres de l’entreprise non cotés sur un marché réglementé

      Le DICI doit comprendre :

      – le profil de risque et de rendement, le degré de risque étant toujours considéré comme maximum (7 sur l’indicateur)

      – la méthode de valorisation

      – le mécanisme de liquidité. En effet, un FCPE investi en titres de l’entreprise non cotés doit comporter au moins un tiers de titres liquides ou, à défaut, avoir mis en place un mécanisme garantissant la liquidité de ces valeurs, afin de faire face aux demandes de rachat. Par ailleurs, les porteurs de parts doivent être informés de toute conclusion d’un pacte d’actionnaires auquel le fonds d’épargne salariale serait partie.

      Chaque année, les données comptables ainsi que les commentaires sur la situation de l’entreprise doivent être actualisés, au plus tard un mois après la certification des comptes de l’entreprise.

      On notera que la position – recommandation AMF n° 2012-10 fournit une liste de questions/réponses qui visent à répondre aux principales questions qui peuvent se poser lors de la création d’un FCPE investi en titres d’une entreprise non cotée.

      4 – Les FCPE particuliers

      • Les FCPE « relais »

      Pour ces fonds, créés en vue de la souscription à une augmentation de capital réservée aux salariés, le DICI doit comporter un avertissement sur leur vocation.Ils serviront en effet uniquement à recueillir les souscriptions des salariés qui seront investies en titres monétaires jusqu’à l’opération d’augmentation de capital.

      Position – Recommandation AMF n° 2012-10 : Compte tenu de la complexité du dispositif du fonds relais, il est recommandé que la communication sur ce type de dossier soit pédagogique et soit effectuée lors de toutes les étapes décisives de l’engagement du porteur dans le fonds. Elle peut être réalisée en amont des différentes opérations si elle s’avère être assez générale.

      En effet, il n’est pas possible de communiquer sur les caractéristiques d’un fonds tant que celui-ci n’a pas reçu l’agrément de l’AMF.

      • Les FCPE solidaires

      Un FCPE est dit « solidaire » lorsque son actif est composé, pour une part comprise entre 5 % et 10 %, de titres émis par des entreprises solidaires agréées et, pour le surplus, de valeurs mobilières admises aux négociations sur un marché réglementé, de parts d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières investis dans ces mêmes valeurs et, à titre accessoire, de liquidités. L’expression « FCPE solidaire » doit être clairement mentionnée sur le DICI et sur le règlement du fonds, avant ou après sa dénomination.

      L’information du salarié adhérent sur ses avoirs et leur gestion

      L’entreprise doit tenir, ou faire tenir sous sa responsabilité par un délégataire, un registre des avoirs des salariés et anciens salariés qui comporte pour chaque adhérent la ventilation de tous les investissements réalisés, leur délai d’indisponibilité restant à courir et la ou les sociétés de gestion en charge.

      Chaque adhérent est titulaire d’un compte individuel à son nom, comprenant ses coordonnées et son numéro d’identification nationale. Ce compte est tenu par le teneur de registre qui est soit l’entreprise elle-même, soit l’établissement financier spécialisé qu’elle a mandaté.

      • Après chaque versement, le teneur de registre envoie à chaque bénéficiaire un relevé nominatif de son compte, qui lui indique le nombre d’actions ou de parts acquises et la valeur de ses avoirs à une date donnée. Et si aucun versement n’a eu lieu dans l’année, il lui envoie au moins un relevé par an.

      Ce relevé indique précisément le solde du compte détaillé par date de disponibilité. Il est accompagné d’un imprimé à utiliser pour toute opération à venir sur ce compte.

      • Après chaque opération d’arbitrage ou de vente, le teneur de registre adresse au salarié adhérent un avis d’opéré, pour confirmation.• Depuis la loi du 30 décembre 2006, chaque relevé ou avis d’opéré doit contenir les références de l’ensemble des établissements habilités pour les activités de conservation ou d’administration d’instruments financiers.

      En outre, l’entreprise doit donner aux adhérents la possibilité de suivre facilement, et à tout moment, la valorisation de leur portefeuille, grâce à des supports d’information dédiés mis à leur disposition : téléphone, serveur vocal, sites Internet ou Intranet, etc.

      Le rapport annuel de gestion et l’information sur les frais

      Le rapport de gestion est le document qui doit permettre aux porteurs de parts ou actionnaires de connaître les résultats de la gestion financière du fonds d’épargne salariale. Il contient des renseignements complets, exposés de façon précise et en des termes aisément compréhensibles.

      La publication de ce rapport est l’occasion d’expliquer la politique de gestion suivie, d’en préciser les raisons et d’en faire ressortir les conséquences, tant sur les avoirs du fonds d’épargne salariale que sur les résultats.

      L’information sur l’activité du conseil de surveillance

      Le conseil de surveillance ou, le cas échéant, le conseil d’administration de la SICAV d’actionnariat salarié, présente dans son rapport annuel :

      – l’examen de la gestion financière, administrative et comptable
      – l’exercice des droits de vote
      – ses décisions relatives à l’apport des titres
      – ses décisions relatives aux fusions, scissions, liquidations et transformations du règlement.

      Les informations données au salarié qui quitte l’entreprise

      Tout bénéficiaire quittant l’entreprise reçoit un état récapitulatif de l’ensemble des sommes et valeurs mobilières qu’il a épargnées ou transférées au sein de l’entreprise. Ce récapitulatif est intégré dans le livret d’épargne salariale (voir plus haut), qui rassemble dans un document unique l’ensemble des informations permettant au salarié de suivre l’évolution de ses avoirs pendant toute sa vie professionnelle. Les modalités en ont été précisées par le décret n°2007-1524 du 24 octobre 2007.

      Cet état distingue les actifs disponibles, en mentionnant tout élément utile au salarié pour en obtenir la liquidation ou le transfert, et ceux qui sont affectés au plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO), en précisant les échéances auxquelles ces actifs seront disponibles ainsi que tout élément utile au transfert éventuel vers un autre plan.

      Lors de son départ de l’entreprise, le salarié peut ainsi transférer tout ou partie de ses avoirs sur le PEE de son nouvel employeur, sans incidence sur la durée de blocage déjà courue, ou continuer à effectuer des versements dans le PERCO de son ancienne entreprise.

      C’est l’entreprise qui est responsable de la délivrance du livret d’épargne salariale. Elle peut aussi en charger la société teneur du registre à laquelle elle a confié l’élaboration de ce livret. Les modalités de diffusion aux salariés sont alors définies par accord entre la société teneur du registre et l’entreprise.

      Mise en garde

      C’est aux salariés actionnaires qu’il appartient de communiquer leur nouvelle adresse aux teneurs de registre et aux sociétés de gestion, chaque fois qu’ils déménagent, pour éviter la déshérence de leurs avoirs.
      Pour retrouver ses avoirs en déshérence, le bénéficiaire ou ses ayants droit doivent s’adresser aux entreprises dans lesquelles il a constitué une épargne salariale, aux sociétés de gestion mandatées par ces entreprises, ou en dernier ressort à la Caisse des Dépôts et Consignations jusqu’au terme de la prescription de 30 ans, qui commence à courir après la période de blocage.

      Caisse des Dépôts
      Direction du bancaire réglementé
      56, rue de Lille – 75007 PARIS.

      VI. 38. La fiscalité dans le cadre des plans d’épargne

      Philippe BERNHEIM et Gérard KESZTENBAUM Date de création : 03/11/2017Date de révision : 07/02/2019

      Janvier 2018

      Les plans d’épargne d’entreprise constituent des cadres à l’intérieur desquels une épargne salariale ou une épargne retraite est investie dans des valeurs mobilières et y fructifie en bénéficiant d’une fiscalité spécifique.

      Ceci concerne aussi bien les plans d’épargne d’entreprise ou interentreprises (PEE, PEI), que les plans d’épargne pour la retraite collectifs, propres à une entreprise (PERCO) ou interentreprises (PERCOI).

      La fiscalité à l’entrée des plans

      Il n’y a jamais à proprement parler de fiscalité à l’entrée des plans[1]. Ce sont les versements de l’entreprise à un salarié (intéressement, participation, abondement) qui font l’objet lors de leur affectation dans le plan (intéressement et participation) ou de leur versement (abondement) de prélèvements sociaux avant leur entrée dans le plan  . Ces versements supportent la CSG et la CRDS à hauteur globalement de 9,7 %[2]*. Par contre, ils sont exonérés de l’impôt sur le revenu[3].

      *A ceci s’ajoute un forfait social à la charge de l’entreprise (voir fiche n°39) sur l’abondement qu’elle a éventuellement versé et dont le taux varie désormais (article 16 de la LFSS pour 2019) en fonction de la nature du placement effectué par le salarié : 20% pour les affectations sur un FCPE diversifié et 10% pour les affectations en titres de l’entreprise.

      Quant aux autres versements effectués par les salariés : salaires ou avoirs monétisés inscrits dans un compte-épargne-temps, ils ont déjà subi les cotisations salariales et la retenue à la source de l’impôt sur le revenu.

      La fiscalité à l’intérieur des plans

      Les sommes reçues et conservées à l’intérieur des plans sont exonérées de l’impôt sur le revenu ainsi que des contributions sociales. Ceci est une caractéristique essentielle de ces plans. Les arbitrages entre placements opérés à l’intérieur du plan sont ainsi totalement exonérés.

      Cas particulier

      Les dividendes distribués directement au porteur de parts d’un FCPE investi en actions de l’entreprise ou d’une entreprise liée, sont considérés fiscalement comme n’étant jamais entrés dans le plan d’épargne, à l’image des dividendes des actions détenues en direct. Ils sont en conséquence soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux dans les conditions prévues pour la fiscalité ordinaire sur les dividendes (cf. fiche n° 47 « La fiscalité pour un actionnaire direct », II A).

      La fiscalité à la sortie des plans

      Les sommes retirées du plan, en cas de retrait total ou partiel, à l’issue de la durée de placement ou lors de déblocages anticipés, donnent lieu à application des contributions et prélèvements sociaux sur la plus-value éventuellement réalisée.

      Ces sommes sont en revanche exonérées de l’impôt sur le revenu[4].

      . Pour chaque ligne d’actifs (actions de l’entreprise, parts d’un FCPE), il est calculé un prix de revient moyen pondéré, prenant en compte :

          – d’une part le prix d’acquisition à l’intérieur du plan, ceci lors de chaque opération d’achat ou de souscription s’il y en a eu plusieurs

          – d’autre part l’importance respective de ces apports successifs dans la constitution de la ligne (pondération des apports).

      Peu importe la nature de l’actif dans lequel les sommes utilisées ont été initialement investies au sein du plan, lorsque ces sommes ont été par la suite utilisées pour financer une autre acquisition à l’intérieur du plan en procédant à un arbitrage.

      Si des actifs tels que des actions gratuites éligibles au PEE sont logées dans le plan, on prendra la valeur à la date où elles sont réputées être entrées dans le plan (date d’acquisition définitive dans le cas d’actions gratuites).

      . La plus-value est égale au prix de cession de chaque élément d’actif diminué de son prix de revient moyen pondéré.

      Si la différence est négative, il y a moins-value. Celle-ci ne peut pas donner lieu à report pour imputation sur une plus-value ultérieure, comme cela est notamment possible sous certaines conditions dans le régime général des plus-values mobilières.

      Taux global des contributions et prélèvements sociaux

      (Articles L.136-7[5] et L.136-8 du code de la sécurité sociale).

      A compter du 1er janvier 2018, plusieurs cas sont à envisager en fonction de l’ancienneté du plan (PEE ou PERCO), du moment des versements et du moment des retraits :

      a) Fractions de gain acquises ou constatées avant le 1er janvier 2018

      Le taux global est celui applicable lors de chacune des années où une fraction de gain aura été obtenue depuis l’ouverture du plan. Par exemple le taux global aura été de 15,5 % en 2017, ce qui correspond au taux maximal antérieur à 2018. On parle alors de l’application de « taux historiques ».

      b) Fractions de gain acquises ou constatées dans des PEE ouverts entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017.

      Le mécanisme décrit ci-dessus s’appliquera aux 5 premières années à compter de l’ouverture du plan. Par exemple, si le PEE a été ouvert le 1er janvier 2016, le mécanisme des « taux historiques » s’appliquera jusqu’au 31 décembre 2020. Ceci par dérogation au mécanisme décrit au c) ci-après.

      c) Fractions de gain acquises ou constatées à partir du 1er janvier 2018.

      La loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 prévoit dorénavant l’application à ces fractions de gains du taux en vigueur à la sortie du plan (totale ou partielle). Ceci vaut aussi bien pour les PEE que pour les PERCO ouverts à partir du 1er janvier 2018.

      A partir de 2018, le taux global des contributions et prélèvements sociaux est de 17,2 %.

      d) Fractions de gains des PERCO ouverts avant le 1er janvier 2018

      Le mécanisme des taux historiques s’applique aux fractions de gain réalisées dans le cadre de ces PERCO pour les sommes versées avant le 1er janvier 2018, ceci jusqu’à la sortie du plan. La règle du taux en vigueur à la sortie s’appliquera aux fractions de gain afférentes à des sommes versées à partir du 1er janvier 2018.

      En résumé les taux historiques s’appliquent aux fractions de gain réalisées avant le 1er janvier 2018 ainsi qu’aux fractions de gain réalisées dans les PEE et PERCO ouverts avant cette date, pendant la période légale d’indisponibilité des sommes. A partir du 1er janvier 2018, ou au-delà de la période d’indisponibilité pour les plans ouverts avant fin 2017, la règle applicable aux gains annuels devient celle du taux en vigueur à la sortie.

      Le cas particulier des sorties définitives du PERCO  au moment du départ en retraite de l’adhérent :

      Aux règles évoquées ci-dessus, s’ajoute les dispositions fiscales particulières qui régissent la sortie du PERCO de l’adhérent au moment de son départ en retraite car celui-ci dispose souvent   d’un choix entre la  sortie en capital et la sortie en rente et la fiscalité de ces deux régimes obéit à des règles distinctes. Pour le régime fiscal de la sortie en rente, on pourra se reporter à la fiche 41 (IIc) et pour la sortie en capital à la fiche 84 (V)..La sortie en capital bénéficie d’une exonération totale de l’IR.


      [1] En cas d’utilisation des droits d’un compte épargne-temps pour financer l’acquisition de titres émis par l’entreprise dans le cadre du PEE, ou pour alimenter un PERCO, le salarié peut demander le fractionnement du montant correspondant au titre des revenus à déclarer. Le fractionnement s’effectue par parts égales sur l’année d’utilisation des droits et les trois années suivantes. Ce choix est irrévocable. (Article 163 A du code général des impôts).
      [2] CSG 9,2 % depuis l’entrée en vigueur de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (article 8), CRDS 0,5 %.
      [3] Articles 163 bis A et 163 bis B du code général des impôts.
      [4] Article 163 bis B du code général des impôts
      [5] Suivant les modalités définies aux 4°, 5° et 6° du C, ainsi qu’au D du V de l’article 8 de la loi n°2017-1836 du 30 décembre 2017 de financement de la sécurité sociale pour 2018.

      VI. 39. La fiscalité pour l’entreprise

      Philippe BERNHEIM et Gérard KESZTENBAUM, Avocat Date de création : 03/11/2017Date de révision : 17/04/2019

      Janvier 2018

      Participation et intéressement :

      Les règles ci-après exposées s’appliquent aux différents versements  de participation et d’intéressement, y compris aux suppléments décidés unilatéralement par l’entreprise.

      Déductibilité du résultat fiscal  et exonération de charges patronales :

      Les sommes portées à la réserve spéciale de participation (RSP) sont déductibles de l’assiette de l’impôt sur les bénéfices ou de l’impôt sur le revenu exigible au titre de l’exercice au cours duquel elles sont réparties entre les salariés (soit en principe au cours de l’exercice suivant celui au titre duquel la réserve a été calculée). Elles sont exonérées de charges patronales et ne constituent pas un élément de salaire (article L.3325-1 du code du travail). Mais le bénéfice de ces avantages est subordonné au dépôt préalable de l’accord de participation auprès de la DIRECCTE (art.L.3323-4 du code du travail)*.
      *Pour plus de détails sur les formalités de dépôt, voir fiche n°29

      Il en est de même pour les sommes versées au titre d’un accord d’intéressement (article L.3315-1 du code du travail, articles 217 quinquies et 151 decies du code général des impôts).Toutefois, cette déductibilité ne s’applique pas aux sommes versées au titre de l’intéressement à des exploitants individuels, aux associés de sociétés de personnes non assujettis à l’impôt sur les sociétés, ainsi qu’aux conjoints collaborateurs et associés, sauf si son bénéficiaire affecte tout ou partie des sommes qui lui sont attribuées à un plan d’épargne salariale, l’exclusion de l’assiette des BNC et des BIC étant alors limitée à la moitié du PASS. (article L.3315-3 du Code du travail).

      Le forfait social

      Créé par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 et à la charge exclusive de l’entreprise (toute clause contraire étant nulle de plein droit en vertu de l’article L.241-8 du code la sécurité sociale), il s’applique aux sommes versées au titre de la participation et de l’intéressement (article L.137-15 du code de la sécurité sociale).

      Initialement fixé à 2%, son taux « normal » s’élève à 20 %, depuis la loi de finances rectificative pour 2012. Mais, depuis 2015 tout d’abord avec la loi Macron et à nouveau à partir du 1er  janvier 2019 et l’article 16 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019, il existe, même pour les seuls versements de l’épargne salariale désormais trois taux différents du forfait social (et même quatre si on tient compte du taux applicable à l’abondement versé dans le cadre des opérations d’actionnariat salarié !) :

       – un taux que l’on pourrait qualifier de taux de droit commun qui s’élève donc à 20% des versements suivants :

      • participation des salariés dans les entreprises soumises à titre obligatoire au régime de la participation c’est à dire employant au moins 50 salariés;
      • intéressement dans les entreprises employant au moins 250 salariés.

      – un taux zéro qui s’applique à la participation versée par les entreprises de moins de 50 salariés en application d’un accord volontaire et à l’intéressement versé par des entreprises employant moins de 250 salariés.

      – un taux intermédiaire fixé à 16 % qui s’applique aux versements de la participation et de l’intéressement (décidés par les salariés ou affectés par défaut) et à l’abondement de l’entreprise sur le PERCO lorsque celui-ci respecte les conditions suivantes :

      • les sommes recueillies sont affectées par défaut dans les OPCVM les moins risqués (désensibilisation progressive au risque)
      • l’allocation de l’épargne est affectée à des FCPE qui comportent au moins 7 % de titres éligibles au PEA-PME.

      Il est recouvré par les Urssaf.

      S’agissant de la participation, le décalage entre l’exercice de calcul et l’exercice de déductibilité fiscale conduit à calculer le forfait social en quelque sorte « en-dedans » du bénéfice fiscal, ce qui entraîne une diminution du montant de la réserve spéciale de participation.

      En effet, la RSP n’est pas déductible au cours de l’exercice au titre duquel les droits sont nés (exercice n), mais seulement au cours de l’exercice de répartition (exercice n+1 et même n+2 s’il subsiste un reliquat), ce en application de l’article L.3325-1 du code du travail. En revanche, le forfait social calculé sur la RSP est déductible du résultat fiscal de l’exercice n, si bien qu’on devra opérer un deuxième calcul du bénéfice fiscal et de la RSP après avoir déterminé le forfait social, ce qui induit en définitive une réduction de la RSP.

      Précision importante : l’exonération du forfait social pour les entreprises qui emploient moins de 50 salariés (participation et intéressement) et celles qui emploient entre 50 et 250 salariés (intéressement) s’apprécie entreprise par entreprise y compris à l’intérieur d’un groupe. Ainsi, si une entreprise de moins de 50 salariés et une entreprise de 150 salariés sont parties à un accord de participation de groupe et à un accord d’intéressement de groupe, elles sont exonérées du forfait social  sur la participation et l’intéressement pour la première et sur l’intéressement pour la seconde (circulaire de questions/réponses du ministère du travail du 14 janvier 2019, Q n°5).

      Provision pour investissement (participation)
      (Article 237 bis A du code général des impôts)

      Son champ d’application est limité aux seules SCOP depuis la loi de finances rectificative pour 2012.

      Abondement au PEE et au PEI

      Déductibilité du résultat fiscal et exonérations de charges patronales :
      (Article L.3332-27 du code du travail)

      L’abondement versé par l’entreprise au profit de ses salariés adhérents d’un PEE ou un PEI est déductible du bénéfice fiscal. Il est également exonéré de charges patronales, s’il respecte les plafonds légaux (1),si son versement aux bénéficiaires a fait l’objet d’une modulation sans rapport croissant avec leur salaire et si son versement ne se substitue pas à un élément préexistant du salaire (articles L.3332-11 à L.3332-13 du Code du travail).

      Le bénéfice de ce régime de faveur est en outre soumis au dépôt préalable de l’accord ou du règlement à la DIRECCTE.

      Le forfait social :

      Le forfait social prévu par l’article L.137-15 du code de la sécurité sociale s’applique aux sommes versées par l’entreprise pour accompagner les versements des salariés dans les plans d’épargne d’entreprise. Son taux est de 20 % depuis le 1er août 2012. Mais l’article 16 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 a aussi ajouté un nouveau taux « intermédiaire » de 10% applicable au versement de l’abondement spécialement dédié à l’acquisition ou à la souscription de titres de l’entreprise (ce taux s’applique à toutes les entreprises quel que soit leur effectif (circulaire de Q/R du 14.01.2019 précitée, Q n°10). En outre, les entreprises qui emploient moins de 50 salariés sont exonérées du forfait social sur l’abondement qu’elles versent à leurs salariés (art.16 de la LFSS pour 2019). Il existe donc trois taux différents : 20 (droit commun), 10 (actionnariat salarié) et zéro (entreprises de moins de 50 salariés).

      Abondement au Perco (2)

      L’abondement au Perco suit le même régime que celui du PEE et du PEI, y compris en ce qui concerne le régime applicable aux entreprises qui emploient moins de 50 salariés.

      La loi Macron a cependant institué un taux intermédiaire de 16 % applicable sous condition (cf. supra, « intéressement et participation) à l’abondement au PERCO.

      Décote ou rabais sur le prix des actions souscrites ou acquises par les salariés et anciens salariés dans le cadre d’offres réservées*
      *On assimilera à la décote les actions gratuites éventuellement offertes en substitution de celle-ci

      Régime fiscal et social de la décote

      La décote n’est soumise à aucune cotisation patronale (ou salariale) de sécurité sociale, ni au forfait social.

      Le traitement comptable de la décote

      Les normes IFRS imposent de comptabiliser en charge l’avantage dû à la décote accordée par les entreprises aux actionnaires salariés, le plus souvent de 20 %, mais qui peut aller jusqu’à 30 % de la valeur du titre. La question de la comptabilisation de cette décote se pose dans la mesure où cet avantage n’est pas immédiatement réalisable du fait du blocage de 5 années (voire de 10 ans pour une décote de 30 %).
      Le Conseil National de la Comptabilité (ou CNC, transformé en Autorité Nationale de la Comptabilité) a ainsi proposé dans son communiqué du 21 décembre 2004 d’évaluer le coût de l’incessibilité en se fondant sur une stratégie financière qui annulerait celle-ci. Pour cela, on suppose que le salarié, pour agir comme si ses titres étaient liquides, achète sur le marché des titres librement cessibles en les finançant par un emprunt bancaire et vend à terme les actions placées dans le FCPE. La charge d’intérêt d’emprunt donne ainsi la valeur de l’incessibilité. Cette approche n’a pas été validée par l’IFRIC.
      Dans son communiqué, le CNC indique qu’il « ne s’est pas prononcé sur le traitement comptable de dispositifs additionnels ou complémentaires qui, relevant ou non de la législation sur les PEE, modifieraient les modalités du cas générique », comme par exemple les opérations à effet de levier.
      Dans ce dernier cas, les entreprises utilisent de leur propre chef le même processus de calcul du coût de l’incessibilité.
      Les services de l’AMF ont analysé la méthode de comptabilisation de 17 entreprises ayant mis en place une opération effet de levier en 2007 et en ont tiré l’information suivant laquelle l’indisponibilité de 5 ans a un coût estimé par les entreprises de 12 à 13 %. Il semble donc que l’avantage pour le salarié est égal à la décote accordée moins 12 à 13 % du prix de référence.

      Les transferts du compte épargne-temps vers le PERCO (3)

      D’une façon générale les transferts de salaire vers le PEE et le PERCO sont soumis aux charges patronales et salariales et les transferts entre le PEE et le PERCO, ou entre les comptes-courants bloqués d’une part, le PEE ou le PERCO d’autre part, demeurent exonérés de ces mêmes charges.

      Le législateur a cependant créé un mécanisme favorable aux transferts du compte épargne temps (CET) vers le PERCO.

      Tout d’abord, il résulte du deuxième alinéa de l’article L.3153-3 du code du travail que les droits issus d’un CET utilisés pour alimenter un PERCO (ou pour contribuer au financement d’un régime de retraite supplémentaire facultatif et obligatoire), et qui correspondent à un abondement en temps ou en argent de l’employeur, bénéficient du même régime que les abondements directs de l’employeur au PERCO.

      D’autre part, il résulte de la combinaison du troisième alinéa de l’article L.3153-3 du code du travail précité et de l’article L.242-3 du code de la sécurité sociale que les droits utilisés pour alimenter un PERCO (ou un régime supplémentaire de retraite collectif et obligatoire), mais qui ne correspondent pas à un abondement en temps ou en argent de l’employeur, bénéficient dans la limite d’un plafond de dix jours par an d’une exonération des cotisations patronales et salariales de sécurité sociale dues au titre des assurances sociales et des allocations familiales.

      Pour l’application de cette disposition, la limite de dix jours par an s’apprécie en prenant en compte la rémunération du salarié au moment où il procède à ce transfert.

      Enfin, ce dernier avantage a été étendu aux jours de repos non pris et versés sur un PERCO, en l’absence de CET dans l’entreprise, ce, dans la limite de 10 jours par an.


      (1) Pour le montant des plafonds légaux, voir fiche n°30

      (2) Pour le fonctionnement du PERCO, voir fiche n°41

      (3) Pour le fonctionnement du PERCO, voir fiche n°41

      VI. 40. Les transformations des fonds d’épargne salariale

      Par Philippe BERNHEIM et Pierre-Yvan GAUBERT, chargé de portefeuille à la Direction de la gestion d’actifs de l’AMF Date de création : 03/11/2017Date de révision : 10/03/2018

      Janvier 2018

      Les opérations affectant les fonds d’épargne salariale (FCPE, SICAV d’actionnariat salarié) peuvent être de plusieurs types :

      • un changement d’orientation de gestion
      • un changement d’acteurs (société de gestion, dépositaire, teneur de compte, commissaire aux comptes, etc.)
      • une transformation du fonds (fusion/absorption, scission, liquidation) suite, par exemple, à une évolution juridique de l’entreprise à l’origine du plan d’épargne d’entreprise ou de l’entreprise d’un groupe à laquelle appartient le salarié (fusion avec une autre entreprise, absorption, liquidation, perte du statut d’entreprise liée).

      D’une manière générale, ces opérations sont prévues dans les dispositions législatives ou réglementaires du code monétaire et financier ainsi que du code du travail. Dès la constitution du FCPE ou de la SICAV d’actionnariat salarié (SICAVAS), les modalités d’application de ces opérations sont définies dans le règlement du FCPE ou les statuts de la SICAVAS (1). Quel que soit le type d’opération, sa réalisation est soumise au préalable :

      • d’une part, à l’autorisation des organes de gouvernance des fonds d’épargne salariale, à savoir : le conseil de surveillance pour les FCPE et le conseil d’administration et/ou l’assemblée générale extraordinaire pour les SICAV d’actionnariat salarié sauf stipulation contraire dans le règlement ou les statuts du fonds
      • d’autre part, à un éventuel agrément de l’Autorité des marchés financiers (article L 214-163 du code monétaire et financier).

      En fonction de l’importance de ce type d’opération, une information individuelle des investisseurs concernés peut être exigée par la réglementation. Une information par tout moyen peut être retenue pour les opérations moins structurantes.

      Toutefois, ces opérations n’impactent pas les droits du salarié ; en particulier, la durée d’indisponibilité de ses actifs n’est pas modifiée : il n’y a ni interruption de la durée ni démarrage d’une nouvelle période d’indisponibilité. En outre, dans l’hypothèse où la modification apportée ne lui conviendrait pas, le salarié peut bénéficier, dans certains cas définis par une instruction publiée par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), d’une possibilité de sortie sans frais du fonds lorsque les parts ou les actions qu’il détient sont devenues disponibles ou qu’il a la possibilité d’arbitrer sur un autre support.

      Fusions de fonds d’épargne salariale

      Elles peuvent notamment être la conséquence d’un changement de société gestionnaire de FCPE (par exemple lorsque le nouveau gestionnaire propose un FCPE déjà existant ayant la même orientation de placements), d’une fusion ou absorption de la société ou du groupe auquel appartient le salarié auquel on assimilera l’ancien salarié, ou encore de la mise en place d’un PEI.

      La décision formelle d’être absorbé doit être prise par le conseil de surveillance dans le cas d’un FCPE, par l’assemblée générale extraordinaire dans le cas d’une SICAVAS. Est exigé l’accord de l’instance homologue du FCPE ou de la SICAVAS avec lequel la fusion est envisagée.

      Si la fusion doit entraîner une modification de l’orientation de gestion, les adhérents au plan d’épargne dont dépend le FCPE ou la SICAVAS doivent se voir offrir la possibilité d’arbitrer leurs actifs vers un autre support du PEE ou PEI.

      Dans l’hypothèse où le conseil de surveillance ou d’administration du fonds d’épargne salariale ne peut plus être réuni et notamment en cas de liquidation de l’entreprise après sa radiation du registre du commerce et des sociétés, la société de gestion ou, le cas échéant, la SICAV d’actionnariat salarié a la possibilité, en accord avec le dépositaire, de transférer les actifs de ce fonds d’épargne salariale dans un fonds « multi-entreprises » ; la société de gestion ou, le cas échéant, la SICAV d’actionnariat salarié effectue toute diligence pour que les porteurs de parts ou d’actions en soient tenus informés au préalable.

      Scissions de fonds d’épargne salariale

      Les scissions impliquent le transfert de la totalité des actifs d’un fonds vers plusieurs autres fonds existants ou créés pour l’occasion.

      Elles interviennent en cas de scission de l’entreprise ou lorsqu’une entreprise liée au sein d’un groupe sort de celui-ci suite à la cession de ses actions par l’actionnaire majoritaire ou en raison de la mise en bourse de ces actions.

      La scission doit être prévue par le règlement du FCPE ou par les statuts de la SICAV d’actionnariat salarié. Suivant le cas, la décision de mise en œuvre sera prise par le conseil de surveillance du FCPE ou par l’assemblée générale extraordinaire de la SICAVAS. Elle n’est possible qu’à partir du moment où le FCPE ou la SICAVAS issu de la scission peut être accueilli dans un autre PEE ou PEI. Cette opération permettra aux salariés de la société créée ou dissociée l’issue de la scission, de pouvoir investir dans le nouvel FCPE le montant de la participation, de l’intéressement ou de versements volontaires, en bénéficiant le cas échéant de l’abondement de leur employeur.

      Lorsque la scission a été consécutive à la sortie d’une entreprise liée au sein d’un Groupe et que le FCPE ou la SICAVAS est investi pour plus d’un tiers en actions de l’entreprise ayant quitté le Groupe, il est possible que des parts ou actions restent détenues par des salariés ou anciens salariés du Groupe d’origine. Dans ce cas, la dissolution ou le changement d’orientation du FCPE ou de la SICAVAS n’est pas nécessaire, mais il n’est plus possible d’y effectuer des versements en espèces ou dans le cadre d’arbitrages au sein du plan d’épargne du groupe (PEG), du fait que les actions ont cessé d’être celles d’une entreprise de ce Groupe.

      Il convient de distinguer la scission de fonds, du transfert d’avoirs qui intervient à l’initiative individuelle d’un salarié (voir fiche n°32 « Les transferts ») ou de l’employeur ayant mis en place le plan d’épargne (voir ci-dessous).

      Les transferts collectifs d’avoirs

      Ces opérations sont possibles si la liquidité du fonds d’origine le permet.

      En cas de modification juridique de l’entreprise (fusion, cession, absorption, scission) rendant impossible la poursuite du plan d’épargne, l’employeur a la possibilité de transférer les sommes qui y étaient affectées dans le plan d’épargne de la nouvelle entreprise à laquelle appartient le salarié, après information du personnel.

      Dans ce cas, les actifs sont transférés dans le PEE de la nouvelle entreprise (article D.3335-3 du code du travail). Le délai d’indisponibilité écoulé des sommes transférées s’impute sur la durée de blocage prévue par le nouveau plan. Le transfert s’effectue en franchise d’impôt et de contributions sociales.

      Les liquidations de fonds d’épargne salariale

      Il ne peut être procédé à la liquidation du fonds tant qu’il subsiste des parts indisponibles.

      Lorsque toutes les parts sont disponibles, la société de gestion, le dépositaire et le conseil de surveillance peuvent décider, d’un commun accord, de liquider le fonds à l’échéance de la durée mentionnée dans le règlement. Dans ce cas, la société de gestion a tous pouvoirs pour procéder à la liquidation des actifs, et le dépositaire pour répartir en une ou plusieurs fois, aux porteurs de parts, le produit de cette liquidation.

      À défaut, le liquidateur est désigné en justice à la demande de tout porteur de parts.

      Le contrôleur légal des comptes et le dépositaire continuent d’exercer leurs fonctions jusqu’au terme des opérations de liquidation.

      Lorsque toutes les parts ont été rachetées, la société de gestion et le dépositaire peuvent décider, d’un commun accord, de dissoudre le fonds.

      FCPE ou SICAV d’actionnariat salarié : quels risques ?

      Les fonds d’actionnariat salarié présentent une forte exposition au risque de l’entreprise dans lesquels les salariés travaillent.

      L’investisseur salarié détient des parts d’un FCPE ou des actions d’une SICAVAS dont l’actif est composé de titres de l’entreprise.


      (1) Cette fiche traite des SICAVAS ayant la forme d’une société anonyme (SA). Les SICAVAS peuvent aussi prendre la forme d’une société par actions simplifiée (SAS). Dans ce cas, les pouvoirs dévolus dans le cas d’une SA respectivement au conseil d’administration et aux assemblées générales, sont exercés dans la SAS respectivement par le président (ou par un dirigeant désigné à cet effet) et par les associés suivant des modalités déterminées par les statuts.

      VI. 41. Le PERCO

      Gérard Kesztenbaum Date de création : 03/11/2017Date de révision : 07/02/2019

      Janvier 2018

      Le Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif (PERCO) est un dispositif collectif, dont l’objet est la constitution au sein de l’entreprise d’une épargne longue en vue de la retraite.

      Créé par la loi « Fillon » en 2003, il a remplacé avantageusement le PPESV instauré par la loi FABIUS en février 2001. Le PERCO a connu ces dernières années un développement très rapide, du fait de la préoccupation de nombreux salariés concernant leur retraite, d’un cadre fiscal favorable, et de l’effort d’abondement des entreprises où il a été mis en place.

      A fin 2016, le nombre de salariés couverts par un PERCO s’élevait à 3,9 millions de salariés soit 24,3% des salariés du secteur privé .  La collecte brute a atteint 2,248 milliards d’euros en 2016. Pour 1,735 milliards d’euros de versements bruts en 2016 correspondant à un montant moyen de 1434 euros par salarié, l’abondement des entreprises s’est élevé à 513 millions d’euros (1 034 000 bénéficiaires), soit un montant moyen par bénéficiaire de 496 euros. (Source : DARES. Etude 2018-040 du mois d’août 2018). En outre, selon l’AFG, au 31 décembre 2016, les avoirs inscrits dans les PERCO s’élevaient à 12,2 milliards d’euros, en hausse de 18% par rapport au 31 décembre 2014.

      1/ La mise en place d’un PERCO[1]

      Un PERCO ne peut être mis en place que si l’entreprise dispose déjà d’un PEE, PEG ou PEI (Article L.3334-5 du code du travail).

      Afin de favoriser le développement des dispositifs de retraite d’entreprise, les entreprises qui ont un PEE depuis plus de 3 ans doivent ouvrir une négociation en vue de la mise en place d’un PERCO, d’un PERE, ou d’un contrat « article 83 » (cf. fiche n°85). Il s’agit d’une incitation et non d’une obligation d’aboutir à un accord.

      Le PERCO peut être mis en place au niveau :

      • d’une entreprise
      • d’un groupe d’entreprises : PERCO de Groupe
      • de plusieurs entreprises ; il s’agit alors d’un PERCO Interentreprises (PERCOI).

      L’accord :

      Les règles relatives à la mise en place du PERCO et du PERCO de groupe sont identiques à celles qui sont applicables au PEE et au PEG. Celles relatives au PERCO.I   sont alignées sur celles du PEI.

      Pour les formalités de dépôt de l’accord sont également identiques à celles qui s’appliquent au PEE, au PEG et au PEI . Les conséquences du défaut de dépôt sont les mêmes.

      Les bénéficiaires

      Le PERCO est accessible aux mêmes bénéficiaires que ceux d’un plan d’épargne d’entreprise (PEE).

      Par conséquent il est ouvert à tout salarié de l’entreprise, ainsi qu’aux dirigeants et chefs d’entreprises employant 1 à 250 salariés et à leur conjoint ayant le statut de conjoint collaborateur ou associé.

      Les travailleurs non-salariés ayant un contrat individuel avec une entreprise dont ils commercialisent les produits (agents commerciaux, agents d’assurance…), peuvent bénéficier du PERCO mis en place dans cette entreprise, à la condition que son règlement le prévoit.

      Le cas échéant, une ancienneté de 3 mois maximum peut être requise dans l’accord.

      Depuis la loi du 3 décembre 2008, un PERCO peut prévoir l’adhésion par défaut des salariés de l’entreprise, sauf avis contraire de ces derniers dûment informés conformément au règlement du plan dans un délai de 15 jours (articles L.3334-5-1 et D.3334-3-1 du code du travail). Cette adhésion n’entraîne aucune obligation de versement de leur part. L’information peut leur être donnée par voie électronique.

      Les anciens salariés, à condition qu’ils ne bénéficient pas d’un PERCO dans leur nouvelle entreprise, ont la possibilité de continuer à faire des versements dans le PERCO de leur ancienne entreprise, y compris grâce à leur compte épargne temps (article R.3332-13 du code du travail). En outre, ils ont la possibilité d’y verser les sommes reçues de leur ancienne entreprise après leur départ au titre de la participation ou de l’intéressement. Leurs versements ne bénéficient pas alors de l’abondement et les frais de gestion sont à leur charge.

      Les salariés partis à la retraite, ou en préretraite, peuvent continuer à faire des versements dans le plan ouvert avant leur départ de l’entreprise.

      2/ Les versements possibles

      (Articles L.3334-6 à L.3334-10 du code du travail)

      Le PERCO peut recueillir pour tout ou partie :

      • les versements volontaires des bénéficiaires
      • l’intéressement, le supplément d’intéressement et l’intéressement de projet
      • la participation et le supplément de participation ; il est précisé que la loi prévoit que la moitié des sommes revenant à un salarié par application de la formule légale de calcul de la réserve de participation (cf. fiche n°1), soit affectée d’office dans le PERCO, s’il existe dans l’entreprise, dès lors que ce salarié n’a ni demandé le versement des sommes, ni décidé d’une forme de placement existante dans l’un des plans d’épargne de l’entreprise (article L.3324-12 du code du travail). Dans ce cas, et à défaut de disposition conventionnelle, le montant est affecté sur le mécanisme financier de gestion pilotée du PERCO ou du PERCOI
      • les avoirs indisponibles et disponibles transférés d’un PEE, PEG ou PEI
      • les avoirs (monétisés) du compte épargne temps (CET)
      • les salariés qui ne disposent pas d’un CET dans leur entreprise ont dorénavant la possibilité de verser annuellement dans le PERCO les sommes correspondant jusqu’à 10 jours de repos non pris (tout en devant conserver au moins 24 jours ouvrables de congé annuel). Ces jours de congés sont valorisés comme pour le calcul d’une indemnité légale de congés (article R.3334-1 du code du travail).

      Les versements d’un salarié dans le PERCO peuvent bénéficier d’un abondement de l’entreprise ; celui-ci peut aller jusqu’à 16 % du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 6 484 € en 2019) ; il ne peut toutefois pas excé­der le triple du versement du bénéficiaire. (Article L.3334-2 du code du travail)

      Si le règlement du plan le prévoit, il est possible pour les entreprises d’effectuer un versement même en l’absence de contribution du salarié, et sauf refus explicite de sa part. Un décret du 7 décembre 2015 a fixé à 2 % du plafond annuel de la sécurité sociale[2] le montant brut maximum annuel que les entreprises peuvent verser dans le PERCO de chacun de leurs salariés sans versement de la part de ceux-ci. Ce plafond global de 2 % se substitue au plafond de 1 % qui s’appliquait en cas de versement initial dans le PERCO. Le versement de l’entreprise s’impute sur le plafond annuel d’abondement (articles L.3334-5 et D.3334-3-2 du code du travail).

      La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (dite « loi MACRON ») permet également aux entreprises de verser à tous ses salariés un abondement sans obligation de versement de la part des bénéficiaires dans une limite fixée par décret.

      N.B : La somme des versements annuels d’un salarié ou ancien salarié dans l’ensemble de ses plans d’épargne (PEE, PEI, PERCO) ne doit pas dépasser le quart de sa rémunération annuelle ou de son revenu professionnel imposé  au titre des revenus de l’année précédente ; pour le conjoint d’un chef d’entreprise, ou le salarié dont le contrat de travail est suspendu, et qui n’ont pas perçu de rémunération l’année précédente, Le plafond des versements annuels est fixé au quart du plafond annuel de la sécurité sociale (10131 € en 2019). 

      3/ Le fonctionnement du PERCO

      a) Les placements du PERCO

      Le PERCO visant à constituer une épargne en vue de la retraite, il est indispensable que cette épargne soit diversifiée. Un minimum de 3 OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) ou FIA (Fonds d’investissement relevant de la directive européenne 201/61/UE[3]) présentant des profils dinvestissement différents, doit être proposé aux bénéficiaires (article L.3334-11 du code du travail).

      Le PERCO doit obligatoirement proposer un accès à un fonds solidaire, c’est-à-dire un fonds dont une quote-part, comprise entre 5 % et 10 % de l’actif, est investie en titres émis par des entreprises solidaires agréées (article L.3334-13 du code du travail).

      La loi MACRON a  également introduit pour les fonds en actions de la gestion pilotée l’investissement à hauteur de 7 % en titres émis par des PME et ETI éligibles aux caractéristiques des PEA PME.

      A l’exception du fonds solidaire, les fonds éligibles au PERCO ne peuvent détenir plus de 10 % de titres non cotés, ni plus de 10 % de titres de l’entreprise ou de sociétés du même groupe (article L.214-164 du code monétaire et financier)[4]. Les titres de l’entreprise ou d’une entreprise qui lui est liée sont exclus, ainsi que les FCPE d’actionnariat salarié et les SICAV d’actionnariat salarié (article L.3334-12 du code du travail).

      Le PERCO n’a donc pas vocation à être un support de l’actionnariat salarié ; la protection de l’épargne investie est recherchée à travers la diversification des placements proposés.

      b) La gestion des avoirs (gestion libre ou gestion pilotée)

      Il appartient aux bénéficiaires de faire le choix entre les supports proposés en fonction de leur situation personnelle et de leurs objectifs patrimoniaux, en répartissant leurs avoirs entre les OPCVM ou FIA (FCPE) proposés et en faisant évoluer cette répartition au fil du temps et des circonstances économiques. Cette répartition entre actions, obligations et placements monétaires peut être gérée automatiquement en fonction d’un horizon de placement (départ en retraite ou autre échéance fixée par le salarié) de chaque salarié. Il s’agit de la gestion pilotée qui doit être obligatoirement proposée aux salariés dans le cadre du PERCO. Dans ce cadre, le gestionnaire répartit l’épargne investie entre les supports en fonction de l’âge du bénéficiaire et fait régulièrement évoluer cette répartition. Pour les tranches d’âge les moins élevées, l’investissement en fonds actions diversifiées est privilégié, avec pour objectif la valorisation rapide de l’épargne au prix d’un risque assez élevé. Dans la phase correspondant habituellement au milieu de la vie professionnelle, la part investie en fonds obligataire augmente, afin de mieux protéger l’épargne acquise tout en recherchant un rendement appréciable. A deux ans de l’horizon de placement défini, la gestion pilotée est composée obligatoirement d’au moins 50 % de placements à faible risque.

      Les salariés ont bien évidemment toujours la faculté d’opter pour la gestion libre de leurs avoirs. Il est aussi possible de panacher gestion libre et gestion pilotée.

      A noter que la gestion pilotée, choix par défaut du salarié, couplée à l’intégration de titres émis par des PME/ETI (cf. ci-dessus) permet aux entreprises de bénéficier d’un taux de forfait social réduit sur l’intéressement et la participation (+ abondement sur ces deux origines de sommes) de 16 % versus 20 %.

      c) La sortie du PERCO lors du départ en retraite

      Elle s’effectue suivant les dispositions mentionnées dans le règlement, le principe étant une sortie en rente viagère à titre onéreux (article L.3334-15 du code du travail). La rente versée au bénéficiaire lors de son départ à la retraite correspond au paie­ment échelonné du capital constitué. Elle est soumise à la fiscalité applicable aux revenus pour une fraction de son montant, qui dépend de l’âge du bénéficiaire au moment de l’entrée en jouissance :

      • 40 % entre 60 et 69 ans
      • 30 % à partir de 70 ans.

      De plus, les plus-values issues du capital constitutif de la rente sont soumises aux prélèvements sociaux (au taux actuel de 17,2%). Il en est de même pour la fraction imposable de la rente (cf. ci-dessus).

      Toutefois, comme cela est très souvent le cas, l’accord peut également offrir aux participants une possibilité de sortie en capital ou même un « mix » des deux. Dans ce cas, le bénéficiaire a le choix de sortie en rente ou en capital, au moment du déblocage des sommes (article R.3334-3 du code du travail). S’il choisit la sortie en capital, les éventuelles plus-values de cession sont soumises aux prélèvements sociaux (cf. fiche n°38 « La fiscalité dans le cadre des plans d’épargne »). Mais la sortie en capital est totalement exonérée de l’impôt sur le revenu.

      Les avoirs ne peuvent être débloqués que sur demande du bénéficiaire, mais la liquidation est de droit à partir de la date à laquelle l’adhérent a fait liquider sa pension dans un régime obligatoire d’assurance vieillesse.

      A savoir : Il est souvent possible de conserver un PERCO au-delà du départ à la retraite. Cela est de nature, comme dans le cas d’un PEE, à permettre de faire face à une baisse des revenus ou à une dépense exceptionnelle intervenant à une date postérieure au départ à la retraite, ou bien encore aux charges liées à la survenue de la dépendance.

       

      d) Les possibilités de déblocage anticipé (Article R.3334-4 du code du travail)

      Les avoirs sont indisponibles jusqu’à la date de départ en retraite, sauf cas de déblocage anticipé dûment justifiés(qui diffèrent de ceux applicables au PEE et sont propres au PERCO :

      • décès de l’adhérent de son conjoint ou de la personne liée au bénéficiaire par un PACS.
      • invalidité du bénéficiaire, de son conjoint, de la personne qui lui est liée par un PACS ou de ses enfants (s’agissant de l’invalidité COTOREP ou CDES, le taux d’invalidité doit être d’au moins 80 % et l’intéressé ne doit exercer aucune activité professionnelle).
      • expiration des droits à assurance chômage du bénéficiaire.
      • acquisition ou construction de la résidence principale ou remise en état de la résidence principale endommagée à la suite d’une catastrophe naturelle reconnue par arrêté ministériel.
      • surendettement du participant tel que définie à l’article L.331-2 du Code de la consommation.

      La sortie anticipée intervient alors sous forme d’un versement unique qui porte, au choix de l’adhérent, sur tout ou partie des sommes susceptibles d’être déblo­quées (article R.3334-5 du code du travail). Les contributions et prélèvements sociaux sur les plus-values réalisées sont exigibles ( au taux actuel de 17,2 % ).

      4/ Avantages et inconvénients du PERCO

      Le PERCO est un produit de gestion collective d’actifs financiers à orientation « très longue durée », de la famille de l’épargne salariale. Ceci conduit à le comparer à d’autres produits à orientation longue ou très longue durée : assurance vie, PERP et article 83.

      Parmi ces produits, il se caractérise principalement par deux éléments :

      • la possibilité d’abondement par l’entreprise des apports personnels
      • une durée de vie minimale liée à une échéance exogène, celle du départ en retraite de l’épargnant, hors les cas de déblocage anticipés qui  permettent de récupérer l’épargne constituée en cas de grave évènement de la vie ou pour l’acquisition, la construction, voire la reconstruction de la résidence principale, en ne supportant que les contributions et prélèvements sociaux sur les plus-values réalisées (voir ci-dessus).

      Comparaison avec le PERP et l’assurance vie

      PERCO et PERP

      Le PERP présente l’avantage de fortes possibilités de déductions fiscales sur les fonds investis.

      En revanche, les contraintes du PERP sont lourdes : sortie obligatoire en rente avec aliénation du capital, avoirs investis de façon croissante dans des produits à faible risque, mais à faible rentabilité. Il s’agit d’un produit destiné exclusivement à générer un complément de retraite.

      Face au PERP, le PERCO présente des avantages, dont l’étendue dépend largement de l’accord qui l’institue : possibilité de sortir en capital en préservant son patrimoine constitué et en le léguant au décès, possibilité de choisir entre des supports financiers à risque et rendement bien différenciés, possibilité d’arbitrer dans le temps entre ces supports, abondement de l’entreprise.

      Il semble que le PERP ne présente un intérêt que dans des cas bien précis et notamment :

      • souscripteur en fin de carrière ayant un revenu élevé, un taux d’imposition de ses revenus élevé, une perspective de forte chute de ses revenus lors du départ en retraite ; les sommes mises dans le PERP permettent alors de réduire l’impôt sur les revenus tout en créant un complément de retraite
      • personnes priorisant la sécurisation de leurs ressources futures par rapport au rendement de leurs placements et qui, soit craignent de ne pas pouvoir se retenir de consommer un patrimoine disponible, soit veulent s’assurer contre les conséquences financières défavorables d’une vie plus longue que celle de la moyenne de la population.

      Il semble qu’en dehors de ces cas l’utilisation du PERCO soit préférable à celle du PERP, surtout si l’abondement des apports personnels est important.

      Dans la même famille que le PERP figure également le Plan d’Epargne Retraite (PERE) dénommé aussi article 83. Il s’agit d’un produit de retraite collective (voir fiche n°85). Il permet de bénéficier des avantages fiscaux du PERP et bénéficie systématiquement d’une aide de l’entreprise pour tout ou partie des salariés. Il ne constitue pas nécessairement une alternative au PERCO mais plutôt une option complémentaire.

      PERCO et assurance vie

      L’assurance vie permet en général de recourir à des supports analogues à ceux qui sont utilisés pour le PERCO (en dehors des fonds à composante « solidaire »). Elle présente de forts atouts au plan fiscal, notamment la possibilité de percevoir annuellement après huit ans des revenus ou plus-values exonérés d’impôt ou faiblement imposés au-delà d’un seuil non négligeable et l’exonération jusqu’à 152 500 euros par héritier du capital légué en cas de décès (cf. fiche n°84 « L’assurance vie »).

      Face à ces avantages, et indépendamment de la pertinence des placements opérés par les gestionnaires, la comparaison de ceux du PERCO est très difficile, pour trois raisons :

      • l’intérêt du PERCO dépendant de l’effort d’abondement de l’entreprise, devant l’incertitude inévitable sur l’évolution de sa politique d’abondement, il n’est pas possible de calculer rigoureusement si cet abondement contrebalancera les avantages fiscaux de l’assurance vie
      • la fiscalité de l’assurance vie a évolué fortement au fil des années et il est probable qu’il en sera toujours ainsi ; on ne peut donc pas savoir si une assurance vie avantageuse aujourd’hui le sera autant par rapport à un PERCO dans plusieurs décennies
      • les mécanismes d’imputation des frais liés à l’entrée ou à la sortie des OPCVM et FIA sont très variables, de même que le montant des frais annuels de gestion.

      On peut donc affirmer que l’abondement est un élément important à prendre en compte pour alimenter un PERCO et qu’il conviendrait de s’assurer que le PERCO de son entreprise bénéficie de l’abondement ou permette l’investissement de la participation et/ou de l’intéressement.

      Remarque : Les placements monétaires représentent encore un tiers de l’épargne salariale investie. Ces produits présentant un faible rendement dans le cadre d’un PEE à 5 ans, ils peuvent générer un retard de performance sensible dans un PERCO au regard des autres classes d’actifs telles les actions.

      Conclusion

      La baisse des taux de remplacement met en lumière la nécessité de compléter ses revenus de retraite avec des dispositifs de retraite collective (PERCO et PERE /article 83). L’aide de l’entreprise (abondement) constitue un effet de levier non négligeable et concourt à faciliter la constitution de cette épargne qui peut être indolore dans certains cas, notamment si on y investit sa participation et/ou son intéressement. Ce 3ème pilier de notre système de retraite est complémentaire et ne se substitue pas aux régimes obligatoires qui restent indispensables.


      [1] Pour les dispositions fiscales et le régime social applicables à l’entreprise qui a mis en place un PERCO, on se reportera à la fiche n°39 « La fiscalité pour l’entreprise »

      [2]810 euros en 2019

      [3] Communément appelés « Fonds d’investissement alternatifs », dont font partie les FCPE.

      [4] Ces limitations ne s’appliquent pas aux fonds diversifiés dans lesquels les fonds éligibles sont eux-mêmes investis.

      VI. 42. L’épargne salariale après le départ de l’entreprise

      Philippe BERNHEIM Date de création : 03/11/2017Date de révision : 10/03/2018

      Mars 2017

      Les anciens salariés ayant quitté l’entreprise à la suite d’un départ à la retraite ou en préretraite peuvent conserver leur plan d’épargne d’entreprise ou leur PERCO, et continuer à y effectuer des versements (article L.3332-2 du code du travail).

      Ceux qui changent d’employeur ont la possibilité, mais non l’obligation de demander le transfert de leurs avoirs vers un plan homologue du nouvel employeur. Pour connaître les conditions d’un tel transfert, on se reportera à la fiche n°32 « Les transferts ».

      Tout bénéficiaire d’un plan d’épargne d’entreprise quittant celle-ci reçoit un état récapitulatif de l’ensemble des sommes et valeurs mobilières épargnées ou transférées au sein de l’entreprise. Cet état doit indiquer si les frais de gestion continuent à être pris en charge par l’entreprise ou sont financés par la cession d’actifs à l’initiative du gestionnaire. (Article L.3341-7 du code du travail).

      L’état distingue les actifs disponibles, en mentionnant tout élément utile au salarié pour en obtenir la liquidation ou le transfert, et ceux qui sont affectés au plan d’épargne pour la retraite collectif, en précisant les échéances auxquelles ces actifs seront disponibles ainsi que tout élément utile au transfert éventuel vers un autre plan.

      L’état récapitulatif est inséré dans un livret d’épargne salariale.

      Lorsque les frais sont à la charge de l’épargnant, il appartient à celui-ci, s’il souhaite conserver son plan d’épargne d’entreprise après son départ, de suivre attentivement l’imputation des frais et l’évolution de ses avoirs.

      Si ceux-ci devenaient nuls, le plan serait en effet clôturé d’office et aucun versement ne deviendrait ensuite possible.

      VI. 43. Le PERP (plan d’épargne retraite populaire)

      Philippe BERNHEIM Date de création : 03/11/2017Date de révision : 10/01/2019

      Janvier 2019

      L’historique

      La publication au Journal Officiel des décrets d’application de la loi Fillon, le 21 avril 2004, a lancé officiellement le Plan Epargne Retraite Populaire : PERP. Après les travailleurs indépendants, avec la loi Madelin, et les fonctionnaires avec le dispositif Préfon, les particuliers, et notamment les salariés, peuvent bénéficier d’un régime de retraite complémentaire. Ils peuvent, en souscrivant à un PERP, compléter leur retraite par répartition obligatoire, par un dispositif individuel et volontaire de capitalisation.

      Un supplément de retraite pour tous

      Le PERP constitue un produit de retraite destiné à compléter les pensions le moment venu. Toute personne résidant en France, quel que soit son âge ou son statut, peut y souscrire, cela de manière individuelle, dans le cadre d’une association.

      Le PERP permet au souscripteur :

      • d’épargner en vue de compléter les revenus de sa retraite tout en bénéficiant d’un avantage fiscal important sur les versements effectués
      • de recevoir ensuite un complément de revenus durant toute la durée de sa retraite sous forme de rente à vie uniquement.

      Les supports de placement du PERP

      Le contenu du PERP est proche de celui des contrats d’assurance vie. Les établissements financiers proposent souvent des supports garantis, en euros, mais aussi des OPCVM classiques combinant actions et obligations, ainsi que des supports profilés suivant les types de risques : prudents, équilibrés, dynamiques.

      Des fonds progressivement sécurisés

      Avec la règle de sécurisation progressive du capital, introduite par le Ministère de l’Economie et des Finances, les fonds investis sur le PERP sont sécurisés. Au fur et à mesure qu’approche l’âge de la retraite, la part des fonds garantis, c’est-à-dire sans risque, augmente.

      Ainsi, le minimum de la part de capital retraite placé sur le support euro, le plus sécurisé, est fonction de la durée qui reste jusqu’à la date du départ en retraite :

      • entre 10 et 20 ans : 40 %
      • entre 5 et 10 ans : 65 %
      • entre 2 et 5 ans : 80 %
      • moins de 2 ans : 90 %

      Le reste du capital peut alors être investi sur des OPCVM à plus fort potentiel de performances.

      N.B : Dans certains cas, si le plan choisi par le souscripteur le permet, il est possible de s’affranchir de cette règle.

      La disponibilité des sommes versées :

      Les sommes versées sur un PERP sont bloquées jusqu’à la cessation d’activité et il n’y a pas d’avance possible. Cette épargne sera accessible dès l’acquisition des droits à la retraite ou à 60 ans.

      Toutefois, il est possible de sortir du PERP, pour des montants partiels ou totaux, dans quelques cas exceptionnels :

      • invalidité grave
      • décès du conjoint ou du partenaire pacsé
      • expiration des droits à l’assurance chômage, pour un travailleur salarié
      • surendettement
      • liquidation judiciaire, pour un non salarié.

      Le PERP peut en outre être débloqué si d’une part les avoirs sont inférieurs à 2 000 euros et si, d’autre part, aucun versement n’est intervenu depuis 4 ans.

      Le transfert d’un PERP d’un établissement vers un autre établissement est possible, mais le souscripteur subit alors une pénalité plafonnée à 5 % de l’épargne constituée.

      L’adhérent touche sa rente une fois la retraite venue, jusqu’à son décès.

      Lors de leur départ en retraite ou à 60 ans, les adhérents au PERP ont désormais la possibilité d’affecter le capital constitué à l’achat de leur résidence principale. Cependant, l’adhérent ne doit pas avoir été propriétaire de son logement principal les deux années précédentes.

      Enfin, si le plan choisi par le souscripteur le permet, il est désormais possible d’opter pour un versement en capital limité au maximum à 20 % de l’épargne constituée, lors de la liquidation des droits à la retraite.

      Les bénéficiaires en cas de décès du souscripteur :

      1 – Pendant la phase de constitution de la retraite :

      Le souscripteur du PERP désigne un ou plusieurs bénéficiaires. Il peut à tout moment modifier son choix.

      Si le souscripteur décède pendant cette phase, le bénéficiaire désigné reçoit immédiatement un revenu à vie, correspondant à la conversion en rente des sommes jusqu’alors versées sur le PERP.

      2 – Pendant la phase de la retraite

      Au moment de la conversion du capital en rente, le souscripteur d’un PERP prend une décision entre plusieurs possibilités, il peut opter :

      • pour une rente à vie individuelle : dans ce cas, il ne choisit pas de bénéficiaire,

      ou

      • pour :

      – soit, une rente individuelle avec annuités garanties

      – soit, une rente « réversible » avec ou sans annuités garanties.

      L’adhérent choisit alors un bénéficiaire unique de cette réversion

      Tableau récapitulatif des options

      Options possibles En cas de vie du souscripteur du PERP En cas de décès du souscripteur du PERP
      Rente à vie individuelle L’adhérent reçoit son complément
      de retraite jusqu’à son décès
      Il n’y a pas de bénéficiaire : la rente s’éteint
      Rente à vie avec « réversion » à 60 % ou à 100 %, au profit du bénéficiaire désigné L’adhérent touche sa rente normalement 60 % ou 100 % de la rente que recevait l’adhérent est versée au bénéficiaire désigné
      Rente à vie individuelle avec annuités garanties* au profit du bénéficiaire désigné L’adhérent touche sa rente normalement Le bénéficiaire désigné reçoit les annuités garanties pendant la durée déterminée.
      Rente à vie réversible à 60 % ou à 100 %, avec annuités garanties* au profit du bénéficiaire désigné L’adhérent touche sa rente normalement Le bénéficiaire désigné reçoit les annuités garanties pendant la période déterminée.

      Ensuite il touche 60 % ou 100 % de la rente à la place du souscripteur décédé.

      * L’annuité garantie permet de compenser l’aliénation du capital en garantissant à l’adhérent une rémunération minimale de perception des revenus pour lui-même ou ses bénéficiaires. L’assureur s’engage alors à payer les versements de la rente pendant une durée minimum déterminée (de 5 à 20 ans).

      Fiscalité du PERP

      Avantage fiscal à l’entrée

      Les versements effectués sur un PERP bénéficient d’une déduction du revenu net global, dans la limite d’un plafond individuel par membre du foyer fiscal.

      Ce plafond correspond à la différence entre a) et b) :

      a) est le montant le plus élevé entre :

      10 % des Revenus d’Activité Professionnelle (RAP)

      et :

      10 % du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) l’année précédant le versement (3 973 euros pour les versements effectués en 2019).

      b) est le montant total des cotisations déduites des revenus professionnels au titre de l’épargne retraite non légalement obligatoire, ce qui comprend :

      • les cotisations aux régimes de retraite supplémentaire obligatoire d’entreprise
      • les versements de l’employeur + Préfon + contrat Madelin (hors 15 %) + COREVA (pour les agriculteurs) + abondement de l’employeur à un PERCO.

      Attention : La déduction annuelle ne doit pas dépasser le plafond de 32 419 euros pour les versements en 2019. Ce plafond correspond à 8 % de 10 fois le PASS.

      Cas particulier pour les versements opérés en 2018 et 2019 :

      Dans le cadre de la mise en œuvre du prélèvement à la source de l’impôt sur les revenus, le législateur[1] a prévu en outre une mesure complémentaire destinée à prévenir une optimisation fiscale consistant à minorer les versements opérés en 2018 (sans déduction du fait de « l’année blanche ») et à majorer les versements de 2019 pour bénéficier d’une déduction plus forte.

      Le montant maximum déductible par le contribuable au titre de ses versements effectués en 2019 sera égal à la moyenne de ses versements effectués en 2018 et 2019 si :

      • d’une part ses versements effectués en 2019 auront été supérieurs à ceux de 2018
      • d’autre part les versements effectués en 2018 auront été inférieurs à ceux de 2017.

      Ce sont les avantages fiscaux qui font tout l’intérêt d’un PERP, ce qui amenuise son caractère réellement populaire. Ces avantages dépendent de plusieurs facteurs individuels, comme la situation familiale, patrimoniale et fiscale, le niveau de revenu, ainsi que les autres plans de retraites éventuels. Il est donc très important que chaque personne intéressée étudie précisément sa situation en fonction de ses objectifs et besoins personnels, grâce aux sources d’informations dont elle peut disposer : programmes de simulation, conseils d’associations et de divers professionnels.


      [1] Article 11 de la loi n°2017-1775 du 28 décembre 2017, modifiant le K ter de l’article 60 de la loi 2016-1917 du 29 décembre 2016.

      Tous droits réservés. Ce guide ne peut en aucun cas être reproduit en tout ou en partie, sous quelque forme que ce soit, sans l'accord écrit de la FAS. Sous réserve des droits personnels des auteurs, les textes, schémas, graphiques, tableaux, présentations publiés ainsi que la charte graphique sont la propriété de la FAS qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.

      Conformément à une jurisprudence constante, les erreurs ou omissions involontaires qui auraient pu subsister dans ce guide, malgré les soins et contrôles de l'équipe de rédaction, ne sauraient engager la responsabilité de la FAS ni celle de l'éditeur. La reproduction des dessins et photographies est interdite.